De l’usage pervers d’un outil scientifique

Les critiques faites à l’encontre de la bibliométrie sont de deux natures différentes. On peut lui reprocher d’abord de ne pas être construite pour ce que l’on veut en faire. En effet, la bibliométrie était avant tout, lors de son invention, un instrument d’objectivation des pratiques disciplinaires : on attendait d’elle qu’elle permette de dresser un état des lieu du champ du savoir concerné, qu’elle fasse apparaître la hiérarchie des questions et des lieux de publication, qu’elle montre les réseaux cognitifs en œuvre. De cette dimension d’audit disciplinaire a découlé, dans un certain nombre de cas, une fonction prospective, comme pour les psychologues avant la Seconde Guerre mondiale (on peut lire à ce sujet l’article de Benoit Godin, On the Origins of Bibliometrics). Par ailleurs, la bibliométrie est un outil intéressant pour qui travaille sur la structuration historique d’une discipline comme le montre Yves Gingras dans une étude sur la physique de la première moitié du XXe siècle ( Mapping the Changing Centrality of Physicists (1900-1944)).
Son usage pour l’évaluation est plus récent et pose un certain nombre de problèmes du fait que l’instrument n’a pas été conçu a priori pour la tâche qui lui est aujourd’hui assignée, à savoir des mesures permettant l’évaluation individuelle des chercheurs. La création, à partir des bases de données de publications, d’indices variés et individuels mesurant la visibilité du travail d’un scientifique, la publication d’une liste hiérarchisée des revues ont contribué à la mise en place d’une culture de la performance éditoriale : le « publish or perish » dans les Top-ten journals. Cette transformation du travail scientifique et sa soumission à des objectifs quantitatifs et qualitatifs extérieurs à sa culture d’origine est aujourd’hui de plus en plus fréquemment dénoncée, quelques soient les pays ou les champs disciplinaires concernés. On peut ainsi en lire une violente dénonciation sous la plume du biologiste Peter Lawrence qui appelle de ses vœux un changement radical de la part de la communauté scientifique, entièrement occupée ces dernières années à une course effrénée à la « bonne publication », en dehors de toute réflexion sur la qualité et l’intérêt du contenu du travail en question (on trouve les références de ses articles sur sa page, aux numéros 120, 124 et 134). Dernièrement, un éditorial du Mathematical Structures in Computer Science que l’on peut trouver sur la page de son directeur, Giuseppe Longo, dénonçait une pratique dont le risque principal était la disparition de l’innovation dans un contexte de « conformisme » scientifique croissant.

Cependant, il ne faut pas oublier que ces mesures de l’activité scientifiques émanent en grande partie de la communauté elle-même ainsi que le rappelle Yves Gingras dans son article de mai 2008 (La fièvre de l’évaluation de la recherche. Du mauvais usage de faux indicateurs). Le facteur H par exemple n’est pas l’émanation d’une officine managériale ou d’une agence administrative mais bien un outil élaboré par un chercheur et d’une certaine façon plébiscité par les autres, si l’on en juge par le nombre de scientifiques qui calculent et mentionnent leur facteur H dans leur bibliographie, en dehors de toute demande institutionnelle. Pourtant, les « inventeurs » eux-mêmes se montrent aujourd’hui critiques face aux créatures auxquelles ils ont données naissance. Dans un article récent, Anne-Wil Harzing, démontre les risques très grands que fait courir au travail scientifiques l’usage de ce type d’indicateur dans l’évaluation individuelle. Et elle appelle fermement à « create new systems that would support the advancement of knowledge by encouraging the types of contributions that matter most to the broader society » (2009 – (with N. Adler) When Knowledge Wins: Transcending the sense and nonsense of academic rankings, The Academy of Management Learning & Education, vol. 8, no. 1).

Reste que la question des causes de ce glissement progressif vers une culture scientifique du classement et de l’évaluation quantitative n’est jamais abordée de front. Toutes les critiques du système l’inscrivent dans une tendance générale à la managérisation de nos sociétés sans que soit posée la question des spécificités du monde académique qui ont pu rendre possible l’intégration facile de cette nouvelle culture.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *