Sur l’évaluation, au fil des mobilisations actuelles

Pour reposer les lecteurs de ce blog des interventions bien plus substantielles de mes collègues, quelques liens, loin certes de refléter la richesse des débats en cours (d’autres viendront, rassurez-vous…) vers des textes qui n’ont en commun que leur caractère plutôt substantiel et informé.

  • du philosophe Grégoire Chamayou, un texte aussi ironique que riche en références [non, je ne dis pas ça parce qu’il cite Sylvain Piron], qui vise surtout la bibliométrie : « Petits conseils aux enseignants-chercheurs qui voudront réussir leur évaluation« . Un extrait (très arbitrairement choisi) : »La plupart des index et classements bibliométriques existants ont été critiqués pour leur manque de scientificité. Mais cela ne doit pas vous empêcher d’y faire référence. Tout ce qui compte ici, un peu comme pour les prédictions auto-réalisatrices et les phénomènes d’emballements boursiers, ce n’est pas que la croyance soit vraie, mais qu’elle produise de la réalité. Oubliez la vérité. Cessez de vouloir changer la réalité. Coulez-vous dans le moule et mettez-vous sur les starting-blocks.« 
  • du gestionnaire Christophe Benavent, « La réforme : une erreur de gestion » prend au sérieux les références fréquentes, et trop souvent simplistes, à l’évaluation « comme dans le privé » pour s’interroger notamment sur les formes de contrôle et d’encouragement qu’elle impliquerait. Extrait : « Erreur dans le système de contrôle, erreur dans les niveaux de contrôle, une troisième erreur apparaît dans l’incompréhension de la nature même de la production de connaissance et de l’innovation. Les grandes entreprises connaissent cette tragédie de l’invention. Il faut gaspiller de nombreuses ressources pour mettre sur le marché une innovation réussie. Sur dix concepts, un seul est un succès, et encore, faut-il que ses gains produisent suffisamment de valeur pour rembourser les investissements perdus dans les autres. C’est ainsi que certaines firmes se sont résolues à mettre en compétition différentes équipes, sachant pertinemment que si une seule réussit, les autres seront aussi rémunérées. L’esprit de cette réforme est de considérer comme un scandale que le moindre membre de l’organisation puisse échouer, et que ses résultats n’aboutissent à rien. Les grandes organisations ont compris depuis longtemps que dans cette incertitude il faut choyer l’effort, ne pas sanctionner l’échec et récompenser généreusement les victoires.« 
  • quatre jeunes enseignants-chercheurs (en sciences sociales) français en poste en Amérique du Nord donnent à La Vie des idées, dans un texte intitulé « Pour des universités plus justes« , un autre regard sur un autre modèle extérieur supposé des réformes en cours. Ils insistent notamment sur le sens de la collégialité de l’évaluation. Un des co-auteurs, Grégoire Mallard, fait partie d’une équipe réunie en particulier autour de Michèle Lamont et qui travaille justement sur les pratiques d’évaluation (commissions délibérant pour accorder des bourses, etc.). On ne peut que recommander la lecture de leurs travaux, dont plusieurs sont cités dans l’article de La Vie des idées. Plusieurs articles sur l’évaluation par les pairs, l’évaluation interdisciplinaires, etc. sont notamment accessibles ici. Extrait de l’article de La Vie des idées : « Et en France, que fait-on ? La réponse, tout le monde la connaît. C’est le «  speed dating » intellectuel qui y est monnaie courante, avec un oral de quinze minutes sur un « projet » présenté par le candidat devant un comité, et rien d’autre. Pas de présentation scientifique, puisqu’on ne parle que de ce qu’on va faire, et pas de ce qu’on a fait. Pas de rencontre collective ou individuelle avec ses futurs collègues – si ce n’est sur le mode de réseaux informels et de liens amicaux qui ne sont pas forcément garants de la plus grande transparence dans la procédure. Pas de possibilité pour les enseignants-chercheurs déjà en poste de confronter leurs points de vue et de discuter des règles de l’évaluation. L’absence de collégialité est totale.« 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.