La qualification: unité et hétérogénéité

Le CNU et la procédure de qualification préalable à la candidature sur un poste de MCF ou de professeur est une exception française. Dans la plupart des pays, le doctorat est suffisant pour prétendre à un emploi universitaire. Cette particularité a une histoire, qui prend sa source dans le combat des universitaires pour affirmer leur autonomie face au pouvoir politique, à la fin du XIXe siècle. Ancêtres des listes qualifications actuelles, les listes d’aptitude ont été mises en place vers les années 1890 et sont devenues la norme dans l’entre-deux-guerres (elles ne concernaient cependant pas les professeurs en chaire).

Le CNU actuel, composé de 57 sections, se réunit annuellement pour établir les listes des qualifiés. Bien que fonctionnant de façon unifiée sur le plan réglementaire (le CNU est régit par un décret), chaque section est libre d’établir ses critères et ses modalités de qualification. Il en résulte de très grandes disparités numériques: si certaines sections pourraient être décrites comme malthusiennes (faible pourcentage de qualification, ce qui est globalement le cas des sections juridiques), d’autres font le choix d’une qualification très large (astrophysique par exemple). On peut consulter les statistiques produites à l’issue de chaque campagne de qualification sur le site du ministère.

Cette hétérogénéité est discutée dans un premier blog (voir en particulier les commentaires) et des graphiques mettant en évidence les “habitus” disciplinaires sont proposés dans un second (aller dans la rubriques “universités” pour retrouver les trois autres billets associés).

Au delà des constats, il serait intéressant de s’interroger sur les raisons de comportements aussi différents.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.