Quelques raisons de refuser tout classement des revues

A l’occasion de la réunion du 4 décembre dernier, organisée par plusieurs revues de sciences humaines et sociales pour débattre de l’évaluation des revues, dont le compte rendu a été publié sur ce site, l’une des hypothèses avancées envisageait de  “demander à l’AERES une liste unique, pluridisciplinaire et sans classement”. N’ayant pu assister à la réunion, j’ai adressé à la liste “revues_shs” un message, dont je reprends ici l’essentiel, visant à expliquer les raisons de mon opposition à tout classement des revues scientifiques établi par une agence de contrôle de la recherche, en vue d’une évaluation des équipes de recherche.

Abolir la notation et les clivages disciplinaires ne suffira pas à parvenir à un compromis acceptable. Tant que l’instance qui établit ce classement et que l’usage qui en est fait ne changent pas, le problème demeure inchangé à mes yeux.

Le contexte plus général des réformes de l’enseignement supérieur et de la recherche devrait nous aider à comprendre la gravité des enjeux. Les revues sont le lieu d’exercice par excellence d’une légitimité purement savante sur lequel le pilotage politique et le contrôle bureaucratique de la recherche n’ont pas encore prise (ou du moins, faiblement, et d’une façon non centralisée). Il serait parfaitement légitime qu’un certain nombre de revues définissent collectivement des critères d’excellence, notamment afin d’inciter des revues plus modestes à adopter ces critères pour entrer dans le club. Je ne suis pas certain de l’opportunité et de la faisabilité d’une telle démarche, mais si tel devait être le prolongement de la réunion du 4 décembre, je n’y verrais aucun scandale. En revanche, je trouve inacceptable qu’une instance non représentative de la communauté savante vienne certifier la scientificité de nos procédures éditoriales. Cela revient à abandonner au pouvoir politique ce dernier vestige d’une liberté intellectuelle et universitaire qui tend à se raréfier dans l’université française comme l’ours blanc sur la banquise.

Je ne mets pas en doute la bonne volonté et la sincérité des représentants de l’AERES. Je pense néanmoins que, fonctionnellement, nous ne pouvons pas leur faire confiance. Le propre de l’homme politique, dans les régimes démocratiques contemporains, est de mentir. Nos gouvernants décident sans faire grand cas des promesses contradictoires qu’ils lancent comme des fleurs au fil de l’eau. Rien, dans la définition, le fonctionnement et l’action récente de l’AERES, ne garantit son indépendance face au pouvoir politique (ses membres sont nommés, sans aucune exigence de représentativité de la communauté scientifique, et leur mandat est renouvelable, ce qui ruine à la racine la prétention à être une “autorité administrative indépendante”). A supposer que le classement de l’AERES soit, cette année, modifié dans le sens souhaité, absolument rien ne nous dit que les notations et les divisions disciplinaires ne seront pas réintroduites par la suite, et que son usage ne sera pas étendu – il est d’ailleurs prévisible que les chercheurs, incités à agir pour le bien de leur équipe, anticiperont l’usage de ce classement comme indicateur de performance individuelle.

Soyons attentifs à la seule motivation de cette surveillance administrative de la liberté intellectuelle : il s’agit de “définir l’ensemble des revues dont les articles n’auront pas à être réévalués par les évaluateurs”. Et nous abdiquerions une si grande liberté pour un prétexte si médiocre ? Les évaluateurs, s’ils ne se jugent pas compétents pour lire le contenu des articles et ne savent que compter, pourraient à tout le moins en compter les pages ou les mots, les sources alléguées ou les références bibliographiques, puisque l’objet de leur évaluation concerne les articles. Substituer à cette opération un classement a priori des supports est un acte d’abdication de l’intelligence critique.

Pour convaincre que je ne tiens pas un discours alarmiste et déraisonnable, j’invite à considérer l’exemple d’une discipline qui a été sinistrée par l’introduction systématique de l’évaluation bibliométrique, en lisant de près les articles du biologiste anglais Peter Lawrence. Ceci n’est pas de la science fiction, mais le tableau de ce qui nous attend si nous acceptons aujourd’hui le principe d’un classement des revues. C’est pourquoi j’appelle, encore et toujours, à refuser dans son principe même toute forme de classement.

Sylvain Piron


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.