A quoi sert le CNU ?

Comme certains le savent, je travaille sur l’histoire des instances d’évaluation et de gestion des universitaires, en France, depuis le début du XIXe siècle. Nous sommes aujourd’hui à un moment charnière, alors que les conditions de fonctionnement du marché du travail universitaire sont modifiées par la mise en oeuvre de la loi LRU et des nouveaux décrets statutaires. Parmi ces derniers, un décret institue une dimension supplémentaire dans le travail du CNU tel qu’il se déroulait depuis plusieurs décennies.

Dans cette période de transformation, il me semble important de réfléchir aux avantages et aux inconvénients d’un système que nous sommes seuls à posséder (une instance centrale de gestion du corps, organisée selon un mode disciplinaire). C’est pourquoi j’aimerai ouvrir une discussion sur le rôle, la place et les enjeux de l’existence du CNU aujourd’hui: est-il important de disposer d’une telle instance ? Pourquoi ? quelle est son objet ? Que sa présence apporte-t-elle ? Quels sont ses inconvénients ?

Que ceux que cela intéresse répondent en commentaire (ou en message direct: picard.emmanuelle@orange.fr). De mon côté, je vais procéder à des interviews plus ou moins formalisées sur ce sujet. Je ferai un compte rendu des résultats.


1 réponse

  1. Rachel dit :

    Emmanuelle, c’est amusant: je me suis posée la même question récemment. J’avais même commencé un billet pour mon blog (avec le même titre !). Mais voilà, le problème c’est que je n’ai pas su répondre à la question. Et alors je me suis dit que le simple fait de se poser la question, additionné au fait de ne pas être capable d’apporter de réponses simples devaient contenir la réponse : le CNU ça ne sert à rien. Oui, je sais c’est un peu provocateur, je ne peux pas m’en empêcher. Pour me faire pardonner, voici d’autres questions qui concernent le CNU :

    1) A quoi servent les qualifications ? Est-ce une source d’injustice devant les concours ou bien un moyen très efficace pour éviter d’avoir trop de monde le jour du concours. A-t-on fait une évaluation quantitative du bénéfice perçu avec cette étape de qualifications ?

    2) Sachant que le CNU donne une partie des promotions des grades de PR, comment fait-elle pour évaluer nationalement les missions des EC en termes d’enseignement et éventuellement d’administration ? (pour la recherche, qui a une dimension internationale, c’est plus facile) Comment fera-t-elle pour assumer cette tâche d’évaluation quadriennale (future mission).

    3) La segmentation disciplinaire (ancestrale) a-t-elle encore un sens aujourd’hui ? Les comités travaillent-ils de façon coordonnée ? Y a-t-il des différences de traitement entre ces différentes sections ?

    4) La notion d’une gestion centralisée et nationale des EC est-elle compatible avec celle de l’autonomie des universités ?

    5) Pourquoi sommes-nous les seuls à disposer de ce type d’organe ? Pourquoi les autres pays ne voient pas l’utilité de nous copier ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.