Publier sans périr (journée de débat et d’action)

Publier sans périr


La psychologie dans ses publications


Le vendredi 22 janvier 2010 de 9h45 à 17h


A l’Université Paris Ouest Nanterre la Défense

amphi A3


La Recherche et les Publications : publier et ne pas périr

A l’invitation de la FFPP/AEPU (voir : Fédérer, n°43, janvier 2009 et n°44, février 2009), 52 revues (à la date du 23 décembre 2009) ont initié une démarche et une action qui visent le soutien et la reconnaissance de la qualité scientifique des revues de psychologie de langue française. Elles sont signataires du texte qui suit.
[actualisation de la liste des revues signataires sur le site de la FFPP
http://www.psychologues-psychologie.net/forum/forumdisplay.php?f=64]

Par l’écho qui l’a accueillie dans la communauté, cette initiative s’est avérée exprimer les inquiétudes assez largement partagées et suscitées par le modèle évaluatif des supports de publication préconisé par l’AERES.
La FFPP/AEPU et les revues engagées ont décidé d’une journée de réflexion et d’action le 22 janvier prochain, à laquelle sont invités : des représentants institutionnels de l’évaluation, des collègues contribuant à une analyse critique de l’évaluation bibliométrique, des représentants et des acteurs de la production scientifique. Cette journée se déroule en deux temps : la matinée doit permettre une présentation des points de vue des partenaires invités ; l’après-midi vise à structurer une démarche d’action ayant pour objectif la reconnaissance pérenne des acteurs de la production et de la diffusion scientifiques et à poser les bases d’une élaboration de critères d’évaluation de la qualité scientifique des supports de publication.

Par un courrier en date du 7octobre 2009, les directeurs de revues francophones de psychologie se sont adressés à l’AERES pour que soient examinées en concertation les conditions dans lesquelles les évaluations des revues peuvent être éclairées et mieux redéfinies selon les responsabilités respectives des acteurs du champ scientifique. Pour rappel figure ci-dessous le texte envoyé que les revues signataires se sont engagées à publier. Des dispositions nouvelles ont été arrêtées et diffusées par l’AERES depuis l’envoi de ce courrier qui n’invalident cependant pas le sens de la démarche collective en cours.


Nous soussignés, directrices et directeurs de revues de psychologie de langue française évaluées par l’AERES – soit en les classant, soit en les ignorant –, réunis à l’initiative de la Fédération Française des Psychologues et de Psychologie (FFPP) et de l’AEPU (Association des Enseignants- chercheurs en Psychologie, membre de la FFPP), sommes désireux d’entrer en dialogue avec vous en raison des effets d’une telle évaluation qui leur porte  préjudice à plus d’un titre, et porte préjudice à la  psychologie de langue française en général.
Les instances nationales ayant pour mission l’évaluation des activités des unités de recherche (AERES) ou des chercheurs (CNU) sont amenées à recourir à l’élaboration de critères et d’indicateurs. Chacune de ces instances répond à ses missions propres, mais, de fait, interdépendantes, et pour l’une et l’autre, la question des publications dans les revues spécialisées, du principe et des modalités d’évaluation des revues, est devenue particulièrement sensible.
Or les responsables de revues constatent :
– l’absence de clarté et de transparence concernant la construction et l’application des critères qui président au classement des revues, tel qu’établi par l’AERES. La plupart d’entre elles n’ont été ni informées du processus évaluatif, ni sollicitées au cours de celui-ci. Plus surprenant encore, le processus a été mis en place sans qu’elles aient requis l’intervention de l’AERES. Or, ces revues n’appartiennent pas au service public de recherche, elles ne sont éditées ou subventionnées ni par le CNRS, ni par l’INSERM, ni par les Universités et elles n’ont pas pu faire l’objet d’une commande par l’un de ces grands organismes. Leurs directeurs peuvent légitimement se questionner sur le fondement en droit de la mission que s’est attribuée une instance publique, qui a pour objectif l’évaluation des équipes de recherche, des chercheurs et enseignants-chercheurs, mais non l’évaluation d’entités privées comme les revues.
– l’usage mécanique du facteur d’impact comme critère majeur de reconnaissance des revues. Vous savez que ce critère est tout à fait contestable et contesté tant en France que dans d’autres pays et par des instances aussi honorables que l’Académie des Sciences. Or la répercussion, par vos soins, de ce seul paramètre, auquel les éditeurs ne sont pas tenus de souscrire, a des conséquences négatives de tous ordres aux plans scientifique, sociétal, professionnel et financier.
– l’omnipotence de l’anglais comme vecteur de communication scientifique ou l’usage fait de cette omnipotence dans les critères d’évaluation. Les conséquences scientifiques en sont, d’abord, qu’aucune revue française ne peut être classée en A en raison de l’audience restreinte de la langue française. De ce fait, les laboratoires reconnus, les chercheurs et les enseignants-chercheurs n’ont d’autres choix que de se tourner vers des revues internationales anglophones. Les sociétés savantes ou associations professionnelles qui sont liées à nos revues se trouvent, de ce fait, elles-mêmes dévalorisées, avec le risque de voir se désagréger le tissu scientifique qu’elles entretiennent. La réduction de supports de diffusion de résultats scientifiques, pour laquelle l’usage de la langue française est un critère obligé, conduit à une réduction des champs de connaissances (savoirs sous- disciplinaires, approches pluridisciplinaires), à un moindre accès aux connaissances scientifiques actualisées pour les praticiens et les destinataires de la diffusion du savoir. Il porte ainsi atteinte à la visibilité et la notoriété de la psychologie dans sa pluralité, en France et dans de nombreux pays, pas seulement francophones.
Nous nous adressons donc à vous pour envisager un échange permettant d’examiner les conditions dans lesquelles les décisions qui relèvent de vos responsabilités peuvent être redéfinies, pour ce qui a trait aux revues.

Programme de la journée

Matinée

9h30 : accueil

Ouverture

Pascal Mallet, directeur de l’UFR SPSE et (sous réserves) le vice-président du CS Université de Paris Ouest La Défense

Introduction : Publier et ne pas périr. Les instances de l’évaluation et leurs compétences, missions et compétences au regard des supports de publication, quelques rappels.

Benoît Schneider, co-président de la FFPP & Claire Leconte, présidente de l’AEPU

10h-10h20

Historique des modalités d’évaluation des supports de publication en psychologie en France

Philippe Jeannin, Auteur du rapport « Revuemétrie de la recherche en sciences humaines et sociales », 2003.

10h20-10h35

Le point de vue des représentants des instances de décisionnelles en matière d’évaluation des supports de publication

L’AERES

Simon Thorpe, Membre du conseil de l’AERES

10h35-10h50

LE CNU, 16è section

Eva Drozda, Présidente du CNU 16ème section (ou son représentant)

10h50-11h

Pour une évaluation bibliométrique non inféodée

Jean-Léon Beauvois, Professeur de psychologie sociale, Université de Nice Sophia Antipolis

11h-11h15

Echanges

11h15- 11h30

Les acteurs du champ, points de vue

Les revues de sciences humaines et l’AERES

Anne Saada, Sauvons la recherche

11h30-11h40

Expérience d’un travail sur les revues du champ des Sciences de l’Education au sein de l’AECSE

Françoise F. Laot, Association des Enseignants-chercheurs en Sciences de l’Education (AECSE)

11h40-11h50

Un inventaire et un périmètre : les revues de la sociologie

Philippe Cibois

Président de l’Association Française de Sociologie (AFS)

11h50-12h

Point de vue de sociétés et associations œuvrant dans le champ de la production et de la diffusion du savoir de la psychologie

– L’AEPU

12h-12h10

– La SFP

12h10-12h20

– Le SIUEERPP

12h20-12h30

Les revues de langue française

Jean-Pierre Pétard (du Bulletin de Psychologie, au nom des responsables de revue)

12h30-12h40

Echanges et conclusion de la matinée

12h40-13h

Après midi

Deux groupes de travail

14h30-16h

– revues et diffusion du savoir

– revues, enseignement, recherche et formation initiale et continue des psychologues

Synthèse et propositions

16h-16h45

Evaluation des supports de publication en langue française : propositions pour la construction d’une méthodologie qui implique les acteurs de la production et de la diffusion des savoirs

Clôture : Mme la Présidente de l’Université Paris Ouest La Défense

16h45-17h

Modalités pratiques d’organisation

Métro/RER Ligne A, Nanterre université.

Pas d’inscription préalable, mais :

– une contribution individuelle libre sera demandée à l’entrée

– une contribution sera également sollicitée auprès des Revue associées à la démarche pour permettre de couvrir les frais d’organisation de la journée.

Les personnes qui souhaitent pouvoir déjeuner à midi au restaurant universitaire dans un dispositif réservé pour faciliter l’organisation sont priées de s’inscrire auprès de André Sirota (mail : sirota@u-paris10.fr), mais chaque participant prend son repas en charge.


1 réponse

  1. Marie-Cécile Bouju dit :

    Médiadix (université Paris-10 Nanterre) qui forme les bibliothécaires en Ile de France (formation initiale et continue) organise une journée d’études :

    L’évaluation des établissements et des politiques documentaires à l’heure de la bibliométrie

    13 Avril 2010

    (programme en préparation)

    http://mediadix.u-paris10.fr/foje.htm

Répondre à Marie-Cécile Bouju Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.