L’évaluation des enseignements dans le supérieur

L’évaluation des enseignements dans le supérieur peut s’entendre de diverses manières. Il existe en effet actuellement :

1) en amont, une évaluation des formations (ce qu’on appelle les “maquettes”). Toute formation doit avoir été habilitée par le ministère pour accueillir des étudiants. Le même ministère donne d’ailleurs des directives strictes, comme on a pu le constater lors des réformes dites de “mastérisation”.
Il n’en sera pas question dans le présent billet.

2) en aval, une évaluation des enseignements.
D’après un arrêté de 2002, je cite des extraits de l’art. 20 concernant la licence :
“Des procédures d’évaluation des formations et des enseignements sont obligatoirement mises en place.
Leurs modalités permettent la participation, selon des formes diversifiées, de l’ensemble des étudiants.
Elles favorisent le dialogue nécessaire entre les équipes de formation et les étudiants afin d’éclairer les objectifs et les contenus de formation, d’améliorer les dispositifs pédagogiques et de faciliter l’appropriation des savoirs.
Ces procédures comprennent :
– une évaluation par les instances de l’établissement de la stratégie pédagogique d’ensemble, des résultats pédagogiques obtenus et du devenir des diplômés. Cette évaluation s’intègre dans un bilan pédagogique annuel élaboré dans le cadre du conseil des études et de la vie universitaire et soumis au conseil d’administration ; ce bilan propose les améliorations à conduire.
– une évaluation pour chaque domaine de formation défini par l’université.
– une évaluation de chacun des parcours de formation.
Le conseil d’administration sur proposition du conseil des études et de la vie universitaire fixe les modalités de ces procédures d’évaluation.”
C’est à propos de cette évaluation-là que je voudrais faire deux remarques, inspirées par mon expérience.

a) Une des choses qui va être évaluée est le taux de réussite des étudiants dans telle ou telle formation/université.

Mais, c’est la première question, comment ?
Le document ci-joint UniversiteMag-octobre-2008 indique qu’on peut évaluer ce taux (d’au moins) trois manières possibles, dans l’hypothèse où l’on s’intéresserait aux étudiants décrochant une licence :
— la réussite est attribuée à la formation/ l’université dans laquelle l’étudiant s’est inscrit en première année,
— la réussite est attribuée à la formation/l’université dans laquelle l’étudiant s’est inscrit en L3,
— la réussite est attribuée à la formation/l’université dans laquelle l’étudiant a fait tout son cursus.
Comme on le voit aussi, ces indicateurs donnent des “taux de réussite” assez variables.

La deuxième question est de savoir comment interpréter ces taux. Par exemple, on nous dit que les formations d’excellence sont des formations sélectives : mais il semble aller de soi qu’en revanche une université/formation qui n’aurait pas un bon “taux de réussite” ne serait pas une bonne université/formation. Allons-nous nous rechercher de savants équilibres, qui permettraient de passer pour trop laxistes ou, inversement, trop stricts ?

b) Mon autre remarque porte sur la manière dont va être établi “le dialogue nécessaire entre les équipes de formation et les étudiants afin d’éclairer les objectifs et les contenus de formation, d’améliorer les dispositifs pédagogiques et de faciliter l’appropriation des savoirs”.
Je regrette de ne pas pouvoir publier des documents, et j’espère que ma description s’y substituera de manière satisfaisante. J’ai participé à une réunion où deux modèles de cette évaluation des enseignements par les étudiants ont été présentés :

— le premier est celui qui est pratiqué depuis des années dans mon département. Ce qui le caractérise à mon sens, ce sont les points suivants :
° il est centré sur un questionnaire écrit (papier) qui a été élaboré par des étudiants et des EC du département, puis approuvé en conseil de département,
° ce questionnaire a été élaboré en fonction des caractéristiques propres de la discipline, et de manière à éviter tout débordement (par ex. des mises en cause individuelles),
° la circulation de ce questionnaire a été conçue de manière à ce que, sauf cas extrêmement grave, l’indépendance pédagogique de chaque EC ne paraisse pas soumise à une procédure de contrôle.

— Le second modèle repose sur l’expertise d’une société allemande spécialisée en enquête de satisfaction auprès des consommateurs. Je ne pourrais pas le détailler, mais, en gros, il s’agit de transposer le savoir technique acquis dans ce type d’enquête au cas des universités, en particulier en permettant de remplir des questionnaires en ligne, etc. Les avantages, nous a-t-on dit, sont les suivants :
° c’est beaucoup plus souple d’utilisation que notre questionnaire-papier, impraticable dans des disciplines à gros effectifs.
° ça permet une standardisation des méthodes et des pratiques dans toute l’université.

Sans trop fantasmer sur les procédures de contrôle technocratique, il me semble cependant que notre petit questionnaire avait des avantages, et qu’il convenait certainement mieux si l’objectif était d’établir “le dialogue nécessaire entre les équipes de formation et les étudiants”.


2 réponses

  1. Rachel dit :

    J’ai plutôt l’impression que ce billet adresse globalement la question de l’évaluation des formations et non pas seulement l’évaluation des enseignements, cette dernière étant un des éléments de l’évaluation des formations (mise à part votre deuxième remarque, bien entendu, qui était certainement l’objectif du billet).

    A propos du taux de réussite des étudiants, les trois méthodes citées ont été utilisées récemment pour les licences universitaires – note d’information du ministère de novembre dernier http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid49816/parcours-et-reussite-en-licence-des-inscrits-en-l1-en-2004.html . J’en ai fait une chronique sur mon blog : http://rachelgliese.wordpress.com/2010/04/16/le-classement-des-licences/

    J’ai aussi tenté une petite analyse de ces taux de réussite en licence en fonction de la taille des structures de formation : le bilan est que les entités territoriales semblent être moins efficaces que les petites, lire les détails dans le lien suivant : http://rachelgliese.wordpress.com/2010/04/27/classement-les-licences-small-is-beautiful/

    • Sophie Roux dit :

      Merci de ces références.
      Le titre du billet était simplement un raccourci. Comme le blog est consacré en général à l’évaluation de la recherche, il s’agissait de poser la question de l’évaluation de ce qui n’est pas la recherche dans les activités d’un EC. Cela, on l’appelle l’enseignement. D’où le titre.

Répondre à Sophie Roux Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.