L’évaluation-sanction, ça s’est passé près de chez vous

Certain.e.s d’entre nous s’en souviennent…

C’est lorsque le décret sur leur statut est paru que beaucoup d’universitaires ont compris que la LRU, et plus généralement les réformes de l’enseignement supérieur et de la recherche, ça les concernait aussi. Plus exactement, ceux qui ont compris — car il y en a eu, même à ce moment-là, pour penser que, non, ça ne les concernait pas, parce que, eux, n’est-ce pas Ma’me Michu, tellement qu’ils étaient excellents que ça ne pouvait pas les concerner, et tant pis pour la voisine du bureau d’à-côté (ou de la fac d’à-côté) si, elle, elle n’est pas aussi excellente d’excellente excellence que moi — ceux qui ont compris donc ont compris qu’il allait peut-être être question d’éventuellement toucher à ce qu’ils avaient de plus précieux, et de plus en plus rare : le temps. Il était en effet question, dans ce décret, de moduler le service d’enseignement que chacun doit, en tant qu’il est enseignant : 192 heures équivalent TD, comme chacun sait. Et, cette modulation devant se faire selon l’évaluation qui était donnée de la recherche de chacun, un des mots d’ordre a été : non à l’évaluation-sanction.

Je voudrais aujourd’hui revenir sur l’évaluation-sanction, pour deux raisons :
1) La première est anecdotique, mais a pour elle le poids du réel ; c’est que, deux ans après, nous y voilà : dans mon université, un dispositif est en train d’être mis en place, et ce dispositif relève de ce qui avait été appelé « évaluation-sanction ».
2) L’autre est qu’il me semble que cette question n’est pas loin du centre de gravité de ce carnet de recherches, à savoir le partage que, nous autres les rédacteurs, nous nous efforçons de faire, chacun à notre manière, entre chien et loup : entre l’évaluation scientifique qui est au coeur de notre métier, et l’évaluation qu’il nous est arrivé d’appeler managériale et dont il nous semble qu’elle nous vient du dehors, qu’elle n’a rien à voir avec ce que nous sommes, profondément.

A) Pour l’anecdote tout d’abord, voici quelques documents, et un bref récit.
Cette année, deux commissions ont été mises en place à Grenoble II, composées de membres du CA et du CS, « Dispositifs innovants pour dynamiser la recherche » et « Organisation de la recherche ». La mise en place de ces deux commissions s’explique ainsi : l’université de Grenoble II est, quantitativement, une grosse université, mais, pour s’être massivement engagée dans des formations professionnalisantes, elle n’est pas très performante en termes de recherche, à quelques exceptions près. Non seulement cela fait tache dans le contexte actuel, mais cela ne facilite pas les relations avec sa voisine en sciences dures, Grenoble I. Ces commissions ont rendu leurs rapports publics en avril.
Dans la deuxième quinzaine de juin, tout est allé très vite. Lors d’un CTP, le dispositif « Propositions pour la recherche » a été présenté comme une conséquence des travaux des commissions. Les réactions à ce CTP ont été successivement une prise de position de l’intersyndicale, suivie d’une AG où une résolution a été votée, une réplique de la vice-présidence scientifique (que malheureusement je n’arrive pas à poster sur le carnet), et finalement, le vote du dispositif en CA, avec un certain recul par rapport avec ce qui était initialement prévu puisque le dispositif transitoire est étendu d’un an à deux ans, et qu’il n’est pas appliqué à ceux qui bénéficient de primes administratives ou pédagogiques. Mais bon, le principe est le même : on ne paiera pas leurs heures complémentaires à ceux qui sont non-publiants.

B) Maintenant, je voudrais raisonner un peu. Quand je discute de cette question — et je dois être une grande discuteuse devant l’éternel, une de celle qui aiment particulièrement discuter avec ceux avec lesquelles elle n’est pas d’accord — mon interlocuteur atteint toujours très vite ce qu’il estime être un argument absolument sans réplique, un argument capable de me clouer — enfin — le bec, bref l’argumentum argumentorum :

« Mais enfin, quand même… Tu trouves ça noooormal, toi, que… »

Et, puis, là, différentes variantes de la même idée : « … que X soit payé deux fois plus que toi à cause de ses heures complémentaires », « … que Y n’ait pas publié un seul article depuis 10 ans et se la coule douce », « … qu’on ne puisse pas faire une réunion avec Z le mercredi parce qu’il s’occupe de ses enfants », « … que l’Etat paie des gens à ne rien faire », etc. Le plus souvent, X, Y et Z ne sont pas nommés, mais on laisse entendre qu’ils existent bien, et par milliasses, milliasses presque aussi nombreuses que les cohortes d’enseignants du secondaire qui ne font pas cours parce que, du moins si l’on en croit les commentaires des lecteurs du Figaro sur le site internet dudit journal, ils ont une délégation syndicale.

J’aurais pu répliquer à cela que, par delà la question des individus, il y avait celle des statuts, et que, ce qui donnait une véritable autonomie aux individus, c’était leur statut. Je ne l’ai jamais fait parce qu’il me semble toujours qu’il faut prendre au sérieux le type d’argument qu’on m’oppose : or, manifestement, l’argument en question n’était pas une question de statut (universel abstrait) mais de pratique (singulier concret).

Un temps, je me suis donc contentée, un peu platement je dois reconnaître, de répondre que ces cohortes, moi je ne les voyais pas, parce que, autour de moi, dans mon UFR, on bossait, plus ou moins peut-être, mais on bossait. Mais bon, il se disait que cette UFR (philosophie, histoire, histoire de l’art, musicologie) qui se trouve être la mienne, était une UFR de publiants, et, alors, après tout, pourquoi pas, peut-être que ces cohortes, elles existaient chez les autres. Fin de la discussion, on n’est pas d’accord, mais personne n’a raison, il faut de tout pour faire un monde, etc.

Et puis, un jour, la bonne réplique m’est venue !

Quand on vous dit : « Mais enfin, quand même… Tu trouves ça noooormal, toi, que… »,

il faut juste répondre :

« Ben non, ce n’est pas normal. Et alors ? »

Si vous voulez faire plus long, vous pouvez aussi risquer ceci :

« Ben non, ce n’est pas normal. Et alors ? Tu le vois où toi le rapport avec ce dont nous parlons tous les deux là maintenant ? »

Je m’explique.

C’est clair qu’il y a des moments où la plus passionnée des universitaires se dit que son métier est effectivement tuant (et pourquoi moi je travaille tous les soirs, et pourquoi moi je ne fais pas week-end tous les week-ends comme « tout le monde », et pourquoi moi j’ai un rythme de cadre de multinationale mais que je ne peux pas me payer un loft à Paris, me faire masser à Papeete et rouler en laguna), et que, si, dans un de ces moments, elle se trouve confrontée à un universitaire qui en fait un peu moins ou beaucoup moins, elle aura une espèce de sentiment qui, exprimé de manière embryonnaire, ressemble en effet à « quand même… ce n’est pas normal », autrement dit encore, un peu moins embryonnairement : « lui et moi avons bien le même statut, mais nous n’avons pas pour autant les mêmes normes quant à ce que c’est que d’être un universitaire, en tout état de cause pas les mêmes pratiques ».

Mais le problème, c’est qu’on ne fait pas une bonne politique scientifique avec des espèces de sentiments. Et encore moins quand ces sentiments sont des ressentiments de bons élèves qui, à quarante ans passés, continuent à vouloir montrer qu’ils sont les meilleurs d’une classe devenue toute virtuelle alors qu’ils vivent dans un monde où pas mal de mauvais élèves roulent en laguna.

Une bonne politique scientifique, ça se fait rationnellement. Une forme de rationalité importante aujourd’hui, c’est la rationalité économique. Mais l’économie, c’est plus compliqué que les ressentiments, ou, ce qui ne vaut pas mieux, les premiers indicateurs venus bâtis à la va-comme-je-te-pousse.

Demandons-nous en effet, pour commencer, quel est le rapport entre la LRU et la modulation des services.

Avec la LRU, les universités
1) reçoivent un budget dont le montant dépend d’indicateurs de performance, en particulier en matière de recherche (et je ne parle pas des idex !).
2) doivent payer les salaires de tous les employés sur ce budget,
3) sont amenées à considérer les salaires comme une variable d’ajustement, en raison du principe dit de « fongibilité asymétrique ».
Il peut paraître assez naturel, dans ces circonstances, de chercher à « faire payer » ceux qui, n’ayant pas de bonnes performances en matière de recherche, contribuent moins que d’autres à ce que le budget alloué à l’université soit élevé. Surtout quand ça croise les ressentiments dont j’ai fait état. Surtout que ça permettra de faire des économies substantielles, puisqu’il y aura un certain nombre d’heures complémentaires, autrefois payées, qui ne le seront plus.

À mon sens donc, ceux qui ne sont pas contents de la conséquence (la modulation) devraient se demander d’où elle vient et comprendre (enfin) que ce n’est pas tout à fait un hasard si elle arrive en temps de LRU.
À mon sens donc aussi, un président d’université un peu malin aurait tout intérêt à ne pas dire à ses collègues universitaires qu’il entend mettre en place la modulation des services pour favoriser le retour à la recherche des non-produisants de son université, parce qu’il y aura toujours un esprit mal intentionné pour remarquer que ce n’est pas très facile de revenir à la recherche quand on enseigne 400 heures ETD.
Il ferait mieux leur dire : « Mes amis, la LRU, elle est là, comme la crise en Grèce. Moi, vous me connaissez, je ne suis pas pour la modulation des services. Et, moi, je vous connais aussi, je sais que vous avez toujours bien travaillé. Mais, maintenant, il y a la crise en Grèce, et nous, on ne peut pas faire autrement. Alors il faut qu’on se serre tous les coudes si on ne veut pas finir comme les grecs. Donc moi je fais un idex et vous vous faites un peu plus d’heures de cours, sauf ceux qui font l’idex avec moi ».

(Ouh ouh… les présidents d’université lecteurs d’Evaluation de la recherche en SHS… Vous avez compris que je cherche un job de conseillère en communication ? Non, je rigole ! Je serais très mauvaise, et en plus je vous prendrais tout votre temps pour discuter. Et puis, j’ai quand même plus sérieux à faire. Ou plus exactement, le jour où j’arrêterais de faire de la recherche et de faire cours, ce sera pour être présidente à la place du président, point-à-la-ligne.)

Une fois dit qu’il était économiquement raisonnable par temps de LRU de mettre en place une modulation des services, il est raisonnable de se demander si une rationalité économique bien comprise doit en rester à l’indicateur brut produisant/non-produisant. C’est là que les choses deviennent difficiles, parce qu’on s’aperçoit qu’il y a beaucoup d’indicateurs possibles et qu’on devrait se poser tout un tas de questions avant de faire quoi que ce soit. Et, par exemple :

1) Quelles sont les différentes catégories de non-produisants ? Pourquoi ne produisent-ils pas ? Est-ce qu’ils font des choses à la place pour leur université ou pour des missions universitaires, ou bien se contentent-ils d’attendre que ça passe ? Combien dans chaque catégorie ? Quelles sont les disciplines touchées ? Pourquoi ? Quelle évolution prévisible en fonction des recrutements de ces dernières années ? Si tant qu’il y a un problème n’est-il pas, d’abord, précisément, celui des recrutements ?

2) Est-ce que, en partageant le monde universitaire en produisants et non-produisants, on ne va pas miner ce qui existe de sens de l’intérêt général chez les universitaires ? (Car, même s’il m’arrive de râler après l’individualisme de certains, je sais bien que c’est un individualisme compliqué, qui inclut aussi beaucoup de dévouement à autre chose qu’à soi.)

3) Aussi, pour faire des réponses du berger à la bergère, est-ce que c’est normal de rémunérer à certains (les produisants) des heures complémentaires et à d’autres (les non-produisants) non ? Est-ce que c’est normal que les universitaires assument des tâches de secrétariat, parce qu’il n’y a personne pour le faire à leur place ?

4) Et puis, oui tout de même… en renonçant à l’existence d’un statut, ne renonce-t-on pas à quelque chose qui a été essentiel dans la construction de notre identité ?

Toutes questions, qui, je crois, ne sont pas posées par mes interlocuteurs, et sans doute par les vôtres, lorsqu’ils nous disent narquois :

« Mais enfin, quand même… Tu trouves ça noooormal, toi, que… »

Ben non, ce n’est pas normal. Et alors ?


Vous aimerez aussi...

6 réponses

  1. Alexandre Hocquet dit :

    Tout ce que vous dites se tient. ça se tient tellement que j’espère que le président de Grenoble 2 ne vous lit pas. merci pour le lien vers le powerpoint de propositions. un détail m’interpelle : même si je publie 50 articles par an dans des revues à fort taux d’impact, faisant exploser tous les indicateurs d’excellence de mon université, je suis un « non-produisant » si je ne suis pas rattaché « à un laboratoire labelisé » ? j’imagine qu’un laboratoire « labelisé » est une UMR ou une EA appartenant à une liste de labos dans laquelle Grenoble 2 intervient officiellement. c’est bien ça ?

    • Sophie Roux dit :

      Merci de votre commentaire.

      A propos de l’espoir que vous formulez que le président de mon université ne me lise pas. Je ne dis rien qui mette en question des personnes, et les documents auxquels je renvoie sont publics. Je n’ai donc pas pour ma part le sentiment de commettre de faute, simplement d’exercer un droit d’analyse qui est à la portée de tout universitaire. Et, me semble-t-il, ce droit est un devoir dans la mesure où Grenoble 2 essaie de faire ce qui est dans tous les tuyaux de toutes les universités similaires.

      Là où c’est intéressant toutefois, c’est que vous n’êtes pas le premier à me faire une remarque de ce genre depuis quelques années, à propos d’un texte ou d’un autre que j’ai pu écrire et rendre public. Sur le fond, je pense cependant ne rien dire que d’autres ne disent : j’exprime des positions politiques argumentées sur les transformations actuelles de l’enseignement et de la recherche.

      Si ce n’est pas le fond, c’est donc la forme.

      J’ai en effet adopté un ton assez personnel. Outre le plaisir que cela me fait d’écrire un peu autrement que dans des articles d’universitaire sérieuse, il y a là quelque chose de maîtrisé et de volontaire. Je crois qu’il est très important actuellement que des individus montrent en acte qu’il est possible d’avoir une parole publique qui ne relève pas d’une forme ou d’une autre de langue de bois, et qui réussissent à exprimer ce qui se produit, non seulement intellectuellement, mais aussi affectivement, si je puis dire : ce que ces changements touchent comme fibres de nos humeurs et comme ressorts de nos actions.

      Bon, sur votre question. Je crois qu’un labo labelisé est simplement un labo répertorié et reconnu par le Ministère. Pour les EC qui seraient dans des labos autres que ceux de Grenoble 2, c’est un autre problème, si j’ai bien compris, ils ne sont comptés ni comme produisants ni comme non-produisants, ils n’existent pas.

      L’expérience de pensée que vous proposez (un super chercheur hors labo) ne correspond, je crois, à aucun cas réel. En fait, il faut comprendre qu’il y a un certain nombre d’EC non-produisants et qu’on veut à la fois les faire rentrer dans un labo (parce que quelques-uns au moins reprendront la recherche) et ne pas les y faire rentrer (parce que ça risque de faire baisser l’évaluation de l’AERES dudit labo). Dans l’AG que je mentionne, un EC non-produisant a mis au défi un collègue défendant le dispositif de faire en sorte qu’il soit réintégré (lui le non-produisant) dans son labo (ils se trouvent être du même labo).

      Je pense cependant que, derrière votre question, il y a un autre problème. Nous avons en droit de nous rattacher à n’importe quel labo de France et de Navarre. Par temps de LRU, il va cependant y avoir de plus en plus de pression pour que, dans la mesure où nous sommes produisants, nous ne soyons pas ailleurs que dans des labos de notre université. Nous sommes en effet essentiels dans les indicateurs de performance qui permettent de calculer la dotation de chaque université.

  2. Alexandre Hocquet dit :

    Mille excuses pour la maladresse et le manque de clarté de mon commentaire. Je voulais juste dire que votre conseil en communication « de crise » à destination des présidents est tellement bon qu’il risque d’être effectivement suivi. Je voulais continuer sur le même mode de l’humour (noir) que vous.
    Donc du coup, sur la forme, je vous suis. Aucune ambiguïté. je crois votre forme utile politiquement.

    Et pour ma question…votre dernier paragraphe met le doigt sur un problème qui risque de se poser bientôt.

    du coup qu’entendez vous par « ils n’existent pas » ? le cas ne se produit pas à grenoble 2 ou sont ils niés ?

    • Sophie Roux dit :

      Décidément, que de malentendus !
      Je n’avais pas compris que votre remarque sur la lecture du président s’appliquait à ce paragraphe, sans doute parce que j’avais eu l’occasion de parler récemment du choix formel qui était celui de mes billets.
      Pour les EC qui ne sont pas dans les labos de l’université, ils existent, et il serait logique qu’ils soient « niés », pour reprendre votre terme, i.e. qu’ils ne soient pas comptés dans les statistiques de l’université. En fait, à y réfléchir, je me demande ce qu’il en est parce que le cas inverse (les ECs qui ne sont pas de Grenoble 2 mais rattachés à Grenoble 2) s’est révélé problématique puisque, actuellement,
      1) ils sont inclus dans l’évaluation des labos faite par l’AERES,
      2) ils ne sont pas inclus dans la dotation budgétaire que l’université fait aux labos.
      Tout ceci est encore en discussion, et non stabilisé, il est possible qu’il y ait une évolution. Pour éviter tout malentendu, je ne crois plus généralement pas que l’université Grenoble 2 soit particulièrement fautive : elle se confronte aux problèmes engendrés par le train de réformes de l’esr. Des cas similaires doivent exister ailleurs, et il faudrait qu’il y ait des témoignages.

  3. Armand dit :

    Depuis l’Aeres, nombre de labos de recherches et équipes d’accueil des petites universités de provinces se sont vus dans l’obligation de fusionner. Ce qui entraîne, dans une même université, un moindre choix de labo pour l’EC (sachant, comme vous l’avez souligné, que l’on est vivement encouragé à intégrer un labo de son université). Or, une grande part des crédits recherches vient de la Région, ce qui implique des axes de recherches plus ou moins précis. De là, un paradoxe : un EC publiant, recruté sur un profil de recherches précis, se touve « obligé » de publier dans un domaine autre s’il veut que sa recherche soit financée ou, tout au moins prise en compte statistiquement. Il aura beau publier par ailleurs, peu chaut au labo. Dans quelle mesure « existe-t-il » ?
    Autrement dit, un autre écueil de cet ensemble de mesures est un mensonge quant à la prétendue liberté institutionnelle (ou liberté prétenduement institutionnelle) du chercheur universitaire. Publie ou tu n’existes pas… ou plutôt, publie sur ces axes (même s’ils ne sont pas les tiens) ou tu n’existes pas !

  4. Sophie Roux dit :

    Il me semble que vous mentionnez plusieurs phénomènes concomitants, mais distincts au moins sur le principe :

    1) la tendance au regroupement pour « faire gros », qui vaut des labos, des universités, etc., alors qu’il n’est pas établi le moins du monde que le « gros » soit le plus efficace scientifiquement (il peut produire des économies d’échelle, comme on dit, mais aussi des complications administratives).

    2) l’intrication entre des politiques de développement territorial et des politiques de recherche, qui peut conduire à accentuer des déséquilibres déjà existants sur le territoire national, mais aussi, dans une région déterminer, à favoriser tel ou tel axe dont la région imagine qu’il est « prioritaire ». Entre nous soit dit également, le problème de ce développement régional est aussi que les régions n’ont pas beaucoup d’imagination, et donc que toutes vont inciter à une recherche sur l’innovation, la maîtrise de l’énergie, les transports et la gestion du handicap, etc. etc.

    3) Le fait qu’il existe toutes sortes de moyens d’inciter un EC à travailler dans un domaine supposé « porteur », de la pression psychologique à la suppression des moyens directs ou indirects (les bourses de thèse, les post-doc, etc.).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *