L’expérience du plagiat perpétuel

Plus de quatre ans après un billet de Sylvain qui avait ouvert le débat sur la question du plagiat, je me contente d’une brève pour signaler un cas fascinant, celui de R.-L. Barnett, excellemment documenté par Michel Farge dans la note « Plagiat sans fard » publiée sur Fabula.


Le cas étant non seulement fascinant, mais à peu près aussi vertigineux que la décision de douter chez Descartes, j’ai commencé par vérifier que les articles cités dans le premier cas de plagiat existaient bien, et qu’il s’agissait bien de plagiats. Tel est bien le cas.

Indépendamment, sinon des intentions de l’auteur, du moins des intentions du « plagiateur », l’expérience montre assurément quelque chose sur la difficulté que présente l’acte de lire dans un monde débordé par tant de choses choses à lire. Il est à craindre que devant tant de textes en circulation, nous revenions à une forme de barbarie.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *