Ma visite à l’Elysée

Quelques jours après avoir publié un billet consacré à Bernard Belloc, j’ai été contacté par ce dernier qui souhaitait me rencontrer. J’ai d’abord proposé un rendez-vous dans mon bureau (qui prend l’eau, le spectacle est du meilleur effet). Le conseiller au cabinet du président de la République pour l’enseignement supérieur et la recherche ayant un emploi du temps trop chargé pour se déplacer rive gauche, j’ai finalement dû me rendre à son bureau. Ce n’est pas sans hésitation que j’ai accepté cette rencontre. L’argument qui a emporté la décision était celui de la possibilité de faire entendre la voix de la contestation dans les hautes sphères du pouvoir. De ce point de vue, comme on le verra, l’opération s’est révélée plutôt décevante.

Je me suis donc rendu rue de l’Elysée, dans une annexe du Palais, vendredi 10 avril à 11h. J’avais décidé de venir pour parler en tant qu’individu collectif, impliqué dans SLR, SLU et la coordination nationale des universités, mais en m’appuyant, pour ne pas en rester à des généralités, sur mon expérience personnelle de médiéviste (et puisque je l’ai fait pour Belloc, il est équitable que je décline ici mon identité scientifique). La conversation a roulé sur beaucoup de sujets, de l’évaluation à la mastérisation en passant par la recherche sur contrat. Le rendez-vous suivant a dû patienter un quart d’heure dans la salle d’attente, signe qu’il y avait matière à discuter. Plutôt qu’un compte rendu détaillé d’une discussion à bâtons rompus, qui n’aurait pas beaucoup d’intérêt, il me semble préférable de donner une synthèse commentée de cet entretien.

La première chose qui frappe, quand on le rencontre, est que Bernard Belloc est très content de lui. Il est fier de ce qu’il a réalisé à Toulouse, notamment avec Jean-Jacques Laffont, puis lors de son mandat de vice-président de la CPU (les historiens de l’enseignement pourront vérifier, mais il est en effet possible que ce soit à la fin des années 1990 que ce collectif d’universitaires administrateurs ait pris une importance nettement supérieure au rôle qui lui était initialement confié, et dont la loi LRU a entériné l’élévation). De ce point de vue, ce que je subodorais à la lecture de son CV et de ses œuvres s’est confirmé. Il est également fier de n’avoir aucune ambition politique et d’œuvrer par pur désintéressement, confidence répétée plusieurs fois durant l’entretien, ce dont je n’avais rien à faire : la formule visait sans doute à se placer en position de collègue, qualité que je ne lui reconnais pas ; reconverti en manager de la science et conseiller du prince, à mes yeux il n’appartient plus à la communauté scientifique que je suis venu défendre. Il est également content que son bureau soit un lieu de discussion ouverte, puisqu’il n’est pas en position de négocier quoi que ce soit.

En réalité, Monsieur le conseiller n’entend que ce qu’il veut bien entendre. A chaque fois que j’ai prononcé des formules trop désagréables, il a fait dévier la discussion. La ficelle la plus grosse, pour parer une attaque contre le gouvernement actuel, consiste à dire du mal des gouvernements passés. Une autre tactique est celle de l’éparpillement des responsabilités. Ainsi, la politique de désaffiliation des UMR serait menée par la direction générale du CNRS contre les intentions du Ministère (dans son excellent article sur la question, Jade Lindgaard a en effet obtenu confirmation que c’est à cet échelon que les décisions ont été prises, mais il est difficile de croire qu’Arnold Migus ne conduit pas la destruction de l’organisme qu’il dirige en service commandé). Sur certains points, j’espère avoir été entendu. Mais quand, pour finir, j’ai dit qu’il faudrait faire un geste pour apaiser la contestation, il a eu un instant d’attention soutenue, avant que son visage exprime la déception lorsque j’ai simplement repris les revendications de la coordination nationale des universités exprimées depuis le 22 janvier : retrait du décret sur le statut des enseignants-chercheurs et de la mastérisation de la formation des enseignants. Toutefois, au moment de la poignée de main finale, ce sont surtout les points d’accord qu’il a voulu retenir.

Ces points d’accord, je le précise tout de suite, sont autant de malentendus. Il est probablement nécessaire de maintenir la fiction d’un niveau minimal de consensus pour qu’une communication puisse avoir lieu entre adversaires politiques. Mais il est préférable que les interlocuteurs n’aient pas de doute sur la nature du malentendu qui leur permet de communiquer. Le premier point est que nous ne sommes pas partisans de l’immobilisme et que nous ne sommes pas radicalement hostiles à l’autonomie des universités. C’est mon cas, au premier chef par attachement à la liberté intellectuelle totale dont je jouis dans mon établissement et j’ai le sentiment que le mouvement actuel n’est pas animé par un désir immodéré d’alourdissement de la tutelle ministérielle. Mais l’autonomie que nous désirons n’est évidemment pas celle qu’instaure la LRU. La position adoptée par Belloc face aux critiques adressées à la loi est plaisante : selon lui, il n’y a pas besoin de la modifier, car beaucoup de choses qui ne figurent pas dans la loi sont permises ; d’ailleurs, lui-même à Toulouse, organisait des réunions de chefs de services qui n’étaient prévues nulle part, etc., etc. La posture pragmatique adoptée par Monsieur le conseiller est pour le moins paradoxale : la loi, dont il admet implicitement les limites, n’aurait pas besoin d’être réécrite car elle fournirait un cadre qui peut être contourné.

C’est précisément à l’occasion d’un échange sur les lacunes de la LRU qu’un deuxième point d’accord supposé est apparu. Il serait plus satisfaisant, reconnaît-il, d’adopter un modèle américain, qui limiterait le pouvoir du président et donnerait le pouvoir de décision scientifique aux universitaires, en réservant le pouvoir de décision administrative à un conseil principalement formé de personalités extérieures. Si je suis plus que dubitatif sur ce dernier volet, je suis prêt à prendre au mot Belloc sur le premier : le pouvoir scientifique aux scientifiques! Mais en réalité, le malentendu est ici total. Derrière le visage souriant du gestionnaire pragmatique, on décèle une ligne idéologique assurée qui vise un adversaire très précis : les syndicats et leur tendance invétérée à l’égalitarisme qui empêcherait que les meilleurs soient récompensés. Imaginez-vous, à Toulouse (on y revient toujours), un conseil scientifique avait refusé de hiérarchiser les projets qui lui étaient soumis et les avait tous classés à égalité, pour des raisons syndicales. Récitant mécaniquement l’argument que seul un nombre limité d’universités seraient touchées par le mouvement (je l’ai assuré que le dissentiment était bien plus général que le relevé ministériel des sites bloqués), Belloc ne semble pas avoir compris à quel point l’idéologie de la compétition-performance-récompense qu’il prône et que le gouvernement met en œuvre heurte des valeurs centrales de l’université républicaine, comme le rappelle justement Marcel Gauchet. Si le modèle doit évoluer, ce n’est pas par manque de compétitivité, mais parce qu’il est devenu trop inéquitable au regard même de ce qu’exigent ces principes républicains.

Le troisième point d’accord apparent concerne directement le sujet de ce carnet : j’avais débuté l’entretien sur le terrain de l’évaluation en revenant notamment sur le fameux classement des revues. Face à mon plaidoyer, B. Belloc admet que « l’AERES n’est pas très forte en SHS », sous-entendu, du point de vue des critères d’évaluation. Une réflexion est en cours ; lui-même souhaite organiser un groupe de travail sur la question (et nous aurons des suggestions à faire). Ce qui lui importe également est que soient prises en compte les différentes activités exercées au sein d’une équipe, et pas uniquement les publications scientifiques. On reconnaît dans ce souci son idée phare, qui est à l’arrière-plan de la révision du statut des enseignants-chercheurs : tous les universitaires n’ont pas vocation à être des chercheurs de premier plan, il faut accepter un partage des rôles au sein des équipes (et je crois qu’il faut comprendre cette idée à la lumière du couple que formaient J.-J. Laffont et B. Belloc). A ce propos, il note que la qualité des doctorats français tient à ce que les étudiants sont formées au sein d’équipes de recherche. Mais si la force de la recherche française est bien là, pourquoi chercher à instaurer la compétition au sein des équipes? Pourquoi mesurer la performance collective à l’aide d’un instrument (le ratio publiants/non -publiants) qui est fondé sur une notation des individus? Il y a là une impasse de la pensée belloquienne, si je peux me permettre un néologisme à la limite de l’oxymore.

Son souci de distinguer les tâches repose aussi sur un jugement négatif à l’égard des universitaires recrutés dans les années 1980 pour faire de l’enseignement, et qui ne font aucune recherche (cette population qu’il veut voir « modulée à la hausse »). Je rappelle en contre-point, comme je l’ai fait dans le billet qui est à l’origine de cet entretien, que la massification universitaire a aussi produit, en bout de chaîne, depuis les années 1990, une population de docteurs formés à la recherche et pour autant désireux d’enseigner, qui sont les maîtres de conférences et jeunes professeurs d’aujourd’hui. Or la raréfaction des postes, agravée par les vrais fléaux de l’université française que sont le localisme et le coloriage des recrutements, est en train de placer toute une génération de doctorants et jeunes chercheurs précaires dans une situation désespérante. Le risque que court la recherche française est une interruption du renouvellement disciplinaire. Les solutions à y apporter sont simples et peu coûteuses : limitation ou interdiction du recrutement local et du fléchage des postes et plan pluri-annuel de recrutement.

Dans son courriel, B. Belloc disait se moquer du degré d’influence qui lui est prêtée. En effet, ressortant de cet entretien, j’ai eu l’impression que sur beaucoup de sujets, il est confronté à des forces qui le dépassent. Ainsi, en réponse à ma critique des effets de la recherche sur contrat, il m’annonce que la part des programmes blancs de l’ANR passera à 50%, mais qu’on ne peut aller au-delà, en raison de résistances venant du Ministère des finances, qui ne fait pas confiance aux scientifiques pour choisir leurs sujets de recherche. Mais en ce qui concerne les crédits récurrents, il attend que le CNRS fasse des propositions pour les affecter en tenant compte de critères de performance. On est loin d’être tiré d’affaire…

J’en viens pour finir au moment le plus intéressant de l’entretien. Dès que la discussion s’est engagée sur la question de la mastérisation, comme pour me tester, Monsieur le conseiller m’a demandé si je ne pensais pas que l’on pourrait former de bons enseignants dans le cadre de masters. Je réponds que l’on a bien compris que le sens de la manœuvre était en effet de rendre caducs les concours de recrutement, en remplaçant des fonctionnaires par des enseignants vacataires diplômés – cela a été dit fortement dès le mois d’octobre dernier. L’un des mystères du mouvement actuel est l’absence d’implication forte des syndicats de l’enseignement secondaire. Ils auraient pourtant de quoi s’alarmer de la disparition programmée des concours, et de la fonction publique dans l’enseignement du premier et second degré. Espérons que le mois de mai sera celui de leur prise de conscience et de leur entrée dans l’action. L’argument servi par Belloc est aussi faible qu’attendu: c’est l’Europe qui en viendra bientôt à contester ces concours comme discriminants. En réalité, il ne s’agit pas de discrimination, mais d’une limite posée à l’unification du marché européen qui doit détruire sur son passage toute forme de service public. L’exemple italien dévastateur doit ici nous servir d’alerte.

Je m’en tiens là. La discussion sur les leçons à retenir de cette entrevue peut se poursuivre dans les commentaires.


Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Furax dit :

    Billet très intéressant, merci.
    Pour info et complement du dernier paragraphe, question posée à l’oral au concours de chef d’établissement :

    Etes vous prête à recruter les enseignants localement?

    CQFD

  2. Damien Boquet dit :

    Merci beaucoup pour le compte-rendu d’audience et l’analyse qui va avec. C’est toujours fascinant d’avoir un portrait instantané d’un maillon de la chaîne qui nous étrangle collectivement. Ce mélange de satisfaction idéologique et de connivence paternaliste me paraît particulièrement symptomatique de la mécanique managériale. Sait-il même qu’il a échoué? Sinon, surtout que M. Belloc ne lise pas Gauchet… plutôt le Rivage des Syrtes.
    Damien Boquet

  3. antoine dit :

    Merci,

    C’est très parlant, et tout aussi intéressant de voir comment cela se trame de l’intérieur, même si un peu flippant de voir les approximations (du type ‘on est pas très bon en évaluation des SHS’: ah bon on savait pas ? Des problèmes quand à la bibliométrie à tout va ? quel étonnement). Un peu la même chose pour tout les domaines, les décisions sont prises par des satisfaits, souvent sans grande connaissance du domaine qu’ils cherchent à tout pris à ‘réformer’ !

    triste comme une lecture de la princesse de clève

  4. jib dit :

    Article intéressant !

    Je suis en post-doc en sciences sociales au Canada où je regarde cela à distance tout en étant concerné. A noter qu’à Montréal, les enseignants chercheurs de l’UQAM on fait une grève de 2 mois et ont obtenu une bonne partie de leurs revendications (recrutement d’environ 150 profs, ils en demandaient 300, réévaluation de leur salaire etc…). La lutte peut être payante !

    Je voulais juste revenir sur la dernière partie sur les concours de recrutement pour les enseignants du premier et du second degré. Je n’avais pas pensé à un certain aspect souligné par Belloc dont je prendrai le contre-pied. Les concours seraient discriminants, ce qui est plutôt faux. A noter que c’est en partie grâce aux concours (donc anonymes) que les femmes ont pu rentrer en nombre dans la fonction publique.

    Mon expérience d’enseignant précaire en fac de sciences de l’éducation en région parisienne m’a fait réaliser quelque chose. La plupart des étudiants choisissaient cette filière (plutôt fourre-tout au niveau contenus) pour joindre ensuite si possible les IUFM. Un grand nombre d’entre eux étaient issus de l’immigration (surtout 2 ème génération). Beaucoup se retrouvaient dans ces filières à la suite de reprise d’étude, ayant tâté le monde du travail (dans les services généralement) et les discriminations/précarisations qui vont avec. D’où le choix de l’enseignement via le concours qui se présentait comme un paravent antidiscriminatoire.

    Supprimer ces concours c’est donc favoriser le terreau à des discriminations directes et indirectes (s’appuyant sur des procédures apparemment neutres mais dans les effets sont discriminants). La tendance accrue dans la fonction publique (et surtout dans les rangs diplômés) à l’importation de techniques de recrutement issus du management (entretiens personnalisés, test psycho-moraux, bilan des compétences au détriment de la qualification…) ont justement pour effet (désiré ou non) d’écarter les indésirables.

    solidairement

  5. Héloïse dit :

    Du temps où les universités médiévales étaient par principe internationales et européennes, elles se battaient pour recruter les professeurs les plus réputés et les auteurs les plus novateurs. Les ambitions ont bien changé.
    Mille fois non, le recrutement local !
    Pour vivre à proximité d’une université \localisée\ outre-mer, je ne constate qu’une chose : on recrute son épouse, ses étudiants les moins performants, chacun ayant à coeur de ne pas recruter qui risque de lui faire de l’ombre. C’est malsain au possible et au final CONTRE-PRODUCTIF. Beaucoup d’étudiants de master sont à peine capables de rendre un mémoire et en lettres, n’attendent qu’une chose : devenir enseignant dans le primaire. Les meilleurs élèves, quand ils le peuvent, fichent le camp étudier en Europe ou en Australie. Hélas ceux qui restent, les moins bons, intriguent pour occuper les postes. Seul remède à ces comportements locaux : donner leur chance PARTOUT ailleurs à ceux qui ont le courage et la force intellectuelle de s’extraire de cet univers absurde et déprimant.

    Merci pour ce très intéressant billet. Comme ancienne lauréate de concours national, je ne peux que souscrire en outre au dernier paragraphe du texte de jib : seule l’épreuve est non discriminante et constitue une vraie reconnaissance. Elle est également intégratrice, ce que ne sont pas les biais divers qu’on nous vante comme des \progrès\ ou des alterenatives.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *