Les éditos et le classement

Le classement des revues de SHS entrepris par l’AERES l’été dernier a entraîné de nombreuses réactions, dont il a déjà été question sur ce blog (voir la liste des billets associés au tag “revues“). Après une pétition demandant le retrait du classement et des rencontres avec des membres de l’AERES, et en particulier Patrice Bourdelais (délégué scientifique coordinateur des SHS), un certain nombre de revues de SHS s’étaient réunies le 4 décembre dernier pour discuter de l’attitude à adopter face aux opérations de classement. Une des conclusions de la réunion était de proposer la rédaction d’un texte commun, qui pourrait par ailleurs être proposé aux revues étrangères, appelant au retrait des listes de l’AERES et de l’ERIH. Il semble finalement que cette orientation communautaire ait vécu, au moins pour le moment. Un certain nombre de revues, souvent dès le mois d’octobre 2008, ont pris la décision de publier un éditorial sur la question. Détail intéressant, dans la plupart des cas ces textes sont librement accessible sur Internet, sur le site des revues mais aussi sur Cairn :
–    « Déclaration du comité éditorial de la revue Le Mouvement social », Le Mouvement social, mise en ligne le 15 janvier 2009 sur le site de la revue ;
–    «Les Maux et les nombres », signé Jean Jamin (secrétaire général de la revue), L’Homme, n° 189, Janvier-mars 2009 ;
–    « Classer, évaluer », signé « Les Annales », Annales HSS, n° 6, 2008 ;
–    « Non à la quantophrénie évaluatrice », signé « La revue philosophique », La Revue Philosophique, Tome 133, n° 4 2008/4,
Dans le même temps, la RHMC publie en supplément les textes issus de la rencontre organisée en mai 2008 par la Société d’histoire moderne et contemporaine sur le thème : « La fièvre de l’évaluation », n° 55-4 bis, Bulletin de la Société d’histoire moderne & contemporaine, 2008 (éditorial et sommaire).
Au travers de ces quatre éditoriaux, on voit se dessiner les grandes lignes de la réflexion. Les principales critiques portent sur les risques de sclérose qu’une telle opération de classement ne manquerait d’entraîner : l’existence d’une hiérarchie des lieux de publication aurait inévitablement pour conséquence l’imposition d’une norme stérilisatrice pour la discipline concernée. Les thèmes traités mais aussi la forme des articles tendraient à se conformer au modèle étroit d’une excellence supposée. De ce fait, les champs les plus innovants, les créations mais aussi les secteurs les plus marginaux de la discipline seraient de facto très rapidement, et définitivement, éliminés. Classer consiste donc à créer une hiérarchie artificielle et à terme appauvrissante.
Classer signifie aussi s’inscrire dans une volonté de quantifier, voir d’automatiser l’évaluation. Derrière une prétendue opération d’objectivation se cache en fait une rationalisation réductrice des opérations de jugement. Or, l’évaluation ne peut se faire sans un examen attentif, et donc détaillé, de ce qui est son objet (chercheur, unité…). Cette approche peut sembler d’autant plus paradoxale dans les cas des revues. Comme le souligne l’éditorial de L’Homme : « C’est remplacer une logique discursive, que toute revue savante (ou autre) s’évertue coûte que coûte à valoriser, par une logique comptable des plus élémentaires et dont chaque rédaction sait, par expérience, qu’elle ne peut s’appliquer qu’au nombre de signes, de folios, de grammes…, et de ventes ou d’abonnés de la revue qu’elle pilote ». Les revues appellent unanimement au maintien d’une évaluation par les pairs, fondée sur l’examen contradictoire du dossier, se fondant sur la lecture des publications et non sur la simple mesure de leur score.
Enfin, on ne peut classer que ce qui est comparable. Les revues ont saisi l’occasion de réaffirmer leur spécificité en revendiquant une subjectivité propre. Leur rôle d’évaluation, par le choix des articles, ne les fondent pas pour autant à être des « filtres de la production scientifique » dans son ensemble (terme de l’éditorial du Mouvement social). Les revues, en effet, revendiquent la mise en place « d’une politique éditoriale, recherchent des idées nouvelles et des auteurs nouveaux, aident à la lisibilité des textes, contribuent à l’ouverture internationale de la recherche. Ce sont des espaces de création, d’animation de champs intellectuels et de controverse » (Mouvement social). Les Annales souligne à leur tour qu’un « comité de rédaction travaille à garantir la plus grande qualité scientifique possible des articles publiés, mais aussi à défendre une conception de la recherche qui est propre à chaque revue. Les membres de ces comités font des choix intellectuels qui ne sont pas neutres et qui s’inscrivent dans l’histoire et l’identité de chaque revue».
Pour autant, ce qui est ici dénoncé est davantage du domaine de la forme que du fond. L’éditorial des Annales souligne à quel point, dans les classements réalisés, « les procédures et les principes de classement sont impressionnistes, les experts sont anonymes et les erreurs abondent, faisant figurer plusieurs fois certaines revues, avec parfois des classements différents ou des confusions de titre. Plus grave, ces classements montrent des injustices flagrantes, heurtant le sens commun d’une communauté des chercheurs qui n’est pas à ce point ignorante de ses propres valeurs. » De son côté, la Revue Philosophique « se voit obligée de s’associer aux nombreuses protestations que soulèvent, en philosophie et ailleurs, les modalités du classement des revues par les agences d’évaluation de la recherche. » Mal fait, superficiel, arbitraire, entachés d’erreur et de mauvaises appréciations, le classement des revues par l’AERES est largement récusé. Reste que la réflexion engagée à cette occasion sur l’évaluation des revues semble devoir se poursuivre. Le Mouvement social en appelle à « une liste unique des revues reconnues comme scientifiques sans relation d’ordre entre les revues présentes sur la liste. » Cette idée avait été largement reprise lors de la réunion du 4 décembre 2008 avec l’idée d’un « périmètre de scientificité ». Pour les Annales, « l’idée de contribuer à l’organisation d’un espace scientifique de discussion en reconnaissant l’existence de différentes catégories de revues n’est pas a priori dépourvue de sens s’il ne s’agit pas de fabriquer des cloisons étanches ou des hiérarchies arbitraires ».
La question du classement des revues a ainsi permis de faire émerger plus clairement le débat sur la nécessité d’une réflexion sur l’évaluation en SHS. Aussi bien les Annales que la RHMC appellent, à l’occasion de ces éditoriaux, à une attitude volontariste en la matière :
–    « Il incombe donc aux différents milieux savants de prendre à bras-le-corps ces problèmes et de ne pas se laisser dessaisir de cet enjeu majeur qu’est l’évaluation. Ignorer la question, ou la refuser dans la crispation, serait sans issue. Faute d’une telle mobilisation,nous risquerions en effet de nous laisser enfermer dans la caricature d’un milieu frileux et arbitraire, qui ne pourrait être ramené que de l’extérieur à la «loi commune» – en vérité totalement hétéronome – de « l’efficience » et de la « compétitivité » ». (RHMC)
–    « En cette période d’incertitudes économiques et de menaces accrues sur les conditions du travail scientifique, les revues et les chercheurs qui y publient doivent aujourd’hui démontrer leur capacité à défendre et à illustrer une idée de la recherche scientifique et de son évaluation, même imparfaite, tout en ayant le courage de se l’appliquer à eux-mêmes » (Les Annales).


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.