L’évaluation de la recherche: pour une réouverture des controverses

C’est le titre du dernier numéro de la revue Quaderni (77/hiver 2011-2012), dirigé par Séverine Louvel.

Quaderni 77, hiver 2011-2012

Présentation: Agence d’Évaluation de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur, classement de Shanghai des universités, classements des revues, définitions du chercheur publiant… L’évaluation est aujourd’hui omniprésente dans la recherche, et consubstantielle aux politiques scientifiques. On connait bien la généalogie de ces dispositifs, et le projet politique qui les motive. On en déduit parfois qu’ils font advenir un monde nouveau (faits de facteurs d’impact, de taux de citations, de recherche innovante, etc.) et véhiculent des prescriptions anthropologiques (l’avènement du chercheur publiant, conformiste, stratège…). Ce dossier thématique de Quaderni interroge le caractère mécanique, ou manichéen, de cette hypothèse. Soulignant la diversité des usages concrets de dispositifs d’évaluation en vigueur dans plusieurs pays, il suggère que les effets de l’évaluation ne sont pas une affaire entendue, mais qu’ils demeurent un objet controversé.

Sommaire

  • Séverine Louvel, « Avant-propos : Réinterroger l’évaluation comme technologie de « pilotage à distance »
  • David Pontille et Didier Torny, « Rendre publique l’évaluation des SHS: les controverses sur les listes de revues de l’AERES »
  • Julie Bouchard, « La fabrique d’un classement médiatique de l’enseignement supérieur et de la recherche »
  • Silke Gülker, Dagmar Simon et Marc Torka, « Evaluation of science as consultancy »
  • Lise Gastali et Caroline Lanciano-Morandat, « Les dispositifs d’évaluation de l’enseignement supérieur et de la recherche: quel devenir pour des établissements singuliers ? »
  • Marc Vanholsbeeck, « Entre qualité prescrite et qualité souhaitable : l’ambivalence des chercheurs en communication face à l’évaluation de leurs publications »
  • Matthieu Hubert, Francis Chateauraynaud et Jean-Michel Fourniau, « Les chercheurs et la programmation de la recherche : du discours stratégique à la construction de sens »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *