La question du plagiat

Le plagiat universitaire est une question dont on parle peu, mais qui doit évidemment être abordée dans le cadre d’un carnet consacré à l’évaluation. Après l’avoir rapidement évoquée il y a deux mois, en réponse à l’interpellation de François Blanchard sur les manquements à la rigueur scientifique sous la pression de l’évaluation quantitative, je voudrais y revenir de façon plus détaillée, en offrant quelques pistes. Ce long billet a une nature hybride, présentant d’un côté des références et des données, et de l’autres quelques réflexions rapides.

Le même mot, compris au sens d’une reproduction frauduleuse des travaux d’autrui, recouvre deux phénomènes assez différents selon qu’il s’agit de devoirs d’étudiants ou de travaux de recherche ; il faut pourtant les prendre en considération simultanément, car ils ne sont pas sans rapports. Une nouveauté de ces dernières années tient peut-être justement à une convergence de ces deux niveaux, avec la multiplication de mémoires de master ou de thèses construites à base de copier/coller comme de mauvais devoirs de licence. Par ailleurs, il est impossible de lutter efficacement contre l’extension du plagiat parmi les étudiants sans dénoncer aussi fortement les pratiques de leurs enseignants.

Quelques références

Le site francophone de référence sur le sujet est produit à l’université de Genève : http://responsable.unige.ch/index.php. Après avoir découvert en 2004 qu’une proportion élevée de mémoires de DEA du département d’économie (5 sur 35) étaient constitués de plagiats de textes généralement trouvés sur Internet, Michelle Bergadaà a engagé une démarche collective de réflexion et de recueil de témoignages. Il vaut la peine de lire, dans l’ordre chronologique, la trentaine de lettres ouvertes, qui abordent de nombreux cas de plagiat et signalent des ressources utiles.

Hélène Maurel-Indart, professeur de lettres à Tours et auteur de travaux sur l’histoire du plagiat littéraire, anime également un site intéressant et propose elle aussi ses services aux victimes de plagiat : http://www.leplagiat.net/

Plus récemment, Jean-Noël Darde, enseignant en information et communication à Paris 8 a créé un blog, Archéologie du copier-coller, destiné à documenter son combat contre le plagiat à Saint-Denis, depuis 2005 au stade des mémoires de master, et depuis peu face à des thèses frauduleuses (deux thèses soutenues à Paris 8, et une à Nancy, y sont décortiquées). On y lira notamment une démonstration de la façon de débusquer des traductions automatisées (« Le briquet de Darwin ou repérer avec Google les textes réécrits ou traduits »). Une conclusion importante de ces travaux est que les logiciels de détection de plagiat peuvent fournir un appoint utile, mais ne remplacent pas le regard vigilant d’un enseignant. Les pages consacrées à la tolérance envers le plagiat dépassent le cadre d’un conflit interne au sein d’un département. Convaincu que la publicité est la meilleure arme contre le plagiat, J.-N. Darde a récemment obtenu une interview par Véronique Soulé de Libération, et un article du Monde.

Initiative en cours de lancement en juin 2010, http://www.touche-pas-mon-contenu.org est conçu comme site de signalement de plagiat entre sites, restreint au domaine francophone. Sans préjuger de la réussite ou de l’échec de l’entreprise, on peut regretter le choix de l’anonymat dans lequel se tiennent les initiateurs du site, basé au Canada.

Jurisprudence

Plusieurs affaires, évoquées dans les sites précédents, ont donné lieu à des décisions ou jugements récents qui sont tous favorables aux plagiés. Pour commencer, l’une des thèses plagiaires dénoncées par J.-N. Darde a été annulée par le conseil scientifique de Paris 8.

Philippe Coudraud, auteur d’une thèse inédite sur Marcel Duchamp (Paris 10, 2005), a pu empêcher la soutenance à Liège en 2007 d’une thèse plagiant la sienne et obtenir en mars dernier un jugement favorable du TGI de Paris.

En droit public, la section du CNU a retiré en 2007 une qualification qu’elle avait auparavant accordée, après avoir pris connaissance du caractère de plagiat de la thèse concernée. Le Conseil d’Etat a confirmé cette décision par un arrêt de février 2009. La section du CNU mentionne désormais la question du plagiat dans ses critères de qualification, mais la thèse en question est toujours en vente (G. Bossis, La sécurité sanitaire des aliments en droit international et communautaire, Bruylant, 2005, 90 € ; la thèse source est elle aussi publiée et disponible pour la moitié du prix : K. Fournier, Principe de précaution et risque sanitaire, L’Harmattan, 2002, 45 €), et le premier prix de thèse de la Société française pour le droit de l’environnement ne lui a pas été retiré. C’est à l’université de Lyon III, où la thèse litigieuse a été soutenue, qu’il reviendrait d’annuler le diplôme.

Un autre cas remarquable est celui d’un docteur (M. Mazoyer), condamné pour avoir plagié sa directrice de thèse (H. Gonnet) ; il faisait appel du jugement avec son éditeur, L’Harmattan, en arguant notamment que sa directrice ne pouvait « être titulaire de droits d’auteur sur une contribution effectuée dans le cadre de la mission de service public qui lui avait été confiée ». La Cour d’Appel de Paris a rejeté en mai 2007 la demande et confirmé la contrefaçon. L’arrêt, reproduit sur le site de Michelle Bergadaà, donnera une idée très précise de ce qui constitue ou non pour la justice française un usage frauduleux des recherches d’autrui. Je note au passage que L’Harmattan a tort de laisser figurer l’ouvrage dans son catalogue. Si le cas semble inverser les termes du rapport d’autorité habituel, le docteur semble bien mieux inséré institutionnellement que sa directrice, et le rapport de genre est sans doute ici un facteur important. Dans son livre Plagiats, les coulisses de l’écriture (La Différence, 2007), Hélène Maurel-Indart consacre un chapitre entier au pillage de thèses inédites par des mandarins intouchables.

Les plagiaires supportent mal la dénonciation et s’en prennent fréquemment à ceux qui dévoilent leur fraude. Dans le même livre, H. Maurel-Indart avait épinglé les emprunts subtils mais néanmoins frauduleux commis par Bernard Edelman, dans Le sacre de l’auteur (Le Seuil, 2004), à l’encontre de la thèse inédite de Laurent Pfister sur l’histoire du droit d’auteur (1999). Edelman, s’estimant diffamé, demandait la suppression des pages analysant cet emprunt et 100 000 € de dommages et intérêts. La défense s’est placée sur le terrain de la procédure. L’ouvrage incriminé étant issu d’une habilitation à diriger des recherches et lié à l’exercice de fonctions universitaires, l’accusée a obtenu la protection juridique de son université. Prenant acte de l’exception d’incompétence, le TGI de Versailles a débouté B. Edelman et l’a condamné aux dépens, sans trancher sur le fond la question d’une contrefaçon.

Ce cas illustre une tendance bien connue, et largement documenté dans l’ouvrage d’H. Maurel-Indart : le pillage des thèses par des personnalités médiatiques. Alain Minc ou Jacques Attali sont coutumiers du fait, mais la pratique est aussi courante dans les ouvrages publiés sous le nom d’hommes politiques. Pour ne citer qu’un exemple, le Georges Mandel signé par Nicolas Sarkozy en 1994 comporte de très larges emprunts à un ouvrage paru en 1969. L’auteur n’a pas porté plainte, mais a obtenu une étrange compensation puisqu’une réédition de son livre, deux ans après les faits, a obtenu le prix de l’Assemblée Nationale.

Les revues

Les revues scientifiques sont évidemment concernées par la soumission d’articles frauduleux. Une étude parue en 2008 dans Nature, portant sur une base de 7 millions d’articles, notait l’existence de « fortes similitudes » dans 3% des articles, qui constituaient possiblement des plagiats. La quantité est évidemment bien supérieure pour ce qui est des articles soumis. Une fois ces travaux rejetés, les dossiers sont généralement clos, et rien n’empêche l’auteur de proposer le même texte à d’autres publications. Là encore, la publicité est la meilleure réponse à apporter. La revue 4OR, A Quarterly Journal of Operations Research a choisi d’exposer publiquement un cas étonnant de plagiat répétitif. En STAPS, un éditorial de la revue Science et motricité dénonce un article plagiaire publié par la Revue des Sciences Humaines de l’Université Mohamed Khider de Biskra (Algérie).

Agir face au plagiat

On trouvera, sur le site animé par Michelle Bergadaà, de nombreux conseils, y compris des instructions à l’usages des plagiés, et d’autres destinées aux plagieurs. La principale recommandation est une exigence de publicité, de l’annonce des principes à l’application des sanction. Comme le dit fortement Jean-Noël Darde, le plagiat est d’abord l’affaire des enseignants. Il entre dans leurs responsabilité d’éduquer les étudiants à l’usage d’Internet et aux façons d’employer les travaux scientifiques dans leurs recherches ; leur activité de correction doit malheureusement inclure celle de détection de plagiat. Depuis longtemps, les universités américaines (et bien d’autres) présentent des recommandations, et annoncent les sanctions dont seront passibles les fraudeurs. L’université de Bergen est allée jusqu’à illustrer ces directives sous la forme d’une comédie musicale. Les cas semblent encore rares dans les universités françaises. Une école doctorale de Paris 2 a diffusé une note sur la prohibition et la prévention du plagiat.

Si l’on ne peut déléguer la tâche a des automates, les logiciels de détection de plagiat peuvent néanmoins rendre des services. On peut signaler un logiciel libre (licence GPL) développé par les étudiants de l’Ecole Centrale de Lille : http://copytracker.ec-lille.fr (NB je n’ai pas encore eu l’occasion de tester).

Le même argument revient sous différentes formes : la seule réponse à apporter au plagiat est la publicité. Pour ceux qui craindraient d’être victime de plagiat, il n’y a finalement pas de meilleure protection que la publication rapide en ligne, sur un site répondant aux exigences de citabilité, possédant les meilleures garanties de pérennité et correctement référencé – à ce titre, il est difficile de trouver une meilleure solution que les carnets de recherche d’Hypotheses.org.

Quelques réflexions

Bien avant la généralisation de l’accès à Internet, les lycéens composaient leurs devoirs en recopiant plus ou moins habilement des encyclopédies ou des manuels ; de leur côté, les enseignants repéraient sans difficulté les ruptures de style suspectes, sans avoir toujours le temps et les moyens d’en retrouver les sources. Désormais, l’abondance de documentation disponible en un clic rend la fraude infiniment plus facile ; mais elle est également, du même fait, bien plus facile à déceler. Si le medium qui rend possible la généralisation du plagiat étudiant est bien identifié (les ¾ des étudiants américains ou français admettent avoir triché durant leurs études, et presque toujours au moyen de textes mis en ligne), il n’y a pourtant pas lieu d’y voir la cause du phénomène. La multiplication de ces pratiques me semble avant tout révéler une mutation dans le rapport de la société au savoir. L’exigence de production d’un travail original supposait la construction d’un point de vue individuel, impliquant une certaine prise de distance critique face à l’objet d’étude et à la discipline. L’art de la citation (expressions rapportées placées entre guillemets, précision des références bibliographiques) n’est pas un formalisme vain, mais l’un des instruments qui permet de construire cette distance réflexive. L’apprentissage devait se dérouler durant le premier cycle universitaire et être maîtrisé au stade de ce qu’on appelait encore récemment la « maîtrise ». Si cette éducation ne passe plus, c’est que ce modèle est en passe d’être démodé par un autre régime du savoir dans lequel l’exigence de réflexivité s’efface au profit d’une simple accumulation de connaissances fonctionnelles. Les sociétés contemporaines sont de grandes consommatrices de science, mais elles ne comprennent plus le recul méditatif que réclament les savants, la lenteur et l’imprévisibilité de la recherche fondamentale (nous en avons fait l’expérience collective l’an dernier). Le plagiat, compris comme habileté à combiner rapidement des informations déjà disponibles dans un discours sans individualité, pourrait être l’un des symptômes les plus frappants de ce nouveau rapport au savoir.

Bien que l’analogie puisse sembler un peu forte, il ne semble finalement pas injustifié de dresser un parallèle entre le plagiat universitaire et l’inceste. La comparaison vaut pour ce qui est de la gravité de la faute, de son ampleur mais aussi de la violence subie par la victime et la difficulté à dénoncer les faits. Dans les deux cas, il s’agit bien d’un interdit fondamental de la communication sociale : la première règle de la production scientifique consiste à présenter et publier des travaux originaux en citant explicitement toutes les sources employées. L’interdiction est pourtant transgressée, avec une fréquence qu’il n’est pas aisé de mesurer en raison du silence des victimes et de l’entourage. L’analogie pourrait s’arrêter là, puisque l’inceste se commet entre proches tandis que le plagiat semble généralement s’effectuer au détriment d’étrangers dont le plagiaire espère qu’ils ne se rendront jamais compte de la fraude. Il existe pourtant une situation dans laquelle l’abus est commis par une personne placée dans une position d’autorité ou de supériorité sur la victime (directeur de thèse, d’équipe, responsable de revue ou « patron » dans un sens plus lâche) : dans ces cas, qui ne sont peut-être pas les plus rares, le parallèle peut être maintenu de bout en bout, à ceci près que le viol des travaux intellectuels s’effectue à l’insu des victimes. Le parallèle permet aussi de rappeler que, comme pour les abus sexuels, il existe toute une gamme d’actes délictueux qui culminent dans la copie conforme ou le vol de données, mais débutent par des reprises anodines de quelques formules dépourvues de guillemets et de références.

Comme le montrent les indications fournies plus haut, la question commence enfin à émerger publiquement en France. Aux Etats-Unis, une bibliographie datant de 2003 suggère que le sujet de la fraude à partir d’Internet est devenue une préoccupation majeure dès 1999. Depuis bien plus longtemps, les universités américaines étaient sensibilisés à la question. Dans un article de 1992, Antoine Compagnon analysait la différence d’attitude entre les Etats-Unis et la France (« L’Université ou la tentation du plagiat », in C. Vandendorpe ed., Le plagiat, Presses de l’université d’Ottawa, 1992, p. 173-188). La tolérance française s’analysait ainsi : « L’Université française serait indifférente au plagiat non pas parce que le plagiat n’existe pas mais parce qu’il n’y a pas d’idée d’Université en France, ni l’éthique ou la déontologie qui irait avec » en comprenant cette idée d’université au sens « d’une communauté définie par la recherche de la vérité ». Or un aspect particulièrement notable du mouvement universitaire du printemps 2009 a précisément été un début d’émergence de quelque chose comme cette idée d’Université – si l’on suit l’analyse de Vincent Descombes – ou du moins des communautés universitaires qui ont cherché à s’affirmer face au contrôle technocratique et au pilotage ministériel. Si le combat politique contre la loi LRU et ses dérivés n’est pas fini, il peut également se prolonger dans d’autres combats éthiques qui méritent d’être conduits avec la même énergie.


Vous aimerez peut être aussi...

15 Réponses

  1. Patrick dit :

    Bonjour,

    Je suis l’administrateur de touche-pas-mon-contenu.org.

    Une petit eclairage à propos de :

    « on peut regretter le choix de l’anonymat dans lequel se tiennent les initiateurs du site, basé au Canada. »

    Le whois n’est pas masqué et donc et le (la en l’occurence) propriétaire et l’hebergeur sont connus et joignables (email valide et aà jour). Ensuite, la nature même du site justifie de ne pas s’exposer (cf un récent dossier traité par touche-pas-mon-contenu.org dans lequel un site plagié fait l’objet de menaces de la part d’un site plagieur ..).

    Voilà, je tenais juste à préciser ce point.

    Cordialement

    Patrick
    Admnistrateur de touche-pas-mon-contenu.org

  2. François Blanchard dit :

    Sans préjudice pour les références essentielles qu’il donne en première partie de son billet, je trouve très, très intéressante l’association que fait Sylvain entre inceste et plagiat. La société des chercheurs scientifiques ne peut exister dans le monde tel qu’il est sans un interdit fondamental : celui de l’appropriation indue par les uns du travail des autres.

    En tant que pratique paresseuse, le plagiat est emblématique d’une bonne part des « mauvaises pratiques » qui tendent à se développer ces temps-ci. Je pense à celles qui visent à se doter d’un diplôme ou d’une biblio longue sans fournir le travail correspondant. Il y a les articles et les livres sans contenu, les articles et les livres répétitifs avec le même contenu et les mêmes auteurs, mais ceux-là manquent d’ambition, parce que ce n’est jamais avec ce genre de marchandise qu’on arrive sous le feu des projecteurs. Plus ambitieux est le plagiat : si on choisit bien les auteurs qu’on pille et si on n’est pas pris, on peut ramasser le gros lot, comme le montrent un certain nombre de faits récents. On court bien entendu le risque d’être pris, les mêmes exemples le montrent. Les plagiaires ignorés, eux, continuent à profiter de leur méfaits ; ils se sont bâti une carrière sur le dos des autres et personne ne les a épinglés, ou n’a été en mesure de les démasquer devant la communauté.

    Je vois cependant un reste, que le plagiat ne symbolise pas : tout ce qui se fait au détriment de la rigueur scientifique. Cela va des petites tricheries sans grande importance jusqu’aux affaires qui font les gros titres de la presse spécialisée. Nous avons connu celle de la mémoire de l’eau : http://fr.wikipedia.org/wiki/Mémoire_de_l'eau. Sans malhonnêteté consciente, Jacques Benveniste et ses collaborateurs s’étaient persuadés eux-mêmes de la validité d’une expérience qui s’est par la suite
    révélée à peu près impossible à reproduire avec les mêmes résultats. Plus tôt, il y avait eu les impostures, elles parfaitement conscientes, du psychologue Cyril Burt, qui, pour « démontrer » le caractère héréditaire de l’intelligence, avait inventé de toutes pièces des panels de vrais jumeaux lui permettant d’étayer statistiquement ses thèses. Une recherche sur Internet donne une multitude de sites, comme pour Benveniste ; en voici un
    en français :
    http://www.linternaute.com/science/divers/dossiers/06/impostures/burt-qi.shtml

    L’interdit du plagiat, indispensable à la vie collective de notre milieu, n’est pas caractéristique de celui-ci ; il existe à des degrés divers chez les écrivains, les plasticiens et tous les créateurs.
    En revanche, les règles de la probité scientifique ont bien l’air de constituer une sorte de ciment spécifique du monde des chercheurs. Interdit du plagiat et probité scientifique ont un point commun : il peut se révéler profitable de les violer l’un et l’ autre. La compétition exacerbée qu’on tente de nous imposer pousse à le faire.

  3. Sophie Roux dit :

    Merci Sylvain de ce long billet, qui amorce une réflexion encore à mener.

    J’ajouterai juste deux remarques, qui touchent toutes les deux à la spécificité du plagiat universitaire :

    1) Par rapport au « plagiat » scolaire.
    L’élève ou l’étudiant (disons jusqu’à la licence) est supposé assimiler et restituer un savoir déjà bien établi ; au contraire, l’étudiant (disons à partir du master) ou le chercheur est supposé avancer quelque chose de nouveau. La nouveauté peut se dire de multiples manières, mais, s’il n’y a pas de nouveauté, il n’y a pas eu de recherche !
    Pour cette raison, je reste très dubitative devant le parallèle esquissé en début de billet entre le plagiat des mauvais devoirs de licence et le plagiat des mauvais masters (ou thèses, etc.)

    2) Par rapport au plagiat des créateurs en général, juridiquement dit « contrefaçon » et lié à la propriété intellectuelle.
    Le créateur me semble être bien plus que l’universitaire traditionnel engagé dans l’économie réelle : publier un livre ou faire un film, c’est, effectivement, s’apprêter à faire certains gains matériels.
    Dès lors il me semble que le plagiat universitaire a la particularité de se situer uniquement dans le domaine symbolique, tandis que la contrefaçon dans le cas des créateurs est à la fois symbolique et matérielle.
    — de ce point de vue, je trouve intéressante l’histoire d’Edelman que tu rapportes. Il ne pouvait pas y avoir dommage et intérêt, parce que l’ouvrage était issu d’une HDR, autrement dit, déconnecté de l’économie réelle.
    (Mais je me demande aussi jusqu’où cela peut aller… parce que le livre, lui, quoiqu’issu d’une HDR, était bien un livre).

    Aussi, je signale un plaidoyer un peu naïf, je trouve, en faveur du plagiat (naïveté du « nous sommes tous en réseau), mais qui a le mérite d’appeler à une enquête sur les motivations des plagieurs.

  4. but dit :

    Dans l’affaire qui concerne M. COUDRAUD (TGI de Paris du 9 mars 2010) le plagiaire est toujours en poste dans une université française. On peut donc s’interroger sur la volonté réelle des universités de faire le ménage. On peut aussi s’interroger sur la crédibilité de l’université qui continue d’employer un plagiaire. Comment expliquer aux étudiants que le plagiat est une plaie quand on a été condamné pour plagiat et que l’on enseigne ? Comment les condamner pour cette faute ? Cela paraît incroyable. Plutôt qu’une intervention de justice, il aurait été préférable, comme c’est le cas pour les médecins avec le conseil de l’Ordre, d’interdire à ce plagiaire l’exercice du métier d’enseignant, qui plus est dans une université.

  5. jblassalle dit :

    Dans l’affaire de Monsieur COUDRAUD, le plagiaire est toujours en poste dans une université du Nord de la France…Est-ce normal ? Si oui, quid de la déontologie universitaire.

  6. dupond dit :

    non seulement dans l’affaire Coudraud le plagiaire est en poste comme maitre de conférence à l’université mais est également directeur d’une ecole supérieure d’art donc dans la fonction publique territoriale. comment est ce possible on se le demande vraiment vraiment …

  7. Fondanèche dit :

    Le problème du plagiat commence au collège (à l’école primaire même) où les élèves viennent au CDI (Centre de Documentation et l’Information) pour faire des travaux dits « de recherches » qui, pour beaucoup, se résument à des copier-coller faits dans le Wiki. Normalement, les documentalistes devraient traquer ces « emprunts » au nom de la Charte Internet que signent les élèves et leurs parents en début d’année scolaire, mais les documentalistes n’en ont ni le temps et ni la possibilités, dépensant une bonne part de leur énergie à des opérations de « basse police » pour que le CDI soit un lieu à peu près calme. Pourtant, lors de leur formation au CAPES (je l’ai fait pendant 20 ans) on les sensibilise à cette question. Mais, par la suite, comme les enseignants n’ont pas été formés à ce problème ne font jamais ou au grand jamais la moindre vérification, le plie est pris chez les élèves. De la même façon la fraude lors des compositions (grâce aux GSM) est massive et très rarement sanctionnée. Pour l’étudiant, « emprunter » un texte, une idée, n’est donc pas quelque chose de répréhensible et comme la formation à la recherche est quasi inexistante, le « pas vu, pas pris » domine.

  8. Sophie Roux dit :

    On parle du plagiat dans Mediapart, via Sauvons l’université :

    http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article4064

  9. Sylvain Piron dit :

    Du nouveau : une trentaine d’universitaires dénoncent un plagiat commis par l’actuelle présidente de l’Université de Polynésie française, dans un ouvrage paru en 2000, aux dépens du livre d’un illustre inconnu nommé Umberto Eco. Il est ahurissant de penser que cette dame a pu croire que cela ne se remarquerait pas…
    Jean-Noël Darde expose ici le détail des emprunts : http://archeologie-copier-coller.com/?p=2542 et présente la lettre ouverte : http://archeologie-copier-coller.com/?p=2891

  10. Sophie Roux dit :

    Encore…

    Je relève, via le blog de Pierre Dubois, l’organisation d’une journée sur le plagiat à Rennes II.

    http://blog.educpros.fr/pierredubois/2011/02/16/un-comite-dethique-contre-le-plagiat/

    Rennes II se trouve être l’université où exerce un professeur de sociologie, par ailleurs membre du CA :

    http://blog.educpros.fr/pierredubois/2010/12/02/copier-et-coller-sans-guillemets/

  11. Sophie Roux dit :

    Nous finirons par avoir tout un dossier pour faire une thèse sur le plagiat ! Relevé via SLU, un colloque sur le plagiat en recherche, les 20 et 21 octobre 2011, à Paris :
    http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article4991

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *