Groupe de Travail sur l’Evaluation: URFIST de Paris

Billet proposé par Manuel Durand-Barthez

L’URFIST de Paris (Unité régionale de Formation à l’Information scientifique et technique ; Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche ; École nationale des Chartes) met sur pied un groupe de travail et de réflexion sur l’évaluation de la recherche à travers, pour l’essentiel, les publications scientifiques.
C’est l’aspect documentaire de cette question qui nous intéressera au premier chef. La spécificité des SHS représente dans ce cadre un aspect à mettre en valeur dans le contexte actuel. Le secteur STM (Sciences, technologie, Médecine) est déjà représenté de façon significative.

Nous souhaitons réunir des professionnels directement confrontés à :

  1. la mise en responsabilité sur le plan de l’analyse documentaire, par les instances administratives chargées de l’évaluation dans l’établissement d’exercice
  2. le recensement des publications de l’organisme
  3. la saisie de métadonnées
  4. la mise en ligne sur un ou plusieurs entrepôts de données, en texte intégral ou non
  5. la mise en forme des adresses institutionnelles
  6. la proposition de méthodes d’analyse
  7. un travail sur un système local de gestion de la recherche (de type GRAAL, SIGAPS, ou assimilé). Par « local », on entend soit qu’il est circonscrit à un établissement isolé, soit qu’il est rattaché à un groupe d’établissements identiques au niveau national
  8. le compte rendu sous forme de bilan avec tel ou tel degré de responsabilisation et/ou de représentativité dans une instance (Conseil scientifique, d’Administration etc…)
  9. … ?

Ce groupe se veut avant tout un lieu d’échange d’expériences. Il diffère en cela d’un stage. Il ne peut être conçu comme une source de recettes énoncées de manière magistrale ou une instance pédagogique.
Cet atelier voudrait se proposer comme objectif

  1. la définition de ce que représente l’évaluation dans chaque institution. Ce terme a-t-il une signification uniforme et les buts visés sont-ils réellement identiques ?
  2. une réflexion sur le cadre de travail et le rapport vis-à-vis de l’instance qui prescrit l’exécution de ce travail, qui peuvent différer en fonction du cadre institutionnel. (On n’agit peut-être pas de la même manière dans une Bibliothèque universitaire et dans un Centre de recherche ?) Questions de positionnement dans un organigramme.
  3. la confrontation d’expériences dans des milieux différents dont la similitude apparente des objectifs peut recouvrir des modalités de travail différentes. Il s’agit ici de mettre en évidence des questions de méthodologie. Sans que chacun se sente obligé d’exposer intégralement les méthodes utilisées dans son organisme, il serait important que leurs grandes lignes ou leurs structures soient énoncées, pour que leur comparaison fasse ressortir des éléments à la fois utiles et complémentaires.
  4. un débat – pratique – sur les finalités de ce travail d’évaluation: a)    d’abord au sein même de l’institution dans laquelle on travaille; b)    ensuite au niveau national. Autrement dit, a-t-on le sentiment que l’organisme exécute ce travail de manière relativement isolée, ou par comparaison suivie et/ou association avec d’autres organismes ? En quoi les professionnels impliqués sont-ils informés du suivi de leur travail à un niveau plus large ?
  5. la réflexion sur les aspects déontologiques de l’évaluation
  6. l’élaboration d’une charte sur les fins et les moyens du travail d’évaluation, en essayant de dégager des lignes directrices ou des dénominateurs communs susceptibles d’orienter les professionnels de l’information ou de rencontrer leur agrément
  7. … ?

Ces points sont évidemment amendables, mais peuvent constituer une structure de base à nos travaux. N’hésitez pas à les discuter dès la première réunion.
Vous pouvez bien sûr diffuser cette proposition à toute personne de votre entourage susceptible d’être directement intéressée ou impliquée dans ce type d’activité.
La première réunion aura lieu le mardi 16 février, de 14h à 17h, à l’URFSIT de Paris, 17 rue des Bernardins (Paris 5ème): demande d’inscription préalable indispensable auprès de M. Durand-Barthez par courriel à l’adresse mentionnée en signature.

Manuel Durand-Barthez (URFIST de Paris)

manuel.durand-barthez@enc.sorbonne.fr
http://urfist.enc.sorbonne.fr/
01.43.26.01.55.
Site fédérateur: http://urfistinfo.hypotheses.org/


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.