Les performances de la recherche en droit sont-elles mesurables? (billet de Pablo Achard)

Le droit est l’une des disciplines où les outils bibliométriques sont les moins pertinents. Deux raisons majeures expliquent ce constat.

Tout d’abord, comme la plupart des sciences humaines et sociales, le droit est très mal couvert par les bases de données bibliométriques. Une étude menée dans les universités flamandes par Luwel et al.[1] montre pourtant que, contrairement à d’autres disciplines de SHS, la publication d’articles est le moyen de communication dominant dans ce domaine (près de 60% des documents[2]), loin devant la publication de livres ou de proceedings par exemple. Mais le droit est une discipline essentiellement nationale. A de rares exceptions (droit international, comparaison de systèmes nationaux), les juristes publient dans leur langue vernaculaire, sur des questions nationales voire régionales. L’utilisation de l’anglais ne signifie nullement qu’un article soit de plus grande qualité: de nombreux articles anglophones sont des introductions aux systèmes judiciaires nationaux à destination de lecteurs étrangers. Il s’agit donc plus souvent d’articles de vulgarisation que de recherches innovantes. Cette domination des thématiques nationales induit une grande multiplicité des supports de publication et donc une grande complexité pour leur archivage automatique dans les bases de données.

Seconde limitation, le droit est avant tout une discipline appliquée. Mesurer son impact est très difficile. Une juriste est beaucoup plus influente si ses commentaires publiés dans un quotidien national ont un effet sur le législateur et se traduisent en lois, que si ses articles dans des revues spécialisées sont cités par ses pairs. Contrairement aux disciplines où la mesure des citations ou des publications de brevets peut servir d’outil d’évaluation de l’influence, l’analyse de l’impact des textes de droit semble hors de portée de la bibliométrie.

C’est sur la question « Les performances de la recherche en droit sont-elles mesurables? » que se pencheront les participants du symposium organisé par l’Université de Berne le 25 juin 2010. Les orateurs seront essentiellement des juristes, ce qui garanti une approche concrète de la question, et la présence d’un expert  tel que Wolfgang Glänzel devrait assurer une discussion de qualité sur la bibliométrie. Les inscriptions se font avant le 14 mai et, comme cela est de tradition en Suisse, le français et l’allemand seront utilisés par les orateurs en fonction de leurs préférences. La participation est gratuite. Avis aux amateurs.

[1] Voir le résumé dans l’article de Moed et al; ou dans H. Moed, « Citation analysis in research evaluation », Springer, 2005.

[2] ce qui reste quand même très loin des pourcentages observés dans les sciences de la vie par exemple.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.