Quant aux sciences cognitives

Comme de nombreuses sous-disciplines ou domaines situés au croisement de plusieurs disciplines, les sciences cognitives se trouvent en porte-à-faux face au classement des revues préparé par l’AERES. Quelques chercheurs ont pris l’initiative de dénoncer cette situation, non pour remettre en cause le principe d’un classement disciplinaire,  mais au contraire afin d’améliorer ce classement. Une comparaison des notes accordées aux revues et de leur « facteur d’impact » révèle ainsi l’inadaption de la liste de l’AERES. Afin de la corriger, une enquête est ouverte, qui demande aux chercheurs de donner par un « vote » leur appréciation des revues dans lesquels ils publient. Pour corriger un classement occulte, rien ne vaudrait une démarche de libre expression des opinions. Mais les initiateurs de cette votation ont peut-être sous-estimé la parenté de leur démarche avec le concours de l’Eurovision.

De son côté, la Société Française de Psychologie, dans un communiqué daté du 16 septembre émet le souhait de participer à l’élaboration des fameuses listes, en contribuant ainsi à « une tâche éminemment complexe, et par nature imparfaite ».


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *