Mais qu’est-ce qu’elles veulent ? (bis)

C’est toujours amusant d’observer les processus par lesquels certains problèmes latents en viennent soudain à crever l’écran.

Nous avons parlé ici de la question des femmes dans l’enseignement supérieur et la recherche.

Une des grandes conférences prononcées par Anne Fagot-Largeaut lors du colloque-anniversaire de l’Institut universitaire de France avait pour titre “Les femmes, une res­source insuf­fi­sam­ment (ou mal) exploi­tée ?”

Une tribune de Vincent Berger, président de l’université de Paris-Diderot, vient de publier une tribune intitulée “Où sont les femmes ? Pas dans les universités en tout cas.”

On attend la suite.


1 réponse

  1. Sophie Roux dit :

    Depuis que j’ai posté les deux billets sur l’évaluation des femmes dans l’enseignement supérieur et la recherche, des collègues et amis m’envoient quelques données, quand ils en voient passer : merci à eux. Données ponctuelles, partielles, incomplètes… mais quand même !

    Mathématiques 2011.
    Entrants au CNRS : 1 femme sur un poste d’interaction avec une autre discipline.
    Promotions, CNU 26, MCF en hors classe : 33% des promouvables et 19% des promus sont des femmes.
    Promotions, CNU 26, PR CE2 : 12% des promouvables et 0% des promus (soit 0 sur 4) sont des femmes.
    Promotions, CNU 25, PR CE1 : 100% des promus sont des hommes (12 sur 12).
    CRCT, section 26, 100% des CRCT pour les professeurs sont données à des hommes.

    IUF 2011.
    Comme Anne Fagot-Largeault (ex. IUF, Académie des sciences, Pr honoraire au Collège de France) l’avait fait remarquer ironiquement lors du congrès fêtant les 20 ans de la création de l’IUF en mai 2011, le jury n’a jamais élu plus de 25% de femmes chaque année ç l’IUF, malgré un affichage d’une volonté de parité.
    L’IUF ne faisait donc pas mieux que l’Assemblée nationale ! et était très en deçà du Parlement européen.
    Bien sûr les choses empiraient quand on montait dans la hiérarchie. Seule la proportion de juniors (moins de 40 ans) femmes à l’IUF (33%) était encourageante pour la parité.

    Cette année, on note une inflexion.
    Le taux de 33% de juniors femmes a rejoint le traditionnel taux de 25% des seniors. En même temps les 25% de femmes seniors régressent à 22%.
    Les reconductions à une deuxième délégation mettent les seniors dans une situation privilégiée apparentée à celle du Collège de France, d’autant qu’une disposition nouvelle autorisait à poursuivre à l’IUF comme professeur émérite, après l’âge de la retraite à l’université.
    Une seule femme senior sur 13 a été reconduite.
    Aucune femme senior issue des lettres et SHS n’a obtenu sa reconduction.
    D’ailleurs, sur 13 seniors reconduits, on trouve 11 collègues scientifiques et 2 collègues Lettres et SHS.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.