Sur le contrôle par la gestion dans les universités britanniques et américaines

La New York Review of Books propose un excellent article de Simon Head, The Grim Threat to British Universities (La sinistre menace à l’encontre des universités britanniques), qui est déjà accessible en ligne.

Le texte fournit un vigoureux rappel historique de l’importation des méthodes de contrôle de gestion, par Margaret Thatcher, visant à mettre au pas les universitaires. A l’approche du prochain « Exercice d’évaluation de la recherche », Head souligne la prise de contrôle des « managers » dans la conduite de la recherche et les effets de la gestion par indicateurs de performance sur la production scientifique (réduction du l’innovation et de la prise de risque, déclin des livres ambitieux au profit de monographies bien calibrées). Côté américain, la présentation de deux ouvrages récents [Jack Schuster and Martin Finkelstein, The American Faculty: The Restructuring of Academic Work and Careers,  ; Sheila Slaughter and Gary Rhoades, Academic Capitalism and the New Economy, tous les deux à Johns Hopkins University Press] montre que les mêmes tendances s’exercent principalement sur le terrain de l’enseignement. La mise en place d’un contrôle de gestion des bénéfices/coûts des universitaires en fonction des crédits d’enseignements dispensés (et donc des revenus afférents pour l’université) conduit à multiplier le recours à des enseignants précaires, au détriment du modèle classique de la « tenure ». La conclusion n’est guère optimiste :

« With the recession eating away at the budgets of universities on both sides of the Atlantic, the times are not propitious for those hoping to liberate scholarship and teaching from harmful managerial schemes. Such liberation would also require a stronger and better-organized resistance on the part of the academy itself than we have seen so far. »


Vous aimerez peut être aussi...

4 Réponses

  1. Carole Masseys-Bertoneche dit :

    Une simple précision: le livre de Sheila Slaughter et Gary Rhoades, Academic Capitalism and the New Economy, n’est pas un livre récent car il a été publié en 2004. Bien cordialement

    • Sylvain Piron dit :

      Merci de la précision : Simon Head en traite sans donner la date de publication, alors que la NYRB discute habituellement de livres récents. Mais je n’ai pas l’impression que la tendance décrite se soit inversée entre temps.

  2. François Blanchard dit :

    L’article de Head ne traite que des situation britanniques et américaine. Mais, si on laisse de côté le dispositif technique de mise en oeuvre (qui a son importance), il décrit très bien les méthodes employées actuellement en France pour redéfinir la position des universitaires ainsi que les objectifs de l’enseignement supérieur et de la recherche.

  3. On constate toujours un fossé dans l’appareil d’explication et de justification des réformes, qui suffit à identifier la position de qui s’exprime d’une façon ou d’une autre. Ainsi évoquer « l’importation des méthodes de contrôle de gestion, par Margaret Thatcher, visant à mettre au pas les universitaires », est clairement une présentation des choses qui ne pourrait pas être admise telle qu’elle par les promoteurs de ces « réformes » de la gestion des universités par l’introduction des techniques, outils, modes d’évaluation du secteur productif privé. De même ne qualifieraient-ils sans doute pas de « recours à des enseignants précaires » le fait de passer des contrats avec des enseignants pour assurer telle charge de cours. En somme, on a là une description d’une forme d’organisation sociale qui est réalisée dans les termes, les valeurs, la culture d’une autre. Bien évidemment il suffit de prendre connaissance des formes de justification des mesures mises en œuvre par les promoteurs de ces réformes pour mesurer la distance entre ces régimes de description polairement opposées. Le problème est l’absence d’effort dialectique permettant de confronter voire de dépasser ces positions propices à la mise en place d’un dialogue de sourds et à l’imposition à l’une des parties des choix de l’autre. On ne peut en effet en appeler qu’à l’émergence d’une résistance mieux organisée de la part de ceux qui subissent ces mesures lorsqu’ils ne contribuent pas activement, éventuellement contre leur gré, à leur intégration dans les pratiques d’enseignement et de recherche, comme seul espoir de faire émerger d’autres possibles. C’est un véritable enjeu pour les réflexions actuellement engagées sur l’avenir de l’enseignement supérieur et de la recherche que de positionner cette activité sur un autre modèle que celui qui sert de référence au secteur marchand.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *