Evaluation gestionnaire et évaluation scientifique

Un précédent billet a tenté de dégager le sens que revêt le mot « évaluation » dans les discours récents de Nicolas Sarkozy et accessoirement chez Valérie Pécresse, en suggérant qu’il faut le comprendre dans un sens très différent de l’« évaluation par les pairs » qui est familière aux scientifiques. Je voudrais ici poursuivre brièvement cette analyse pour en déployer quelques conséquences, en suivant notamment des suggestions fournies par les commentaires de Francis Chateauraynaud et de Sophie Roux.

En un premier sens, on a vu que le mot désigne une opération destinée à faire apparaître des « performances » dignes de « récompense ». Le point crucial qu’a révélé la syntaxe approximative du chef de l’Etat est que cette opération est une véritable création. Expliquons mieux cela. Sous l’emprise d’une telle évaluation, ce que leurs auteurs considéraient banalement comme des travaux de recherche deviennent des éléments qui peuvent être agrégés au sein d’une « performance » (nombre d’articles, nombre de citations). Or l’idée même de performance n’est pensable qu’au pluriel, comme « performances » relatives au sein d’une compétition. C’est en ce sens que la mesure construit une nouvelle réalité, en instaurant une compétition généralisée qui change le sens même de l’activité scientifique. On y a fait allusion en présentant les travaux de Peter Lawrence : dans un tel régime, le moteur de la recherche n’est plus l’avancée du savoir pour lui-même mais l’obtention du meilleur score dans les indicateurs de performance.

Le second sens dans lequel le mot est employé exprime la nécessité d’une exteriorité de l’évaluateur à l’égard de l’acteur évalué. Ce sens n’est pas contradictoire avec le précédent, mais bien complémentaire comme on le comprend aisément. Pour reprendre les termes de Francis Chateauraynaud, c’est de l’extérieur que se construit un « espace de calcul » définissant ce que doivent être les activités des chercheurs, qui donne ensuite une « prise de contrôle » permanente aux détenteurs de l’instrument de mesure. Nous sommes bien dans l’univers du « nouveau management public » qui hante les projets de réforme de la fonction publique depuis plus d’une décennie. La science doit cesser d’être une activité prétendant avoir des modalités de régulation internes pour se soumettre à des impératifs gestionnaires définis dans d’autres sphères.

Pour clarifier la question, il faut donc distinguer fortement deux usages du mot « évaluation » qui n’ont que peu à voir l’un avec l’autre. L’« évaluation gestionnaire », orientée vers une décision budgétaire, se donne pour objectif la « récompense de la performance ». Elle ne correspond que par accident avec une évaluation « par les pairs », collégiale et scientifique, dont la première finalité est d’établir la recevabilité de travaux de recherche (thèses, articles ou livres), sans nécessairement en partager les conclusions, mais en les reconnaissant du moins dignes d’être soumis à la discussion savante. Cette reconnaissance scientifique joue également à l’occasion des recrutements et des promotions. Les jugements de ce type sont évidemment contraints par des logiques institutionnelles et disciplinaires, dans la mesure où la science ne s’exerce qu’au sein d’institutions et de disciplines. Les problèmes spécifiques posés par l’évaluation en sciences humaines et sociales ont fait l’objet de nombreuses discussions dont on trouvera un bon aperçu dans un rapport de Michèle Lamont et Grégoire Mallard (2005).

Sans entrer ici dans ces débats, il est certain que cette valeur mérite d’être défendue, et que c’est sur cette base que des réformes de l’université française sont souhaitables. Parmi les maux dont souffre le système, l’un des principaux est le recrutement local. Une étude d’Olivier Godechot et Alexandra Louvet a mis en évidence l’ampleur du phénomène et préconise une solution aussi simple et radicale que l’interdiction du recrutement et de la promotion sur place dans un délai limité (la discussion sur cette étude s’est poursuivie ici et ). Pour améliorer la transparence des procédures de qualification et de promotion, on peut également souhaiter une réforme du Conseil national des universités, qui limiterait ou interdirait le renouvellement des mandats pour éviter le maintien de positions de pouvoirs. Il y a du pain sur la planche, mais la direction semble claire. Cette piste n’est de toute évidence pas celle que privilégie le gouvernement. Il démontre au contraire sa propension à bafouer les procédures transparentes, quand un poste est taillé sur mesure pour une fille de ministre ou lorsque le ministre de tutelle manipule les résultats d’un jury pour nommer un proche dans un Institut renommé, pour ne citer que deux scandales récents.

La « culture de l’évaluation » dans laquelle les nouveaux managers de la recherche nous invitent à rentrer est donc celle d’une « évaluation gestionnaire » dont l’objectif déclaré est d’allouer les moyens en fonction de « performances ». Cette stratégie est suivie à tous les étages, en commençant par une politique salariale conçue à coup de primes et bonus. Le plan Campus, dans les termes employés par Nicolas Sarkozy le 22 janvier, témoignerait de « quelque chose d’exceptionnel: accepter l’idée qu’il y avait des projets d’excellence qui devaient passer devant les autres ». On sera gré à Bruno Latour d’avoir explicité, dans une tribune récente, l’implicite de cet éloge de l’« excellence » : « Les mauvaises universités disparaîtront enfin, libérant des ressources pour les autres ».

La même logique est au coeur de la réforme de l’allocation des moyens attribués aux universités. Après discussions cet été (voir le rapport de la commission des finances de l’Assemblée nationale de juin 2008), le nouveau modèle employé pour définir les budgets 2009 prévoit une répartition au prorata de l’activité (80%) et de la performance (20%) des établissements. En réalité, la définition de l’activité y est déjà conçue en fonction d’indicateurs de performance, puisqu’elle se fonde sur le nombre d’étudiants présents aux examens (compris comme correction du nombre d’étudiants inscrits, par une mesure de la performance pédagogique) et le nombre d’enseignants-chercheurs « publiants » défini par l’AERES. On découvre ainsi la véritable signification du classement des revues en sciences humaines et sociales que nous dénonçons depuis des mois. Il s’agit d’un simple outil de gestion, destiné à compléter les bases de données bibliométriques de ISI-Thomson, pour des domaines dans lesquels le « facteur d’impact » ne donne pas de résultats probants. A ce titre, tous les débats sur la pertinence scientifique de ces classements tombent à plat: la seule question pertinente est de savoir si nous acceptons ou non d’être les complices d’une telle gestion de nos « performances ».

Dénonçant « Les facéties de la bibliométrie » à la sauce de l’AERES dans le Monde diplomatique de décembre 2008 Pierre Jourde envisageait ironiquement d’accorder aux plus méritants le titre de « chercheur du mois ». Sans la moindre ironie, au cours du même mois de décembre, la direction du futur Institut National des Sciences de l’Univers a reçu une étude commandée à l’INIST sur la « production scientifique » de ses membres dans une liste de périodiques pour les années 2006 et 2007. Le résultat prend la forme d’un palmarès des laboratoires (par nombre de publications répertoriées au cours de ces deux années) suivi d’un palmarès détaillé de la totalité des chercheurs de ces équipes (par nombre de publications et taux de citations). Cette étude, transmise par une collègue astrophysicienne que je remercie, ne s’accompagne d’aucun commentaire. Dans le meilleur des cas, on peut imaginer que la direction du nouvel institut ne s’est intéressé qu’à la cartographie représentant les signatures communes d’articles entre membres de différents laboratoires. Malheureusement, dans ce cas comme dans d’autres, le pire semble garanti : les indicateurs de gestion bibliométriques seront employés pour l’usage en fonction desquels ils ont été conçus. Dans un communiqué récent, apportant leur contribution au débat sur l’évolution du statut des enseignants-chercheurs, trois présidents d’universités passées au régime LRU proposent d’accorder des primes d’intéressement aux meilleurs chercheurs (sans doute afin de minimiser le scandale des primes qui leur sont promises).

La machine bibliométrique à broyer l’intelligence est en marche. Nous pouvons encore résister.


Vous aimerez peut être aussi...

2 Réponses

  1. petibonum dit :

    Papier intéressant et inquiétant quant à la réalité des méthodes managériales derrière la réforme engagée de l’enseignement supérieur et de la recherche. On pressent que si rien n’est fait rapidement le monde universitaire va se transformer hélas en un salariat où l’on va commencer à surveiller ce que l’on va pouvoir dire et écrire, en jaugeant les conséquences de ses audaces sur l’évolution de sa carrière. Cette horreur que l’on impose aux salariés, et qui est le gage de leur silence face à la situation qu’on leur fait, est en passe d’atteindre l’univers de la recherche. Mais dans ce dernier, ce ne sont pas « seulement » – si j’ose dire – des individus que l’on va broyer, mais l’activité même de recherche que l’on risque d’entraver. Et en particulier dans les secteurs de la recherche qui s’en prennent le plus à la bien pensance et aux certitudes établies. Tout ça pour distinguer des salariés de l’enseignement et de la recherche supposés plus « productifs » que d’autres, selon les critères de performance arbitrairement établis à seule fin de faire fonctionner le dispositif d’évaluation. Ce piège peut être aussi une opportunité de mener un combat contre ces dispositifs de « récompense de la performance » dans le monde salarié en général, le refus des universitaires de passer sous ses fourches caudines, s’il a des spécificités relatives donc à la nature de l’activité de recherche, rejoint la situation des salariés en général sur le fait que ces dispositifs dépossèdent les gens de la signification de leur travail au profit d’une appréciation purement quantitative de résultats présumés sur lesquels les intéressés n’ont pas d’influence personnelle directe, et est, au demeurant, le produit d’un artefact.

  2. Merci Sylvain pour cette analyse toujours plus poussée du management par l’évaluation. Je pense que nous pouvons en effet encore résister.

    Une des conditions de cette résistance, à mon avis – je m’appuie sur des recherches menées depuis plus d’une dizaine d’années à partir de crises vécues par des cadres dans des organisations par projet – est de s’affranchir de ce qui sert de ressort aux managers pour construire leur domination et leur domestication, et qui marche sur beaucoup trop de collègues, anxieux de leur équation personnelle entre performance et récompense. Et le ressort ultime de l’emprise qui découle de ce mauvais pli est tout simplement … le besoin de reconnaissance.

    Oui je sais c’est dur d’y renoncer – et un sociologue allemand, Axel Honneth en a fait une théorie sociologique, dite théorie de la reconnaissance, laquelle, déclinée un peu mécaniquement, a produit, à mon sens, une dérive du sens de ce que la reconnaissance veut dire lorsqu’il y a un problème de justice : nous serions tous des êtres vulnérables du fait de leur perpétuel besoin de reconnaissance et les institutions seraient le produit de cette quête ontologique permanente : qui suis-je pour les autres ? Certes, il y a des seuils décisifs – les droits de l’homme par exemple. Mais ce n’est pas de ça qu’il s’agit ici. Car ce qui donne prise aux technologies d’évaluation asymétrique c’est bien la manifestation d’un besoin d’être jugé parmi les meilleurs et d’être reconnu à sa « juste place ». Ce qui, pour nos univers, dit au moins ceci : la participation à des milieux de recherche et à leur créativité collective ne suffirait pas satisfaire ce fameux « besoin de reconnaissance » et il faudrait un juge extérieur capable d’établir des hiérarchies objectives, séparant les contributions, les talents, les propriétés, dans lesquelles pourraient se projeter les sujets en quête de reconnaissance … Or pas besoin d’être lacanien pour voir que, sous certaines conditions parfaitement manipulables, on a là un processus névrotique ouvrant sur une quête infinie … (c’est ainsi que l’on peut voir des collègues abondamment cités et « reconnus » souffrir tout à coup d’avoir disparu d’une simple bibliographie …. )

    Peut-on lutter contre cette tendance, qui alimente la participation au système d’évaluation à distance sans faire 20 ans de psychanalyse ? Je crois que oui mais sous des conditions qu’il faut réinventer et reconstruire. Comme dans l’individuation au sens de Simondon, il faut recréer des milieux permettant de prolonger continûment le mouvement de construction du chercheur par la recherche au lieu de raisonner dans un espace de compétition et dans un système de places déterminés de l’extérieur. Ce qui suppose une rupture de nos institutions avec les modèles économiques, pas de doute … Utopique ? C’est simplement continuer de construire les mondes de la recherche comme cela s’est toujours fait dans l’histoire en alternant les phases de ruse, de déplacement, d’alignement, de lutte et de retournement des pouvoirs.

    Une des façons de lutter contre la politique actuelle qui vise à nous soumettre à la logique de performance peut dès lors consister à substituer à la notation et à l’évaluation désincarnée (par les chiffres et les indicateurs refroidis) une activité continue d’invention et de confrontation collectives en développant des communautés épistémiques, autoorganisées et constamment réengendrées. Il ne s’agit pas de se protéger par la création de mciro-groupes interpersonnels mais d’animer des espaces de mise en variations, dont la structure est appelés par les objets ou les techniques d’enquête elles-mêmes.

    Je ne dis pas qu’il ne faut jamais rien publier, valider, inscrire dans les institutions mais que les produits ne doivent être que des phases, des passages, des résidus, les traces d’une activité plus profonde fondée sur de longues séquences de coopération argumentative et d’échange critique motivées par l’enrichissement des objets de connaissance – non des personnes ou des groupes. En disant que l’échange doit inclure nos objets, terrains et matériaux, outils et artefacts cognitifs, on retrouve l’idée d’hétéronomie nécessaire à l’autonomie. C’est celle du bon Bruno Latour, celui qu’on aimait bien, de la vie de Laboratoire ou de la science en action – pas celui qui se plaît désormais en mandarin donneur de leçons et en homme d’affaires de Science Po … Car oui en effet on apprend beaucoup et on renforce énormément ses capacités d’autonomie intellectuelle en étant au contact de multiples manières de concevoir et de prendre les objets

    Peut-on répondre du même coup à la question : à quoi tout cela sert-il ? Je crois que les TIC permettent aujourd’hui de donner à voir constamment ce qu’apportent nos recherches, et en particulier les recherches en SHS, et de les soumettre à la discussion-validation. Pour ma part, depuis 2003 environ, j’ai décidé de mettre systématiquement en ligne tous les textes et communications qui ont atteint un degré suffisant de maturité suite à des discussions et des présentations multiples, sans attendre qu’ils soient publiés et sans demander d’autorisation à qui que ce soit (je l’ai même fait sur des rapports – sauf dans deux cas où la menace d’ennuis juridiques a été trop forte) . Pour certains textes, cela n’a pas plu aux responsables de la revue : j’ai alors menacé de retirer mon article et fait valoir le droit de l’auteur sur le contenu de ses travaux. ET si je boycotte l’évaluation de l’AERES c’est pour cette raison très simple ; vous voulez m’évaluer . Eh bien commencez par lire ce qui est en ligne (et accessoirement ce qui est publié 😉

    Si tous les chercheurs mettent leurs productions en ligne – sur leurs sites, blogs ou sur les sites d’archives ouvertes – et si la controverse se développe ouvertement en prenant pour cible les idées et non les personnes, alors on produit une alternative radicale à la bibliométrie. De ce point de vue un machin comme google scholar est à la croisée des chemins car il indexe pas mal de textes déposés sur des sites identifiés comme académiques …

    Globalement ça marche très bien car les acteurs intéressés viennent au contact sans passer par les machines gestionnaires visant à tout mesurer.

    FC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *