Réactions de géographes au classement des revues (par Eric Verdeil)

En géographie aussi, le classement de l’AERES a suscité de multiples commentaires critiques et diverses suggestions. De la même manière que pour les autres disciplines des SHS (sciences politiques, histoire, psychologie…), il est apparu utile de regrouper celles dont nous avons connaissance sur ce carnet de recherche, en espérant que les commentaires permettront de compléter ce qui demeure une ébauche. Voici donc cinq premiers signalements.

  • Une réaction à titre personnel, datée du 8/10/2008 (ci-dessous), critiquant le classement et proposant d’autres principes et méthodes pour un tel classement. La lettre a fait l’objet d’une discussion au sein de l’UMR Environnement Ville Société à Lyon, où elle a été globalement approuvée même si l’UMR n’a pas pris officiellement position. Cette réaction a d’abord été écrite en réaction à une proposition d’un de nos collègues, S. Rosière, Professeur à l’Université de Reims, qui proposait de moduler le classement AERES en donnant aux catégories A, B, C une pondération. Mon texte a ensuite pris une organisation propre et n’a plus fait référence à ce premier texte (qui à ma connaissance n’est pas consultable sur Internet).

  • La réponse de Gabriel Dupuy, chargé du secteur aménagement urbanisme pour l’AERES (ci-dessous).

  • Un éditorial de la revue Norois dont un passage s’alarme du classement attribué à la revue (la revue est aussi accessible via revues.org mais bizarrement, même leur éditorial est en accès restreint)

Communiqué de la section 23 du CNU

“La diffusion d’un classement des revues en Géographie, et plus globalement en Sciences Humaines et Sociales, par l’AERES, a suscité de vives réactions dans la communauté scientifique.

En ce qui la concerne, c’est-à-dire l’évaluation des personnes, la section 23 du CNU rappelle que si le nombre et la qualité de support des publications reste un critère important pour la qualification ou la promotion, il n’est pas question pour elle de réduire son évaluation à une simple comptabilité bibliométrique.

En effet, outre que le nombre et le lieux des publications ne sauraient être tenus pour seul gage de qualité, les dossiers de chaque candidature, parce qu’ils font l’objet d’un double rapport, sont aussi examinés au regard d’autres critères hautement signifiants. Pour la qualification, la lecture détaillée des pièces scientifiques jointes reste l’élément principal de l’évaluation, dont la thèse pour la qualification aux fonctions de Maître de Conférences et l’Habilitation à Diriger des Recherches (qui contient un volume de « publications ») pour la qualification aux fonctions de Professeur.

De surcroît, c’est l’ensemble d’un dossier individuel qui est évalué, et donc l’intégralité des fonctions d’un enseignant-chercheur, dont les charges pédagogiques, administratives, et d’organisation et de valorisation de la recherche.

C’est pourquoi la section 23 du CNU, à l’inverse d’une évaluation automatique et strictement quantitative à travers la grille d’un classement des revues scientifiques (discutable et discuté pour celui proposé par l’AERES), réaffirme son attachement au principe d’une évaluation individuelle de chaque enseignant-chercheur, sur dossier, à l’échelon national, par un collège de pairs de la discipline en majorité élus.

Michel Bussi, pour la section 23 du CNU

Remarques générales sur le classement de l’AERES (en particulier domaine géographie-urbanisme) – Eric Verdeil (le 8-10-2009)

« Le classement tel qu’il est actuellement proposé par l’AERES est totalement opaque. Il est de ce fait indispensable de le retirer et d’engager une réflexion sur les critères d’évaluation des revues. Le classement actuel ne propose qu’une liste tronquée pour les revues françaises et pour de nombreux domaines étrangers ; il confond par ailleurs les revues de synthèse ou de vulgarisation et les revues de recherche fondées sur des pratiques collectives d’évaluation (évaluation multiple, anonymat – en réalité très rarement pratiqué en géographie en France -, navette, refus de l’autopublication) ; il est de surcroît, s’agissant du domaine géographie-aménagement- clairement anti-provincial. La décision que les revues classées C ne permettent pas d’être considéré comme publiant alors que la plupart d’entre elles effectuent un réel travail d’évaluation et de sélection est incompréhensible. Le classement n’est enfin même pas bibliométrique, car alors aucune revue française de géographie ne se placerait dans les A. Un autre problème vient de la temporalité d’application du classement. Tous les travaux publiés ou en train de l’être jusqu’à maintenant, en fonction de stratégies propres aux chercheurs et de leurs propres évaluations de la qualité des revues et de l’adéquation recherchée entre une ligne rédactionnelle et un type de public, sont pris à revers par ce classement. En toute logique, il n’est pas possible d’appliquer pour la présente période quadriennale un tel classement – à revoir en profondeur de toute façon : c’est seulement pour l’avenir qu’il faudrait le rendre effectif.

Il est donc nécessaire de mettre en avant des critères raisonnables. Il faudrait savoir si l’on veut classer les revues ou les chercheurs et les unités ; cela n’implique pas les mêmes démarches. Un classement international des revues n’aurait de sens qu’exhaustif : tous les supports de publication en France bien sûr, mais aussi dans le monde, même s’il paraît difficile de les identifier et de les classer. L’élimination de domaines linguistiques entiers n’a, en géographie en particulier, aucune justification.

Le critère essentiel pour identifier les revues scientifiques est le respect de ces bonnes pratiques (comité de lecture, anonymat, navette), qu’il convient donc d’identifier, ce qui suppose une enquête qui devrait déjà couvrir totalement la France. Ce critère devrait être le principal élément du classement qui, de ce fait, et peut-être dans un premier temps, ne devrait couvrir que la France. Il constituerait un aiguillon pour l’amélioration des pratiques. Toutes les revues ne jouant pas le jeu de ces règles scientifiques, ainsi que les revues dites de vulgarisation ou destinées à des publics plus larges, figureraient dans une deuxième catégorie – sans préjuger de la qualité des textes qu’ils publient. Toutes les revues qui y satisfont sont à considérer comme des revues scientifiques de plein droit, et les travaux qui y sont publiés sont naturellement à prendre en compte comme de vraies publications.

En complément de ce critère principal, d’autres éléments utiles viennent à l’esprit pour qualifier les revues, mais il serait de toute façon impossible de les additionner. Ils pourraient être listés dans des tableaux. En fonction de la perspective de l’évaluation, on pourrait ainsi privilégier tel ou tel critère.

– Mesurer la diversité de l’origine des publiants (pour éviter l’autopublication). Une diversité internationale sera un critère positif.

– Mesurer la diffusion (nombre d’abonnés notamment étrangers, support internet – certaines spécifications techniques devraient être garanties).

– Eventuellement, recourir à la bibliométrie, mais encore faudrait-il des méthodes rigoureuses. D’autre part, on sait les défauts dans l’absolu et dans la pratique de ces indicateurs sur lesquels reviennent même de nombreux universitaires américains.

– En complément, il conviendrait de procéder à des enquêtes à large échelle auprès des chercheurs pour identifier les revues dans lesquelles ils souhaitent publier et qu’ils jugent les meilleures.

En tout état de cause, il convient de s’assurer de la transparence de cette activité d’évaluation des revues, grâce à la publicité du nom des experts qui effectuent les classements et le recueil des données ainsi que des critères utilisés. Des comptes rendus des délibérations devraient être accessibles.

Il est évident que ces éléments ne sauraient, dans la plupart des SHS, suffire à évaluer les chercheurs, dans la mesure où la publication des résultats de la recherche s’effectue en large partie sur d’autres supports éditoriaux (livres, etc.). Plus généralement, rappelons qu’on ne peut évaluer le travail des chercheurs par des classifications simplistes, mais seulement par un examen de leur production.

Eric Verdeil

CR CNRS, Université de Lyon, UMR Environnement Ville Société, Directeur-adjoint de la revue Géocarrefour »

Réponse de Gabriel Dupuy, délégué scientifique AERES (le 20/10/2008)

Cher(e) collègue,

Je réponds à votre message concernant la liste des revues publiées sur le site de l’AERES pour les domaines géographie, aménagement, urbanisme.

Cette liste a été établie par un groupe composé de représentants du CNU, du CNRS et d’experts ayant présidé les Comités d’évaluation AERES des Unités de recherche lors de la dernière campagne (vague C). Constituée à partir de leur expérience, elle vise donc essentiellement à faciliter la tâche des experts pour les évaluations à venir. La production scientifique restera l’un des critères de l’évaluation des Unité de recherche. Les publications seront prises en compte dans la production scientifique et les articles seront un élément (parmi d’autres : ouvrages, colloques, etc.) d’appréciation des publications.

La liste établie au printemps dernier comportait des erreurs dues à des problèmes d’identification des titres, à de mauvaises transmissions d’information ou retranscriptions de fichiers. Les erreurs qui nous ont été signalées ont été corrigées depuis.

Cette liste présentait également des manques et, pour quelques titres, des classements qui se sont révélés discutables. Ces points ont été identifiés grâce aux réactions le plus souvent constructives de la communauté scientifique dans nos champs de recherche. Des consignes seront donc données aux experts pour que ces cas particuliers soient considérés afin de ne pas pénaliser les Unités de recherche qui vont être prochainement évaluées (vague D).

Il importe toutefois que, pour la suite, la liste actuelle soit actualisée en intégrant le cas échéant de nouvelles revues, des revues manquantes, et en corrigeant certains classements problématiques.

A cet effet l’AERES vient de décider d’une procédure systématique. L’actualisation sera effectuée par des Commissions qui travailleront revue par revue. Vous trouverez sur le site de l’AERES (http://www.aeres-evaluation.fr <http://www.aeres-evaluation.fr/>, brève du 2/10/2008) le communiqué qui officialise cette procédure.

Les remarques que vous m’avez fait parvenir seront bien entendu fournies à la Commission d’actualisation « Géographie, aménagement, urbanisme » qui devra terminer son travail avant l’été 2009. En vous remerciant de votre contribution, je vous prie de croire, Cher(e) collègue, à l’expression de mes sentiments cordiaux.»

(1) Il n’est pas inutile non plus de rappeler qu’il n’entre pas dans les missions de l’AERES d’évaluer individuellement l’activité des chercheurs et enseignants-chercheurs.

G. Dupuy

Délégué scientifique AERES


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Lisa George dit :

    Concernant l’éditorial du n° 108 de Norois, il s’agissait d’une erreur qui est maintenant corrigée.
    Le texte est en ligne sur Revues.org dans sa version intégrale à l’adresse suivante : http://norois.revues.org/index2245.html

Répondre à Lisa George Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.