Mais qu’est-ce donc que l’activité scientifique ?

Les débats actuels se focalisent très fortement autour des indicateurs chiffrés, en particulier bibliométriques. Leur dénonciation dans les sciences dites “dures” est maintenant bien connue et reprise largement par les SHS qui se voient à leur tour menacées d’en être l’objet. Pour autant, ces débats peinent à déboucher sur une véritable réflexion autour de la question de la nature même de l’évaluation scientifique.

Les instances et les procédures d’évaluation ne sont pas nouvelles. Elles sont même centenaires, pour une grande partie d’entre elles. Certes, à la fin du XIXe siècle, le vocable n’était pas employé et on parlait plus généralement “d’aptitude”. Il s’agissait cependant bien d’une procédure consistant à expertiser la capacité d’un individu (en l’occurrence un universitaire) à occuper le poste auquel il prétendait et à y poursuivre une carrière ascendante (ne serait-ce qu’en terme salarial). Les modalités de cette expertise professionnelle ont acquis progressivement une dimension de certification scientifique, à mesure même que l’activité de recherche s’est imposée comme le standard de la profession. Le dispositif d’enseignement et de recherche se complexifiant avec le temps, les instances et les moments de l’évaluation n’ont cessé de se multiplier. La dernière étape de ce processus est l’injonction qui est faite aux dispositifs nationaux de répondre à des normes internationales, dont l’expression ultime sont les classements internationaux. Dans toute cette histoire, la revendication affichée est toujours celle d’une amélioration de la “science” et de ses producteurs, même si très souvent la notion d’activité scientifique est traitée comme un implicite que toute les communautés partageraient.

Face aux injonctions croissantes à la productivité que contiennent ces nouvelles mesures de la performance, les réponses des intéressés, quels soient leurs statuts et leurs positions, s’organisent sous forme d’une dénonciation des modalités et des objectifs des procédures imposées par les différentes tutelles. Nombreuses sont les journées qui ont été consacrées à la question ces deux dernières années. Nous pouvons en citer ici au moins quatre dont les compte rendus sont accessibles en ligne ou sur papier :

– la première d’entre elles s’est tenue à l’ENS il y a un peu plus de deux ans. Le 30 novembre 2007, à l’invitation d’équipes de recherche en SHS de l’ENS, un certain nombre de spécialistes ont été réunis sous le thème : “Evaluer, dévaluer, réévaluer l’évaluation”. On trouve l’enregistrement des différentes communications sur le site Diffusion des Savoirs de l’ENS.

– En mai 2008, c’est la Société d’Histoire Moderne et Contemporaine qui a consacré une demi-journée à la question; les papiers en ont été  publiés dans le numéro 55-4 bis (supplément) sous le titre “La fièvre de l’évaluation“.

– En mai 2008 toujours, et toujours à l’ENS, mais cette fois-ci à l’initiative de la direction de l’école, une matinée a réuni un certain nombre de représentants des instances d’évaluation, anciennes ou récentes, ainsi que quelques commentateurs extérieurs, sur “L’évaluation en SHS” dont on trouve un rapide compte rendu sur le site de SLR.

– Enfin, a eu lieu en octobre 2008 un après-midi consacré à la question  “Evaluer la sociologie : vers de nouvelles normes de l’évaluation scientifique” dont il a déjà été fait mention sur ce blog.

Ces différentes initiatives ont été l’occasion d’un intéressante rencontre entre les chercheurs inquiets des modalités d’évaluation qui leur sont imposées et les chercheurs chargés de les mettre en oeuvre dans les nouvelles instances. Les critiques et les réponses ont abordé de nombreux thèmes, mais fort peu la question centrale qui pourrait être résumée par une formule lapidaire : quelle est donc cette activité spécifique qu’il s’agit d’évaluer ? Le seul intervenant à avoir envisagé le problème sous cet angle est Yves Langevin, astrophysicien et président de la section du CoNRS de sa discipline, qui a longuement détaillé les modalités d’évaluation qui y sont utilisées (lors de la journée de novembre 2007). Dans sa présentation, il a insisté sur le travail mené par la section dans l’optique d’une qualification des formes et des normes de l’activité scientifique. Il a insisté en particulier sur la nécessité de définir les grands champs d’activité des astrophysiciens, les “facettes du métier”, en expliquant par le détail comment chacun d’entre eux faisait l’objet d’une appréciation spécifique. Ainsi, la partie “production scientifique”, que l’on saisit au travers des publications, est envisagée au travers de 14 indicateurs bibliométriques dont chacun répond à une question précise. Le fait, par exemple, de repérer les articles qui sont encore, dix ans après leur publication, cités dans de nouvelles publications constitue un indicateur fiable de l’importance du travail considéré. Ce faisant, il soulignait combien les indicateurs ne sont que des éléments d’aide à l’évaluation. Mais surtout, il nous livrait là le résultat d’un véritable travail de réflexion sur les attendus de l’activité scientifique dans le champ considéré et nous faisait souhaiter que les débats actuels soient l’occasion de l’étendre aux autres disciplines.

Alors que l’évaluation quadriennale des enseignants chercheurs par la CNU va entrer en vigueur dans les prochains mois, il ne semble pas qu’une réflexion de fond se soit engagée sur cette question. Elle serait pourtant l’une des façons de lutter efficacement contre l’imposition de modalités d’évaluation inappropriées.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.