« Y a-t-il un Nature ou un Science en SHS »

Le titre choisi par le site de l’AERES pour annoncer une brève a de quoi laisser songeur : « Y a-t-il un Nature ou un Science en SHS » (je mets les termes en italiques pour que l’on comprenne tout de suite qu’il s’agit des revues, et non de concepts ou d’allégories de la science ou de la nature).
L’information transmise par cette brève, mise en ligne le 2 octobre 2008, n’est pas sans intérêt. On y apprend que le classement des revues publié cet automne fera l’objet d’une actualisation, dont les résultats sont attendus pour l’été 2009. Dans chaque discipline, des commissions seront formées de membres de l’IUF et des présidents de sections du CNU et du Comité national du CNRS. L’annonce de règles du jeu transparentes et le souci de faire appel à des représentants de la communauté scientifique, élus ou distingués pour leur excellence, est un progrès très louable. Pour autant, cette annonce apaisante est loin d’éteindre la contestation qu’a fait naître la publication des listes : l’opposition au classement des revues porte sur le principe même d’une évaluation quantitative fondée sur un classement des supports. Les articles et documents réunis dans ce carnet peuvent permettre à chacun de se forger son opinion, je n’y insiste pas.
Mais c’est le titre donné à ce message qui me fascine. La question posée est absurde. L’auteur le sait bien et ne s’en cache pas, puisqu’il n’a pas pris la peine d’ajouter un point d’interrogation à la suite des guillemets qui ensèrent son titre. Il n’y a pas de Science ou de Nature en SHS, et ce ne sont pas les commissions d’actualisation qui permettront de débusquer la perle rare. Que veut alors dire cet intitulé ? ou plutôt, que révèle cette absurdité ? En premier lieu, elle dévoile une inquiétante ignorance du domaine en question. La validation du savoir en sciences humaines et sociales ne passe pas par la publication de résultats synthétiques, sous la forme d’articles brefs, dans une publication hebdomadaire en langue anglaise. Les choses ne se passent pas comme ça et tout le monde le sait.  Notons en outre, au passage, que le raccourci laisse entrevoir une vision tout aussi sommaire et simpliste des « sciences dures », dont les circuits de publication ne se résument évidemment pas à ces deux titres.
Derrière l’énormité de l’absurdité, il faut donc aussi entendre autre chose. Un message subliminal dit en réalité : « on aimerait qu’il y eût un Nature ou un Science pour les SHS françaises ». Non pas deux, un Nature et un Science, mais un seul, une seule revue de référence, qui ne connaîtrait évidemment pas la polémique ou le désaccord, et dans laquelle l’AERES n’aurait qu’à pointer les « publiants ». Je blague à peine. Car ce dont rêve cet intitulé est bien plus inquiétant encore qu’une uniformisation des sciences humaines et sociales. Il rêve de réussite – c’est le mot exact -, de réussite au sens le plus banal du terme, avec tout ce qu’il implique de reconnaissance sociale, de prestige et de rémunération. La réussite d’une élite restreinte qui réussit parce qu’elle est en tout petit nombre. Une élite raréfiée qui pourrait publier ses résultats d’excellence dans une unique revue d’excellence. Une élite à qui la ministre voudrait offrir des primes d’excellence, comme elle l’annonce dans son récent plan « carrières », au lieu de proposer une revalorisation globale des métiers de la recherche et de l’enseignement supérieur. Une élite que l’on rassemblerait dans des campus d’excellence qui lui permettraient de prendre enfin place dans le classement de Shanghai. Si l’on tire le fil de la vision fantasmée que le gouvernement semble se faire du monde de l’enseignement et de la recherche – et dont le rédacteur du site de l’AERES se fait l’involontaire (ou le maladroit) porte-parole – on peut rapidement voir défiler toute la politique actuelle de démantèlement de la recherche et de l’université, de l’enseignement secondaire, primaire et maternel. Un simple titre, qui est au fond banalement idiot, peut en dire très long. Et une question, en apparence banale et secondaire (celle du classement des revues) peut apparaître comme le révélateur des choix cruciaux faits en matière de politique de la recherche et de l’enseignement.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *