La liste de l’AERES pour les revues de géographie

Les géographes ont bénéficié, il y a quelques mois, du renouvellement par l’AERES de la liste des revues de leur discipline. Ils avaient déjà obtenu que le classement A,B,C soit abandonné au profit d’une simple liste.

Celle-ci pose néanmoins un certain nombre de problèmes sur lesquels revient Denis Eckert dans la revue Mappemonde (n° 98, 2/2010). Les plus triviaux, dont la récurrence est à souligner, concernent les erreurs de repérage des revues (confusion entre les titres ou identification incertaine). Mais l’écueil principal ici dénoncé porte sur la question d’une liste à caractère international. L’hégémonie quasi-absolue de l’anglais dans les choix des faiseurs de liste porte gravement atteinte à la reconnaissance du travail des chercheurs publiant dans les langues des pays qu’ils étudient. Il reste donc à l’AERES à reprendre le projet de la VIe section de l’EHESS et à redonner vie aux aires culturelles, pour lesquelles il conviendra alors, toutes disciplines confondues, d’établir la liste des lieux de publication acceptables.


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Fr. dit :

    Je suis d’accord avec la démarche de l’article (j’ai moi-même publié un petit texte sur les classements de revues AERES et les commente aussi par-ci par-là). En revanche, je suis un peu gêné quand je vois que les listes ne donnent pas lieu à une analyse un peu plus fouillée, ce qui me semble être le cas ici.

    Qu’indiquent les erreurs sur les titres de revues ? Elles indiquent que, contrairement à ce qu’affiche l’institution concernée, le travail d’assemblage de ces listes est assez artisanal. D’autres signes les montrent, notamment le faible recoupement avec les classements pré-existants, qui montre que la démarche n’est pas systématique.

    Que cela nous apprend-il sur le travail de classement de revues à l’AERES ? L’AERES doit devenir une agence pouvant formuler des arguments d’autorité sur la production du champ scientifique national. Cela lui demanderait de déployer des ressources importantes en termes de capital humain et scientifique.

    Or, l’agence ne dispose pas de ces ressources. Son site Internet est peut-être aussi bien conçu que celui de l’OCDE, mais de l’autre côté du paravent, les listes de revues disciplinaires sont assemblées par de très petits groupes aux ressources réduites et aux compétences limitées dans le domaine de la bibliométrie.

    J’en tiens pour preuve que, dans ma discipline, une seule personne (à ma connaissance) est chargée de la mise à jour de la liste, et ce n’est pas un poste scientifique, même à temps partiel. Je doute que cette personne puisse en tirer quelque bénéfice professionnel, alors que la tâche est très importante. Cela me semble très regrettable.

    Je pourrai développer plus mais je suis déjà long. Les listes telles qu’elles existent aujourd’hui peuvent servir à critiquer l’AERES sur des bases normatives (doit-elle exister). Mais l’on peut aussi se demander si cette agence peut exister dans le champ scientifique actuel, qui est anomique et paupérisé, et atteindre la même conclusion, mais de manière à inclure un ensemble de problèmes plus large qui reflète mieux, à mon sens, la situation actuelle.

  2. Claire Lemercier dit :

    Incidemment, l’article de Mappemonde montre bien que le passage à une liste non hiérarchisée ne résout absolument rien, car elle opère toujours un découpage binaire entre ce qui y est et ce qui n’y est pas.
    Le commentaire de Fr. m’intéresse aussi beaucoup : en effet, pour bien faire ce type de listes, il faudrait y affecter du personnel à temps plein (surtout si on veut les actualiser). Mais j’en tire une conclusion, je crois, différente : alors, à quoi bon ? Est-ce vraiment notre priorité, vu le faible nombre de postes dont nous disposons ?
    Pour finir sur une note plus positive, le gros travail réalisé par Denis Eckert pour fournir un lien vers un site web pour chaque revue me semble au contraire aller dans le bon sens.
    En effet, comment justifie-t-on habituellement la nécessité de ces listes ? Par le fait qu’un recruteur ou évaluateur peut avoir envie, pour mieux comprendre un CV, de savoir ce qu’est cette obscure revue qui y est citée. Pour cela, il me semble plus intéressant d’aller voir son site web pour se faire une opinion sur sa qualité que de passer par une cotation AERES (ou autre) toujours contestable… Si l’on doit payer des gens pour du méta-travail, que ce soit pour enrichir les annuaires de revues en ligne !

  3. Claire Lemercier dit :

    A noter aussi que je viens de placer sur HAL un texte écrit cet hiver qui revient sur les différentes phases de classement des revues et évoque quelques « nouvelles listes » dans d’autres disciplines (publicité assumée, c’est lié au sujet…) : http://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00521517

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *