Science Metrics par Nature

Un « spécial » en ligne de la revue Nature consacré à la question des « metrics ». Je n’ai fait que survoler le sommaire pour le moment.

Présentation du dossier:

The value of scientific output is often measured, to rank one nation against another, allocate funds between universities, or even grant or deny tenure. Scientometricians have devised a multitude of ‘metrics’ to help in these rankings. Do they work? Are they fair? Are they over-used? Nature investigates.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Sophie Roux dit :

    Je n’ai pas lu ce numéro spécial, mais je profite de l’occasion pour signaler que, suite à une nouvelle augmentation des souscriptions aux revues du groupe Nature, l’université de Californie lance un appel au boycott aux revues de ce groupe.

    Je vous incite à lire tous les commentaires.

    Il me semble remarquable que, au moment où les scientifiques du monde anglophone (particulièrement les mathématiciens et les physiciens, la communauté des biologistes et des médecins étant, comme cela a été souvent noté, sous l’emprise de l’économie au sens le plus trivial) s’organisent pour retrouver l’autonomie qu’ils ont concédé aux grands groupes de publication comme Springer et Elsevier, certains collègues de SHS se mettent à valoriser outre mesure des ouvrages publiés précisément par ces grands groupes d’édition.

    Sur ce fond économique bien réel, la brève qui avait été publiée par le directeur de l’AERES, « Y a-t-il un Nature ou un Science en SHS ? » s’inscrit dans une dimension, que nous n’avons pas analysée suffisamment sur ce blog. Nous nous concentrons sur une dimension du problème, celle de l’éthique du chercheur confronté à de nouvelles pratiques d’évaluation qui sapent son autonomie ; la dimension du problème qu’il faudra résolument aborder un jour est que ces pratiques d’évaluation sont en grande partie déterminée par les grands groupes d’édition internationaux. Les chercheurs qui raisonnent uniquement en termes symbolique du « prestige » qu’il y aurait à publier ici plutôt que là me semblent de petites marionnettes (certaines très gentilles, et certaines compétentes dans leur domaine, mais marionnettes quand même) incapables du minimum de réflexivité nécessaire à l’analyse du monde qui les entoure.

    NB. La brève « Y a-t-il un Nature ou un Science en SHS » se trouve ici.

    Elle a été commentée par Sylvain ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *