The french disconnection

Sous ce titre, le Times Higher Education du 3 décembre publie une contribution signée Michèle Lamont et Bruno Cousin, appelant les universitaires français à repenser leur stratégie, en particulier en matière d’évaluation. Reprenant certaines idées déjà développées en mai dernier sur le site Mouvements, les deux auteurs font un portrait critique du rapport des universitaires français aux questions de l’évaluation et suggèrent quelques pistes dont le principe réside dans une réaffirmation de leur rôle incontournable et la restauration de la confiance dans le principe même de l’activité évaluatrice. La conjoncture serait favorable, avec la reconsidération, en particulier, du rôle du CNU;  et ce faisant, les universitaires français se retrouveraient en position de force face aux injonctions politiques: « As part of a new start, academics should aim to generate a system of true self-governance at each level, grounded in more explicit principles for peer review. This would put them in a position to defend academic autonomy against the much-feared and maligned governmental or managerial control. » Ils suggèrent alors quelques pistes, empruntant aux modèles anglais, allemand ou américain.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *