« Franchement, la recherche sans évaluation, cela pose un problème ». L’évaluation selon Nicolas Sarkozy

Un discours prémédité

Le 22 janvier, Nicolas Sarkozy a commis une faute politique majeure. En insultant publiquement une profession dont il avait sous-estimé les capacités d’indignation et de mobilisation, il a réussi à mettre lui-même en péril l’ensemble des réformes en cours de l’enseignement supérieur et de la recherche. Ce discours, cela a déjà été dit, n’est pas une simple erreur de communication ; il s’agit d’une provocation délibérée. Usant tour à tour de la raillerie et de la menace, brandissant des comparaisons internationales vides de sens et des annonces mensongères, le Président a cru pouvoir justifier la nécessité de ses réformes au nom de la nullité et de l’archaïsme du système actuel et de la médiocrité des personnels. Il est ainsi parvenu, le jour même où se réunissait la première coordination nationale des universités, à sceller l’union des chercheurs et des universitaires contre ses projets. Par la même occasion, il a grillé par avance tous ses fusibles ; les paroles de Valérie Pécresse et de ses émissaires n’ont plus aucun poids, dès lors que le chef de l’Etat en personne assume publiquement, d’un ton martial, la responsabilité des réformes.

Sa prestation n’apporte pas seulement une clarification sur son opinion à l’égard des chercheurs. Sur le fond, elle a également eu le mérite d’exposer la cohérence des réformes engagées. Cette intervention peut d’autant moins être considérée comme un dérapage qu’elle reprend, en grande partie, le contenu d’un précédent discours, prononcé le 9 décembre 2008, à l’occasion des premières Assises européennes de l’innovation, en présence de Claude Allègre, organisateur de la rencontre et destinataire de clins d’oeil appuyés en tant qu’initiateur du processus de Bologne. Ce discours, moins remarqué mais tout aussi choquant dans la forme comme sur le fond, jouait déjà des mêmes arguments : la crise économique qui obligerait à tout mettre à plat dans l’urgence, le CNRS qu’il importe de démembrer au plus vite sans autre justification que son incongruité au regard des standards internationaux, etc. Dans les deux cas, le sentiment d’urgence (« Il est temps d’agir. Toute hésitation serait une faute qui nous serait à juste titre reprochée plus tard ») s’accompagne d’un double manque de prise en compte du passé et de l’avenir. Ces discours n’ont aucun égard pour les réalités historiques et ne tracent aucune perspective positive. C’est là un trait général du sarkozisme. L’activisme présidentiel forcené est sans mémoire et sans réel projet, sauf à servir des intérêts puissants, flatter des tendances de l’opinion et mettre en valeur son propre héroïsme. Sa règle est l’action pour l’action, la rupture pour la rupture. Aucun doute, aucune discussion, aucune réflexion même n’est permise. Tout le monde, depuis longtemps, sait que les réformes sont nécessaires, mais personne n’a eu le courage de les mener à bien, par crainte d’affronter la coalition des conservatismes de tous bords (« C’est parce que c’est difficile que cela n’a pas été fait jusqu’à présent. Parce que si cela avait été facile, cela aurait été fait »). Cette façon d’avancer par effets d’annonce produit de regrettables cacophonies dès que l’on aborde des sujets un peu techniques. Comme le notait Yves Laszlo dans Libération du 19 février, à force de déclarations contradictoires, on ne sait toujours pas au juste si ce qui subsistera du CNRS sera ou non « opérateur de recherche » ou seulement « agence de moyens », si tant est que l’on comprenne ce que l’exécutif entend par ces deux notions.

Des réactions cinglantes

Dans le cas présent, habitué à dire impunément n’importe quoi, le chef de l’Etat a négligé le fait que ses paroles s’adressaient à des lettrés, professionnels de l’analyse des textes et des raisonnements. La machine de propagande qui diffuse les video des discours présidentiels, ainsi que leur transcription cruellement littérale, s’est retournée contre son dessein officiel. Toute la vulgarité, l’inculture, la vantardise, l’outrance, le mépris et la brutalité de Nicolas Sarkozy a été exposé aux yeux de la communauté savante du pays. L’effet a été dévastateur ; il a renforcé la détermination des opposants aux réformes. Ceux qui n’avaient rien vu venir ont pu être surpris. A présent, tout le monde est averti.

Depuis le 22 janvier, les réactions se sont multipliées. Une réponse détaillée d’Henri Audier a rapidement dénoncé les multiples mensonges du discours. Des directeurs de laboratoires de physique, suivis par l’Académie des sciences, ont exprimé leur indignation ; une pétition réunissant plus de 12000 signatures réclame des excuses publiques tandis qu’un universitaire audacieux a provoqué le président en « duel verbal ». La présidente du comité à qui s’adressait le discours s’est elle-même déclarée « interloquée » et « agressée par le ton inutilement brutal et chargé de mépris de cette intervention », mais n’a pour autant pas jugé nécessaire de présenter sa démission à ce jour. Après avoir ostensiblement soutenu les projets de réforme, en donnant systématiquement la parole à leurs seuls partisans, même Le Monde a fini par retourner sa veste pour qualifier cette intervention de « faute lourde », dans son éditorial du 13 février, trois semaines après les faits. Dans une tribune du 19 février 2009, Wendelin Werner, Médaille Fields 2006, propose à Nicolas Sarkozy, comme seule façon acceptable de sortir de l’impasse où il s’est enfermé, de se séparer des conseillers qui ont préparé ce texte ou ne l’ont pas mis en garde contre ses conséquences. Lu et relu, ce discours a donné lieu à des analyses linguistiques et des interprétations en termes de sociologie comportementale ou en forme de commentaire de document historique.

Premier sens du mot : évaluation et performance

Pour m’en tenir au thème de ce carnet, après cette longue introduction, je voudrais attirer l’attention sur l’importance accordée à la question de l’évaluation. Le substantif est employé sept fois en l’espace de sept pages ; le verbe revient trois fois. C’est donc un mot marquant du discours. Mais puisqu’il s’agit d’un terme polysémique aux connotations mouvantes, il est légitime de s’interroger sur le sens que notre Président lui accorde. Le trait le plus frappant est son association avec l’idée de performance. Observons pour commencer les phrases suivantes, et lisons-les lentement, bien qu’elles soient fort brèves :

« Moi, je vois dans l’évaluation, la récompense de la performance. S’il n’y a pas d’évaluation, il n’y a pas de performance ».

A première vue, tout semble en ordre, les notions s’enchainent sans heurts, et la répétition accentue l’effet de cohérence apparente. Mais si l’on observe de plus près, on comprend que quelque chose ne va pas, mais alors pas du tout. Frottons-nous les yeux. Il est impossible de croire que notre Président ait vraiment voulu dire que « l’évaluation » serait « la récompense de la performance », au sens où l’on récompenserait une « performance » par une « évaluation ». Entre les deux notions, il ne faut donc pas sous-entendre la simple copule qui associerait le sujet (l’évaluation) au prédicat (la récompense de la performance). Il doit manquer une construction grammaticale ou un groupe verbal. Si l’on fait l’effort de traduire en langage articulé, on peut obtenir une formulation cohérente du type : « Moi, je vois dans l’évaluation ce qui permet que la performance soit récompensée ». Dans le même élan, on pourrait être tenté de rectifier charitablement la seconde proposition. Par exemple, on peut supposer que le troisième substantif de la série est sous-entendu et qu’il faut rectifier ainsi : « S’il n’y a pas d’évaluation, il n’est pas possible de récompenser la performance ». (Je précise, à l’attention de ceux qui n’ont pas eu le courage de lire lentement le discours, que la presque totalité des phrases se caractérise par les mêmes approximations, qui obligent l’auditeur ou le lecteur à les rectifier mentalement les unes après les autres pour donner un sens à ces propos cahotiques).

Mais on peut aussi adopter une autre grille de lecture et suivre une autre hypothèse d’interprétation. Le Président aurait vraiment voulu dire, en toute conscience, exactement et littéralement ce qu’il a dit. Dans chacune des deux phrases, c’est une causalité directe qui serait affirmée. En ce sens, c’est donc bien l’évaluation qui produirait la performance. L’hypothèse est hardie, mais elle est prometteuse. Elle révèle une épistémologie radicalement constructiviste. La performance n’existe pas en elle-même, indépendamment et antérieurement à son observation bureaucratique. Elle est une conséquence de la procédure d’évaluation. Je me répète un peu, pour être sûr de bien comprendre moi-même. Nicolas Sarkozy accorderait donc à l’évaluation, non pas un rôle de mesure, mais de production de la performance. La vérité de la performance serait dans l’évaluation. L’évaluation serait essentielle parce qu’elle seule permettrait de faire apparaître des performances dignes de récompense. Sans elle, personne ne se rendrait compte s’il y a ou non performance. C’est le chronomètre qui est la raison d’être de la course, pas le coureur. Oui, indubitablement, c’est cela qu’il a voulu dire.

Second sens du mot : Evaluation et contrôle

Laissons reposer ce premier acquis et continuons avec l’un des morceaux qui se veut ouvertement comique du discours, à savoir la fameuse blague sur le thème de l’auto-évaluation :

« Je vois que cela peut être confortable. Je pourrais en tirer quelques conclusions pour moi-même. C’est un système assez génial d’ailleurs, celui qui agit est en même temps celui qui s’évalue. Qui peut penser que c’est raisonnable ? »

La blague doit beaucoup amuser le Président, puisqu’il l’avait déjà faite le 9 décembre :

« Le CNRS avait un privilège rare au niveau mondial, celui de l’autoévaluation. Remarquez si c’est une nouvelle méthode de gouvernement, je vois quelques avantages à me l’appliquer. »

Les intéressés n’ont pas franchement apprécié que l’on fasse rire à leur dépens, sur la base d’un double malentendu. La mauvaise blague témoigne tout d’abord d’une méconnaissance des institutions : le Comité national de la recherche scientifique (CoNRS) n’est pas la même chose que le Centre national de la recherche scientifique (CNRS). Il s’agit d’une instance représentative de la communauté scientifique (2/3 d’élus pour 1/3 de nommés par le Ministre), chargée de l’évaluation et de la prospective. Le Comité, composé de quarante sections, procède tous les deux ans à l’évaluation de l’activité des chercheurs du CNRS. La proximité des sigles peut expliquer la confusion. Pour un homme pressé, ce serait presque compréhensible. Mais de là à faire de ces instances une seule et même personne, qui agirait d’un côté et s’évaluerait de l’autre, il y a un pas à franchir. Dénigrement infondé est la façon la plus neutre de qualifier une telle opération. Le même terme, pour rester poli, peut s’appliquer à la situation des enseignants-chercheurs, dont le discours laisse entendre qu’ils ne sont évalués à aucun moment de leur carrière. Mais on n’a pas encore tout vu.

Au fond, ce qui fait ricaner le Président est bien plus grave. C’est le principe de l’évaluation par les pairs qu’il juge insupportable. Depuis des siècles, le mode de régulation interne des communautés scientifiques est que les chercheurs évaluent entre eux leurs travaux, en fonction de critères qu’ils sont les seuls à maîtriser, précisément parce qu’il s’agit de critères scientifiques. C’est donc au coeur de l’exercice de production de la connaissance scientifique que s’en prend Nicolas Sarkozy. C’est cela que signifie également la phrase choisie comme titre de ce billet: « Franchement, la recherche sans évaluation, cela pose un problème ». Il n’y a, au sens de l’évaluation par les pairs, aucune recherche menée, financée et publiée au monde qui échappe à toute une série d’évaluations. La « recherche sans évaluation », au sens où nous entendons habituellement le mot, cela n’existe pas. En réalité, et c’est là le vrai « problème », l’évaluation dont parle le Président n’est pas d’ordre scientifique.
Le même 9 décembre, aux « Assises européennes de l’innovation », Valérie Pécresse disait à peu près la même chose en des termes plus policés :

« Car la nécessaire liberté du chercheur a trop souvent été entendue comme une autonomie totale pour la définition de ses propres priorités, sans avoir de compte à rendre ni même d’évaluation réellement indépendante à intervalles réguliers. »

Décomposons le mouvement, car son articulation est très instructive. La phrase dit principalement que la liberté du chercheur est nécessaire, mais qu’elle doit être contrôlée. En particulier, ce n’est pas à lui de définir ses priorités. Il doit rendre des comptes et se soumettre à une « évaluation réellement indépendante ». La polarité qui organise cette phrase peut se traduire, dans une langue moins technocratique, de la façon suivante : la liberté du chercheur est une valeur secondaire qui doit être subordonnée à une « évaluation indépendante ». Toute la difficulté provient maintenant du sens de ce dernier adjectif. L’instance qui produit l’évaluation doit être indépendante, mais à l’égard de qui ? Si l’on se permet d’interpréter les propos de la ministre à la lumière de blague présidentielle, il faut comprendre que l’évaluateur doit être indépendant … de l’acteur. L’évaluateur légitime, dans cette vision des choses, est donc celui qui est extérieur à la communauté scientifique, coupable de livrer aux délices de l’auto-évaluation. L’« indépendance » d’une autorité administrative d’évaluation doit donc s’entendre, vis-à-vis de la communauté scientifique, mais non pas face au pouvoir politique. Tout ce que l’on connaît de l’AERES conforte cette interprétation, de ses statuts qui prévoient des mandats renouvelables à l‘appartenance politique de son président au parti présidentiel, en passant par l’absence d’exigence de représentativité de la communauté scientifique et l’attention portée principalement au management de la recherche.
Le point clé qui se dégage ici est l’intime articulation qui existe, dans l’esprit des promoteurs des réformes, entre évaluation et pilotage politique de la recherche. Le thème est au centre du discours du 22 janvier, qui s’adressait à une commission chargée de définir « une stratégie nationale de recherche et d’innovation ». L’acmé du discours est atteint par cette déclaration dont la force est scandée par la répétition d’une même expression :

« Nous afficherons nos grandes priorités nationales. Nous organiserons l’action de l’Etat et sa politique scientifique. L’Etat doit avoir une politique scientifique comme il a une politique économique, sociale, fiscale, pénale. Il doit avoir une politique scientifique ».

Sous cet angle, le mot « évaluation » peut se traduire assez simplement au moyen d’une formule employée dans le discours de Valérie Pécresse. Les chercheurs doivent rendre des comptes à la Nation. Dans un « grand pays moderne », il ne peut être question de les laisser profiter plus longtemps de leur intolérable liberté.

Concluons

Pour conclure ce billet déjà très long, je voudrais revenir sur l’effet comique raté de la bonne blague. Pourquoi ne sommes nous pas enclins à rire à l’agréable trait d’esprit de notre Président ? « Remarquez si c’est une nouvelle méthode de gouvernement, je vois quelques avantages à me l’appliquer. » Le problème, c’est qu’il se l’applique déjà, et que c’est précisément ainsi qu’il gouverne le pays. Par contraste avec le régime de l’évaluation par les pairs, le Président de la République française n’a pas de pair et n’a pas d’autre supérieur que la souveraineté populaire. C’est elle qui l’évalue lors des élections. Entre les échéances, il peut certes choisir d’écouter l’opinion qui s’exprime de diverses façons, dans les sondages ou dans la rue. Il peut aussi bien choisir de rien entendre. Or, ce qui caractérise l’action et la parole de Nicolas Sarkozy, c’est une tendance narcissique à manifester en permanence, de la façon la plus ostentatoire, son auto-satisfaction. S’il y a, dans le pays, une personne qui cède aux délices de l’auto-évaluation, c’est bien celui qui peut déclarer sans rougir, de la façon la plus mensongère qui soit, des phrases comme celles qui suivent :

« Nos universités bénéficient depuis le budget 2008 d’augmentations de leurs moyens et je l’affirme comme elles n’en ont jamais connu. La dépense par an et par étudiant a augmenté de 1000 euros depuis 2007 et elle augmentera encore de 37 % sur la période 2009-2011, nous plaçant enfin en 2012 au-delà de la moyenne des pays de l’OCDE. On ne s’en glorifie pas, mais on était en deçà. On va passer au-delà. Aucun gouvernement n’avait jusqu’alors réalisé un tel effort en si peu de temps, aucun. »

Tenons-nous en pour l’instant à l’exposé du problème, et récapitulons. La notion d’évaluation, telle que la comprend le pouvoir exécutif français en cette fin de la première décennie du deuxième millénaire, serait simultanément « productrice de performance » et « instrument de pilotage ». Pour essayer d’y voir plus clair, un prochain billet s’intéressera à l’un des principaux inspirateurs de ces propos. On verra, entre temps, que les hypothèses de lecture formulées ici se révèleront pleines de sens.


Vous aimerez aussi...

11 réponses

  1. Bravo pour ce texte !

    Evidemment le discours de Sarkozy n’est pas gratuit. Il s’inscrit dans une longue série dont l’analyse critique conduit à rejeter en bloc la conception de l’évaluation qui nous est imposée ; d’autant que l’évaluation est depuis pas mal de temps identifiée comme un double opérateur : la construction d’un espace de calcul visant à définir l’activité de l’autre pour la faire entrer dans des cases ; une prise de contrôle permettant de tenir l’autre sous une exigence de compte-rendu permanent. En tout cas toutes les analyses du néo-management dans les organisations convergent sur ce point, il s’agit d’introduire l’évaluation à des niveaux très profonds, ce qui permet de parler d’auto-évaluation, et de disposer d’une emprise bien plus grande sur les unités de base.

    A ce propos je me permets de signaler un texte intermédiaire, déposé en ligne début 2006 dans lequel la note 33 disait ceci :

    « (33) Parmi les axes importants de cette problématique, qui concerne d’ailleurs au premier chef les chercheurs, il y a les effets pervers des demandes d’évaluation tous azimuts. Le suivi du mouvement des chercheurs, dans lequel la question de l’évaluation a été centrale, peut permettre de clarifier ce point. Il fera toutefois l’objet d’un document séparé. Sur la question de l’évaluation des personnes dans les situations de recherche d’emploi, voir M.-C. Bureau et E. Marchal, Au risque de l’évaluation. Salariés et candidats à l’emploi soumis aux aléas du jugement, Presse Universitaire du Septentrion, 2005. »

    Pour les curieux, le texte est ici :
    http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00111674/en/

    Bien cordialement
    FC

  2. Sophie Roux dit :

    Il est important, comme le fait ce billet, de prendre tout à fait au sérieux les déclarations de Nicolas Sarkozy, et non pas seulement, comme tout le monde l’a fait, moi y compris d’exprimer les sentiments de rejet qu’il nous inspire, ne serait-ce que par sa forme. En rester aux sentiments, à la \crise de confiance\, comme disent maintenant les journaux, ce serait justement risquer de s’aveugler sur le fait qu’il y a un programme cohérent, et que c’est ce programme qu’exprime NS. Comme ce billet m’a bien plu, je vais reprendre deux choses qui s’y trouve (A) puis rajouter deux remarques (B).

    A1. Le discours de NS a suscité quantité de témoignages sur le thème \Nous sommes continuellement évalués\, ce qui est vrai. Mais tout cela repose sur un malentendu sur le sens du terme \évaluation\. Le billet a raison de souligner que l’évaluation au sens des enseignants-chercheurs (évaluation par les pairs) n’est pas l’évaluation au sens des politiques, ni ajouterais-je, des décideurs.
    A2. Quant à l’interprétation de \s’il n’y a pas d’évaluation, il n’y a pas de performance\ comme manifeste d’épistémologie constructiviste, je crains que tous les lecteurs de l’Equipe découvrent qu’ils font de l’épistémologie constructiviste sans le savoir… Ce qui doit être dans la tête et dans l’imaginaire du président, c’est la notion de performance qui a cours quand on chronomètre des coureurs de haies : si le record du monde (la performance) n’est pas homologué (évalué), ce n’est pas un record du monde. Le coureur a bien couru, et c’est pour cela que j’hésiterais à parler d’épistémologie constructiviste, mais sa course ne vaut pas comme record. La question qui se pose à ce point, c’est évidemment qui homologue les records, et c’est là que la distinction introduite en A1. prend toute sa force.

    B1. Une chose qui est bien dite, c’est que le discours n’est pas une faute, mais quelque chose de délibéré. Une des raisons pour laquelle il est délibéré n’apparaît cependant pas dans le billet. Elle m’a frappée à lire tous les commentaires d’internautes qui accompagnent les articles de journaux, c’est que les affirmations gratuites et infondées de NS ne font que reprendre l’équation qu’on trouve très souvent dans ces commentaires : chercheur ou universitaire = (fonctionnaire)2 = privilégié payé à ne rien faire. En ce sens, NS est bien le président d’un certain nombre de français, que ça nous plaise ou pas, il réforme conformément aux souhaits de son électorat, et c’est délibéré qu’il annonce ce qu’il va faire pour plaire à son électorat.
    B2. Il y a quelques mois seulement, quand l’Appel des revues contre le classement des revues en SHS par l’AERES a été lancé, il a été dit et répété que ce classement des revues ne servirait pas à évaluer les enseignants-chercheurs (au plus les unités de recherches). Mais, si l’on réfléchit un instant à l’immense tâche que représenterait l’évaluation réelle de tous les enseignants-chercheurs par le CNU, et que l’on sait, par ailleurs, qu’aucune réflexion n’avait été engagée par le Ministère quant aux moyens nécessaires à cette évaluation, on se dit qu’il y a peut-être bien un lien entre le décret qu’on espère mort maintenant, le classement des revues dont on n’entend plus trop parler mais qui doit toujours exister, et la conception de l’évaluation défendue par NS.

    Bref, on a du pain sur la planche.

  3. E VERDEIL dit :

    Au-delà de la cohérence idéologique dégagée par S. Piron, je vois aussi dans ce discours volontariste sur la (mauvaise) réforme de la recherche et de l’université un acte à comprendre dans l’actualité politique immédiate. Un mois après le retrait de la réforme des lycées, NS a fait le pari (erroné) que les universitaires ne parviendraient pas à s’opposer à ces réformes radicales, traductions très directes des promesses de campagne. Je pense donc que ce discours prenant l’opinion à témoin avait pour fonction d’effacer le recul récent sur les lycées et de remettre au premier plan la figure de NS réformiste qui tient ses promesses. En ce sens, il était aussi certainement prémédité et non pas une bourde.

  4. E G S dit :

    Evaluation, mot magique et opaque, « asile de l’ignorance » eût dit Spinoza. Mais les profs sont les premiers complices de cette imposture, car ils en sont les auteurs et les acteurs. Que vaut l’évaluation des pairs quand un CNU de section impose un certain type d’objet et de méthode de recherche, académiquement formaté, et condamne à la mort professionnelle ou au « Berufsverbot » pur et simple ceux qui, quelle que soit leur créativité scientifique, produisent des travaux non conformes ?
    Que vaut l’évaluation des pairs quand des commissions de spécialistes siégeant à huis clos décident du destin des collègues, y compris familial (refus de mutation pour rapprochement de conjoints), en privilégiant des petits arrangements entre rivaux (on a voté pour ton thésard la dernière fois, on vote pour le mien cette fois-ci, sans aucun égard pour la qualification des candidats ou l’intérêt du service), et en acceptant tous les arguments, y compris les calomnies ad hominem, pour disqualifier une candidature aux mérites un peu trop indiscutables ?
    Enfin, qui a inventé, accepté et fait fonctionner le système infâme de l’évaluation par les étudiants, sinon les enseignants eux-mêmes, intériorisant sans doute la mésestime dont ils sont l’objet dans le corps social ? Quelle valeur accorder à ces liasses de lettres anonymes, rédigées sans risque et avec le plaisir de pouvoir se lâcher en fin d’année, par des élèves invités à faire payer au maître toutes les mauvaises notes, toutes les divergences d’opinion, tous les agacements qu’il leur a infligés pendant l’année, mais qu’ils se sont bien gardés d’exprimer loyalement et devant témoins ? Quel statut déontologique reconnaître à cette institutionnalisation du ressentiment ? Un seul de ces petits dazibaos vengeurs suffit à démolir le moral de l’enseignant, y en eût-il cinquante autres pour lui exprimer estime et gratitude –car les mauvais coups font plus mal que les marques de reconnaissance, c’est ainsi. Bref, quand les collègues se disent satisfaits des modes d’évaluation actuellement en vigueur, on se demande bien à quel titre : arbitraire féodal, règlements de comptes entre Trissotins, populisme participatif à base de lettres anonymes, avec dans les trois cas absence de droits de la défense et impuissance de l’évalué : voilà certes un beau système qui mérite qu’on se mettre en grève pour le défendre contre un inique coup de balai libéral !

  5. bruno dit :

    Y a-t-il une idéologie derrière le discours de Sarkozy ?

    Franchement, je ne crois pas. De l’ignorance, certainement. Mais s’il y a problème, c’est au sein même de notre système. Ce que dit Sarkozy, c’est que l’activité scientifique doit être évaluée – non seulement au niveau de sa conformité (production de connaissances scientifiques selon certaines normes), comme l’acceptent tous les scientifiques- mais au niveau de sa performance.
    Ce n’est pas une idée qui lui est personnelle, loin de là. Nous, scientifiques, nous sommes perpétuellement évalués selon une « performance » par nos organismes de tutelle, sans nous rebeller pour autant. Or, c’est bien là que réside le problème : nous aurions dû. Pas tant sur le principe de l’évaluation de la performance que sur la façon dont elle est effectuée. : cette évaluation est l’objet d’un compromis entre l’administration et les mandarins, toujours au profit de ces derniers. En recherche médicale, il s’agit d’un biais énorme, le mandarin pouvant signer des dizaines d’articles par ans qu’il a à peine lus, et dont certains peuvent même se contredire s’ils ont été rédigés par des auteurs différents. Il y a 50 ans, le mandarin signait en premier les articles dont le travail avait été effectué par ses vassaux, puis les règles ont changé pour justifier la titularisation des vassaux. Ces derniers se sont mis à signer en premier, et la signature prestigieuse devenait celle du dernier auteur. Dans tous les cas, ce n’est pas une vrai performance que l’on mesure : nulle part il n’est tenu compte du nombre de personnes qui travaillent pour les mandarins, les crédits qu’ils se sont auto-distribués, des moyens dont ils disposent.

    Plutôt que critiquer le principe de l’évaluation, il vaudrait mieux dénoncer le scandale de sa mesure, qui dans le décret Pécresse, élaboré conjointement avec les mandarins, va conduire à donner plus d’importance à cette mesure mensongère, manipulée par des mandarins qui vont voir leur pouvoir accru. Est-ce un hasard si derrière cette réforme, il y a Axel Kahn, plus de 600 articles (mais pas de prix scientifique international) ? La stratégie de Sarkozy est stupide, faire appel aux hiérarques responsables de la situation de la recherche comme solution à la crise, mais elle n’est pas idéologique. Nous devons avoir le courage de dire que les mandarins ne nous représentent absolument pas. Ce ne sont pas nos collègues mais des parasites.

  6. Sylvain Piron dit :

    @ EGS : ce papier est le premier d’une série, je n’ai pas encore exposé l’ensemble de la question. Dans ce que recouvre l’évaluation par les pairs, il faut distinguer deux types de situation qui sont assez différentes. Il y a d’une part un jugement sur la recevabilité des travaux (article, thèse) qui n’implique d’ailleurs pas un accord sur le fond ; d’autre part, s’exerce un jugement de sélection des personnes (recrutement, promotion) qui est d’une autre nature. Pour ma part, je ne suis aucunement satisfait du fonctionnement actuel des jurys de recrutement ni du CNU.
    @ Bruno : la réponse sera dans le billet suivant.

  7. Mathevon dit :

    Bonjour,
    je me permets de vous communiquer une lettre adressée à M.Sarkozy par des membres de l’institut universitaire de France, suite à son discours du 22 janvier dernier.
    Cordialement,
    Nicolas Mathevon (Prof. Univ. de Saint-Etienne, membre IUF).

    Institut Universitaire de France : « LA LETTRE DES 122 » (191 signataires au 27/02/2009)

    à Monsieur N. Sarkozy, Président de la République Française

    Le mercredi 11 février 2009,
    (cette lettre a été rendue publique ce jour ; elle rassemblait à l’origine 122 signataires)

    Monsieur le Président,
    Nous, membres de l’Institut Universitaire de France (IUF), tenons à vous faire part de la stupéfaction que nous avons éprouvée lors de l’audition de votre discours du 22 janvier dernier à l’occasion du lancement de la réflexion pour une stratégie nationale de recherche et d’innovation.
    La recherche menée au sein des Universités françaises – souvent en association avec les grands organismes de recherche français – est d’une qualité et d’une diversité reconnue internationalement. L’IUF, par sa richesse disciplinaire, par son recrutement fondé sur une évaluation internationale des candidatures –si tant est que le fait du Prince ne vienne pas interférer comme nous avons hélas eu à le regretter pour la première fois cette année-, et par l’indépendance accordée à ses membres, associée à une évaluation a posteriori, constitue une excellente synthèse du modèle français de recherche universitaire. L’IUF n’est pas « l’arbre qui cache la forêt » : il regroupe des enseignants-chercheurs et des enseignantes-chercheuses représentatifs de la qualité de la recherche développée dans leurs universités, y compris celles de taille moyenne ou faible.
    Monsieur le Président, nous n’acceptons pas les sarcasmes qui ont émaillé votre discours. Les métaphores –« immobilisme », « frilosité », « repli sur soi »- sont aux antipodes de notre réalité quotidienne et de la passion que nous consacrons à notre travail. Nous n’acceptons pas non plus les contre-vérités : budgets prétendus en hausse, résultats de la recherche française prétendus en retrait de ceux d’autres pays, prétendue absence de l’évaluation de nos métiers. Nous sommes habitués aux vérifications, aux débats, aux confrontations. Chaque jour, nous devons argumenter pour défendre une idée, une découverte. Nous ne pouvons croire que notre Ministère ignore cela. Il aurait dû vous en informer ou tout au moins vous auriez dû l’écouter.
    Nous, universitaires de divers horizons et aux avis parfois divergents sur la manière d’envisager le fonctionnement de l’Université, sommes donc unanimes : le manque de considération dont vous avez fait preuve à l’égard du monde de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur le 22 janvier dernier a eu et aura des effets catastrophiques, dont notre réaction aujourd’hui veut témoigner. Il s’écoulera du temps avant que la majorité des enseignants-chercheurs et enseignantes-chercheuses de notre pays recouvre un semblant de confiance en ses dirigeant(e)s.
    La recherche universitaire constitue le monde de l’exploration des inconnues. Il n’est pas celui de l’immédiateté, de la rentabilité à court terme et du paraître. La qualité de ses productions ne se mesure pas systématiquement avec des indicateurs chiffrés et des classements internationaux. Si l’Université est construite sur la seule finalité économique, cela ne peut que limiter sa vocation et contribuer à détruire la culture. Nous ne contestons pas le besoin de réformes. Mais celles-ci doivent être construites en concertation et en tenant compte de l’identité universitaire.
    Avec nos sentiments les plus respectueux pour la fonction que vous incarnez.

    Signataires : (les 191 signataires sont membres de l’Institut Universitaire de France)
    Nicolas Mathevon, Professeur (biologie), Université de Saint-Etienne
    Jean-François Bonastre, Professeur (informatique), Université d’Avignon
    Yves Déloye, Professeur (science politique), Université Paris I Panthéon-Sorbonne
    Sophie Roux, Maître de conférences (philosophie), université Grenoble II
    Catherine Maurer, Maître de conférences (histoire contemporaine), Université de Strasbourg
    Vincent Laudet, Professeur (biologie), Ecole Normale Supérieure de Lyon
    Frederick Douzet, Maitre de conférences (géopolitique), Université Paris 8
    Jean-Claude Weill, Professeur (biologie), Université Paris Descartes
    Françoise Lavocat, Professeure (littérature comparée), Université Paris 7
    Michel Cogné, Professeur (biologie), Université de Limoges
    Bernard Host, Professeur (mathématiques), Université Paris-Est Marne la Vallée
    Nicolas Reveyron, Professeur (histoire de l’art et archéologie), Université Lumière-lyon 2
    Arnaud Rykner, Professeur (littérature et Etudes théâtrales), Université de Toulouse-Le Mirail
    Thierry Pécout, Maître de Conférences (histoire médiévale), Université Aix-Marseille I
    Lydéric Bocquet, Professeur (physique), Université Lyon 1
    Christine Bard, professeure (histoire contemporaine), Université d’Angers
    Gérard Iooss, Professeur (mécanique des fluides théorique), Université de Nice
    Sharon Peperkamp, Maître de Conférences (linguistique), Université Paris 8
    Remi Abgrall, Professeur (mathématique), Université de Bordeaux I
    Marie-Eve Thérenty, Professeure (littérature française), Université Montpellier III
    Hélène Débax, maître de conférences (histoire médiévale), Université Toulouse II-Le Mirail
    Emmanuelle Sibeud, Maître de conférences (histoire contemporaine), Université Paris 8
    Romain Huret, Maître de conférences (histoire, Lyon II)
    Dominique Rabaté, Professeur (littérature française moderne et contemporaine), Université de Bordeaux 3
    Jean-François Kervégan, Professeur (philosophie), Paris 1 / Panthéon-Sorbonne
    Christophe Donnet, Professeur (chimie), Université Jean Monnet
    Francesca Gulminelli, Professeur (Physique) Université de Caen-Basse Normandie
    Olivier ISNARD, Professeur (Physique du solide), Université Joseph Fourier Grenoble
    Michèle Carlier, Professeure (Psychologie), Université Aix Marseille 1
    Marc Fontecave, Professeur au Collège de France (Chimie des Processus Biologiques), Membre de l’Académie des Sciences
    Vincent Dubois, Professeur (sociologie et science politique), Université de Strasbourg
    Didier Blavette, Professeur (Physique), Université de Rouen
    Michel Guérin, Professeur (Philosophie Esthétique), Université d’Aix-Marseille 1
    Patrick LEMAIRE, Professeur, CNRS & Université de Provence
    Valérie Gelézeau, maître de conférences (géographie), EHESS
    Yves Brechet, Professeur (physico-chimie des matériaux de structure)
    Jean-Luc Autran, Professeur, Université de Provence
    Réau Régis, Professeur (Chimie), Université de Rennes 1
    Arlette Streri, Professeur (Psychologie du développement de l’enfant), Université Paris Descartes
    M.W. Hosseini, Professeur (Tectonique Moléculaire), Université de Strasbourg
    Jean-Pierre Martin, Professeur (littérature), Université Lyon 2
    Nicolas Weill-Parot, Maître de Conférences (Histoire médiévale), Université Paris 8
    Martin Giurfa, Professeur (Neurosciences), Université de Toulouse
    Colette Grinevald, professeure (Sciences du langage), Université Lyon2
    Christian Bonah, Professeur (Histoire des sciences – épistémologie) Université de Strasbourg
    Francois Henn, Professeur (Chimie-Physique), Université Montpellier 2
    Maron Laurent, Professeur (Chimie-Physique), Université Toulouse III
    Romain Descendre, Maître de conférences (Etudes italiennes-Histoire de la pensée politique), Ecole normale supérieure Lettres et sciences humaines (Lyon)
    Frédérique Duyrat, Maître de conférences (histoire), Université d’Orléans.
    Dominique Cerveau, Professeur (mathématiques), université de Rennes 1
    Christian Masquelier, Professeur (Chimie), Université Picardie Jules Verne, Amiens
    Vincent Moron, Professeur (géographie), Université Aix-Marseille I
    Christian Heck, Professeur (histoire de l’art), Université de Lille 3
    Fabrice Bethuel, Professeur (mathématiques appliquées), Université Pierre et Marie Curie (Paris 6)
    Huyên Pham, Professeur (mathématiques appliquées), Université Paris 7 Diderot
    Dominique Bakry, Professeur (mathématiques), Université Paul Sabatier, Toulouse
    Jean-Paul Soulillou, Professeur, Université de Nantes
    Céline Spector, Maître de conférence, (philosophie)
    Jean-Luc Nespoulous, Professeur (Sciences du Langage), Université de Toulouse Le Mirail
    Robert Nicolaï, Professeur, Université de Nice-Sophia Antipolis
    Gilles Dorival, professeur (langues anciennes), Universités Aix-Marseille 1
    Rinaldo Poli, Professeur (chimie), Ecole Nationale Supérieure des Ingénieurs en Arts Chimiques et Technologiques, Institut National Polytechnique de Toulouse
    Joël Biard, Professeur, Université François-Rabelais, Tours
    Pascal Rannou, Professeur (Astronomie/astrophysique), Université de Reims-Champagne Ardenne
    Albert Cohen, Professeur (Mathématiques), Université Pierre et Marie Curie
    Bruno Courcelle, Professeur (Informatique), Université Bordeaux 1
    Anne Spica, Professeur (langue et littérature françaises), Université Paul Verlaine – Metz
    Olivier Ferret, Maître de conférences (Littérature française), Université de Lyon, Lyon2
    Geneviève Sellier, Professeure (études cinématographiques), Université de Caen
    Christophe Morhange, Professeur, Université Aix-Marseille
    Alain Quemin, Professeur (sociologie), Université Paris-Est
    Martin Aurell, Professeur (histoire médiévale), Université de Poitiers
    Luca Cipelletti, Professeur (physique), Université Montpellier 2
    Jean-Yves Chemin, Professeur, Université Paris 6
    Eric Vivier, Professeur (Biologie), Université de la Méditerranée
    Jean-Yves Saillard, professeur (chimie), Université de Rennes 1
    Daniel Russo, Professeur (Histoire de l’art médiéval), Université de Bourgogne (Dijon)
    Bernard Gazier, professeur (socio-économie), Université Paris 1
    Louis Chauvel, Professeur (Sociologie), Sciences Po Paris
    F. Klopp, Professeur (mathématiques), Université Paris 13
    Michel Barlaud, Professeur (STIC) à l’Université de Nice-Sophia Antipolis
    Benoit Perthame, Prof. de Mathématiques, Universite P. et M. Curie
    Anne Lacheret, Professeur, (Linguistique), Paris X, Nanterre
    Bernard Mazoyer, membre Senior (Neuroimagerie Cognitive), Directeur du GIP Cyceron, Directeur de CI-NAPS UMR6232
    Pascal Koiran (professeur), informatique, Ecole Normale Supérieure de Lyon
    Anne Hugon, Maîtresse de Conférences, Histoire contemporaine, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
    Florence Jany-Catrice, Maître de Conférences (Socio-économiste), Université Lille1
    Marie-Luce Demonet, Professeur (littérature française), Université François-Rabelais de Tours
    Denise Pumain, Professeure (géographie), Université Paris I
    Dominique Maingueneau, Professeur (linguistique), université Paris XII
    Pierre-Yves Renard, Professeur (chimie), université de Rouen
    Henri Cohen, Professeur (mathématiques), Universite Bordeaux I
    P.-F. Moreau, Professeur, Ecole Normale Supérieur LSH
    Michel Campillo, Professeur (Géophysique), Université Joseph Fourier-Grenoble
    Eliane Viennot, Professeure (Littérature), Université Jean Monnet (Saint-Etienne)
    Patrick Forterre, Professeur (Biologiste), Université Paris-Sud
    Olivier Guerrier, Maître de conférences (littérature française), Université de Toulouse-Le Mirail
    Carlos Miguel Herrera, Professeur (droit public), Université de Cergy-Pontoise
    Benoît Bardy, Professeur (sciences du Mouvement) Université Montpellier-1
    Claude Fabre Professeur (physique), Université Pierre et Marie Curie Paris 6
    Laurent Jaffro, professeur (philosophie), université Blaise Pascal-Clermont 2
    Bertrand Guillarme, Professeur (théorie politique), Université Paris VIII
    Patrick Boucheron, Maître de conférences (Histoire), Université Paris 1
    Max Malacria, Professeur (chimie moléculaire), Université Pierre et Marie Curie
    Christophe Ferrari, professeur (glaciologie) université Joseph Fourier, Grenoble
    Emmanuel Lazega, Professeur (sociologie), Université Paris-Dauphine
    Véronique Chankowski, Maître de conférences (histoire), Université de Lille 3
    Jean-Michel Raimond, Professeur (physique), Université Pierre et Marie Curie
    Claire Rampon, Chargée de Recherche, CNRS, ex Maitre de Conférence (biologie), Université de Toulouse
    Sophie Basch, Professeur (Lettres), Université Paris IV-Sorbonne
    Laurent Labeyrie, Professeur (sciences du climat et de l’environnement), Université Versailles St-Quentin
    Alberto Bramati, Professeur (physique), Université Pierre et Marie Curie
    Céline Trautmann-Waller, Professeur, Etudes germaniques, Université Paris 3 – Sorbonne Nouvelle
    Pierre-Paul Zalio, professeur (sociologie), Ecole normale supérieure de Cachan
    Hervé Courtois, Professeur (Physique), Université Joseph Fourier – Grenoble
    Christophe Ferrari, professeur (glaciologie) université Joseph Fourier, Grenoble
    Catherine Picart, Professeure (biologiste), Université de Montpellier 2
    Jean-François Joanny, Professeur (physique), Université Pierre et Marie Curie Paris 6
    Dominique Lagorgette, Maître de conférences (Sciences du langage), Université de Savoie
    Franck Barthe, Professeur (mathématiques), Université Toulouse III
    Laurence Nigay, Professeur (informatique), Université Joseph Fourier Grenoble
    Frank Wagner, Professeur (mathématiques), Universite Lyon 1
    Laurent Bègue, Université Grenoble 2
    Christophe Traini, Maître de Conférences, Institut d’Etudes Politiques d’Aix-en-Provence
    Johanna Siméant, Professeur (science politique), Université Paris I Panthéon Sorbonne
    Yves Métivier, Professeur (informatique), ENSEIRB
    Patrick Bernard, Professeur
    Florence Hachez-Leroy, Maître de conférences (histoire contemporaine), Université d’Artois
    Sonia Kandel, Université Pierre Mendès France, Université Grenoble II
    Corinne Leveleux-Teixeira, Professeur (histoire du droit), Université d’Orléans
    Bruno Sicardy, Professeur (astronomie-astrophysique), Université Pierre et Marie Curie
    Laetitia Bucaille, Maître de Conférences (sociologie), Université de Bordeaux 2
    Frédéric Lebaron, Professeur (Sociologie), Université d’Amiens
    Laurent Clozel, Professeur (mathématiques), Université Paris Sud
    Yann Bugeaud, (mathématiques), Université de Strasbourg
    Yves Pauwels, Professeur (histoire de l’art moderne), Université François Rabelais
    Sophie Chauveau, maître de conférences (histoire), Université Lyon 2
    Jean-Pierre Jacquot, Professeur (Biologie), Université Henri Poincaré
    Hélène Blais, Maître de conférences, Université de Nanterre
    Sylvie Vauclair, Professeur (astrophysique), Université Toulouse 3
    Bernard Derrida, Professeur (Physique), Paris 6
    Eva Pebay-Peyroula, Professeur (biologie), Université Joseph Fourier
    Makis Solomos, Maître de conférences (musicologie), université Montpellier III
    Véronique Montémont, MCF, Langue et littérature françaises, Université Henri Poincaré, Nancy
    Judith Rainhorn, MCF Histoire, Université de Valenciennes
    Raphael Cerf, Professeur (mathématiques), Universite Paris Sud
    Bernard Laks, Professeur (linguistique), Université de Nanterre
    Alain Fisher, Professeur, Université Paris-Descartes, Académie des Sciences
    Gabrielle Houbre, Maître de conférences (histoire), Université Paris Diderot-Paris 7
    Nicolas Bourguinat, Maître de conférences (histoire contemporaine), Université de Strasbourg
    Thomas Bénatouil, Maître de conferences (philosophie), Université Nancy 2
    François Renard, Professeur, Université Joseph Fourier Grenoble
    Marc Pouzet, Professeur, Université Paris Sud
    Véronique Montémont, Maître de Conférences (langue et literature françaises), Université Henri Poincaré Nancy
    Laetitia Bucaille, Maître de Conférences (sociologie), Université Bordeaux 2
    Nicole Bériou, Professeur (histoire), Université Lyon 2
    Elisabel Larriba, Professeur, Université de Provence
    Laurent Clozel, Professeur (mathématiques), Université Paris Sud
    Nicolas Burq, (mathématiques), Université Paris Sud
    Emmanuel Naya, Maître de conferences (literature française), Université Lyon 2
    Stéphane Quideau, Professeur (chimie-biologie), Université de Bordeaux
    Georges Bohas, Ecole Normale Supérieure Lettres et Sciences Humaines
    Pierre Rochette, Professeur (Géophysique), Université Aix-Marseille 3
    Cécile Caby, Université de Nice
    Etienne Sandier, Professeur (Mathématiques), Université Paris 12
    Marc Pouzet, Professeur, Université Paris Sud
    Jacques Vauclair, Professeur (psychologie), Université Aix-Marseille I
    Gilles Philippe, Professeur (linguistique et literature françaises), Université Paris III Sorbonne nouvelle
    Nicolas Burq, (mathématiques), Université Paris Sud
    Damien Boquet, Maître de conferences (histoire du moyen âge), Université d’Aix-Marseille I
    Bernard Dompnier, Professeur (histoire moderne), Université Blaise-Pascal (Clermont 2)
    Sébastien Gandon, Maître de conférences (philosophie), Université de Clermont-Ferrand II
    Van der Beek Peter, Professeur (sciences de la Terre), Université de Grenoble (Université Joseph Fourier)
    Laurent Jolivet, Professeur (sciences de la Terre), Université Paris 6
    Mathieu Arnoux, Professeur (histoire du Moyen Âge), Université Paris-7 Denis Diderot
    Raphaëlle Branche, maîtresse de conférences (histoire contemporaine), Université Paris-1
    William Marx, Professeur (littérature française et comparée), Université d’Orléans
    Christine Dambly-Chaudière, Professeur (génétique du développement), Université Montpellier 2.
    Anne Lehoerff, Maître de Conférences (archéologie), Université Lille 3
    Fabrice Cotton, Professeur (géophysique), Université Joseph Fourier (Grenoble)
    Vincent Berger, professeur (physique), Université Paris Diderot.
    Laurence Boulègue, Maître de conférences (néo-latin), Université Lille 3
    Yves Robert
    Françoise Thébaud
    Arnaud Debussche, Professeur (mathématiques), Ecole Normale Supérieure Cachan Bretagne
    Philippe Miele, Professeur (physique), Université Lyon I
    L. Desvillettes, Professeur (mathematiques), Ecole Normale Supérieure Cachan
    Yann Brenier, DR CNRS (mathématiques), Universite de Nice Sophia-Antipolis
    Isabelle Olivieri, Professeur (génétique et Evolution), Université Montpellier 2
    Stéphane Dufoix, maître de conferences (sociologie), Université Paris-X Nanterre
    (190)
    Professeur Louis Fensterbank, Professeur (chimie organique), Universite Pierre et Marie Curie

  8. Boogie dit :

    Bonjour

    Ce texte est très bien fait. Ce que je constate c’est que les chercheurs découvrent à leur dépens, par ce discours, la façon dont sont déjà traités par le pouvoir les chômeurs, les précaires, les salariés, les sans-papiers. Le mépris, la réification, l’arrogance, l’alibi du pragmatisme au service d’une idéologie qui place l’ensemble de la société au service de l’économie.

    Car qu’est-ce que cette réforme sinon la volonté de soumettre la recherche aux seuls intérêts politico-économique ?

    Bruon, je trouve tout à fait incroyable de pouvoir dire qu’il n’y a derrière ce discours aucune idéologie, seulement de l’ignorance. Incroyable.

  9. A propos de l’AERES et l’UMP? voici ce que nous avions écrit en décembre denier, par exemple ici :

    http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2008/12/11/nicolas-sarkozy-la-recherche-et-l-union-europeenne-i.html

    « La composition du Comité National de la Recherche Scientifique a été conçue, précisément, pour répondre avec un maximum de clarté à une exigence essentielle d’apparence d’impartialité et d’indépendance à laquelle des coupoles nommées ou cooptées peuvent difficilement satisfaire. Les présidents des Sections sont élus par les membres de chaque section.

    Or, sans vouloir polémiquer, nous constatons que l’actuel président de l’AERES nommé en juillet 2007, Jean-François Dhainaut, avait présidé en octobre 2006 le Comité scientifique d’organisation de la Convention de l’UMP intitulée : « Science de la connaissance : la nouvelle frontière ». La mission de l’AERES est-elle scientifique ou politique ?

    Réformer les institutions suivant l’évolution des besoins du pays est toujours une bonne chose. Le Comité National de la Recherche Scientifique n’échappe pas à cette règle. Mais en l’occurrence, il apparaît que les transformations envisagées vont dans un sens diamétralement opposé à celles qui seraient souhaitables. Elles renforcent et généralisent les aspects négatifs de notre système de recherche, et risquent de surcroît de se solder par des dommages irréversibles sur le plan institutionnel. »

    Cordialement

    Le Collectif Indépendance des Chercheurs

    http://science21.blogs.courrierinternational.com/

  10. X Y Z dit :

    Le discour de NS à pour but, tout comme une grande majorité de ses discours, de jeter un doute sur la qualité, voir la légitimité et l’utilité des démarches, activités, des personnes, institutions ou catégories visées, quel que soit le sujet abordé (recherche, éducation, chômeurs, immigrés…). C’est du dénigrement pure et simple qui distille le doute et LA DIVISION dans la société.
    Les approximations ne sont pas innocentes et ne découlent pas de l’ignorance ou de la maladresse (qui à mon avis sont pourtant bien réelles…) de l’orateur.
    Elles s’adressent à toute la population et servent à jeter un floue, à embrouiller l’entendement, à décourager l’individu, le consommateur, d’essayer de comprendre le fond des choses.
    Elles légitiment la malveillance et la bêtise de masse qui sont les moyens les plus efficaces pour diriger et tondre le troupeau (dont, ne nous leurrons pas, nous faisons toutes et tous partie, la preuve…) en faveur de « l’élite » (ou plutôt du gang) au pouvoir.
    Le but ultime recherché est de nous faire régresser et nous assouvir. Peut importe le temps et les moyens que cela demandera…

  11. X Y Z dit :

    Ce n’est pas « assouvir », mais « asservir »… merci au modérateur d’excuser mon erreur et de la rectifier si c’est encore possible.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *