Evaluer tue

C’est le titre du dossier présenté dans la revue de psychanalyse, Le Nouvel Ane, n° 10, qui vient de paraître. On peut lire ici l’éditorial d’Agnès Aflalo ; on peut aussi acheter en ligne la revue.

Avant de lire le dossier, et d’en faire une synthèse, je cite l’argument central qui semble en effet mettre le doigt sur un point central :

« La  culture de l’évaluation repose sur l’idée simple qu’il n’y a  presque pas de différence entre l’humain et l’objet. Simple  question de qualité à chiffrer. La qualité est alors devenue le  maître-mot au nom duquel la traque des vivants a commencé,  car la qualité, qui fait la différence, c’est la vie elle-même. »

Un forum “Évaluer tue” aura lieu le dimanche 7 février, à la Mutualité, 26 rue Saint-Victor, 75005 Paris, de 10h à 19h.
Inscription sur place : 20 euros.


7 réponses

  1. Pierre Mounier dit :

    Excellent. Il faut aussi citer le début du paragraphe suivant qui est à mon avis encore plus pertinent :

    « L’évaluation – avec sa culture du tout chiffrable – n’est pas seulement rebelle à la vie, elle la pourchasse jusqu’à la mort. D’abord, elle supprime la parole et la remplace par des questionnaires à cocher. Puis, elle traque la libido avec des calculs loufoques qui prétendent venir à bout de son opacité pourtant irréductible et paralysent ainsi le mouvement même qui anime chaque vivant »

  2. Pablo dit :

    C’est donc toute la sociologie quantitative qu’il faut jetter ?

    Poussons le raisonnement jusqu’au bout : vouloir comprendre l’humain, c’est déjà le transformer en objet, lui nier sa qualité d’humain, trop complexe pour l’entendement, donc le tuer. Les SHS tuent !

    • Sylvain Piron dit :

      Non, Pablo, tu n’as pas saisi le sens de la critique. Il n’est pas ici question de l’observation quantitative que pratiquent les sciences sociales, mais d’un asservissement des activités intellectuelles à un contrôle mécanique qui a initialement été conçu pour s’assurer du bon fonctionnement de machines.
      La mesure comme instrument de compréhension au sein d’un questionnement global n’a rien à voir avec cette mesure comme outil de contrôle.

  3. Pablo dit :

    La sociologie quantitative « – avec sa culture du tout chiffrable – n’est pas seulement rebelle à la vie, elle la pourchasse jusqu’à la mort. D’abord, elle supprime la parole et la remplace par des questionnaires à cocher. Puis, elle traque la libido avec des calculs loufoques qui prétendent venir à bout de son opacité pourtant irréductible et paralysent ainsi le mouvement même qui anime chaque vivant. […] Enfin, [la sociologie quantitative] accélère la dématérialisation du lien social à coup de télé- transmissions en tout genre. Privé de parole, de possibilité de mouvement, et amputé du corps à corps salvateur, le malaise cristallise en désespoir conduisant au suicide. Du jardin d’enfants aux maisons de retraite, pas un citoyen n’échappe aux faux prophètes de [la sociologie]. Aucune autre culture ne produit autant de morts en temps de paix. »

    Désolé mais une grande partie de l’argument porte sur la quantification du vivant. Et je trouve cette argumentation trop tirée par les cheveux à mon goût. Je suis d’ailleurs surpris que cet éditorial n’ait pas atteint le point Godwin, vu les raccourcis qui y sont faits…

  4. aubedelune dit :

    Pablo, pourriez-vous expliquer ce « pointGodwin » pour les non -initiés ? MERCI

  5. Cati dit :

    Face à la réaction de Pablo, j’aimerais donner mon point de vue sur la question. Oui, les échelles qui réduisent l’humain à des qualités chiffrables donnent un aperçu réducteur désolant de l’humanité, mais ce n’est à mon avis pas le plus grand tort. D’autant plus que la sociologie sait encore parler, et ne se suffit pas de chiffres.
    Là où selon moi on tombe sans hésitation dans l’horreur, c’est quand ces chiffres viennent nous désigner (directement, ou de façon voilée) la NORME. Quoi de plus violent que de s’entendre dire que notre QI est « inférieur » ou « supérieur » à la moyenne, que notre dépression a tel score, ou encore que nos ressources ne correspondent pas à celles préconisées par une instance gouvernementale pour accueillir convenablement un enfant. Ce n’est donc pas tant le fait de catégoriser qui est dangereux, mais le fait de soumettre une humanité diversifiée de par son essence même, à un discours normalisateur. L’angoisse étant alors de risquer l’évincement (la castration, l’abandon, la mort) en cas de désir singulier. Ce discours social et politique tient donc lieu d’amarrage à de nombreuses dépressions, la pression à réussir touchant les plus forts comme les plus faibles.
    Donc bien sûr, la sociologie quantitative est déjà sur la pente savonneuse, mais elle conserve encore le mérite de ne pas ériger de normes à promouvoir. Mais évaluer ce n’est plus seulement catégoriser : la notion de valeur y est introduite

  6. jeff dit :

    Aubelune,

    Après une rapide enquête, le point Godwin semble être le \point de non-retour\ auquel arrive une discussion quand un des interlocuteurs en vient à utiliser des analogies démesurées pour disqualifier le propos de l’autre (cf: quand un homme politique belge compare la radio télévision francophone de son pays à la radio rwandaise dite \des 1000 collines\(…)).

    Cati, Sylvain

    Pablo me semble formuler plus qu’une réaction, mais bien une interrogation: faut-il considérer toute évaluation de l’humain comme potentiellement mortifère ? autrement dit, l’idée même de mesure comme \instrument de compréhension\ est-elle toujours porteuse d’une inquiétante possibilité d’\asservissement des activités intellectuelles à un contrôle mécanique\ pour reprendre les formulations de Sylvain ?

    Dans cette hypothèse que je qualifierais de bourdieusienne, il n’y aurait tout simplement plus d’objectivité possible (et plus de catégorisation), et la connaissance de l’humain risquerait de se réduire à une confrontation de points de vue subjectifs, d’où la norme serait par principe exclue (parce que toujours potentiellement violente). Cependant, que dire de la violence d’une telle confrontation ?

    L’interrogation conduit donc à se demander si, dans le champs social complexe de l’éducation en particulier, il n’est pas nécessaire d’en passer par la promotion de normes qui ne soient pourtant pas érigées en valeurs: par exemple, dans un dialogue, dans lequel on pose des règles au moins provisoires de discussion – temps de parole, types d’arguments, etc… – sans pour autant refuser de mettre à l’épreuve la valeur de sa thèse.

    A évaluer (si possible de façon non mortifère !)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *