Des Manhattans de l’excellence

Nos amis de Sauvons l’Université viennent de réaliser un petit Wikileaks, à l’échelle de notre univers s’entend, en dévoilant le nom et le contenu de la plupart des projets Idex (pour les ignorants et les attardés, je précise que le radical Id- n’a rien à voir avec idées, ce sont des initiatives d’excellence dont il s’agit). Quand les résultats tomberont, nous pourrons ainsi apprécier les critères d’évaluation qui auront été retenus. Dans l’immédiat, on peut tenter de compléter nos précédentes observations et poursuivre la discussion qui s’est engagée à ce propos.

Je dois commencer par admettre qu’il faut avoir le coeur bien accroché pour s’engager dans cette prose assez particulière, et disposer d’un temps que je n’ai pas pour en faire une analyse détaillée. Pour les clampins de la marche à l’excellence, il faut ensuite prévenir que cette lecture provoque un véritable effet de vertige. Si les Labex nous apparaissaient déjà comme des monstres tentaculaires aux bras articulés, qui découpaient et empilaient sauvagement des UMR et autres unités de base, ils ne sont en rien en regard des Idex qui empilent et emboitent à leur tour des Labex comme autant de petites briques d’un Manhattan de l’excellence.

Une fois surmonté le vertige (qui ne passe pourtant pas, j’y reviendrai), la première chose qui saute aux yeux en parcourant quelques dossiers est la faible présence de contenu scientifique – en règle générale, si je peux parler ainsi après en avoir feuilleté moins de la moitié. Je livre d’emblée l’interprétation la plus bienveillante, qui est sans doute malheureusement fausse : parler de recherche, dans ce cadre, serait peut-être le luxe des futurs vainqueurs qui, assurés de leur puissance, peuvent prendre le temps de parler un peu du fond de leur affaire, alors que les autres sont trop occupés à tenter de convaincre (et sans doute de se convaincre eux-mêmes en premier lieu) de leur excellence.

Ce dont il est principalement question dans ces documents, ce sont bien les critères que Sophie a dégagés du palmarès des Equipex : il s’agit d’abord d’aménagement du territoire, de gouvernance intégrée, de retour sur investissement et d’effets de levier ; mais aussi, puisqu’on change d’échelle, de compétition internationale, d’attractivité et de visibilité : chacun voudrait devenir une « marque » déposée, identifiable depuis la Chine. Il n’y a pas de mystère, ce sont exactement les termes mis en avant par l’appel d’offres, qui entend privilégier :  « un rayonnement international, un fort niveau de coopération et d’intégration, une forte cohérence territoriale ». De ce fait, les projets sont naturellement conduits à mettre en avant des spécialisations cohérentes avec les besoins des industries régionales. Dans ce cadre, la fonction des sciences humaines et sociales est de fournir un faire-valoir, plus ou moins cantonné aux études d’impact culturel et social. J’exagère à peine.

On comprend, de la sorte, ce qui a pu pousser le PRES Bourgogne Franche-Comté à se lancer dans l’opération – alors qu’il n’a objectivement aucune chance d’être retenu. C’est que lui aussi a des atouts, pour faire valoir ses spécialités régionales (en l’occurrence, dans l’agro-alimentaire et l’environnement). Un réflexe républicain mal placé inciterait à penser que tous ceux qui ont fait l’effort de monter un dossier mériteraient bien quelque chose, ne serait-ce que pour compenser le temps perdu de la sorte, puisque chaque région a droit à sa part du gâteau national. On verra bien si la tronçonneuse néo-libéralo-colbertienne (si l’on me permet cette formule pour désigner l’inspiration contradictoire à l’oeuvre dans ce dirigisme effréné conduit au nom du marché) est capable d’être aussi impitoyable qu’elle le prétend, en ne retenant que « cinq à dix initiatives d’excellence capables de rivaliser avec les meilleures universités du monde ». En attendant, le projet bourguignon mérite au moins le label de l’intitulé le plus… le plus quoi au juste, je vous laisse juger : « Notre slogan est : humanticipation(c) » (le mot a bien été breveté, mais on voit mal qui pourrait vouloir le voler…). A ce propos, on laissera la palme de la grandiloquence prétentieuse à Paris sciences et lettres quartier latin, pour : « Rendons possible le nécessaire« .

Pour en revenir au vertige dont je parlais, il est en fait à double détente. Dans un premier temps, si la hauteur de ces buildings de papier en impose autant, c’est en raison d’un effet de masse : si tous les chercheurs et universitaires impliqués dans ces machineries partagent vraiment le discours qui s’y déploie, alors tout est perdu, le mouvement lancé il y a deux ans est définitivement enterré, la mise en concurrence généralisée que nous dénoncions a gagné, au moins dans les esprits. Mais ce premier vertige est rapidement surmonté, dès qu’on se rappelle que ces majestueuses tours ont été construites dans l’urgence, bien évidemment, dans les petits cénacles de ceux qui savent parler le langage de l’excellence, sans qu’il y ait le temps et la possibilité d’avoir la moindre discussion ouverte à ce propos. Nous, les clampins, avons été embrigadés, plus ou moins malgré nous, dans des Labex qui se révèlent n’être que de toutes petites choses sans importance. Nous ne sommes certainement pas tenus de croire à ces promesses et de plier nos travaux aux intérêts du développement régional. Nous pouvons du moins y résister, individuellement et collectivement.

Non, finalement, le vertige qui demeure est d’une autre nature : c’est celui d’avoir respiré l’air des sommets, d’avoir entendu dans sa pureté le langage de l’excellence, de l’avoir enfin touché du doigt. Mais je sens que cela va mériter un nouveau billet.


Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. FC dit :

    Merci Sylvain pour ce billet
    Lorsque j’ai reçu le lien vers les projets Idex, il y a quelques temps, je les ai illico transférés à mes collègues virtuels, n’ayant pas le courage ni le temps de lire cette prose exceptionnelle dans le genre. Je n’ai pas regardé ce que Prospéro et marlowe en ont fait mais il y aura bientôt un billet sur socioargu pour mettre à plat – one more time (on finit par s’y faire prendre) – les éléments de langage supposés configurer désormais nos têtes pensantes …
    Francis
    (directeur d’un laboratoire de l’EHESS qui n’existe pas (selon les catégories officielles) mais qui résiste plus que jamais à l’envahisseur 😉 )

    • Sylvain Piron dit :

      Francis, la non-existence est parfois le statut le plus confortable pour continuer à tracer sa route. Nous attendons avec impatience le verdict éclairé de Marlowe.

  2. Sylvain Piron dit :

    On me signale un dossier encore plus complet sur le site du Snesup : http://www.snesup.fr/Votre-metier?aid=5539&ptid=10&cid=3692

    • Sophie Roux dit :

      Dans le début d’analyse que nous avons donné des Idex, il y a un point que nous n’avons pas abordé : qui sont leurs porteurs ?
      Il faut dire que, même sans faire de prosopographie détaillée, ça crève les yeux : ce sont nos WASP à nous — des hommes donc, blancs bien sûr, chimistes ou médecins plutôt que mathématiciens s’il s’agit de non-SHS (ce qui est le plus souvent le cas), les rares cas où il s’agit de SHS, juristes ou géographes plutôt que philosophe ou philologue. On les appelle comment, les HBeX ?

      Tout ça n’est pas bien réjouissant, et me rappelle la note que j’ai promis d’écrire sur les femmes et l’évaluation…

      Quant au mode de gouvernance des idex, je note par ailleurs, dans le blog de Bernard Gensane

      « Le CA de l’IDEX de Grenoble comptera 30 personnes dont trois universitaires.

      Le CA de l’IDEX de Toulouse comptera 18 membres, zéro universitaire. Après avoir longuement hésité, la ville de Toulouse (dont le maire, socialiste, est un universitaire) a fini par s’associer à ce projet.

      Saclay aura, non pas un CA, mais un “ Board of Directors ” (sic).

      Le PRES de Bretagne-Ouest disposera d’un “ Advisory Committee ” (re-sic). Son CA comptera 25 personnes, dont deux enseignants-chercheurs. »

      Je n’ai pas été vérifier… mais j’ajouterais volontiers les prédictions suivantes : que ceux qui sont appelés « universitaires » et « enseignants-chercheurs » par Bernard Gensane sont (au moins) des présidents d’université (donc pas tout à fait l’EC moyen) et qu’absolument tous sont des HBeX.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *