Editer en SHS: 2. les articles

Puisqu’il n’existe pas de bases de données bibliographiques un tant soit peu complètes en SHS qui permettraient d’avoir une vision d’ensemble des publications, certains chercheurs, désireux de questionner les classements de revues proposés comme une alternative à cette absence, ont produit leurs propres instruments. C’est le cas en sociologie et en science politique. En sociologie, Philippe Cibois et Odile Piriou présentent leurs résultats dans un article publié par la revue Socio-logos (« Inventaire des revues où publient les sociologues », n° 4, juillet 2009) ; en science politique, c’est Fabien Jobard, dans son papier déjà cité sur ce blog : « Regards sur la production quantitative des politistes de la section 40 du CNRS (2003-08) enrichis de considérations opportunes sur les revues scientifiques et de graphiques en couleurs délicates », présenté lors du 10e congrès de l’AFSP.

Question initiale : comment constituer un corpus ? C’est le principe de l’auto-déclaration qui prévaut. Dans le cas de la sociologie, les auteurs ont pris comme corpus de référence les articles qu’un échantillon de 300 membres de l’Association française de sociologie ont indiqué sur leur fiche individuelle, complété par les publications signalées sur leurs pages institutionnelles ou personnelles, soit 735 articles publiés dans 372 revues. De son côté, Fabien Jobard examine la production de 130 politistes évalués par la section 40 du Comité national du CNRS au travers de leurs rapports d’activité. Les revues prises en compte correspondent aux lieux de publication des articles listés dans la rubrique « revues scientifiques » du rapport (après discussion et correction si nécessaire), soit un total de 486 articles publiés dans 95 revues françaises et 146 revues étrangères.

Les résultats : en sociologie, une revue se distingue nettement, qui a publié près du double d’articles de la revue qui la suit immédiatement : la Revue française de sociologie. Pour autant, la Revue française de sociologie n’a publié que 4% des articles du corpus, et les cinq revues qui ont publié le plus d’articles (plus de 10), à savoir la RFS, Actes de la recherche en sciences sociales, Sociétés contemporaines, Sociologie du travail, Politix, et Ethnologie française ne représentent que 13% de l’ensemble des articles. En science politique, la situation est un peu différente. Une revue se distingue, la Revue française de science politique avec 8% des contributions publiées dans les revues françaises ; les 12 premières revues de la liste ont publié 39% des articles parus dans des revues françaises. Pour les revues étrangères, dans l’un et l’autre cas, c’est la dispersion qui prédomine.

Cette « bibliométrie sauvage » a le mérite de montrer l’intérêt d’une approche qui, dès lors qu’elle n’est pas réduite à une instrumentalisation brutale et peu soucieuse de rigueur scientifique, permet de dresser le portrait des pratiques de publication d’une discipline. Elle mériterait d’être affinée par un certain nombre de données (thématiques, institutions…) afin de produire un instrument de compréhension du paysage scientifique actuel, et donc de permettre d’introduire la notion de contextualisation dans les procédures d’évaluation.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Emmanuelle Picard dit :

    Le blog de l’UMR Spirit (voir blogoliste) signale la publication du texte de Fabien Jobard dans le numéro 1, vol. 60, 2010 de la Revue française de Science politique (ce qui va encore augmenter son score !). Pour l’instant, il n’est pas encore accessible sur Cairn, mais cela ne saurait tarder. Je ne sais pas s’il est très différent du Pdf utilisé pour mes deux billets.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *