Des classements internationaux

La pratique du classement international (international ranking) appliqué aux établissements d’enseignement supérieur est assez récente. Le premier d’entre eux (Academic Ranking of World Universities, ARWU) date de 2003.

Un article de Nadine Dalsheimer et Denis Despréaux, à paraître dans Education et formations (que l’on peut télécharger ici), propose une intéressante comparaison entre sept classements établis ces cinq dernières années : l’ARWU, le Times Higher Education (2007 et 2008), le classement européen du Center for higher education, le classement du centre d’études sur les sciences et les technologies de l’Université de Leiden (CWTS), le Webometrics Ranking of World Universities et le classement de l’Ecole des mines de Paris.

Les deux auteurs analysent en détail les critères choisis par les différents classements et observent les résultats proposés. Sans surprise, et dans la suite d’autres travaux, ils soulignent le caractère extrêmement hétérogène des critères retenus et la difficulté qui en résulte à établir des comparaisons valides. Ces “imperfections” ont entraîné la mise en place en 2004 du “groupe d’experts de classement international” (International ranking expert group) sous l’égide du Centre européen de l’UNESCO pour l’enseignement supérieur (CEPES) et de l’Institute for Higher Education Policy de Washington qui a formalisé un ensemble de 16 recommandations en vue de développer de “bonnes pratiques” en matière de classement sous le nom des “principes de Berlin“. Parmi ceux-ci, les rédacteurs ont insisté sur la nécessité de prendre en compte la grande diversité des formes et des objets des établissements d’enseignement supérieur, ce qui constitue certainement le premier obstacle à une comparaison simplificatrice.

C’est ce dernier aspect qui est le plus longuement démontré dans l’article de N. Dalsheimer et D. Despréaux, accompagné d’une mise en garde à propos des effets obligatoirement normatifs qu’implique ce type de hiérarchisation de l’excellence universitaire. Enfin, les deux auteurs appellent à dissocier les opérations de classement de celles d’évaluation, la confusion des deux risquant d’entraîner la multiplication des pratiques visant uniquement à l’améliorer sa place dans le classement en privilégiant LE critère efficace en la matière et en négligeant les autres domaines.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Emmanuelle Picard dit :

    Actualité immédiate : le ministère de l’Education nationale, dans le cadre de la présidence française de l’Union européenne, a organisé les jeudi 13 et vendredi 14 novembre une conférence sur le thème de «Comparaison internationale des systèmes éducatifs: un modèle européen ?». Le programme est disponible sur le site du ministère (http://www.education.gouv.fr/cid22923/conference-comparaison-internationale-des-systemes-educatifs-modele-europeen.html )
    ainsi que le discours d’ouverture de V. Pécresse (http://www.nouvelleuniversite.gouv.fr/vers-un-classement-de-bruxelles-des-universites.html#lestelechargements).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.