Un mot sur l’histoire de ce carnet

Ce carnet n’est pas à strictement parler un blog. Comme je vais être contraint d’adopter un style un peu plus personnel pour rédiger le billet qui va suivre, il me semble nécessaire de commencer par dire un mot sur l’histoire de ce site. A l’automne dernier, quand l’idée a émergé (à partir d’une suggestion de Pierre Mounier), il s’agissait d’abord de réunir des documents, liens et points de vue sur une question dont nous n’étions pas, à proprement parler, spécialistes mais qui nous semblait pressante pour l’ensemble de la communauté universitaire en sciences humaines et sociales. Une des raisons pour lesquelles ceci n’était pas un blog est que les trois co-rédacteurs n’avaient pas des points de vue uniformes, cette pluralité posant en quelque sorte une limite à l’implication personnelle de chacun. Au fil des mois, nos positions ont d’ailleurs sensiblement évolué, comme Claire l’a exprimé pour son compte à propos du “périmètre de scientificité“. Pour ma part, il s’est agi d’une prise de conscience de la globalité des enjeux (pour reprendre le titre donné par André Gunthert à une intervention que j’ai faite lors d’un débat à l’EHESS). Ce cheminement correspond en effet, sur une échelle miniature, à ce qui s’est produit plus généralement dans l’université française au cours de ces derniers mois.

La pétition contre le classement des revues de l’AERES, lancée presque parallèlement à ce carnet et qui plafonne aujourd’hui au beau chiffre rond de quatre mille signatures, a été l’une des multiples étincelles de l’automne, qui ont précédé l’embrasement généralisé des universités durant l’hiver et le printemps. Ce combat n’est pas encore totalement gagné, mais des déclarations comme celle de la DFG montre que l’idée d’un classement de revues comme outil d’évaluation a du plomb dans l’aile. Nos protestations n’ont pas été vaines. Et voir l’ANR et l’AERES se tirer dans les pattes est, d’un certain point de vue, un spectacle réjouissant pour ceux qui ont une développé une hostilité profonde à l’égard des deux organismes (voir les précieux compte rendus des débats qui ont été consacrés à l’un et l’autre). Cependant, la recherche de nouvelles modalités d’évaluation quantitatives montre que nous sommes loin d’en avoir fini avec l’imposition à la recherche en sciences sociales d’un “espace de calcul“, pour reprendre l’expression de Francis Chateauraynaud.

Peu après avoir lancé ce carnet, la question qui s’est imposée à moi avait une forme massive : Que nous arrive-t-il ? D’où vient ce déferlement technocratique qui prétend savoir mieux que les scientifiques ce qu’ils devraient faire, qui leur impose de rendre des comptes ? C’est en lisant le discours du 9 décembre de Nicolas Sarkozy que j’ai eu l’idée de rédiger pour ce carnet une série de textes sur l’idéologie de l’évaluation (titre repris entre temps par un numéro de la revue Cités). Comme tout le monde, j’ai entre temps lu et entendu Isabelle Bruno, Geneviève Azam, Nicolas Dodier et tant d’autres, mes horizons se sont élargi et mes grilles d’analyse se sont modifiées. La grève étant une activité très prenante, cette série de textes, imaginée aux premières neiges, n’est toujours pas arrivé à son terme. Je vais tâcher d’y mettre une conclusion provisoire avant la fin de la saison du lilas et des glycines.


Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. Pierre Mounier dit :

    Je tiens à dire que si j’en ai fait la suggestion aux trois co-rédacteurs de ce carnet, c’est que l’idée m’en a été soufflée par Cécile Méadel au cours d’une discussion en marge d’un séminaire sur la gouvernance de l’Internet… Preuve que les idées savent prendre des voies de traverse lorsque le jeu en vaut la chandelle.

  2. Manuel dit :

    Bonjour,

    Autant je comprends qu’on puisse débattre des critères d’évaluation et de leur pertinence autant je comprends moins bien qu’on puisse remettre en cause le principe même d’évaluation.

    Rendre le travail des enseignants-chercheurs intelligible au plus grand nombre me parait salutaire en ces temps ce crise économique et de crise des vocations scientifiques. Que font les enseignants-chercheurs ? A quoi servent-ils ? Autant de questions qu’il n’y a pas lieu de considérer comme une agression quand elles viennent du citoyen lambda.

    Jouer le jeu de l’évaluation et de la communication semble indispensable pour réhabiliter l’image de l’enseignant-chercheur et de nos universités dans la société.
    …. mais bon…. je ne suis pas enseignant-chercheur…. 🙂

  3. Sylvain Piron dit :

    Manuel, tu n’as pas bien saisi le sens de ce carnet. Nous ne contestons pas le principe de l’évaluation, nous cherchons à comprendre ce qui se passe en ce moment. Une certaine forme d’évaluation est inséparable de l’activité scientifique depuis très longtemps ; ce qui nous choque et nous fait réfléchir est l’apparition d’une évaluation bureaucratique qui prétend s’imposer de l’extérieur à la communauté scientifique. Un peu comme si, au lieu de laisser les artistes et critiques d’arts discuter de la valeur des spectacles et des oeuvres, les banquiers et hommes politiques se mettaient à formuler des jugements esthétiques … (on me dit que c’est justement ce qui se passe… bizarre, tout le monde serait dans le même bateau ?)

  4. Manuel dit :

    Merci pour cette réponse. Je crains cependant d’être bien placé pour appréhender le type d’évaluation qu’il faut éviter : je travaille dans la communication ! Or c’est bien connu “n’importe qui peut faire de la communication” ou bien ” cette campagne de com’ ne me plait pas car je n’aime pas la couleur de la typo”…

    En dépit de ces réactions fréquentes je n’adhère pas au raisonnement qui pourrait laisser penser que seuls les banquiers auraient le droit de parole sur la crise financière ou les hommes politiques sur les choix de société. J’ai bien compris quelle était la posture de ce blog qui, a priori, ne perdrait pas son temps à parler d’évaluation si c’était pour la rejeter par principe 🙂 .

    Je voulais juste pointer du doigt quelques dérives dans le discours de certains EC qui ne semblent pas mesurer la responsabilité qui pèsent sur eux. L’entre-soi n’est pas une réponse appropriée au besoin de transparence et de force qui permettra aux universités de relever les défis qui se présentent : devenir enfin l’élément structurant de l’enseignement supérieur en France, répondre au besoin de formation et de formation continue, produire de l’innovation…

    Et ce blog est très intéressant. Bonne continuation.

Répondre à Manuel Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.