AAC: Construction et usages des indicateurs

Voici un appel à communication pour un colloque pluridisciplinaire consacré à « Construction et usages des indicateurs : pauvreté, richesse, inégalités, bien-être, performance »
et qui se tiendra à l’Université de Picardie Jules Verne, Logis du Roy, les 23 et 24 mai 2013.

Les débats, assez anciens, autour des indicateurs sociaux ont été récemment relancés suite à la publication du rapport dit Stiglitz-Sen-Fitoussi sur la mesure du progrès social et de la performance économique. Ce rapport a notamment eu quelques répercussions sur la statistique publique française qui se veut désormais plus attentive à certaines formes d’inégalités et à la mesure du bien-être. Parallèlement, on assiste à des initiatives plus ou moins isolées menées par des collectivités territoriales, des groupes associant des militants et des chercheurs ou encore par des structures associatives et qui visent à développer une information statistique alternative potentiellement mobilisable dans des stratégies d’argumentation et de revendication. Dans le même temps, la production statistique au niveau national se trouve de plus en plus en prise à des processus d’homogénéisation internationale et supranationale. Enfin, les entreprises et les administrations ont davantage recours qu’auparavant à une mise en forme quantitative de leur activité et de celle de leurs agents via des tableaux de bord ou des enquêtes internes dans lesquels les principaux intéressés ne reconnaissent pas nécessairement la réalité de leur travail et des problèmes qu’ils rencontrent. Pour autant et malgré cette multiplication des sources, certaines dimensions de la pauvreté, des inégalités, de la richesse, du bien-être, etc. restent invisibles faute d’être saisies par des dispositifs de quantification.
L’objectif de ce colloque est d’interroger ces différentes logiques dans une perspective pluridisciplinaire (sociologie, science politique, démographie, économie, philosophie, histoire, droit) permettant de tenir ensemble les deux faces de la quantification : toute mise en indicateurs du monde social est déterminée par les conditions sociales, politiques, économiques, scientifiques, etc. dans lesquelles elle s’élabore et prend sens ; en retour, elle génère de nouvelles représentations du monde social et transforment les conditions dans lesquelles elle a été produite.

Texte complet de l’appel à communication


1 réponse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.