A propos de l’évaluation des initiatives d’excellence, et pour commencer des Equipex

Ou : Sylvain et Sylvette Sophie dans l’antre des compèrEX

Cela fait maintenant quelques mois que Sylvain et Sylvette Sophie s’envoient des courriers l’un à l’autre, dont la teneur est qu’il faudrait, tout de même, faire un billet sur la série des -Ex qu’a généré le Grand Emprunt : Equipex, Labex, Idex. De cette série, bien des choses justes ont déjà été dites, et nous aurions pu les redire à notre manière :

1) La série des -ex ne relève pas tant d’une politique de promotion de l’ « excellence », que d’une politique d’aménagement du territoire. En effet, grâce à cette série, se met en place sur le territoire français la distinction que préconisait le rapport Belloc entre grosses universités de recherche et petites universités de proximité, éventuellement limitées à la licence.

2) Bien plus, la série des -ex permet de faire que cette mise en place se fasse très rapidement et sans douleur, puisque ce sont les enseignants-chercheurs eux-mêmes s’inscrivent volontairement (sinon « spontanément ») dans cette démarche. Hormis quelques rares cas de refus volontaire de participer à ces appels d’offre, la mise en compétition des projets mettait les chercheurs dans la situation impossible de passer pour un traître à son équipe. La solidarité avec le collectif imposait de contribuer, fût-ce en trainant des pieds. Sous l’invocation de l’autonomie, nous avons bien compris ces dernières années que le dessein général de ce gouvernement en matière scientifique vise à remettre très fortement la main sur le « pilotage » de la recherche. Avec les carottes du Grand Emprunt, c’est toute la population du monde de l’enseignement supérieur et de la recherche qui s’est placée dans une situation d’asservissement volontaire.

3) Dans une période de restrictions budgétaires, la récompense de l’ « excellence » va de pair avec la pénalisation de la — dans la novlangue, c’est quoi d’ailleurs la « non-excellence » ? — disons de la « moindre performance ». Autrement dit, il s’agit d’un politique scientifique visant à renforcer ce que le sociologue des sciences Robert K. Merton avait proposé d’appeler, en référence à un verset de l’Evangile selon Saint Matthieu, « l’effet Matthieu ». Merton tentant en effet d’attirer l’attention sur les mécanismes par lesquels les chercheurs et les institutions ayant bénéficié à un moment ou à un autre d’une forme ou d’une autre de distinction en venaient à bénéficier d’avantages toujours plus considérables, et toujours plus disproportionnés par rapport à ce qui leur avait valu d’être initialement distingués, il introduisit la chose par ce verset bien connu : « À celui qui a, il sera beaucoup donné et il vivra dans l’abondance, mais à celui qui n’a rien, il sera tout pris, même ce qu’il possédait. » Philippe Büttgen a excellement résumé la chose dans une formule qu’il ne faut pas cesser de méditer : « L’excellence, c’est le plan social de la science« . Elle est le nom de la promotion des vainqueurs, qui légitime la liquidation des perdants. Le parallèle avec la désindustrialisation de notre pays dans les dernières décennies mérite qu’on y réfléchisse bien.

4) Les délais extrêmement brefs dans lesquels il a fallu répondre à ces appels d’offre participent bien sûr d’une tendance à travailler à flux tendu maintenant devenue usuelle à l’Université, mais dont il faut tout de même rappeler qu’elle va à l’encontre de ce qu’est le travail intellectuel. Il s’agissait d’inventer en quelques semaines, au coeur de l’été, un programme de travail innovant pour les dix prochaines années. Quelle que soit la discipline concernée, un horizon de dix ans relève davantage de la prospective que du plan d’action détaillé. Le propre de la science est d’affronter l’inconnu. Elle ne sait pas par avance ce qu’elle va découvrir. Demander des programmes précis à si longue échéance,  détailler la liste des productions « livrables » année par année, cela revient à démonétiser l’inventivité et l’ouverture aux résultats inattendus en faveur de la production routinière de données standardisées. Nous aurions dû le comprendre instantanément : les projets d’excellence n’avaient de sens que pour des opérations lourdes, à tous les sens du terme.

5) Ces délais extrêmement brefs ont d’ailleurs eu des effets tout à fait immédiats dans toutes les institutions :
— Le plus souvent, le contenu scientifique des projets n’était pas satisfaisant, puisqu’il fallait bricoler dans l’urgence, avec des exigences contradictoires. Nous n’excluons pas qu’il y ait eu de bons projets, qu’ils aient été l’étape finale d’une réflexion de longue date ou qu’il y ait eu des ressources humaines suffisantes pour se mobiliser pour en mettre un grand coup. Mais simplement, dans la plupart des cas, ces conditions ne pouvaient pas être réunies.
— En tout état de cause, l’enseignant-chercheur de base n’a pas pu s’approprier ces projets, tout simplement parce qu’ils ont été en grande partie rédigés par les directeurs de laboratoire, vice-présidents d’université, etc. Bien sûr, il ne s’agit pas de blâmer ces derniers, qui ont fait ce qu’ils pouvaient, et on se dit que certains ont dû le faire à contre-coeur comme on dit. Mais il s’agit bien de constater que, là encore, c’est de la différence qui s’institue et qui s’enkyste : différence politique entre ceux qui décident et ceux qui, au mieux, suivent. Question de politique donc.

6) Finissons en avec la politique. Les structures mises en place, dans la mesure où elle seront trans-disciplinaires, trans-laboratoires, trans-toutes-les-structures-existantes, court-circuiteront bien entendu ces dernières. Et, comme il faut bien les « gouverner » ces nouvelles structures, une fois encore, contournement des quelques instances démocratiques existant encore dans l’université, pilotage par en haut dont on peut se douter que, étant donné les pratiques bien ancrées de l’Université française, il ne procédera toujours du choix des meilleurs, etc., etc.

Bon. Tout cela était donc connu de tous, ou en tout cas de tous ceux qui veulent bien ne pas se bercer de l’illusion de leur excellence. Il nous fallait donc contribuer au débat par des considérations spécifiques concernant l’évaluation, et plus précisément les procédures d’évaluation de ces projets, plus précisément encore les procédures d’évaluation de ces projets en SHS. Mais quoi ?

« Mais quoi ? », parce que le problème est que, jusqu’à présent, nous n’avons pas réussi à avoir des renseignements sur ces procédures. Nous pouvions donc bien nous faire des remarques un peu générales, mais celles-ci restaient des hypothèses.

1) Ainsi le fait que, quand on fait un dossier en —ex, on remonte des noms d’experts à privilégier (de préférence « international », autrement dit « pas-français »), et des noms d’experts à éviter, semblait impliquer ce qu’on pourrait appeler l’hypothèse de l’évaluation directive :
— La première étape de l’évaluation d’un projet sera faite par un collègue a priori favorable au projet en question. Une fois encore (comme dans le cas de l’AERES par ex.), les experts seront experts d’un dossier (ou deux par miracle), et donc ne pourront pas faire ce qui est quasi indispensable dans l’évaluation, i.e. comparer.
— Mais évidemment, cette première étape « scientifique » à proprement parler n’est finalement pas très importante. L’étape véritablement importante, c’est la seconde, celle de l’évaluation directive où, entre toutes ces expertises plutôt favorables, il faudra trancher. Et là, bien sûr, on ne demandera pas aux rédacteurs du projet par qui ils veulent être expertisés, mais on mettra un très petit nombre de super-experts qui auront un pouvoir véritablement directif.
Vraisemblablement donc, une fois encore, les experts (nos collègues) n’auront pas un grand rôle à jouer par rapport à ceux qui décident.

2) Considérer la liste des critères mis en avant pour la sélection des projets en -ex conduisait à mettre en place une hypothèse de l’évaluation sur des critères de rentabilité socio-économique (au moins apparente) à très court terme. Voici en effet cette liste :
# qualité scientifique et caractère innovant
# importance pour la stratégie du site et pour l’établissement
# cohérence avec la SNRI, la stratégie des alliances et les feuilles de route européennes
# impact socio-économique
# stratégie de valorisation
# impact sur le dispositif de formation
# effet de levier sur l’effort de R&D privé
# ouverture à la communauté scientifique
# portage par les établissements et engagement sur les moyens récurrents

La première sélection des Equipex ayant eu lieu, nous pouvons éprouver ces hypothèses.

1) Voici tout d’abord ce que nous dit le site du Ministère sur la composition du Jury :

« Le jury international présidé par Philippe Le Prestre, professeur et directeur de l’institut Hydro-Québec (Canada) en environnement, développement et société, et professeur d’écopolitique mondiale, a été subdivisé en trois jurys sectoriels :
* Jury «Sciences humaines et sociales»: 11 membres, présidé par le Pr Philippe Le Prestre.
* Jury «Sciences du vivant et de l’environnement»: 23 membres, présidé par Uwe Haberkorn, professeur de médecine nucléaire au – Karls-Universität Ruprecht à Heidelberg, directeur médical du département de médecine nucléaire et directeur de la clinique de coopération Unité de médecine nucléaire, au DKFZ.
* Jury «Science de l’information, des matériaux et de l’ingénierie»: 35 membres présidé par le Pr Hans Herrmann, professeur au Swiss Federal Institute of Technology (ETH) Zurich.
1853 experts internationaux ont été sollicités par le jury. »

Le rapport entre experts scientifiques et décideurs du jury est donc 1853/69, soit à peu 1/29. L’hypothèse de l’évaluation directive n’est donc pas infirmée.

2) Il est difficile de procéder à une évaluation correcte de l’évaluation, dans la mesure où, à ma connaissance, on sait qui sont les 52 lauréats, mais non quels sont les 336-52 = 284 évincés.

On remarque néanmoins quelques faits convergents :

— Si la « modélisation mathématique » est invoquée dans beaucoup de projets, les mathématiques à proprement parler n’ont été lauréates d’aucun projet. Le projet d’une plate-forme documentaire pour les mathématiques n’a pas été sélectionné.

— Indépendamment de leurs qualités respectives qu’il ne nous appartient pas ici d’évaluer, tous les projets sélectionnés en SHS présentent les deux caractéristiques suivantes :
i) Mobiliser des techniques venues des sciences non-humaines et non-sociales : analyse chimique non-invasive et sécurisation des accès à des données par exemple.
ii) Pouvoir mettre en avant des retombées sonnantes et trébuchantes ; ainsi, les projets associant privé et public ont été privilégiés (cela ne vaut pas seulement pour les SHS d’ailleurs).

On dira peut-être que la première caractéristique était inévitable pour de grands équipements. Peut-être.

En tout cas, la seconde de ces caractéristiques n’est pas sans conséquence. De même que la plate-forme numérique de la communauté mathématique n’a pas été retenue, de même, aucun des projets d’infra-structure numérique en SHS (il y en avait plusieurs) n’a été retenu. Dans le cadre d’une société de la connaissance bien pensée, il serait assurément important de privilégier le libre-accès à la littérature scientifique existante. Mais, si nous avons en tête la seconde caractéristique que nous venons de relever, et que nous revenons à la liste des critères donnés un peu plus haut, on comprendra que les plate-formes numériques pour chercheurs ou pour étudiants ne sont pas des priorités, qu’elles peuvent paraître même relever de la « science pour la science ». L’hypothèse de l’évaluation sur des critères de rentabilité socio-économique (au moins apparente) à très court terme commence donc à être confirmée.

Last, pour qui nous aura suivi jusqu’au bout, la carte des 52 Equipex permet d’identifier sans trop de d’hésitation les universités qui monteront sur le grand podium de la course aux Idex. Nous parions donc qu’il y en aura 3 en région parisienne (à tout seigneur tout honneur), 2 en Rhône-Alpes (ouf, c’est là qu’est la chaumière de Sylvette l’appartement de Sophie), 1 à Bordeaux, 1 à Aix-Marseille, 1 à Strasbourg. S’il faut en rajouter un, on le mettra peut-être en Bretagne, pour ne pas les fâcher, ils ont la tête dure. Mais tout cela était connu de tous, ou en tout cas de tous ceux qui veulent bien ne pas se bercer de l’illusion de leur excellence, n’est-il pas ?


Vous aimerez aussi...

8 réponses

  1. Sylvain Piron dit :

    Coïncidence temporelle : au moment où nous écrivions ceci, une motion a été votée par la conseil scientifique de l’université Paris 8, intitulée « Sur une prétendue « politique d’excellence » : les dangers de la Polex » : http://www.sauvonsluniversite.com/spip.php?article4414

  2. François Blanchard dit :

    L’analyse de Sophie se fonde sur la raison. Elle est bien faite, elle rend compte d’un aspect essentiel de la réalité et j’y souscris en bonne partie. Mais chaque fois qu’on essaie de comprendre la logique de tel ou tel pan de la réforme de la recherche, on tombe très vite sur quelque chose qui ne colle pas, un pari infondé du type « sacrifice de la poule aux oeufs d’or », une évaluation confiée aux experts qu’on jette au panier au moment de prendre la décision, ou autre chose encore.

    Alors je livre une hypothèse déraisonnable. Devant les sommes colossales allouées à quelques projets bricolés à la hâte et classés par un jury qui n’a pas la capacité de le faire, je ne peux pas m’empêcher de penser au Loto. Equipex serait un pan d’une tentative absurde de la classe dominante pour reprendre la main sur la recherche, à laquelle elle ne comprend rien et qui l’affole, en finançant grassement un tout petit nombre de projets choisis au hasard. L’idiotie de l’opération viserait, sans que les initiateurs s’en rendent bien compte, à faire savoir aux scientifiques que leur « expertise » et leur flair comptent pour rien. Et, qui sait, à les inciter à se reconvertir dans la finance.

    • Sophie Roux dit :

      Cher François,

      Merci de ton commentaire. La vérité est cependant que je ne suis pas sûre d’être d’accord avec ton verdict (tirage au sort) et avec les modalités de l’hypothèse que tu fais (tentative de reprise en main délibérée de la recherche). Si je suis prudente, c’est que, comme j’essayais de le dire dans l’article, c’est difficile d’avoir un verdict sans avoir tous les éléments factuels : par ex., à ma connaissance, nous n’avons pas accès aux projets non-sélectionnés, ce qui serait indispensable pour comprendre si la sélection s’est faite sur certains critères, et le cas échéant, sur lesquels. Toujours est-il que :

      1) Plutôt que d’une situation de tirage au sort, je parlerai ici d’une sédimentation et d’un renforcement de ce qui existait déjà. Si tu regardes le nouveau domaine des nanotechnologies par ex., il y a de très grosses sommes promises dans la Région Rhône-Alpes (Grenoble particulièrement) et en Ile de France (Saclay) — ce qui est normal puisque ce sont là que sont déjà les grosses infra-structures existantes. De même, ce n’est pas très étonnant que l’Ile de France rafle presque toutes les mises en SHS, là encore pour des questions d’échelle. Il pleut là où c’est déjà arrosé donc.

      2) Quant aux intentions de ceux qui mettent en oeuvre cette politique, on peut faire un tas d’hypothèses ; j’en ai une rigolote et une radicale. La rigolote est inspirée de l’histoire de la Fondation Mark Cable de Leo Szilard : une secte obscurantiste et scientophobe a noyauté les cercles du pouvoir ; pour nous empêcher de travailler vraiment, elle nous fait écrire des projets. La radicale est néo-foucaldienne : les politiques ne décident plus de rien ; ce qui les gouverne eux comme nous, ce sont les dispositifs de contrôle social que sont les techniques de management par indicateurs. Irait en ce sens la mémorable déclaration de Christine Lagarde, juste avant la crise boursière (le 5 septembre 2008), au sortir d’un entretien avec le Premier ministre : « J’ai 22 indicateurs sur 30 au vert ! »

  3. François Blanchard dit :

    Avant de poster mon dernier commentaire, j’aurais mieux fait de réfléchir un peu plus. Il n’a pas grand contenu. Avec le mot « délire », je m’obstine dans une métaphore psychologisante qui ne vaut que pour la provocation. Et ton hypothèse rigolote m’a bien fait rigoler !

    Quant à ton hypothèse à la Foucault sur une société gouvernée par des dispositifs de contrôle social qui la dépassent, elle est beaucoup plus intéressante que la mienne. Mais alors il faut aller plus loin : quels sont ces dispositifs ? Les méthodes de contrôle social, elles, sont parfaitement conscientes chez ceux qui veulent les mettre en place, et dénoncées pour ce qu’elles sont par ceux qui s’y opposent. Il ne s’agit donc pas d’elles.

    J’ai deux autres métaphores à te proposer, celle de la colonisation et celle du totalitarisme. Elles sont moins profondes que ton hypothèse radicale, plus descriptives, et pas contradictoires avec elle. Dans le cas de l’état totalitaire comme dans celui de la colonie, on a un groupe organisé de personnes qui assied son pouvoir sur les occupants d’un territoire en tentant de lui imposer une optique et des normes de fonctionnement qui lui sont étrangères. L’optique totalitaire provient d’une doctrine élaborée, l’optique coloniale de convictions acquises dans une autre société et dont la valeur ne peut être remise en cause.

    Les insanités du genre Equipex m’évoquent deux choses. Côté totalitarisme, le marxisme affirme dire la vérité de l’histoire, et le socialisme réel, qui s’en inspirait, était obligé de trafiquer l’Histoire qu’on enseigne pour maintenir sa domination. Côté colonisation, la devise de la France est « Liberté, Egalité, Fraternité » et c’est pourtant elle qui a fabriqué le statut de l’indigène dans les colonies. Dans ces deux cas comme pour Equipex, la doctrine se casse les dents sur une réalité un peu trop coriace et alors c’est la volonté de domination qui l’emporte en fabriquant du non-sens.

    Bon, mais les métaphores sont à la fois un outil de travail pour les chercheurs et une usine à chausse-trappes (c’est bien comme ça qu’on écrit chausse-trappe au pluriel ?).

    • Sophie Roux dit :

      Cher François,

      Tu écris :
      « Quant à ton hypothèse à la Foucault sur une société gouvernée par des dispositifs de contrôle social qui la dépassent, elle est beaucoup plus intéressante que la mienne. Mais alors il faut aller plus loin : quels sont ces dispositifs ? Les méthodes de contrôle social, elles, sont parfaitement conscientes chez ceux qui veulent les mettre en place, et dénoncées pour ce qu’elles sont par ceux qui s’y opposent. Il ne s’agit donc pas d’elles. »

      1) Comme je l’écrivais, les dispositifs en question me semblent être les techniques de management qui, via la LOLF, ont envahi les politiques publiques.
      C’est un peu la leçon générale que j’ai retenue de ce que j’ai lu d’Isabelle Bruno et d’Annie Vinokur, par exemple.

      2) Je ne pense que le fait de profiter d’un dispositif de contrôle social (en un sens un peu large) implique qu’on en soit conscient ou qu’on le maîtrise parfaitement, au sens par ex. où on pourrait se dire : mon but étant celui-ci, je choisis plutôt ce moyen-ci que ce moyen-là.

      3) Ce que je voulais dire en écrivant (comme d’habitude) un peu vite « les politiques ne décident plus de rien », c’est ceci. On entend souvent en ce moment des choses du genre: les Présidents d’université ou les gens du Ministère sont devenus fous, parfois c’est plus personnalisé, parfois ça remonte plus haut (l’Europe ou l’OCDE). La question est cependant de savoir si ce sont effectivement ces instances qui sont responsables, et je vois deux possibilités :

      — celle qui est évoquée par certains penseurs de la technique un peu catastrophistes (Jean-Pierre Dupuy à propos de la « convergence NBIC » par exemple), selon laquelle certaines techniques seraient devenues tellement globalisantes (totalisantes) aujourd’hui qu’on ne pourrait littéralement plus y échapper. Mutatis mutandis, ce que Dupuy dit des techniques portant sur le naturel doit pouvoir être appliqué aux techniques portant sur le social.

      — celle qui relève d’un marxisme que je dirai pour ma part élémentaire plutôt que primaire, à savoir que ce n’est ni le champ scientifique ni le champ politique qui profite de ces réformes massives, ce doit être le champ économique. Là encore, je te renvoie à Vinokur.

  4. Sylvain Piron dit :

    J’ajoute mon grain de sel à la discussion, simplement pour noter que, de différentes façons, avec ou sans métaphores, nous convergeons sur un même diagnostic.
    L’évaluation gestionnaire est bien un dispositif de contrôle, qui peut être ressenti comme « colonisateur » par les scientifiques du fait qu’il est hétérogène à leurs critères de jugement, quoique certains s’en accomodent en intériorisant ou anticipant ses normes (pour en profiter ou simplement survivre aux nouvelles règles du jeu) ; mais ce dispositif a beau être voulu par les responsables politiques, il s’impose également à eux, et peut éventuellement contrecarrer leurs plans (les résultats d’Equipex montrent que Pécresse n’a pas pu soutenir des projets qui lui tenaient à coeur). L’évaluation « directive » a sa propre inertie.
    Pour comprendre le pourquoi de cet envahissement d’une technique gestionnaire, qui va finir par régner par elle-même et pour elle-même, ma proposition est assez simple : ce qui est en cause, c’est la perte de légitimité sociale du savoir pour lui-même. Typiquement, les Equipex choisis sont ceux qui sont supposés avoir un impact économique ou social visible à court terme. Ils ont certes besoin d’une justification scientifique, mais celle-ci ne suffit plus. L’excellence reconnue par la procédure tient d’abord dans la capacité à produire des « livrables », des données standardisées dont l’utilité pourra être reconnue socialement (c’est-à-dire, en fait, économiquement, avec d’hypothétiques « effets de levier » à court terme), sans avoir à se prononcer sur la portée scientifique réelle.
    De la sorte, on peut aussi bien être d’accord avec François (les politiques ne comprennent plus rien à la science, qui les affole) que Sophie (hypothèses foucaldienne et marxiste élémentaire). Il n’y comprennent rien, si ce n’est qu’ils en attendent des « livrables ».
    Je sens que je vais continuer cela dans un nouveau billet.

  5. Claire Lemercier dit :

    Une intervention sous forme de notes en bas de page… Comme je ne connaissais pas Léo Szilard, j’en fais profiter les autres aussi ignorants que moi : http://www.dolecologie.com/telecharger_economie/La%20fondation%20Mark%20Gable.htm
    Pour les travaux d’Isabelle Bruno on peut commencer par sa page http://ceraps.univ-lille2.fr/fr/chercheurs/isabelle-bruno.html qui nous informe qu’elle participe à une ANR sur le benchmarking, ce qui me semble vertigineux – mais on n’est pas toujours en position de se passer de l’ANR…
    Et pour Annie Vinokur, c’est par là : http://economix.fr/fr/membres/?id=61
    Il faudrait que je complète par des références d’autres sociologues et politistes travaillant sur les indicateurs, sur l’enseignement supérieur ou non (à force de le dire dans des commentaires, si, si, je le ferai).
    Sur le fond, j’aurais envie qu’on creuse le marxisme élémentaire, car autant il m’arrive souvent de l’être aussi, autant il ne me semble pas qu’en l’espèce il y ait grand chose de conscient de la part des entreprises (même si, oui, certains résultats des politiques menées peuvent bénéficier certaines d’entre elles). Certes elles font de l’optimisation fiscale avec le crédit d’impôt-recherche, mais ce n’est pas lié à ce qui est discuté ici. J’aurais plutôt tendance à penser que la recherche, au surplus publique, et plus encore l’Université, sont le cadet des soucis de la plupart et que si des chefs d’entreprise viennent dans un gros paquet d’instances, c’est que des gens du public se sentent obligés de les inviter ou pensent sincèrement qu’ils vont apporter quelque chose (c’est le discours sur l’entreprise qui pèse, plus que l’entreprise même), et non pas parce qu’ils (les chefs d’entreprise) ont fait un terrible lobbying pour y arriver. Ce qui irait du reste du côté des processus sans vraie intentionnalité décrits dans les commentaires précédents.

    • Sophie Roux dit :

      Chère Claire,

      Merci d’avoir mis les notes de bas de page… ma seule excuse est que, à force de discuter dans un petit cercle d’initiés, je finis par avoir l’impression que tout le monde a les mêmes références. A l’avenir, il ne faut pas que j’oublie que le carnet de recherches est public, et lisible par bien des gens qui n’ont pas lu les auteurs que j’évoque en passant.

      A propos du marxisme primaire, je pense comme toi que les entreprises françaises ne s’intéressent en général pas beaucoup aux universités (d’ailleurs, si elles s’y intéressaient, les plus grosses d’entre elles inviteraient des chercheurs dans leur CA!) Ca n’empêche pas qu’il y a beaucoup d’économique tout autour de l’enseignement supérieur et de la recherche ; quelques exemples flagrants :
      — étant donné les frais d’inscription dans certains pays, l’enseignement supérieur est un marché — au point qu’Annie Vinokur et quelques autres économistes de la connaissance ont prédit qu’à la crise des subprimes allait succéder une crise des crédits, étant donné l’importance des prêts contractés par les étudiants, américains par exemple, pour faire leurs études (avec l’idée qu’ils auraient nécessairement un bon boulot à la sortie, ce qui n’est pas du tout garanti actuellement).
      — étant donné l’état d’un certain nombre d’universités françaises, il y a aussi un énorme marché de travaux publics, et les campus d’excellence étaient des opérations immobilières. De même que nous, en tant que chercheurs individuels, avons été amenés à nous demander « quel projet de numérisation, quelle base de données, puis-je promettre pour que mon projet de recherche soit assez gros ? », comme je le disais dans un commentaire du billet de Sylvain « Penser par livrables », de même les présidents d’université ont été amenés à se demander « quel projet immobilier puis-je faire pour que mon campus paraisse assez ambitieux, innovant, etc. ? »
      — il y a aussi la question du marché de l’édition scientifique, avec les géants que sont Springer et Elsevier. Cela fait longtemps que je me dis que nous devrions faire un billet sur cette question, parce que la question politique de l’évaluation me donne parfois l’impression d’être encore à la surface des choses (marxisme primaire encore : infrastucture et superstructure…).
      — enfin, toute la « problématique », si je puis dire, de l’innovation tourne autour du rapport entre l’économique et le scientifique, la question étant de savoir comment réussir enfin à faire travailler ensemble les scientifiques et les entreprises — start ups, incubation d’entreprises, etc.

      Pour récapituler donc, ce que je voulais dire en évoquant le marxisme primaire, c’est ceci. Beaucoup de collègues vivent ce qui leur arrive actuellement comme une reprise en main politique du scientifique (et j’ai sans doute dû dire des choses de ce genre moi aussi). Maintenant, si on pense à ce qu’est actuellement le politique en France (j’entends par là notre gouvernement, nos « hommes » politiques, ce qui évidemment n’est pas tout « le politique »), il me semble évident qu’il s’agit de fantoches au service de puissances financières, ou en collusion avec elles. Donc, par transitivité, si le scientifique est repris en main par le politique, il est en fait repris en main par l’économique. C’est un peu primaire, je suis la première à le dire !
      J’espère ne pas faire partie de ces belles âmes qui font comme si le monde économique n’existait pas, ou était nécessairement sale. Mais je pense aussi qu’il y a une logique de l’économique qui n’est pas la logique du scientifique, et que de bons rapports entre les deux supposent que la différence entre les deux logiques soient reconnues, pas que l’une soit asservie à l’autre ou pensée sur le mode de l’autre (selon ce qu’écrivait Sylvain, toujours dans le même billet, « penser le savoir comme une marchandise »).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *