L’excellence, keskeçé ?

Comme je l’ai raconté dans le précédent billet, j’ai vécu hier soir une expérience presque mystique en feuilletant les projets Idex. Comme beaucoup, sans doute, je cherchais le fin mot de cette histoire d’excellence, dans laquelle nous sommes englués, et je crois avoir compris d’un coup quelque chose. C’est infiniment simple, vous verrez, mais il n’est pas inutile de l’énoncer posément, en y allant lentement.

Dans une récente séance du séminaire Politique des sciences (à laquelle je n’ai pu assister, et je le regrette), Pierre Encrevé a répondu à la question de la « novlangue du nouveau management public » en expliquant qu’il ne s’agissait pas d’une véritable novlangue orwellienne – mais il est vrai qu’il ne connaissait pas encore l’humanticipation bourguigno-francomtoise… La véritable question n’est pas celle de la production d’un nouveau vocabulaire, mais des glissements de sens de mots communs, qui étaient souvent chargés de valeurs positives. Entre autres observations pertinentes, Encrevé remarque que le terme d’excellence a une vieille tradition dans l’école républicaine, qui s’est sans doute un peu perdue depuis une quarantaine d’années.  Il note également que le label « qualité » n’est pas arrivé dans le domaine scientifique sous l’effet des procédures managériales de « contrôle qualité », mais à l’initiative de Laurent Schwartz, avec l’association « Qualité de la science française ».

Suivons cette piste et retournons aujourd’hui lire des documents publiés par QSF il y a quelques années, par exemple un texte sur l’évaluation d’Antoine Compagnon datant de 2003. On constate en effet que « qualité » et « excellence » y marchent ensemble, mais on note surtout qu’ils sont pris en un sens exclusivement scientifique : il s’agit principalement de militer en faveur de la norme internationale de l’évaluation par les pairs et de réclamer des décharges d’enseignement pour les meilleurs chercheurs. Depuis cette époque, le vocabulaire semble s’être brouillé, mais la confusion s’était peut-être déjà introduite depuis quelque temps. Reprenons le chemin pas à pas.

Comme la plupart des chercheurs, je suis soucieux de la qualité de mon travail (d’historien en l’occurrence). Pour ma part, je sais qu’elle tient à l’observation scrupuleuse de quelques règles de méthode que j’essaie de transmettre à mes étudiants : ne rien citer sans l’avoir lu ; ne jamais citer de seconde main, mais toujours retourner voir les sources, si possible en remontant aux manuscrits ; et surtout, ne rien tenir pour acquis et rester constamment en alerte face à tous les préjugés, à commencer par les miens. Ce sont évidemment des procédures lourdes, qui ne peuvent suivies qu’au détriment du rendement. En un sens, je pourrais me comparer à un viticulteur biologique, qui vendange à la main et n’utilise pas d’engrais chimique ou de pesticide. Il y a pourtant une grande différence : aucune agence ne pourrait prendre en charge une certification de ce travail ; seuls le pourraient des chercheurs capables de vérifier le travail effectué, en y prenant autant de peine, pour discuter les hypothèses, relire les documents ou refaire les calculs – ce qui est tout simplement la marche normal de la recherche. C’est à une qualité de ce type que songeait Laurent Schwartz, et je peux m’y reconnaître sans difficulté.

Pour autant, j’ai du mal à qualifier cette qualité d’excellente, et encore plus à appliquer l’adjectif à ma personne. La raison en est simple. Etymologiquement, est excellent ce qui est élevé (les tours de Manhattan, excelsae turres), et donc supérieur. Et cette élévation peut facilement mener à l’orgueil (la nuance est présente dans le verbe latin, excello). Contrairement à la qualité, l’excellence implique la comparaison, le classement et, plus ou moins inéluctablement, la récompense. Il y a certes une tradition républicaine d’excellence, mais il s’agit d’une excellence scolaire. Il me semble important de le souligner. Il s’agissait, idéalement au moins, d’une compétition entre élèves de tous milieux, visant à encourager et promouvoir les meilleurs – c’est-à-dire ceux qui, dans des conditions égales, réussissaient le mieux à franchir des épreuves communes. Sans revenir sur les limites de cet idéal dans l’école française, ni sur les facteurs sociaux qui font qu’il fonctionne beaucoup moins bien aujourd’hui que du temps des premiers écrits de Bourdieu, on peut facilement comprendre que la recherche ne fonctionne pas de la sorte. D’une part, selon les disciplines ou les objets de recherche, les résultats et les publications ne tombent pas au même rythme unique, pas davantage qu’il n’y a de critère transversal de comparaison. D’autre part, s’il arrive qu’un chercheur se trouve en compétition objective avec un collègue (par exemple lorsqu’ils candidatent tous deux sur le même poste), les raisons qui font choisir l’un plutôt que l’autre à tel moment n’impliquent pas qu’ils soient étalonnés selon une mesure absolue de leur valeur. Et les choix qui s’effectuent alors ne remettent pas en cause leur participation commune au projet général d’une recherche scientifique dont les valeurs principales sont (pour reprendre une formule que j’avais donnée autrefois) « le partage, la collaboration et la critique éclairée au sein de communautés bienveillantes ». C’est au nom de ces valeurs que de multiples prises de position ont récemment encore protesté contre l’individualisation des Primes d’Excellence — et oui, excellence encore — Scientifique.

Une autre manière de prendre la chose serait de se demander à quelles conditions un même prédicat — « excellent » — peut s’appliquer à un individu, à un conglomérat de laboratoires, et à un regroupement territorial. En tout état de cause, les effets de cette application universelle et sans ordre sont connus par la littérature. Ulrich, le héros de Musil, cessa de faire des mathématiques le jour où il rencontra quelque part l’expression : « un cheval de courses génial ». Ce n’est dès lors pas sans profit qu’on relira ces quelques lignes (et d’ailleurs tout le chapitre en question) : « […] un cheval et un champion de boxe ont encore cet autre avantage sur un grand esprit, que leurs exploits et leur importance peuvent se mesurer sans contestation possible et que le meilleur d’entre eux est véritablement reconnu comme tel : ainsi donc, le sport et l’objectivité ont pu évincer à bon droit les idées démodées qu’on se faisait jusqu’à eux du génie et de la grandeur humaine. » Au moment du mouvement de 2009, certains avaient lancé le Classement du Pékin. À force d’entendre parler d’initiative d’excellence, il vous prend des envies, soit, à la manière d’Ulrich, de vous retirer quelques années pour tenter de vivre autrement, soit, à l’imitation du Père Ubu, de promouvoir quelques initiatives de médiocrité.

———-

En remerciant Sophie pour cette digression kakanienne (qui tombe néanmoins fort à propos), je reviens pour conclure sur mon extase d’hier soir, qui avait effectivement quelque chose de Musil. L’université de Strasbourg va certainement obtenir son Idex : elle est d’ailleurs à l’avant-garde du mouvement, puisqu’elle a fusionné avant les autres, seule technique valable pour grimper rapidement dans les classements mondiaux. De ce fait, elle est mieux placée pour vanter sa réussite, son élévation, dans de multiples classements, et proposer de dérouler un tapis rouge — pardon, a red carpet — pour attirer les meilleurs. C’est en lisant ce beau projet que j’ai brusquement compris quelque chose d’assez trivial. L’excellence, nouveau style, n’a plus rien à voir avec un simple mérite scientifique. Comme on le disait autrefois pour l’évaluation, le même mot est pris en deux sens, qui se superposent jusqu’à se brouiller. On peut identifier une excellence scientifique, qui pourrait être un simple comparatif de la « qualité » selon QSF, mais qui est déjà problématique en soi, on vient de le voir. En regard, ou plutôt en surplomb, est apparue une autre excellence, qu’on peut à nouveau qualifier, comme le type d’évaluation qu’elle présuppose, de « gestionnaire ». C’est d’abord celle-ci que les initiatives du Grand Emprunt prétendent récompenser. Elle ne concerne que très secondairement les individus. Elle a pour véritable objet des structures institutionnelles capables de faire de la science et de l’université une ressource économique territoriale. La vérité de l’excellence dont parle le discours politique contemporain n’est pas à chercher au niveau individuel (dans la prime), mais à l’échelon macroscopique des modernes beffrois de l’Idex.

Une fois cette distinction acquise, on peut en revenir à la question de l’évaluation comme technique de contrôle et de domination (cf. commentaires des billets précédents), dont on voit bien comment elle peut échapper à ceux qui la manipulent. Autrefois, du temps du Général, la question aurait été tranchée au nom d’une politique scientifico-industrielle qui se serait assumée comme telle sans complexe, et c’est bien ainsi que les choses fonctionnaient. De nos jours, l’idéologie néo-libérale impose d’en passer par un semblant de mise en concurrence d’agents, dans un espace qui ne peut pas décemment être comparé à un marché, si ce n’est au sens d’une estrade pour démonstrateurs de produits miracles dans une foire quelconque. Le choix, nous le savons depuis le départ, se fera d’abord pour des raisons politiques (personnelles ou stratégiques selon les cas). Mais il doit être paré d’une certaine objectivité ; que dis-je, à peine un fond de teint léger. Or puisqu’il n’existe pas de critère transversal qui permettrait de trancher en faveur de ceci plutôt que de cela, on en reviendra forcément à des indicateurs chiffrés, quels qu’ils soient. On aura trouvé de la sorte en quoi consiste la vraie mesure de l’excellence gestionnaire : l’excellence, c’est ce qui performe dans les indicateurs, c’est ce qui cartonne dans les hit-parades. Au fond, Pécresse ne voulait pas dire autre chose avec sa fameuse tautologie : l’excellence, c’est ce qu’il y a de meilleur. Le serpent se mord la queue, certes, mais c’est ainsi qu’il échappe, pour des raisons bêtement idéologiques, à ceux qui veulent s’en servir.

Je sens qu’il va falloir remettre à plus tard un autre billet promis, au sujet des « livrables », qui porterait sur la façon dont ces dispositifs rejaillissent sur nos pratiques, c’est-à-dire, l’asservissement des chercheurs à cette logique d’excellence gestionnaire.

Au moment de conclure, je lis avec retard un long message de Bernard Jacq, diffusé sur la liste SLR le 2 février, qui ne semble pas encore mis en ligne, et qui dit en d’autres termes quelque chose d’assez proche de ce qui est énoncé ici. Je cite le paragraphe central : « Quand on nous parle d’excellence scientifique, vous constaterez que beaucoup d’entre nous et peut-être vous le(la) premier(e) se sentent concernés ou au minimum, ne se sentent pas exclus. Nous faisons, volontairement ou non, une confusion mentale entre ce qui est une direction, un but vers lequel on peut (on doit ?) tendre (c’est à dire viser à l’excellence scientifique) et ce qui est une politique, c’est à dire un moyen de faire des choix. »


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Sylvain Piron dit :

    Ce billet n’a reçu aucun commentaire en deux semaines. Pendant ce temps, j’en ai reçu en privé, de la part d’amis qui n’ont pas été convaincus par mon analogie avec la viticulture biologique. Je dois donc m’expliquer.
    Tout d’abord, la comparaison fait écho à une discussion que nous avons eu avec François Blanchard dans un billet précédent, http://evaluation.hypotheses.org/853, à propos de ce que François ressentait comme une perte de rigueur dans les publications scientifiques sous l’effet d’une pression à publier vite et beaucoup ; je parlais alors d’un passage de l’artisanat à l’industrie. Cyril Labbé, avec son auteur automatique Ike Antkare, a établi en la matière un record du monde, qui dénonce admirablement cette pente. Or, s’il y a un domaine où l’opposition entre qualité et rendement est aisément compréhensible, c’est bien celui du vin. Et c’est aussi un domaine où chacun peut être facilement convaincu de la supériorité du bio (si ce n’est pas encore le cas, faites un tour chez le caviste de votre quartier et vous verrez).
    Après cela, ma revendication est très personnelle, je ne prétends pas du tout en faire un modèle généralisable ni même reproductible. Il se trouve que j’ai le luxe de pouvoir travailler lentement, en prenant soin de mes vignes (pardon, de mes dossiers), en désherbant sans engrais le sol (je veux dire, les manuscrits) ; je laisse vieillir, et je mets en bouteille (pardon, je rédige) quand les cuvées me semblent mûres – dans les cas, bien entendu, où on me laisse le temps d’aller lentement. Ce n’est pas toujours possible, et tous les crus ne se valent pas. Mais certains de mes meilleurs articles ont effectivement pris de cinq à huit ans.
    Dans d’autres disciplines, les ingrédients sont bien sûr différents, et tous les éléments de la comparaison ne tiennent sans doute pas, mais il n’est pas impossible qu’on retrouve la même opposition entre rendement et qualité.

    • Sophie Roux dit :

      — Sylvain, pour compléter :
      Il me semble qu’on peut argumenter pour le bio — ou en tout cas pour les petits producteurs — sur une autre base : non pas « c’est meilleur » (parce qu’il peut arriver que ce ne soit pas le cas, et parce que le discours bio-bobo est parfois un peu lourd), mais « ça correspond à un mode social de production que je souhaite promouvoir ». A côté de la question de la qualité de ce qu’on consomme, il y a la question de la manière dont on le produit. UN des problèmes les plus massifs des OGMs est selon moi l’asservissement des agriculteurs aux grands semenciers qui en résulte : ce n’est pas très dur de se dire que l’analogie avec la recherche continue d’être suggestive… nos grands semenciers à nous, ça peut être Elsevier ou Springer par exemple.

  2. Armel Le Bail dit :

    Le passage de l’artisanat à l’industrie s’est effectivement produit graduellement dans les années 80 et début 90 pour certaines sciences (plutôt dures, style chimie de caractérisation cristallographique, par exemple). Sans travailler plus ni moins, sans être meilleur ou plus mauvais, la production en nombre d’articles de qualité équivalente a été multipliée au moins par 5 pour des chercheurs isolés, et par 10, 20 ou même 40 pour des chefs d’équipes plus ou moins grosses et signant la totalité de la production. Les principaux responsables de cette évolution sont naturellement l’informatique, la numérisation des données, la mise au point de logiciels quasi automatiques de production des solutions des problèmes, le traitement de texte, etc. Dans certaines disciplines c’est effectivement l’usine, le travail à la chaine, plus vraiment de la science. La vraie science, celle de l’avancement effectif des connaissances, est bien difficile à déceler, noyée sous la montagne des publications de routine. Cette science là est vraiment celle de l’excellence, mais on ne s’en rend pas compte à l’echelle de temps de la recherche sur projet – et d’ailleurs, il ne peut s’agir que de projets « blanc » refusés par l’ANR, mais tout de même menés à bien dans l’indigence, en simplifiant un poil.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *