Penser par livrables

Un mot suffit souvent à saisir la matière dont un discours est fait. Dans le cas des initiatives d’excellence, le mot qui joue ce rôle est tout bête, c’est celui de « livrables ». Tous ceux qui ont eu sous les yeux un formulaire de Labex ou d’Equipex ont dû le remarquer. La question posée la plus importante était : « quels sont les « livrables » que vous envisagez ? » –  avec pour corollaire la question pratique : « à quelles échéances? »

Le mot n’appartient évidemment pas au vocabulaire de la recherche scientifique mais à celui de la gestion de projet. Pour en trouver une définition exacte, il suffit de se rendre dans un lieu adapté, tel que www.gestiondeprojet.net : « Un livrable est tout résultat, document, mesurable, tangible ou vérifiable, qui résulte de l’achèvement d’une partie de projet ou du projet. Exemples : Un cahier des charges et une étude de faisabilité sont des livrables. »

Quoi de plus raisonnable, à première vue ? L’Etat engage de l’argent public dans des projets de recherche, il veut s’assurer que l’investissement produira des résultats tangibles et vérifiables. En outre, puisqu’il s’agit d’évaluer des projets mis en concurrence, ils doivent être mesurables, d’une certaine façon, pour pouvoir être comparés les uns aux autres. Rien que de très légitime, à première vue.

Pourtant, en acceptant de parler ce type de langage, les scientifiques entérinent une transformation radicale de la légitimité sociale de leur activité.  L’objectif que peut se donner une recherche est d’observer et décrire un phénomène, de formuler et tester des hypothèses, de mener telle expérience, d’explorer tel corpus documentaire, de critiquer et reformuler une théorie – en un mot, de comprendre. Dans tous les cas, le résultat en sera un énoncé scientifique, dont l’intérêt ne dépend évidemment pas de la quantité de papier ou de megabits qu’il réclame. Il n’est pas rare que les résultats les plus puissants soient ceux qui s’énoncent de la façon la plus simple. Or ce ne sont pas des résultats de ce type qui peuvent être exprimés sous forme de produits finis tangibles et placés dans des échéanciers prévisionnels.

Pour rassurer les décideurs, les formulaires imposent de mettre en avant la production d’un appareillage de recherche (typiquement, en SHS : une base de données), dont la constitution peut être raisonnablement planifiée et le coût facilement estimé. De la sorte, la gestion de la recherche par projets introduit une confusion quant aux finalités du travail scientifique ; elle impose des formats standardisés, parcellise les résultats et fait perdre de vue les objectifs ultimes de compréhension. En un mot, elle fait prendre les moyens pour des fins. Quand les scientifiques en arrivent à penser par livrables, ils réduisent leurs ambitions à celles, au mieux, d’ingénieurs, au pire, d’agents commerciaux.

Dans le Petit Robert, édition 2001, le terme est uniquement attesté comme adjectif, désignant une marchandise qui peut être livrée à l’acheteur. Son usage récent comme substantif est le décalque d’un terme anglais, « deliverable » lui aussi très récent, puisque le Chambers Dictionnary (the authority on English today), dans son édition de 1998, ne le connaît également que comme adjectif.

Ce nouveau substantif permet à lui seul de comprendre le sens exact de l’idée d’une « marchandisation » du savoir. Le slogan dit quelque chose de très juste, qu’il importe de bien préciser ; il ne s’agit pas de transformer le savoir en produits marchands, mais plus fondamentalement, de le penser comme une marchandise qui pourrait être livrée à un consommateur – non pas pour le bénéfice de ce dernier, ni dans l’intérêt du producteur, mais en premier lieu pour la satisfaction des contrôleurs de gestion qui veulent s’assurer que les projets annoncés sont bien achevés, que les objectifs sont atteints, sous des formes tangibles dont l’existence est vérifiable. Nous parlions, dans des discussions précédentes, de l’idéologie de l’évaluation gestionnaire (ou de l’excellence et de la performance, quel que soit le bout par lequel on le prend, il s’agit bien de la même chose) comme d’une technique de contrôle social englobante à laquelle rien ni personne n’échappe. On a ici, avec l’introduction d’un mot dans un formulaire, un cas flagrant de la contrainte qu’exerce la gestion sur la recherche. Quant à la circularité du contrôle, le choix de l’exemple donné par gestiondeprojet.net est admirable : les « livrables » par excellence ne sont autre que les instruments du contrôle de gestion (cahier des charges, études de faisabilité).

Je sais bien que, dans la plupart des cas, les collègues qui remplissent ces formulaires n’en pensent pas moins, et visent eux-mêmes des résultats ou des effets situés bien au-delà de ces moyens érigés en finalités par les gestionnaires. Pourtant, il ne faut pas sous-estimer l’effet de tels dispositifs sur les pratiques et les esprits. A la première lecture, le formulaire fait tiquer ; mais à la longue, on doit s’y habituer, et on peut finir par s’y plier.  Il n’est sûrement pas trop tôt pour mettre en garde contre l’horizon qui se rapproche d’une « pensée par livrables », qui serait le visage défiguré de la recherche asservie à la gestion par projet.


Vous aimerez aussi...

10 réponses

  1. François Blanchard dit :

    Ce que tu dis donne à réfléchir.

    On pourrait dire qu’ici le livrable c’est l’objet « projet de recherche » tel qu’il est déposé auprès de l’organisme financeur. Et cela d’autant plus que l’évaluation a posteriori d’un projet scientifique est moins facile que son évaluation a priori, et la plupart du temps inexistante ou bâclée.

  2. Pablo dit :

    « mais à la longue, on doit s’y habituer, et on peut finir par s’y plier » : la preuve, le terme « projet de recherche » ne semble pas remis en cause dans la phrase « L’Etat engage de l’argent public dans des projets de recherche ». Dès lors, est-ce que les scientifiques n’ont pas déjà « entérin[é] une transformation radicale de la légitimité sociale de leur activité » ?

    Car du moment que la recherche se conçoit par projets, il devient quasi inéluctable qu’elle soit gérée comme telle.

    Sur la prégnance du terme « projet » dans « le nouvel esprit du capitalisme », il faut lire le livre éponyme de Chiapello et Boltanski…

    • Sylvain Piron dit :

      J’aurais sans doute pu être plus explicite en rédigeant moins vite. Je partais d’une formule qui semble aller de soi, afin de la mettre radicalement en cause, en prenant la bizarrerie du mot « livrable » pour montrer que quelque chose ne va pas. C’est donc bien la notion même d’une « recherche sur projet » que je conteste, et plus encore la concentration des financements sur quelques gros projets. Quant au « à la longue », il désigne une forme de résignation à laquelle j’espère que nous sommes encore nombreux à ne pas céder.
      Plutôt que de m’expliquer une nouvelle fois, je vais me contenter de citer une conférence donnée à Strasbourg en 2006 par Pierre Joliot (oui, le fils d’Irène et Frédéric). Tout le discours est magnifique, mais ce passage-ci est particulièrement bien venu :
      « Je suis né dans une famille qui a eu quand même quelques résultats dans la recherche et moi, on m’a toujours appris que l’important, ce n’était pas d’être meilleur qu’un autre, c’était d’abord, et je vais peut être en choquer certains, c’était d’abord de m’amuser. La recherche en tant qu’activité créatrice devait être avant tout un jeu et je ne pourrais être efficace dans la recherche que si j’y prenais plaisir. Les obstacles ne se passent pas en force, ils se passent en jouant avec le problème, en le prenant d’un côté et en le prenant de l’autre et en étant prêt, et c’est ceci qui est caractéristique de la fonction de la recherche fondamentale, en étant prêt à tout moment de faire des sauts de côté. Que se passe-t-il ? Nous programmons tout. Je critique la programmation mais les chercheurs n’ont pas besoin des pouvoirs extérieur pour la programmation, ils sont très capables de se programmer. On se fait un programme et généralement ça ne marche pas, les résultats ne sont pas ceux qu’on attendait, mais par contre, on a de temps en temps la chance de tomber sur quelque chose d’inattendu et à ce moment là il faut qu’on ait la totale liberté de faire un saut de côté pour saisir cette chance. »
      Le texte intégral est ici : http://sauvonslarecherche.fr/spip.php?article1458 (j’ai un peu modifié la ponctuation).

      • Pablo dit :

        Merci pour le lien. Je me suis permis de le retweeter…

        • Sylvain Piron dit :

          Au passage, je te signale que Le Débat, 156, sept.-oct. 2009, a publié un court texte de Pierre Joliot sur le même thème, « L’évaluation ou la découverte », dans un dossier que nous avions signalé à l’époque.

  3. François Blanchard dit :

    Ce qu’écrit Joliot est profondément vrai, et je pense que presque tous les chercheurs qui le lisent sont d’accord avec lui. C’est aussi très provocant, comme il le signale lui-même. Pourquoi ? Je ne sais répondre que par une autre question. Dans nos sociétés, a-t-on le droit de dire qu’on s’amuse en travaillant, ou peut-être mieux, qui a le droit de dire qu’il s’amuse en travaillant, et dans quelles circonstances ? Ces contraintes de programmation qu’on fait peser sur nous semblent signifier que nous ne sommes pas, ou plus, admis à faire état du caractère ludique de notre travail, en tout cas officiellement.

  4. Sylvain Piron dit :

    François, la réponse est très simple : ce caractère ludique est choquant parce qu’il est le signe d’une liberté radicale, qui est, nous le savons tous, la condition indispensable de la recherche fondamentale. Au point où nous en arrivons, cela va encore mériter un nouveau billet.

  5. François Blanchard dit :

    Sylvain, il y a énormément à dire sur la liberté nécessaire à la création et sur le droit d’en parler ; j’attends ton prochain billet avec impatience. Juste une remarque : tu écris « une liberté radicale, qui est, nous le savons tous, la condition indispensable de la recherche fondamentale »… et aussi, ajouterai-je, de la recherche appliquée. La recherche appliquée sur commande a certainement son utilité pour des adaptations mineures ou majeures, mais toutes les grandes avancées techniques résultent de l’imagination libre de ceux qui les ont conçues ! D’ailleurs on peut discuter la pertinence de la distinction recherche pure-recherche appliquée ; en maths un certain nombre de gens pensent que ça a du sens, moi pas.

    Pablo, le chercheur qui accepte cette transformation radicale de la légitimité sociale de la recherche se retrouve le cul entre deux chaise. Il faut alors qu’il choisisse entre rester chercheur (et passer dans le camp du refus) ou devenir une sorte de clerc de la nouvelle croyance, au détriment de la recherche. Bien entendu beaucoup de gens se croient encore chercheurs alors qu’ils se sont reconvertis dans ce clergé très particulier (et bien rémunéré en général).

    • Sophie Roux dit :

      Avec un peu de retard… Les deux points importants du billet de Sylvain sont selon moi que le livrable s’accompagne
      1) d’une inversion des moyens et des fins,
      2) du fait qu’on pense le savoir comme une marchandise, non qu’on le transforme en marchandise.

      Ayant été responsable de quelques petits projets de recherche, j’ai été frappée de la transformation effective que cela opérait dans ma manière de travailler. D’une part, parce qu’au moment de la rédaction du projet, je m’étais effectivement dit qu’il n’y avait pas d’autre moyen de « faire-projet » en SHS que de proposer des projets de numérisation ou de constitution de bases de données (j’avais d’ailleurs décidé de ne pas me lancer là-dedans, avec le sentiment que ça boufferait mon temps). D’autre part parce que, une fois l’argent obtenu, il faut effectivement « livrer », ce qui conduit à organiser des colloques, prendre en charge des publications, et tout cela donne le sentiment d’être toujours dans des échéances à court-terme, trop bien délimitées.

      Évidemment, l’une et l’autre chose ne sont pas des choses toutes mauvaises. Je pense que la numérisation d’ouvrages modifie en profondeur mon champ disciplinaire (j’en avais un peu parlé ici : http://podcast.grenet.fr/episode/temoignage-3/), et que la constitution de bases de données est décisive dans les sciences sociales. Je suis bien persuadée que l’organisation de colloques et la prise en charge de publications collectives font partie de notre travail. Plus généralement, il faut bien être efficace.

      Mais il y a néanmoins un moment, qu’ont dû connaître bien des chercheurs dans mon cas, où le dégoût pour tous ces « livrables » peut s’installer, précisément pour leur standardisation.
      — dans tous les colloques qui s’organisent, je ne vois pas beaucoup de collègues qui s’interrogent sur la « forme colloque » — dans les myriades de projets numériques que les labos et les universités mettent en place chacun dans son coin, je ne vois pas beaucoup d’interrogation sur les enjeux du numérique — combien de livres se publient qui n’ont d’autre raison d’être que d’ajouter un item à la liste de publis de leur auteur ! — finalement cette fameuse réflexivité des SHS me paraît souvent bien détachée des pratiques réelles des uns et des autres.

  6. François Blanchard dit :

    Sophie, tu dis qu’une fois l’argent obtenu, il faut effectivement « livrer ».

    Livrer, d’accord, mais quoi ? Ici je me rapproche du sujet choisi par Sylvain.

    Une méthode de détournement classique en sciences dures consiste à construire un projet en promettant des résultats qu’on a en fait déjà, sans les avoir encore publiés, ou qu’on est sûr d’obtenir dans les délais ; les crédits obtenus servent alors à faire avancer d’autres recherches. D’autre part, l’évaluation a posteriori, si on la veut vraiment sérieuse, est bien plus difficile qu’a priori, parce qu’il faut comparer le contenu du projet et celui du rapport final. Les évaluateurs n’ont pas trop de temps pour ça. On peut donc présenter des résultats assez décalés par rapport au programme proposé, sans courir beaucoup de risques, et encore moins quand les résultats sont intéressants !

    J’aime bien ces stratagèmes, qui permettent de faire quand même de la recherche dans un environnement défavorable. La notion de « livrable » en est subvertie, autrement que par les à-côtés inavouables de l’évaluation. Mais qu’est-ce qui subsiste alors dans le rituel de la recherche sur programme ? D’abord un acte d’allégeance du demandeur à l’organisme qui finance. Et surtout la possibilité pour le financeur de faire son choix parmi les propositions reçues, suivant des critères « d’excellence scientifique » trop subjectifs pour être contraignants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *