Évaluation et publications en mathématiques : un point de vue de François Blanchard

A notre demande suite à son intervention à ce sujet sur la liste de discussion de Sauvons la recherche, François Blanchard nous propose un billet sur les effets pervers d’un certain type d’évaluation dans sa discipline : les maths, ou plutôt une partie précise des maths.

Tout récemment, j’ai pu toucher du doigt les dégâts causés par l’obligation de publier dans le domaine des mathématiques où je travaille, la dynamique topologique.

Deux aspects de la publication en mathématiques la différencient nettement de la publication en sciences humaines et sociales telle que je l’imagine à distance et très schématiquement. D’abord, le moindre poids des écoles ou des controverses. En général, quand un article innovant est refusé, c’est dû à l’incompréhension du rapporteur, parfois à sa malveillance personnelle ; quand un article sans contenu est accepté, c’est un résultat de son incompétence, de sa légèreté ou d’un excès de sympathie pour le ou les auteurs. L’effet de coterie joue rarement. Ensuite, on publie presque exclusivement en anglais. C’est une vraie difficulté pour les chercheurs dont les structures de la langue maternelles sont très éloignées de celles de l’anglais. Pour les autres, vu que l’anglais mathématique est pauvre et standardisé et la gamme d’idées à exprimer plutôt réduite, c’est bien moins grave qu’en SHS.

Voici l’anecdote. J’ai eu à faire un rapport sur un article qui n’est pas complètement creux ; toutefois, l’auteur y applique le précepte « Un résultat, un papier » qui permet de gonfler, sinon le facteur h, du moins les bibliographies, et y manque de lucidité. Peu importe. L’effarant, c’est qu’il fait référence à trois autres articles, tous publiés dans des revues à comité de lecture international, qui démontrent dans des cas particuliers un fait général bien connu depuis longtemps des spécialistes du domaine, et dont la preuve tient en deux lignes. Ce fait est difficile à dénicher dans la littérature antérieure, et pour cause : ceux qui l’ont éventuellement cité ont dû le faire dans le corps du texte, sans l’ériger en « théorème ». En revanche, un chercheur qui a lu la littérature de base n’a aucun mal à en imaginer la preuve.

Les auteurs de ces théorèmes inutiles ne sont sans doute pas de mauvaise foi, mais la course à la publication, érigée en règle absolue dans leur pays bien avant qu’on tente de nous l’imposer, les a empêchés d’intérioriser la déontologie du métier. Ils courent après les petits résultats ; quand ils en ont trouvé un, ils s’efforcent de le publier le plus vite possible sans réfléchir sur sa signification ni voir s’il ne serait pas, par hasard, évident. Et ça a l’air de marcher, puisqu’on les publie. Leur cas n’est pas le premier que j’ai rencontré, tant s’en faut ; il n’est que le plus flagrant dont j’ai eu connaissance jusqu’à maintenant.

La barrière de l’évaluation des articles est donc déjà tombée dans certaines parties de notre domaine et pour certaines revues. Allez donc bâtir là-dessus des indicateurs bibliométriques et une « mesure de l’excellence » !


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *