A propos de la liste des revues d’histoire et de philosophie des sciences de l’AERES (Sophie Roux)

Dans l’histoire de la controverse sur les classements des revues qui s’écrira peut-être dans une vingtaine d’années, l’histoire des sciences occupera sans doute une place particulière.

On se souvient en effet que, suite à la publication des listes de l’ERIH, les rédacteurs en chef des revues internationales d’histoire des sciences et de la médecine avaient rédigé l’appel Journals Under Threat. Dans cet appel impitoyable, ils ne se contentaient pas de critiquer les défauts d’une liste particulière, ils condamnaient toute liste dans son principe ; ils ne se contentaient pas de belles paroles, mais demandaient que les titres des revues qu’ils avaient en charge soient effectivement retirées des listes de l’ERIH : et, comme ceux qui prenaient ces positions étaient de bons élèves, qui avaient obtenu A, on ne pouvait les soupçonner de quelque ressentiment ou quelque aigreur que ce soit.

Sans avoir pris les moyens de prouver ce que j’avance, il me semble que trois sortes de raisons ont dû intervenir dans cette soudaine détermination des historiens des sciences :

  • les membres de la commission de l’ESF ne comprenaient aucun historien des sciences, mais uniquement des philosophes des sciences qui ont, par un biais naturel, privilégié ce qu’ils connaissaient ;

  • la communauté des historiens des sciences étant assez réduite et très internationale, une coordination rapide et effective a été possible ;

  • les historiens des sciences ayant pour profession d’étudier la transformation des savoirs, y compris parfois en prenant en compte des facteurs sociaux et institutionnels, ils ont sans doute été plus sensibles que ceux qui ne fréquentent que le ciel des idées aux pratiques du pouvoir que révélaient ces listes.

Quoi qu’il en soit, il était naturel de supposer que, après que l’appel Journals Under Threat avait été publié comme éditorial dans toutes les revues d’histoire des sciences, aucune liste ne serait constituée dans cette discipline. Un nouvel épisode, spécifiquement français, vient de démentir cette hypothèse. L’AERES a en effet rendu publique en janvier 2010 une liste de revues en histoire et philosophie des sciences, qui identifie un ensemble de revues professionnelles, selon les critères usuels (lecture en double aveugle, comité scientifique et comité de rédaction), et distingue dans cet ensemble deux sous-ensembles selon « la qualité et le rayonnement de la revue ».

Les listes se succédant à la manière des réformes, c’est-à-dire en ajoutant de nouveaux problèmes sans résoudre aucunement les anciens, on retrouve dans cette liste les défauts de la première liste de l’ERIH, dont les membres de la commission d’actualisation déclarent explicitement s’être inspirés, plus des défauts idiosyncrasiques.

Ainsi, en ce qui concerne la reconduction de l’ancien, on est en général frappé par le biais manifeste en faveur de la philosophie des sciences, au détriment de la sociologie des sciences pour aller aux extrêmes (les Social Studies of Knowledge sont relégués au deuxième rang). On est plus particulièrement perplexe devant des anomalies si nombreuses qu’on en vient à penser que cette liste a été faite au petit bonheur la chance :

  • Pourquoi placer Medical History et le Journal of History of Medicine en première position et le Journal of History of Biology en deuxième, alors qu’elles sont strictement équivalentes par leur rayonnement ?

  • Archive for History of Exact Sciences est en première position dans la liste, alors qu’elle ne devrait pas y figurer étant donné l’absence de procédures claires de sélection des articles. En revanche la Revue d’histoire des mathématiques ou Early science and medicine sont classées au second rang, sans qu’on n’y voit d’autre raison que leur relative jeunesse (moins de vingt ans, c’est le bel âge).

  • Technology and culture est classée en seconde position alors que c’est LA revue phare de l’histoire des techniques, au contraire d’History and Technology.

  • On ne comprend pas bien ce que font dans cette liste de « publications comportant principalement des articles de recherche en histoire et philosophie des sciences » le Croatian Journal of Philosophy (1), Historiographia linguistica (2) ou Phronesis (1) ?

Etc., etc.


Mais, évidemment, le problème n’est pas que cette liste soit effectivement mal faite — si c’était le cas, il serait possible de la corriger —, elle est qu’elle est viciée par la procédure qui a conduit à sa constitution, et c’est cela qu’il faut entendre par « défauts idiosyncrasiques » :

  • La commission d’actualisation de la liste doit en effet rassembler « des représentants du CoCNRS et du CNU, des membres de l’IUF, des personnalités qualifiés étrangères ». Etant donné le refus des classements en histoire des sciences, la constitution d’une telle commission risquait d’être difficile. Mais surtout, un problème de principe se pose : que veut-on dire lorsqu’on dit qu’un membre du CNU a été membre d’une commission ? Pour qu’un membre du CNU participe aux commissions de l’AERES qua membre du CNU, il faudrait qu’il soit mandaté par le CNU ; s’il ne l’est pas, c’est simplement qua personne, sollicité par le délégué scientifique de l’AERES. L’ambiguïté qui a été entretenue entre les personnes et les fonctions renvoie évidemment à la restauration de rapports de dépendance personnels, alors que la sagesse de l’histoire nous avait appris l’importance des institutions.

  • Le cas de la liste d’histoire et de philosophie des sciences est particulièrement scabreux puisque certains membres de la commission ne sont ni philosophes des sciences ni historiens des sciences. De source sûre, on nous indique qu’en réalité ces membres n’ont pas participé à la constitution de la liste, mais que, en revanche, des personnalités dont le nom n’est pas mentionné dans le document de l’AERES ont été consultées étant donné leurs compétences en histoire et philosophie des sciences. Autrement dit, sont affichés des noms de collègues n’ayant pas procédé au classement et ne sont pas affichés les noms de collègues ayant procédé au classement. Il y a ici encore quelque chose d’assez remarquable : plus personne n’est responsable de ces listes, ce sont des émanations d’on ne sait qui on ne sait où on ne sait à quel titre…

Ce sont ces dysfonctionnements manifestes qui sont à l’origine de l’échange entre deux membres du bureau de la section 72 du CNU et la déléguée scientifique en philosophie, Sandra Laugier, échange rendu public sur la liste Theuth et que nous reproduisons ci-dessous.

La réponse de cette dernière est particulièrement intéressante car on y trouvera le credo quotidien des experts de l’AERES :

  • Il y a un ordre qu’on ne peut pas changer, celui du nouveau management de la recherche : nous travaillons désormais dans « un cadre, celui de l’AERES », il ne s’agit plus de savoir s’il faut qu’il y ait ou non une liste, mais d’améliorer la liste, la commission n’est pas une commission d’institution, mais une commission de révision. Un peu comme si l’on trouvait inéluctable qu’il y ait des pauvres et des riches, la seule question pertinente étant subséquemment de savoir comment la soupe populaire des premiers peut être améliorée.

  • Nous, experts de l’AERES, sommes des enseignants-chercheurs comme les autres, nous sommes vos collègues, vos semblables, vos frères. Ce qui revient à oublier que le fait d’occuper certaines fonctions dans certaines structures détermine des identités sociales, et, par suite, les effets sociaux, dans la vraie vie, de ce qu’on fait et de ce qu’on ne fait pas. C’est encore une fois la confusion des personnes et des fonctions sociales.

  • Nous faisons au mieux pour défendre nos disciplines contre les «autres» disciplines, en l’occurrence mieux vaut se rattacher aux sciences sociales, elles-mêmes lorgnant du côté des sciences, que de se voir rétrogradé parmi les littéraires. Outre la singulière condescendance qu’un tel argument révèle à l’égard des littéraires (dont la seule raison de refuser les listes serait que, pour eux, « toute forme et lieu de publication est potentiellement validable »), outre encore l’ignorance qu’il révèle de ce qu’il en est vraiment dans les sciences (rappelons au passage que les mathématiciens s’obstinent à refuser l’utilisation de critères bibliométriques dans l’évaluation de leur travail), c’est ne pas comprendre que la question n’est pas celle de «nous» et des «autres», mais bien celle de l’enseignement et de la recherche en général, en tant qu’il peuvent maintenir quelque autonomie devant le nouveau management public.

(synthèse préparée par Sophie Roux, à l’aide d’arguments échangés sur la liste Theuth depuis la mi-janvier)

—-

(A) Lettre de Gilles Denis et Alain Herreman à Sandra Laugier, 4 février 2010

Chère collègue,

Nous, membres du bureau de la 72ème section (rang B), vous remercions pour le message que vous avez adressé au bureau relatif à la liste des revues d’histoire et de philosophie des sciences présentée sur le site de l’AERES. Nous regrettons néanmoins qu’il n’ait été envoyé directement qu’à deux membres (rang A) d’un bureau qui en comprend quatre.

Vous nous écrivez que les membres de la commission que vous présidez sont bien conscients des objections que suscite une telle liste. Elles ont en effet été rappelées dans un éditorial publié en 2008 et signé par la plupart des directeurs des revues concernées. Cela ne ressort pourtant ni de votre message ni surtout de la page qui présente cette liste. Une personne qui n’aurait pas reçu votre message pourrait ne pas s’en rendre compte.

Ce doute est renforcé par la lecture de votre message. Il l’est en particulier par la parenthèse dans laquelle vous précisez la fonction d’une telle liste : elle vise « seulement à délimiter un périmètre scientifique des revues dans le domaine pour  l’évaluation des unités ».

Nous nous étonnons que vous puissiez considérer que sa fonction soit aussi bien contrôlée. Ne se pourrait-il pas qu’elle puisse aussi servir à évaluer des chercheurs, à décider de leur financement, de leurs primes, le cas échéant de la modulation de leur service d’enseignement?!

Notre embarras est d’autant plus grand que la seule fonction que vous lui reconnaissez ne saurait la justifier.

Une personne qui connaît un peu l’histoire des mathématiques, par exemple, sait que de nombreux travaux de ce domaine sont publiés dans des revues de mathématiques. Etablir une telle liste conduit dès lors à l’alternative suivante : ignorer un grand nombre de publications d’histoire des mathématiques ou compter comme des publications d’histoire des mathématiques un grand nombre de publications de mathématiques (et faire de la plupart des mathématiciens des historiens des mathématiques!).

Par ailleurs, tout chercheur a une connaissance fine de la valeur des revues de son domaine (et surtout des articles qui y sont publiés). C’est d’ailleurs ce qui l’incite à être pour le moins circonspect devant l’idée de constituer une telle liste et à l’envisager plus facilement pour les domaines qu’il ne connaît pas bien que pour ceux dont il est spécialiste. Elle n’est donc utile que pour des personnes extérieures au domaine.

Croyez-vous donc vraiment nous rassurer en nous disant de manière incidente que la finalité de cette liste n’est que de permettre l’évaluation des équipes d’histoire et de philosophie des sciences par des personnes qui sont à ce point ignorantes de ces sujets qu’elles n’en connaissent pas les revues?!

Vous faites aussi valoir dans votre message que cette liste « existe de toute façon ». Nous sommes inquiets par cette manière d’écarter toute analyse de ce qui est nécessaire à l’existence d’une telle liste, au premier rang la commission que vous présidez. Une liste qui existe de manière aussi miraculeuse ne devrait pas avoir besoin de se prévaloir d’un soutien que la 72ème section ne lui a, à ce jour et à notre connaissance, jamais accordé. Vous écartez ainsi la question de l’existence qui nous semble la seule d’actualité. Peut-être pourriez vous mieux établir l’évidence de celle-ci en la mettant plus en cause et en l’éprouvant un peu. Nous serions très intéressés de connaître les avantages qui justifient à vos yeux la constitution d’une telle liste en dépit de toutes les critiques qui ont été formulées à son encontre.

Bien sûr cette liste est améliorable et nous aurions beau jeu d’en dénoncer les défauts, mais aucune amélioration ne permettra jamais à une liste de revues de « délimiter un périmètre scientifique ». Toute amélioration nous semble illusoire et ne contribuerait qu’à légitimer un système d’évaluation et de management contraire aux principes défendus par des institutions représentatives de la communauté des chercheurs dont la légitimité a été ainsi captée en même tant qu’elles ont été contournées.

Bien cordialement,

Gilles Denis
Alain Herreman
Membres du bureau de la 72ème section (rangs B)

(b) Réponse de Sandra Laugier à Gilles Denis et Alain Herreman, 5 février 2010

Chers collègues,

Merci de votre mail détaillé, instructif et précis, et d’abord toutes mes excuses de ne pas avoir ajouté vos adresses à mon premier envoi. Je ne les avais pas, et ai prié M. Duris de vous transmettre le courrier, ce qu’il a fait. J’aurais dû plutôt les lui demander, et j’espère que vous voudrez bien me pardonner ce procédé.

J’avais en réalité les adresses de Mme Mazauric et de M. Duris car le comité d’actualisation de l’an dernier, comme celui de cette année,comprenait de droit le président du CNU (ou le vice-président). Je leur ai demandé d’étendre l’invitation de l’AERES aux membres du bureau, et aux autres membres du CNU, afin d’ouvrir un peu la discussion. Merci en tout cas de vous adresser directement à l’AERES, au lieu de faire circuler des mails à l’adresse indéterminée, pratique nuisible désormais courante.

Comme mentionné dans le chapeau de présentation, nous connaissons un peu les objections que vous formulez à l’existence d’une telle liste de publications AERES dans votre discipline, et sommes en accord avec certaines, en désaccord avec d’autres. (Une précision cependant : je ne vois pas d’où provient l’idée que je “préside” une “commission”. L’AERES n’est pas le CNU. Il s’agit d’un comité d’experts qui comme tous les comités AERES, fonctionne sous la responsabilité de chercheurs et enseignants-chercheurs, et pas des délégués scientifiques AERES.)

Pour la fonction de la liste, elle est tout à fait claire, pour ce qui nous concerne, puisqu’elle est affichée comme outil de travail pour l’évaluation des unités, ce qui est le seul champ de compétences de l’AERES. Je ne vois pas pour quelle raison elle serait utilisée pour autre chose, dans la mesure où elle n’existe que dans ce cadre et n’a jamais été utilisée pour évaluer des personnes (ce que je trouve une tâche bien plus délicate et problématique, même si le CNU l’affronte régulièrement avec courage) mais pour se faire une idée du profil général des publications d’une équipe prise à titre collectif ; ce qui est un élément important pour l’AERES, même si pour vous il peut être mineur.

Si, comme vous le dites, “tout chercheur a une connaissance fine de la valeur des revues de son domaine”, je ne vois pas (surtout du point de vue qui est le vôtre sur la connaissance) pourquoi cette connaissance devrait demeurer implicite, ou cachée. Il s’agit aussi pour nous d’arriver à établir les bases, ou au moins les conditions de formulation et de diffusion publique de cette connaissance.

Par ailleurs, je suis d’accord avec l’idée que les listes existantes sont souvent biaisées (notamment en faveur des revues anglophones et apparemment de courants de la recherche) et si j’avais pensé utile de faire travailler des experts à une liste AERES des publications Philosophie, puis Philosophie-histoire des sciences, c’est que j’avais eu connaissance des critiques émises par exemple contre la liste ERIH. Je considérais en effet qu’il valait mieux améliorer une liste que ne pas en avoir du tout.

C’est sur ce dernier point que porte, fondamentalement, et vous le dites très bien, la discussion et la divergence. Nous croyons en effet, et c’est le cas des collègues qui dans le comité d’actualisation se sont chargés de relire la liste Philosophie-histoire des sciences (lesquels, je le précise, sont les membres du comité qui relèvent de vos disciplines) qu’il faut travailler à améliorer nous-mêmes, au niveau de la recherche française et européenne, ce qui est à disposition des chercheurs, ou à améliorer une situation où nos publications seraient évaluées uniquement du point de vue du Web of science et autres outils en cours d’institution en SHS.

Nous travaillons depuis plus de deux ans dans un cadre, celui de l’AERES, où un certain nombre de disciplines SHS déterminent leur assise scientifique à partir de supports de publication (parfois différents des nôtres), plus un corpus de publications de référence. La question pour la philosophie et pour l’histoire et philosophie des sciences est constamment de savoir si elles vont faire partie des disciplines comme, par exemple, la science politique, l’économie, l’histoire, qui fonctionnent à l’AERES de cette façon, avec un ensemble large de publications de référence – inséparable de la reconnaissance du caractère central, dans le champ, de la publication de livres ; ou si elles vont se situer dans un champ, celui des études littéraires par ex. ou des civilisations étrangères, où toute forme et lieu de publication est potentiellement validable (d’où le choix actuel pour ces disciplines de ne pas avoir de liste).

C’est une vraie question. Notre ambition de fait est que nos disciplines aient le même niveau de reconnaissance scientifique que les disciplines scientifiques et de sciences humaines et sociales, tout en maintenant leurs exigences et activités traditionnelles, que nous avons pu progressivement faire valider par l’AERES : publication d’ouvrages, éditions de textes, etc. (encore heureux, direz-vous!). Pour cela, il faut des critères. Nous les avons clarifiés lors de la réunion d’actualisation : la liste contient ou doit contenir les revues qui fonctionnent avec un comité de lecture et publient en majorité des articles de la discipline. Si certaines sont omises dans la liste, il faut le signaler.

Pour ce que vous dites de mon ambition de vous “rassurer”, là aussi, je voudrais éviter des malentendus, nous ne souhaitons pas vous rassurer, ni avoir quelque caution, nous voulons simplement vous inviter à participer à l’élaboration et à l’amélioration de la liste. Le travail de l’AERES dans les comités d’évaluation, entièrement constitués de chercheurs et enseignants chercheurs, n’a pas, il me semble, donné lieu aux mécontentement que certains annonçaient, et pour ma part si je m’y suis engagée, c’est parce qu’il me semblait important de rendre l’évaluation des équipes aux chercheurs et enseignants-chercheurs, et de l’ouvrir à la communauté scientifique, avec des exigences de transparence nouvelles. Pour les revues, il en va de même, et il me semble utile au moins qu’un périmètre des revues reconnues par les spécialistes de la discipline, et aussi large que nécessaire, puisse être défini publiquement, à condition d’être revu à tout moment, par un grand nombre de membres de la discipline. Sur le terrain quotidien des visites d’équipes faites par l’AERES, il paraît souvent injuste aux experts que des publications dans des revues, parfois peu connues, qui font un travail sérieux de lecture et de sélection des textes publiés, soient mises sur le même plan que par exemple des journaux à grand public ou au contraire des revues internes. Le but initial de notre travail d’actualisation a été justement la valorisation des publications françaises et en général non anglophones dans l’évaluation des unités françaises.

C’est précisément en vue de corriger les défauts, que vous signalez à juste titre, de la liste actuelle, que je fais appel à vos connaissances, comme à celles d’autres collègues, pour le comité d’actualisation. Je n’ai aucunement l’intention de “capter” votre légitimité, et le CNU n’a de toute façon pas vocation à légitimer (ou pas) l’AERES ou à valider ses décisions ; le partage des tâches est désormais clair. Enfin je vous rappelle (inutilement) que les experts de l’AERES comme les délégués scientifiques sont des universitaires et chercheurs comme vous et moi, qui occupent cette fonction tout provisoirement et ne cherchent pas à nuire à la communauté. Le comité d’actualisation tiendra compte en tout cas de toute demande de modification ou d’ajout venant de votre part. Il envisagera aussi la possibilité, pour la liste Philosophie et histoire des sciences, de s’en tenir, comme pour les listes Philosophie et Histoire notamment, à une liste non classée dite de “périmètre”, qui semble mieux adaptée à nos pratiques.

J’espère au moins avoir répondu à certaines de vos interrogations, même si je comprends bien que vous préfériez ne pas participer au processus en cours, d’actualisation et de correction de la liste. Je suis à votre disposition pour d’autres éléments et vous remercie en tout cas, chers collègues, d’avoir si fermement et clairement donné votre position.

Bien cordialement,

Sandra Laugier

—-

(c) Réponse d’Alain Herreman à Sandra Laugier, 5 février 2010

Chère collègue,

Nous avons fait valoir notre position en tant que représentants des rangs B qui avaient été écartés et la 72ème section va, dans son ensemble, se saisir de cette question et fera connaître sa position. J’interviens donc cette fois à titre personnel.

Je tiens d’abord à vous remercier pour le niveau sur lequel vous placez et maintenez cet échange. Si cela était la règle sans doute n’aurait-il pas lieu d’être.

Je ne vais pas répondre point par point à votre message ; j’irai directement à ce que vous identifiez vous aussi comme le plus fondamental.

Il ne fait aucun doute que le périmètre de l’AERES est celui que vous indiquez (évaluation des équipes), mais vous avez aussi noté une certaine propension actuelle à produire de nombreuses listes et surtout des classements. Une liste est déjà en soi un classement ; ceux qui y sont et ceux qui n’y sont pas, les reçus, les collés et la liste de philosophie et d’histoire des sciences se distingue aussi par un classement interne. Elle est surtout un instrument pour classer. A priori des équipes, mais vous savez que le classement des équipes n’a, en définitive, de répercussion que sur les personnes. Vous êtes sans doute aussi sensible aux différences de genres textuels, à leurs enjeux et significations. La liste appartient à un genre très particulier et singulièrement en vogue. Je ne crois pas que l’on puisse s’inscrire dans un quelconque genre et ne pas tenir compte de ses caractéristiques et de leurs significations. Or, la liste est sans doute l’un des genres textuels les plus pauvres. C’est peut-être bien d’ailleurs l’un des rares que l’on puisse aussi facilement placer quand la hiérarchie des genres, qui existe sans doute, serait néanmoins très difficile à établir. Ce que je constate pour ma part c’est que des chercheurs en philosophie et histoire des sciences s’expriment dans un genre aussi bas. Mais ce qui est sans doute le plus significatif, c’est qu’ils n’ont pas décidé du genre textuel qu’ils adoptent. Autrement dit, sur la question aussi délicate que la « délimitation d’un périmètre scientifique », sur laquelle les philosophes et les historiens des sciences, en y incluant les sociologues, sont les mieux placés pour en déterminer les enjeux, on constate qu’ils n’ont pas eux-mêmes fixé les termes dans lesquels ils en traitent! Je tiens dès lors pour illusoire la reconnaissance des compétences scientifiques quand les scientifiques sont de fait dépossédés de la manière de les exercer. Je ne discute pas de l’éventuel bien fondé de cette dépossession puisque vous ne l’invoquez pas. Je crois que vous croyez défendre un champ mais que vous le faites, de fait, en le mettant sous une tutelle extérieure, en l’occurrence gestionnaire. La force de pénétration des critères gestionnaires apparaît à l’heure actuelle bien plus forte et avérée que l’impact escompté par ceux qui, avant tout, s’y soumettent. C’est un peu comme ouvrir un robinet, inonder la pièce et ensuite faire valoir que l’on met ainsi de l’air dans les tuyaux!

En bref, vous considérez pour votre part défendre la place des SHS au sein de l’ensemble des disciplines « scientifiques », je crois pour ma part que vous participez surtout à la mise sous tutelle gestionnaire de l’ensemble des disciplines « scientifiques ».

A partir de là, il doit être clair que nos échanges sur les statuts et les cadres respectifs des uns des autres ne sont pas anodins, ils renvoient aussi à des différences de genres non plus textuels mais institutionnels. Et il y a bien sûr une homologie forte entre les genres institutionnels et le genres de textes qu’elles produisent. Je ne crois donc pas que l’on puisse ne considérer que la compétence, dans leur domaine, des personnes sans tenir compte du cadre dans lequel elles l’exercent, du pouvoir qui leur est donné, de quelle manière, par qui, et du type de contrôle qu’elles exercent sur l’ensemble.

Bien cordialement,

Alain Herreman


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Sophie Roux dit :

    Voici le texte de la motion votée quelques jours plus tard par la section du CNU concernée.

    \A l’occasion de sa réunion plénière du 10 février 2010 consacrée aux qualifications, la 72e section du CNU a mis à l’ordre du jour la détermination de sa position à l’égard de la question de la constitution et de l’usage d’une liste de revues relevant de son domaine. Elle a
    estimé que dans ce domaine, toute forme et lieu de publication sont potentiellement validables.\
    Vote : 17 pour, 2 contre, 3 blancs

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *