Le Second rapport du CDHSS : résumé et commentaires

Nous avions annoncé ici la publication du Second rapport d’étape du Conseil pour le Développement des Humanités et des Sciences Sociales (CDHSS), remis à Valérie Pécresse, Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, le 10 mars 2010.

En voici tout d’abord un résumé (A.) accompagné de quelques commentaires (B.) portant principalement sur la partie consacrée à l’évaluation.

Rappelons tout d’abord que le Premier rapport a été analysé

— pour SLU par Elie Haddad (CR CNRS) et Laurence Giavarini (Mcf, université de Bourgogne) dans « Un coup de poignard dans le dos. Analyse du premier rapport d’étape du CDHSS »

— pour le séminaire Politiques des sciences par Michel Barthélémy dans « Une lecture commentée du rapport d’étape du CDHSS ».

A. Or donc, résumons.

Le rapport est composé de trois parties :
I. La première, de loin la plus longue (20 pages) porte sur l’évaluation en SHS ;
II. La deuxième, beaucoup plus brève (6 pages) actualise les premières propositions de CDHSS quant à l’utilisation du Grand Emprunt en SHS ;
III. La troisième, toujours aussi brève (6 pages), constitue elle aussi une actualisation d’une des premières propositions du CDHSS, la création d’une « Alliance » pour les SHS, similaire aux alliances existantes dans les autres sciences (AVIESAN pour les sciences de la vie et de la santé ; ALLISTENE pour les sciences et technologies du numérique ; ANCRE pour les recherches sur l’énergie ; ALLENVI dédiée aux questions d’environnement).

I. La première partie est elle-même composée de trois sous-parties :

1. Un historique de ce qui, selon le CDHSS, aurait conduit à la mise en place de nouvelles procédures d’évaluation, ainsi que des « peurs » et des « craintes » qu’elles susciteraient.

Le CDHSS estime que le grand bouleversement remonte aux années 1980 : l’abandon de la thèse d’État aurait « modifié l’équilibre du système, sans que l’on s’en rende compte ». Plus précisément, alors que, dans le système à thèse d’État, la « visibilité » et la « lisibilité » de la hiérarchie universitaire auraient été parfaitement claires, ce ne serait pas le cas dans le système (thèse + HDR).
Il fait ensuite état d’un autre bouleversement, constitué par « l’accroissement des effectifs d’enseignants-chercheurs et la multiplication des centres universitaires » — sans d’ailleurs nous expliquer quel est le rapport entre le bouleversement numéro 1 et le bouleversement numéro 2.
Mais on aura compris que ce sont là des broutilles, de peu de poids eu égard à la conclusion : « la puissance publique, si elle veut évaluer la qualité des formations et de la recherche qu’elle finance, a besoin de moyens d’évaluation rénovés » (p. 5).

Cependant (transition) « ceux qui sont évalués ont le sentiment qu’ils subissent un phénomène nouveau, plaqué de l’extérieur, et qui ne relèverait plus de l’évaluation par les pairs. Trois risques sont souvent mis en avant : la lourdeur du processus, d’une part ; le risque qu’il ne soit pas conduit de manière impartiale, ensuite ; le danger de déséquilibrer les procédures de la recherche, enfin. Ce dernier point est particulièrement sensible en sciences humaines et en sciences sociales » (p. 6). Ces trois risques semblent donc devoir successivement évoqués sous forme de questions :
— une évaluation envahissante ? L’idée serait que les enseignants-chercheurs pourraient être évalués si souvent que l’évaluation deviendrait plus importante que l’enseignement et la recherche.
— une évaluation biaisée ? L’idée est que, de nombreuses manières — qui sont déclinées comme autant de « peurs » — , l’évaluation n’aura rien d’objectif.
— comme il y avait trois risques, on attendait une troisième question, qui, assez curieusement, ne vient pas.

2. Le rapport présente ensuite, comme un moyen de sortir d’un « débat figé » entre partisans et adversaires de l’évaluation, les rapports des différents responsables qui ont été auditionnés par le CDHSS :

— M. Patrice Bourdelais, délégué en charge des SHS à l’Agence d’Evaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur.
Le rapport ne présente pas à proprement parler d’analyse du discours d’intentions de l’AERES, mais insiste sur un fait que ses auteurs estiment positif : chaque enseignant-chercheur aura, au moins une fois dans sa carrière, l’occasion d’être évaluateur lui-même.
Je relève par exemple, p. 10, ce qui me paraît relever de la pratique du mantra hallucinatoire : « Chaque évalué peut être un jour évaluateur ; chaque évaluateur a été ou sera évalué. C’est pourquoi il est très important que s’établissent des bonnes pratiques de l’évaluation. Il faut développer une véritable éthique de l’évaluateur, enracinée dans la certitude que l’on est tour à tour évalué et évaluateur. »
La nécessité de respecter la diversité des SHS est affirmée.

— M. Jean-Michel Roddaz, responsable du secteur SHS à l’ANR et M. Alain Peyraube, membre du Conseil scientifique de l’ERC.
Il s’agit alors principalement de réfuter, avec l’appui de quelques chiffres (pas choisis au hasard, on s’en doute), l’idée que le financement sur projets et l’internationalisation de la rechercher se feraient au détriment des SHS.
Il est noté au passage que les projets financés ne sont pas des projets individuels, mais des projets collectifs. Le CDSHS nous promet d’aborder dans son rapport final « la question délicate de la diffusion de la « culture de laboratoire » en sciences humaines et sociales » (p. 11).

— Sans que des responsables aient été assignés à proprement parler, le rapport présente ensuite quelques pratiques d’évaluation qui ont cours à l’étranger : l’autoévaluation en Italie, l’évaluation de l’initiative d’excellence en Allemagne, le RAE en Grande-Bretagne.

Conclusion de II.2, p. 16 : « Le travail du CDHSS, encore en cours, sur le sujet de l’évaluation, aboutit à trois convictions : l’évaluation nouveau régime est devenue indispensable du fait de la complexité des systèmes d’enseignement supérieur et de recherche et de leur importance pour les sociétés dans lesquelles ils s’insèrent ; elle ne peut fonctionner que selon des adaptations permanentes des procédures à l’expérience; dans une telle configuration, les sciences humaines et sociales n’ont aucune raison de redouter l’évaluation car elles peuvent réclamer un affinement des méthodes de mesure des performances les concernant. »

II. Viennent ensuite les recommandations (encore provisoires si je comprends bien) du CDSHS en matière d’évaluation, qui tiennent dans les deux points suivants :

— mettre en place de bonnes pratiques d’évaluation. On pourrait méchamment résumer en disant : si vous voulez bien évaluer, évaluez bien. C’est en fait un peu plus précis, puisqu’il est noté que l’évaluation devrait avoir en quelque sorte deux modalités, l’une faible (quantitative) et l’autre forte (qualitative, avec lecture des travaux). Certes.

— éviter une emprise excessive de l’évaluation. Les auteurs du Second rapport accordent une grande importance à la séparation des pouvoirs de l’expertise et de l’action politique (le financement en particulier). Ils se risquent ici à quelques conseils, qui, comme on dit, ne mangent pas de pain.

II. La deuxième partie est une actualisation des propositions du Premier rapport quant à l’utilisation du Grand Emprunt en SHS. En bref, il faut aux SHS leur part de gâteau, et quelques miettes seraient bienvenues.

On trouve ici certaines évidences, comme la nécessité de financer massivement les bibliothèques universitaires, et l’on retrouve avec plaisir le rapport Caverni-Dacos sur les humanités digitales.

Mais on ne s’arrête pas là. Ce qui est préconisé, « au delà du Grand Emrunt », c’est (en sus de l’Institut des SHS, du Conseil pour le Développement des SHS, de l’Alliance des SHS…), d’une Fondation des SHS.

III. Finalement, c’est le projet de ce qui est devenue l’Alliance Athéna qui est évoquée. Plutôt que de résumer, j’actualise avec quelques précisions concernant l’alliance SHS ATHENA, qui a de fait été créée. On en trouvera ici la description complète.
D’après le Second rapport, l’opposition que le Premier rapport du CDSHS avait suscitée de la part de l’INSHS en proposant la création d’une Alliance a été surmontée :
« Un entretien approfondi avec M. Bruno Laurioux, directeur de l’InSHS, le lundi 1er mars a permis de préciser le projet et a révélé de réelles convergences de vue. Que les malentendus soient dissipés est d’autant plus important que la Conférence des Présidents d’Université a marqué, dès le 21 janvier 2010, son intérêt pour le projet d’Alliance33, à propos duquel elle avait une première fois entamé des entretiens avec l’InSHS début 2009 » (p. 26).

B. Et maintenant, commentons.

(Les commentaires reprennent la numérotation du résumé.)

I. 1. La première idée du rapport, celle selon laquelle ce serait l’abandon du système thèse d’État qui expliquerait la mise en place de nouvelles procédures d’évaluation, laisse perplexe, et ce pour deux raisons au moins :

i) Il faut tout d’abord noter que ce qui a été perdu, d’après les auteurs de ce rapport, c’est la « lisibilité » et la « visibilité » de la « hiérarchie universitaire ». En décomposant, deux commentaires ici :

— Une des choses que j’ai découvertes ces dernières années, je dois dire avec à peu près autant de stupéfaction que d’attristement, est l’obsession qu’a le corps universitaire pour la hiérarchie. Ce qui importe à beaucoup d’entre les universitaires, c’est de savoir quelle est la hiérarchie où ils se trouvent, ou plus exactement, quelle y est leur place. Miroir, ô mon miroir, dis-moi si je suis le premier de la classe, ou bien alors seulement le second… (Si je suis le troisième, c’est que tu es un mauvais miroir.) Anciens bons élèves, peut-être pas vraiment assez bons pour savoir qu’il y a d’autres ordres que l’ordre de l’école : il m’arrive de vous voir comme des gamins qui ne se sont jamais remis d’avoir été les premiers de votre grande section de maternelle. Le CDHSS ne fait pas exception à la règle, ce qu’il veut, c’est de la hiérarchie.

— Encore est-ce trop peu dire, il s’agit que la hiérarchie soit « lisible » et « visible ». Triste monde que celui où les choses ont été remplacées par leurs représentations : mieux vaut du mauvais l/v/isible que du bon tout court, semble-t-on nous dire ! Mais, même si l’on acceptait de rentrer dans ce petit jeu, ce que le CDHSS omet ici, c’est que la l/v/isibilité ne se disent pas simpliciter. Il faudrait tout de même nous dire pour qui nous devons être l/v/isibles. Les collègues proches, le Président de notre université, le Ministère, la société, la communauté internationale de notre discipline ? Qui ne voit donc que ce ne sont pas les mêmes normes ici et là ?

ii) Si les nouvelles procédures d’évaluation avaient pour effectivement pour cause l’abandon du système thèse d’État, alors il serait probable que des systèmes d’enseignement supérieur et de recherche n’ayant pas connu le système thèse d’État ne verraient pas la mise en place de ces nouvelles procédures d’évaluation. Mais, les auteurs du Second rapport ne peuvent l’ignorer, eux qui souhaitent (comme nous tous d’ailleurs) une internationalisation effective de la recherche, tous nos collègues allemands, anglais, italiens, espagnols, et j’en passe, font état de modifications semblables à celles que nous critiquons ici, avec des particularités propres à leurs systèmes respectifs ! Il faudrait tout de même en déduire ce qui s’impose, à savoir que l’apparition de nouvelles procédures d’évaluation ne découle pas des idiosyncrasies du système français.

Toujours dans cette partie qui présente le « débat », on retrouve, assez bien articulées, un certain nombre des critiques qui ont été formulées à l’encontre des nouvelles procédures d’évaluation. On est cependant étonné des deux points suivants :

i) voir des universitaires endosser si facilement le langage que, depuis plus de dix ans maintenant, ont adopté les medias lorsqu’ils font état des luttes sociales. Rappelons donc à ceux qui n’ont pas lu le livre d’Acrimed Médias et mobilisations sociales, ou d’autres analyses, malheureusement plus que jamais actuelles, que les universitaires qui critiquent les nouvelles procédures d’évaluation n’en ont pas nécessairement peur, qu’ils n’éprouvent pas toujours de crainte. Ce sont simplement des intellectuels qui se disent qu’il est bien d’analyser ce qu’ils voient se mettre en œuvre autour d’eux.

ii) voir des universitaires user d’un processus grossier pour disqualifier ces critiques. Si nous reprenons en effet la structure du rapport, les critiques sont mentionnées comme une sorte de hors d’œuvre, avant d’en venir à ce qui va constituer le plat de résistance et permettre effectivement de sortir d’un « débat figé », à savoir l’intervention des responsables qui sont en train de mettre en œuvre ces nouvelles procédures. Comment ne pas voir que ces responsables ont ainsi la part belle, et que le débat, qu’il soit ou non « figé », est définitivement biaisé ?

II et III. J’ai finalement peu de commentaires ici, tant je me sens éloignée de ces décideurs qui semblent heureux de créer de la structure sur de la structure — Bourbaki, au secours, viens mettre un peu d’ordre dans ces esprits technocratiques !

Performance, excellence, visibilité, convergence, rayonnement international : c’est la recette de l’été, prenez un peu de tout, mélangez, et puis vous obtiendrez ce que vous voulez, Institut des Convergences Interdisciplinaires, Campus d’Excellence, Initiative de Performance, Conseil pour le Développement de la Visibilité, Alliance de la Coopération pour le Rayonnement International.

— du moment que cela est conforme à ce qu’est la politique du gouvernement.

Car, franchement, vous appelez ça comment le suivisme du Conseil pour le Développement ?

La partie I n’avance aucune proposition précise, et semble pour tout dire bien moins au fait des questions d’évaluation que le moindre des rédacteurs de ce blog.

Les parties II et III reviennent à entériner la politique du gouvernement. Vous croyez que ça sort d’où l’idée d’émarger au Grand Emprunt et de faire une Alliance en SHS ? Et quels problèmes ça va résoudre exactement ???

Alors, oui, bien sûr, il faut de l’argent pour les bibliothèques, et aussi pour les digital humanities, mais avions-nous bien besoin de ce rapport pour le savoir ?


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Eliane Daphy dit :

    J’ai fait les stats des doctorants des experts (à partir du fichier des thèses, informations publiques).
    http://www.fct.abes.fr/FCT-APP/consulter.do

    Sur 23 membres experts es SHS, 17 dirigent des thèses.

    Total de thèses par expert (moyenne) = 23.
    Oui mais, entre 1 et 28 thèses (soyons bon prince, y a du déchet en SHS) = seulement 12 experts

    Ce qui fait pour les 5 meilleurs du hit-parade une moyenne de 56 doctorants.
    Et pour le tiercé gagnant-gagnant, une moyenne de 67 doctorants

    Beaucoup beaucoup beaucoup beaucoup de doctorants, est-ce un critère de visibilité excellente en SHS ? Les experts nous expliquent qu’il faut adopter de bonnes pratiques en voilà, et de l’éthique en voici. Sont-ils crédibles ?

  2. Yves Gingras dit :

    Ayant lu le chapitre sur l’internationalisation du rapport du CDHSS, je me permets d’attirer votre attention sur un texte récent qui apporte des éléments empiriques sur cette question:

    Yves Gingras et Sébastien Mosbah-Natanson, « Les sciences sociales françaises entre ancrage local et visibilité internationale », Arch. europ. sociol., L, 2 (2010), pp. 305–321.

    Une version plus longue accessible est en pdf sur mon site:
    http://www.chss.uqam.ca/PUBLICATIONS/Scientométrie/tabid/64/language/fr-CA/Default.aspx

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *