Idex et fondations

Nous n’avons plus le courage, plus le temps… Pourtant l’actualité de l’évaluation continue, et nous continuons de noter des petits faits ou de griffonner des petites réflexions dans les coins de nos têtes.
On trouve par exemple dans L’expansion de cette semaine un article sur les financements des universités comprenant un tableau intéressant sur les millions des fondations universitaires.
Si ce tableau est intéressant, c’est qu’on constate que les fondations ayant réussi à récolter le plus d’argent se trouvent être celles des trois universités (ou appartenir aux trois groupes d’universités) ayant été sélectionnés dans le cadre des idex : Strasbourg, Bordeaux, PSL (dont Dauphine).
Bien entendu, il n’y a pas là nécessairement un lien de cause à conséquence : on espère que les jurys internationaux ont fait autre chose que comparer les chiffres de millions récoltés par les fondations. Du moins cette “coïncidence” constitue-t-elle une parfaite illustration de l’effet Mathieu.
Je prends donc le pari, à la condition que ce tableau soit exact, que l’idex de Lyon sera sélectionné à la prochaine tournée.


1 réponse

  1. François Blanchard dit :

    Par association d’idées, notons aussi que deux universités au moins, non bénéficiaires des Idex, ont présenté des budgets en déséquilibre et se trouvent donc automatiquement mise sous la tutelle du recteur. Il s’agit de Nantes et de Limoges.

    C’est, semble-t-il, le revers de “l’excellence”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.