Ce que Thomson peut pour vous

Trouvée par hasard sur le site Biblio.SHS de l’Inist (CNRS): une formation en ligne au nouvel outil de Thomson Reuters: Incites ; formation également proposée par un laboratoire de l’INSERM.

Un Pdf propose une présentation en français de l’outil Incites: “une source pratique qui fournit une évaluation de recherche personnalisée basée sur les citations sur le Web“.

Selon ce dépliant, cette information est à destination d’un large public, puisqu’elle est susceptible d’intéresser aussi bien le chercheur isolé que les décideurs politiques.

En voici un extrait:

L’offre

•     Une interface Web intuitive
•     des mesures basées sur des données  Web of Science® objectives et respectées
•     des données de référence et d’analyse standard
•     des mesures et ensembles de données spécifiques au client
•     fonctionnalité de rapports, récapitulation et visualisation des liens vers des archives Web of Science
•     Exportation de données et de graphiques
•     Création de fichiers pdF


Les possibilités
•     Surveiller les résultats et l’impact d’une recherche institutionnelle
•     Comparer des performances de recherche par rapport à d’autres institutions et des points de repère dans le monde et sur le terrain
•     Cibler des chercheurs influents et émergeants, des services et des tendances de recherche
•     définir des objectifs mesurables ; allouer des fonds avec précision et intelligence
•     Surveiller des activités de collaboration et suivre de nouvelles opportunités de collaboration
•     prendre en charge une activité d’accréditation, des propositions de financement, des agendas législatifs, des appels d’anciens membres, ainsi que le recrutement d’étudiants et des universités
•     planifier une stratégie de recherche à l’aide de mesures pouvant être suivies dans le temps

En bref, un outil clé en main qui évite de se poser les questions préalables aux usages des nombres… De leur côté, l’OST est engagé dans un travail d’élaboration d’instruments à l’usage des établissements d’enseignement supérieur (données quantitatives sur leur production scientifique) et le TGE Adonis pilote une étude sur la faisabilité d’une banque de données qualitatives en sciences sociales. Les Canadiens de Science-Metrix ont quant à eux publié un rapport sur les usages de la bibliométrie en sciences humaines et sociales dès 2004.

Il est à noter qu’il s’agit à chaque fois d’agences ou de structures qui n’émanent pas directement du monde académique et qui proposent donc une lecture externe de la question de l’évaluation.


Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Antoine Blanchard dit :

    Il existe tout autant de structures internes au monde académique qui sont chargées de l’évaluation (certes pas en SHS ; citons l’Inserm ou l’Inra) et la démonstration d’Incites lors des Rencontres des professionnels de l’IST cet été a été suivie par une salle comble de documentalistes scientifiques (du CNRS principalement) — je ne vois pas exactement le but de votre démonstration…

  2. Emmanuelle Picard dit :

    C’est bien cela justement dont il est question ici: l’évaluation en SHS. Par ailleurs, ma dernière phrase attirait l’attention sur le fait que les trois exemples convoqués n’émanaient pas de la communauté scientifique elle-même. Dans une communauté qui revendique, historiquement, une évaluation par les pairs, cela mérite d’être discuté.

Répondre à Emmanuelle Picard Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.