JournalBase

Sans surprise, l’étude entreprise par Michèle Dassa et Christine Kosmopoulos visant à comparer les revues de SHS incluses dans les deux principales bases commerciales (WoS et Scopus) et  les listes de l’ERHI et de l’AERES souligne une nouvelle fois combien il n’existe pas actuellement d’instrument fiable en matière de recensement des revues. L’amateurisme qui préside à la fabrication de ces instruments laisse rêveur: erreurs dans les titre, doublons en très grand nombre, oublis, classification pour le moins aléatoire… Quelle que soit la position que l’on puisse avoir face à la bibliométrie, ce type d’enquête ne peut que conforter le constat qu’elle a peu de chance de fournir des résultats exploitables et intéressants dans un tel contexte.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.