Le diable est dans les détails

Un article (Evaluer la recherche: y a t-il une bonne recette?) publié par Daniel Fixari et Frédérique Pallez dans le magazine Pour la Science (n°390, avril 2010), interroge les modalités des nouveaux dispositifs d’évaluation mis en place en France depuis la création de l’AERES. Leur description du nouveau dispositif (mais aussi de l’ancien) est sans doute trop rapide (on peut déplorer que l’analyse des modes de fonctionnement des instances et de leurs relations soit trop superficielle) mais fait clairement le point sur les problèmes qu’il pose:

– la centralisation de l’AERES et du CNU qui s’oppose aux logiques propres des établissements;

– la difficulté de prendre en compte tous les aspects du travail des évalués;

– les tensions induites par la dissociation des évaluations individuelles de celles des unités de recherche;

– le choix d’évaluateurs « ad hoc » qui limite les possibilités de mettre en oeuvre un travail cumulatif;

– l’opacité des usages devant être fait des résultats de ces évaluations, et en particulier dans le cadre des arbitrages relatifs aux allocations de moyens;

– le peu de pertinence d’une note chiffrée qui ne saurait rendre justice à une opération par nature complexe.

Ils appellent en conclusion au « réglage progressif des nouveaux dispositifs mis en place ».


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *