« Revues qui comptent, revues qu’on compte »

C’est le titre d’un article très riche publié par David Pontille et Didier Torny  dans la Revue de la régulation (8/2010) qui revient sur la question du classement des revues en économie-gestion. Dans cette/ces discipline(s), les opérations de classement sont nombreuses et déjà anciennes, ce qui permet de mettre en perspective leurs modalités, les circonstances de leur élaboration et leurs usages. Par ailleurs, il s’agit d’un champ disciplinaire dans lequel les clivages sont importants et bien marqués, ce qui autorise à penser que « les négociations autour des classements de revues mettent en jeu la définition et les limites des groupes professionnels » concernés.

Les auteurs se proposent donc d’étudier les procédures en oeuvre dans le classement des revues opéré par la section 37 du Comité national du CNRS. Le document présentant le classement actuel est lui-même accessible en ligne.

En retraçant l’ensemble du processus, depuis la genèse d’une première liste en 2003 jusqu’à la situation actuelle, les auteurs restituent les logiques à l’oeuvre et leurs effets: ils expliquent comment une opération a priori destinée à permettre une objectivation du champ des revues aboutit à la production d’un classement standardisé et rigidifiant, qui s’impose progressivement comme une norme pour les évaluateurs ultérieurs, en particulier dans des lieux extérieurs à celui pour lequel il avait été initialement conçu. Cette analyse très fine des conditions de production d’une liste disciplinaire et de ses usages renouvelle très utilement les discussions engagées autour des listes produites par l’AERES.

Un article à lire, méditer et faire circuler.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *