Mais qu’est-ce qu’elles veulent encore?

Certain.e.s d’entre nous se souviennent certainement d’une déclaration que Jean-François Dhainaut, président de l’AERES, avait faite le 8 janvier 2009. D’après le compte-rendu qu’en avait donné SLU, la question de la parité hommes-femmes dans les commissions d’experts (équilibre en régression par rapport aux commissions du Comité National par exemple) avait été soulevée lors d’une réunion. Après avoir pris acte de la faible quantité d’expertes par rapport au nombre d’experts et promis de veiller à augmenter la présence féminine, Jean-François Dhainaut avait avancé des éléments d’explications pour expliquer cette disparité : d’une part, le pouvoir est une affaire masculine ; d’autre part, « les femmes en plus de leur métier doivent s’occuper de la maison, des enfants. Elles n’ont donc pas de temps à consacrer à l’Aeres ». Cette déclaration avait suscité un certain nombre de réactions, que je ne reprendrai pas ici, et Jean-François Dhainaut avait conséquemment communiqué un droit de réponse, dans lequel il soulignait que la proportion des femmes intervenant à l’AERES était plus importante que la proportion de femmes professeurs des universités.
Cet épisode fut un de ces moments où j’avais pensé que — moi qui entends ne pas tout mélanger et qui croyais avoir construit en grande partie mon identité intellectuelle sur une distinction entre mes engagements scientifiques et mes convictions politiques —, il était peut-être temps que je réinvestisse ouvertement ma science de politique. Il ne s’agira cependant pas ici de proposer quelque philosophie féministe de l’évaluation, mais de
1. rassembler quelques documents touchant à la manière dont les femmes françaises qui font de la recherche sont évaluées pendant leur carrière,
2. expliciter brièvement ce que je retiens de ces documents,
3. répondre à la question : que faire ?
Ce n’est pas très ambitieux, mais il me semble qu’il vaut mieux livrer ces quelques notes que de repousser encore, comme je le fais depuis plusieurs mois, l’écriture d’un billet plus élaboré.

1. Voici tout d’abord les documents qui ont atterri ces derniers temps sur mon ordinateur. Merci à tou(te)s mes correspondant.e.s d’ici et d’ailleurs ! Les documents complémentaires sont évidemment bienvenus.

— les données rassemblées par le CNU en 2010, concernant la répartition des EC selon les sections, et en distinguant femmes/hommes, Paris/province, où chacun comprendra rapidement quelle est la situation dans sa discipline.

— le “livret de la parité” établi par le CNRS pour l’année 2008-2009, devant lequel je dois reconnaître avoir un peu flanché étant donné qu’il s’agit de livrer quantité de données brutes, sans aucune espèce d’analyse.

— les actes d’une journée Les femmes à l’université: Rapports de pouvoir et discrimination, organisées par les associations EFiGiES et ANEF, qui peuvent être téléchargés ici. Étant donné le sujet de ce billet, je recommande en particulier les synthèses de Catherine Marry sur une section du CNRS en sciences de la vie, et d’Isabelle Backouche, Olivier Godechot et Delphine Naudier sur la situation des femmes à l’EHESS. Le rapport complet de Catherine Marry se trouve à la fin de ces actes (et je le recommande encore plus que la synthèse qu’elle a présentée lors de la journée), l’article développé d’Isabelle Backouche, Olivier Godechot et Delphine Naudier est ici.

— Enfin, le powerpoint correspondant à l’intervention de Barbara Schapira, une collègue mathématicienne, lors des journées d’accueil des nouveaux maîtres de conférences en mathématiques en janvier 2011.

2. Il me semble que ces documents établissent sans trop de discussion possible les deux points suivants :
a) le plafond de verre (ou le ciel de plomb, comme propose de dire Catherine Marry) existe dans les professions de l’enseignement supérieur et de la recherche,
b) contrairement à l’idée un peu optimiste qu’on avait pu se faire — disons pendant un peu plus que les trente glorieuses —, ce ciel de plomb ne s’est pas élevé continûment, mais, depuis une dizaine d’années s’est au mieux stabilisé, voire a baissé.

Les documents en question montrent que plusieurs facteurs peuvent se joindre pour expliquer a) :

i) la prise en charge par les femmes de bien des aspects de la vie familiale, en particulier lorsqu’il s’agit de famille avec des enfants,

ii) l’auto-censure des femmes, qui attendent d’avoir des dossiers à tous égards incontestables pour candidater ici ou là,

iii) le côté très “clubisch” du fonctionnement de la recherche et de l’université, en désignant par là un ensemble de phénomènes analogues à ceux qu’on trouvait dans les clubs anglais du siècle dernier, et peut-être encore dans certains clubs aujourd’hui : les effets de réseaux sociaux (or les femmes n’ont pas le temps pour cela, voir i)), l’intronisation par les mandarins de leurs fils spirituels (allez savoir pourquoi il y a rarement des filles spirituelles…), et de manière plus générale, évidemment, l’accaparement des positions de pouvoir par les hommes (demandez-vous seulement un instant combien il y a de femmes dans votre discipline dans les comités de rédaction de revues, comités de sélection, sections de CNU, CA d’université, etc., etc. et quelles sont leurs fonctions).

Bien entendu, tout ceci est “statistique” ou “en moyenne”. Le rapport de Catherine Marry montre ainsi, en faisant place à des récits d’itinéraires et en présentant des éléments de comparaisons entre itinéraires féminins et itinéraires masculins qu’il y a des exceptions qui confirment la règle. Mais celles-ci mêmes sont instructives : les femmes qui font exception se trouvaient par ailleurs cumuler toutes sortes d’avantages : être bien nées (i.e. dans un milieu adéquat), sortir d’une grande école et plus généralement cumuler les signes de l’excellence universitaire, avoir un conjoint “compréhensif” ou “participant aux tâches ménagères”, comme le disent pudiquement les magazines féminins, sans même entrevoir les présupposés qu’il y a derrière de telles expressions. Pour que la comparaison ne soit pas faussée, il faudrait comparer les itinéraires de ces femmes avec les itinéraires de leurs analogues sociaux masculins, autrement dit de ceux qui ont bénéficié des mêmes avantages — avoir une conjointe “compréhensive” ou “participant aux tâches ménagères” par exemple ;-).

La situation des femmes de l’enseignement supérieur et de la recherche n’est donc pas, toutes choses égales par ailleurs, significativement différente de ce qu’elle est dans le reste de la société. (Je précise “toutes choses égales par ailleurs”, parce que les revenus de ces femmes leur permettent évidemment de se décharger d’un certain nombre de tâches, et qu’on rencontre peut-être en moyenne un peu plus de “compréhension” dans les milieux intellectuels que dans d’autres milieux.)

On peut donc penser par induction que, en laissant de côté certains facteurs plus spécifiques d’évolution qui sont présentés, dans le cas de l’EHESS, par Isabelle Backouche, Olivier Godechot et Delphine Naudier, les facteurs généraux qui expliquent b) ne sont pas significativement pas différents de ceux qui expliquent des situations similaires dans d’autres secteurs sociaux et politiques depuis quelques années. Je pense en particulier à :

i) le fait que les catégories moins favorisées (ici les femmes) servent de variable d’ajustement dans les situations difficiles, ce qui est incontestablement le cas du marché de l’emploi universitaire aujourd’hui (de même, dans l’économie française d’aujourd’hui, le pourcentage de femmes qui occupent des emplois précaires ou font des temps partiels est significativement plus élevé que celles des hommes).

ii) le fait que certaines luttes sociales aient permis d’obtenir certaines choses fait passer ces dernières pour des “acquis”, qu’on n’aurait précisément pas besoin de défendre encore aujourd’hui (et les exemples sont trop nombreux malheureusement ici pour que je les donne).

Je pronostique d’ailleurs que cela ne va pas aller s’améliorant avec les -ex, voir le commentaire que je faisais à un des derniers billets de Sylvain.

3. Pour ceux qui m’ont suivie jusque-là, il est évidemment temps de se demander que faire.

Je commencerais d’abord par faire état de ce qu’il ne faut pas faire. Ce qu’il ne faut pas faire, ce sont des choses comme ces vidéos officielles, que j’avais trouvées abjectes, concernant les prix Irène Joliot-Curie. (Je les aurais bien mises en lien, mais j’avais regardé celles de 2007, je n’arrive pas à les faire démarrer aujourd’hui sur le site du ministère, et je n’ai pas envoie de vérifier ce que je crains, qui est que les vidéos plus récentes soient exactement sur le même modèle.) Qu’on fasse des prix pour les femmes de science, pourquoi pas, même si c’est un peu comme vouloir régler le problème de la démocratisation de l’enseignement supérieur en envoyant trois pékins de ZEP à l’IEP. Le fait abject est que ces vidéos nous montrent des femmes qui assurément, parlent de leur métier, mais qui, bien sûr aussi, font la cuisine, s’occupent de leurs enfants, et quand il n’y en a pas, font pousser des plantes. Savante ou pas, lafâme reste lafâme. Imagine-t-on seulement un reportage sur un Monsieur qui aurait un prix et qu’on montrerait allant chercher ses enfants à l’école ou faisant la vaisselle ?

Heureusement, il y a des choses bien moins voyantes, mais bien plus efficaces, et que nous pouvons tous et toutes faire. Je les reprends en partie à la présentation de Barbara Schapira. Par exemple, pour ceux d’entre nous qui sont des femmes, ne jamais hésiter à candidater ici ou là, savoir parfois se faire violence pour, je ne dirais même pas se mettre en avant, mais du moins ne pas se mettre en arrière. Mais aussi, pour tous, nous demander quand nous sommes en train de prendre une décision (organiser un colloque, choisir un comité de sélection, promouvoir un collègue, sélectionner un candidat, constituer un comité scientifique, attribuer une bourse doctorale), nous demander s’il n’y aurait pas moyen de faire au moins la même chose — voire mieux — avec des femmes. Enfin encore, et c’est ce que j’ai ici essayé de faire, rappeler que la question existe, et qu’elle est loin d’être réglée aujourd’hui.

P.S. (30 mai 2011). J’ajoute, à titre documentaire, les actes d’un colloque franco-allemand sur la sociologie du genre. On y trouve en particulier une étude du passage “maître de conférences” à “professeur” dans trois disciplines, la gestion, la biologie et l’histoire. C’est ici.


27 réponses

  1. Emmanuelle Picard dit :

    Entendu ce matin à la radio (je n’arrive plus à me souvenir de l’enquête dont il s’agissait): les hommes ont des enfants en d’autant plus grand nombre qu’ils occupent des fonctions élevées dans leur sphère professionnelle; les femmes, c’est tout l’inverse. L’amusant, dans la présentation de ce matin, est qu’elle laissait penser qu’il suffisait pour un homme d’avoir un grand nombre d’enfants pour accéder à des fonctions de responsabilité…
    Par ailleurs, et pour en revenir au monde académique, je suis particulièrement frappée par les différences entre discipline. Les langues très féminisées (plus de 50% des EC sont des femmes), contre 25% en philo et 37% en histoire moderne et contemporaine; en sciences dites dures, on retrouve des écarts équivalents: les femmes sont rares en maths, et presque à parité en biologie. Cela n’est pas sans rapport avec ce que Bourdieu appelait les disciplines canoniques et les disciplines dominées…

  2. Sophie Roux dit :

    Sur la différence entre disciplines : ayant lu Bourdieu, venant de la philo et avec pas mal d’amis matheux, j’ai été frappée par la même chose que toi.
    Ensuite, si l’on veut aller plus loin, les chiffres du CNU montrent deux choses sur ces deux disciplines :
    — en philo, il n’y a en général pas un très gros écart Paris/province, femmes/hommes (ce qui vient à mon avis du fait que la discipline étant très compétitive à tous les niveaux, les filles qui décrochent un poste de MCF ont le cœur vraiment bien accroché). Le seul écart notable est celui entre les MCF femmes en province/Pr. femmes en province, ce qui me fait immanquablement (mais sans aucun fondement) penser à des notables accrochés à leur pouvoir ! Donc le ciel de plomb philosophique est exclusivement en province.
    — en maths, il y a un vrai décrochage entre MCF et Pr., donc bien ce ciel de plomb généralisé. Toutefois, les matheux sont bien plus conscients du problème que les philosophes (en tout cas bien plus conscients publiquement). Il existe depuis des années une association “Femmes et mathématiques”, il y a une liste de diffusion sur la parité en mathématiques, la présentation de Barbara Schapira, etc. etc. Il me semble donc qu’ils se sont donnés les moyens de faire ce qui pouvait être fait pour un peu changer les choses.

  3. Quelques commentaires

    1) Les stats CNU different d’une discipline a l’autre, certes, mais de mémoire, le decrochage entre le pourcentage de MCF et le pourcentage de PR peut etre important dans des disciplines comme la biologie egalement, ou il y a plus de MCF femmes que d’hommes.

    2) Certes, en maths, c’est une des pires situations. Et si à la base, nous essayons de faire changer les choses (par exemple en organisant une journée sur la parité, où nous parlerons beaucoup d’évaluation, avis aux amatrices, le 6 juin 2011 prochain http://postes.smai.emath.fr/parite/journee_parite.php ), dans les faits, la situation stagne en section 26 (maths appliquées : progression infinitésimale des femmes depuis 20 ans), elle REGRESSE en section 25 (mathématiques) où la proportion de femmes diminue continument depuis 20 ans au moins.

    (Je crois qu’historiquement, la création de l’association Femmes & maths et le début de la régression datent de la suppression des ENS féminines).

    3) Pour les femmes de TOUTES sections, sachez en ce jour censé être un jour de progrès pour nos droits, et pour l’égalité, que leDROIT à décharge de service en cas de CONGE MATERNITE est en voie de régression, à cause d’un projet de circulaire de la DGRH du ministère, dont j’ai eu connaissance par voie syndicale.
    Je copie ci-dessous un argumentaire que je viens de rédiger contre ce projet. N’hésitez pas à le diffuser, et à alerter vos syndicats respectifs.

    ————————————————————————-
    Congés maternité des enseignantes-chercheuses

    N’est détaillée ici que la situation d’un congé maternité pour un enfant unique, premier ou deuxième enfant (16 semaines de congé).
    Pour des jumeaux ( ?? semaines) ou un troisième enfant (26 semaines) il convient de faire un prorata.

    I) Etat des lieux actuel

    Le seul texte réglementaire est la circulaire Duwoye 2001.
    Il n’est pas suivi dans tous les établissements.

    Voici les différentes situations qui se produisent.

    1) Dans certains établissements, en particulier les petits (IUT, Insa, …) , aux moyens financiers et de remplacement réduits, la circulaire n’est pas suivie, la décharge est décidée unilatéralement par la DRH de l’université. Les situations sont variables, peu favorables, et certaines femmes effectuent encore la quasi-totalité de leur service à leur retour.
    Elles auraient besoin d’un texte fiable, imparable.

    2) La circulaire Duwoye prévoit, pour un congé maternité de 16 semaines entièrement dans l’année universitaire, une décharge de 96h (½ service). Elle prévoit également un prorata pour un congé qui chevauche l’été.

    Les établissements qui l’appliquent octroient souvent une décharge de 96h pour les congés entre le 1 septembre et le 30 juin, parfois entre le 1 octobre et le 30 juin.

    Certains établissements déduisent les petites vacances scolaires du congé maternité (soit 6h de moins par semaine) ce qui conduit à des décharges qui n’atteignent jamais 96h (il n’est pas possible de trouver 16 semaines consécutives qui ne chevauchent pas des petites vacances scolaires).

    Commentaire : pour une femme qui a son congé maternité de septembre à juin, sa décharge est le plus souvent de 96 heures équivalent TD (pour un service standard de 192h), ce qui est tout à fait adapté.

    3) Situation des congés maternité à cheval sur juillet aout.
    Les universités qui appliquent la circulaire Duwoye ne donnent pas de décharge pour les 8 semaines qui chevauchent l’été. Ce qui revient à donner 48h de décharge, pour les 8h restantes.
    Or l’été est le moment d’une part où nous faisons de la recherche intensément et d’autre part où nous prenons nos congés annuels estivaux (la plupart des laboratoires et universités sont fermées 4 semaines entre fin juillet et fin aout).
    Les femmes concernées sont donc privées de congés annuels et de temps de recherche.

    Commentaire : Pour ces femmes là, le congé maternité est pris sur les vacances (ce qui est contraire au droit européen) et sur le temps de recherche, ce qui est absurde puisque notre charge d’enseignement est annualisée.

    4) Les universités de Lyon I et Strasbourg ont adopté un texte en CA fixant la décharge pour congé maternité forfaitairement à 6h par semaine de congé, soit 96h pour un congé pour un premier ou deuxième enfant, 154H pour un troisième enfant, 12h pour un congé paternité, indépendemment de la date du congé maternité.

    Commentaire : leurs décisions sont exemplaires, et doivent être suivies partout.
    Voir en pièce jointe l’argumentaire développé par la mission parité de l’université Lyon I (2007), ainsi que les décisions des CA de Lyon I (2007) et Strasbourg (2009 ou 2010).

    II) Le projet de circulaire sur les congés, et ses conséquences sur le congé maternité.

    1) Ce que prévoit le texte
    La décharge pour congé maternité sera calculée suivant l’un des deux modes de calcul suivants, et plus précisément le plus favorable des deux.

    a) le mode de calcul proportionnel.
    On divise la charge d’enseignement par le nombre de semaines de l’année universitaire, qui est décidée par chaque université. On obtient x heures d’enseignement par semaine pendant l’année université.
    → Le congé maternité qui est dans l’année universitaire donne droit à x*16 heures de décharge.
    → Le congé maternité qui est hors année universitaire ne donne droit à rien.

    Commentaires :
    * Si l’université décide que l’année universitaire va du 1er septembre au 30 juin, soit 44 semaines, la charge d’enseignement est de 192/44=4,36 heures éq. TD.
    → une femme qui a son congé entre septembre et juin aura donc 70 heures de décharge, ce qui est MOINS BIEN qu’avec la circulaire Duwoye (96 heures).
    → Une femme qui a son congé qui englobe juillet-aout aura donc 35 heures de décharge, soit MOINS BIEN qu’avec la circulaire Duwoye (48heures)
    → Si l’université décide d’une année universitaire plus courte, cela accentuera les inégalités entre femmes suivant leur date d’accouchement (non choisie!)
    → Le projet de circulaire sous-entend que nous avons droit à 5 semaines de congé annuel par an. Compte-tenu de l’annualisation de notre charge d’enseignement, le seul mode proportionnel valable est le suivant : nos 192 heures équivalent TD sont à répartir sur 47 semaines (52 semaines -5 semaines de congés annuels).
    Un congé maternité de 16 semaines donne donc lieu à 65 heures équivalent TD de décharge.
    Ce mode de calcul AMELIORE la situation des congés maternité à cheval sur juillet-aout (65 h au lieu de 48h), et supprime l’inégalité entre collègues suivant la date d’accouchement mais EMPIRE la situation des congés maternité entre septembre et juin (65h au lieu de 48h), compte tenu de la circulaire Duwoye.

    b) Le mode de calcul avec le tableau de service.
    Les collègues doivent prévoir un service d’enseignement dans un tableau de service. Le service prévu pendant le congé est réputé fait.
    Rappelons que le tableau de service, avant de servir au calcul des congés, sert à planifier les enseignements d’une composante.
    Ce mode de calcul est adapté en cas de congé maladie imprévu, mais totalement inadapté pour un congé maternité. En effet, un congé maternité est prévu… 9 mois à l’avance ! Une femme qui débute une grossesse début janvier , et prend son congé de mi-septembre à mi-décembre sait déjà qu’elle n’enseignera pas au premier semestre. S’offrent à elle plusieurs possibilités.
    → Elle est honnête et prévoit 0h d’enseignement pendant son service (ou bien son chef de département lui impose de prévoir 0h dans cette période, vu qu’il faut que les enseignements soient assurés).
    Elle a donc 0h de décharge et doit faire un service complet au 2ème semestre. C’est manifestement totalement injuste.
    → Elle joue avec le système et prévoit de mettre tout son service d’enseignement au premier semestre. Il est réputé fait, et elle a 192h de décharge et 0h à faire au 2ème semestre.
    C’est bien pour elle, mais manifestement absurde.
    → Entre ces deux extrêmes, elle est bien embêtée !
    → Si elle accouche l’été, avec un congé de juin à septembre, dans beaucoup de composantes, l’essentiel des cours ayant lieu d’octobre à mai (avec des réunions et jurys en septembre et juin) elle aura 0h de prévu dans la période de congé, et donc 0h de décharge, ce qui EMPIRE la situation par rapport à la circulaire Duwoye.

    c) Mode de calcul le plus favorable :
    Examinons les différentes situations, en prenant en compte le mode le plus favorable entre calcul proportionnel et calcul avec tableau de service.

    * Si une femme a un congé maternité pendant la période d’enseignement (octobre à juin), elle peut jouer avec la règle, et mettre tout son service pendant son congé, et avoir une décharge de 100% de son service, grâce au calcul avec tableau de service, c’est absurde et peu crédible !

    * Si une femme a un congé maternité pendant la période d’enseignement (octobre à juin), dans la plupart des établissements, on lui demandera de prévoir ce qui est conforme à la réalité, à savoir 0h d’enseignement pendant son congé sur le tableau de service, de sorte que le calcul proportionnel s’appliquera.
    Le résultat dépendra de la durée de l’année universitaire fixée par l’université, mais dans la plupart des cas, sa situation va EMPIRER.
    Pour une durée d’année universitaire longue (44 à 52 semaines), le calcul proportionnel donnera moins de 70 heures de décharge, contre 96 heures aujourd’hui.
    Pour une durée d’année universitaire courte (32 semaines d’octobre à avril), le calcul proportionnel donnera une décharge identique de 96heures mais uniquement pour un congé entre octobre et avril. La plupart des femmes auront une décharge moindre, dès que leur congé ne sera pas inclus dans la période de 32 semaines d’année universitaire. Autrement dit dans beaucoup de cas, la situation des femmes va EMPIRER.

    * Si une femme a un congé maternité de juin à septembre, le calcul avec tableau de service ne lui permet pas d’obtenir de décharge significative, car il y a surtout des jurys et examens entre juin et septembre, mais très peu d’enseignements. Le calcul proportionnel avec une année universitaire d’octobre à mai lui donnera lui aussi une décharge nulle.
    C’est manifestement totalement injuste.
    Le calcul proportionnel avec une année universitaire de septembre à juin lui donnera une décharge de 35heures, ce qui EMPIRE la situation par rapport à la circulaire Duwoye (la plupart des universités comptent alors 48 heures de décharge).
    Seules les universités ayant une année universitaire complète accorderont une décharge de 65 heures.

    2) Argumentaire pour la solution choisie par Lyon I et Strasbourg
    Nous renvoyons à l’argumentaire très complet de Lyon I, et rappelons brièvement quelques faits.
    → Les femmes ont besoin d’un texte clair et sans interprétations variables possibles pour défendre leurs droits.
    → Il est totalement injuste de discriminer les femmes suivant leur date d’accouchement.
    → Notre service d’enseignement est annualisé, la décharge n’a donc aucune raison de dépendre de la date du congé.
    → Le congé maternité ne peut pas coïncider avec les congés annuels, la décharge n’a donc aucune raison de dépendre de la date du congé maternité.
    → Nos statuts nous garantissent un service d’enseignement nous donnant droit à une activité de recherche significative. Une femme ayant 0h de décharge pour un congé maternité entre juin et septembre et devant effectuer 192 heures à son retour, alors que les mois de juin à septembre sont traditionnellement dédiés à la recherche voit son droit à la recherche bafoué.
    → Dans toutes les sections CNU, la proportion de femmes chute brutalement entre le corps des MCF et celui des PR. Les difficultés liées aux maternités en sont l’une des causes principales. Si le ministère veut oeuvrer pour la parité, il faut prendre en compte ce problème.
    → Nos carrières n’avancent que grâce à nos travaux de recherche. La décharge d’enseignement doit prendre en compte la difficulté de s’interrompre au milieu d’un projet très pointu puis de reprendre, la difficulté de poursuivre ses travaux, expériences, déplacements professionnels avec la fatigue d’une grossesse, la fatigue due aux grossesses, les rendez-vous médicaux pris sur le temps de travail, qui n’ont aucune raison d’être pris uniquement sur le temps de recherche, etc.

    2) Solutions à adopter.

    La règle minimale à adopter est la suivante : notre service est annualisé. Nous avons 192H équivalent TD à effectuer. Ces heures sont effectuées sur une année de 52 semaines. Nous avons au minimum 5 semaines de congés annuels, presque 6 si on compte les jours fériés.
    La décharge doit donc être au minimum de 16/47 eme de service, soit 65 heures de decharge.

    Les collègues chercheuses au CNRS ont plutôt 7 à 8 semaines de congés annuels (voir

    Une règle plus avantageuse, indépendante également de la date du congé maternité, est d’accorder une décharge forfaitaire de 96 heures pour 16 semaines de congé maternité, 12heures pour un congé paternité (6 heures par semaine pour un congé plus long).

    En ces temps de journée de la femme, c’est ce qu’il faut défendre

    Ce mode de calcul permet de ne pas dégrader la situation par rapport à la circulaire Duwoye, de prendre en compte un peu mieux le retard de carrière des femmes dû à la fatigue des grossesses, au temps perdu du fait des multiples rdv médicaux (qui sont pris sur le temps de travail pour la plupart des salariées), au temps perdu du fait de la difficulté d’arrêter la recherche pour 4 mois et de reprendre plus tard, la fatigue des nuits blanches pendant des mois ensuite, éventuellement la fatigue due à l’allaitement, etc.

    III) Autres remarques sur le projet de texte

    1) Congés mentionnés page 3 titre II :
    Ne pas oublier le congé paternité et le congé parental à temps partiel.

    2) CRCT
    On peut maintenant demander un CRCT pour retour de congé maternité.
    Mais le CRCT est limité à 1 congé par période de 6 ans. Une femme qui a déjà bénéficié d’un CRCT pour raisons professionnelles ne peut pas en bénéficier pour raisons de maternité. Inversement, une femme qui en bénéficie pour raisons de maternité ne peut pas en bénéficier pendant 6 ans pour raisons professionnelles (par exemple si elle monte de toutes pièces un master professionnel, etc)
    Cette nouveauté est positive si le congé est rebaptisé congé pour retour de maternité par exemple, et peut être obtenu EN PLUS des CRCT classiques auxquels ont droit les collègues.

    3) Droit au report des congés annuels en cas de chevauchement des congés annuels et congés maternité.
    Le projet de circulaire est très ambigü.
    Les mois d’été ne donnent pas droit à décharge d’enseignement, ce qui suppose que ce sont des périodes de congé annuel. Mais quand on aborde la question du report des congés, le projet de circulaire explique bien que l’été ne peut pas être considéré comme des congés annuels.

    Il est raisonnable de considérer que les congés annuels sont les périodes de fermeture annuelle des locaux (souvent aout, noël, Pâques), et que si le congé maternité chevauche ces périodes, une jeune maman ne doit pas être discriminée par rapport à ses collègues et doit pouvoir reporter ses congés annuels après le congé, comme partout ailleurs que dans l’Education (privé ou public).

    4) Droit de récupérer ses cours de retour de congé.
    Lors d’un congé maternité, une femme doit souvent se faire remplacer pour les cours qu’elle assure. L’année suivante, elle ne les récupère pas toujours, et doit préparer des cours nouveaux, sans avoir « rentabilisé » le temps de préparation des cours abandonnés.
    En début de carrière, quand les femmes font leurs enfants, ceci conduit les jeunes mamans à préparer énormément de cours nouveaux chaque année pendant longtemps, ce qui nuit à leur carrière de recherche.

    Les femmes de retour de congé maternité devraient être prioritaires l’année suivante pour récupérer leurs enseignements, si elles ne les ont assurés qu’un ou deux ans seulement.

    • Nadia Nalaya dit :

      Bonjour.

      Merci pour ce texte et les informations qu’il donne. Je reviens de congé maternité et je ne savais pas que je pouvais demander une CRCT de 6 mois. Auriez vous la référence du texte le précisant ?

      Bien cordialement.

  4. Eliane Daphy dit :

    Rectification et droit de réponse. C’est moi qui avait posé la question sur l’absence des femmes à Jean-François Dhainaut, président de l’AERES, le 8 janvier 2009. Le compte-rendu de sa réponse était inexact, et rapportait des propos que Dhainaut n’avait pas tenus. Je confirme ce que Dainault a dit dans son droit de réponse, à savoir qu’il n’a pas dit : « les femmes en plus de leur métier doivent s’occuper de la maison, des enfants. Elles n’ont donc pas de temps à consacrer à l’Aeres ».
    Précision : je suis pas une pro-Aeres, je suis féministe militante, je combats sans arrêt au sein de mon syndicat (SNCS) pour plus de parité dans les organismes de recherche, mais de mon point de vue, baser un débat sur des informations inexactes est une manière de combattre indigne.

    • Sophie Roux dit :

      Merci de cette précision non-négligeable.
      Cela dit, ça ne change rien à la suite et au fond de mon billet, puisque cet épisode était seulement une introduction à ce qui suit, et que l’esprit de cette introduction était de montrer l’effet que m’avait fait la lecture du compte-rendu de cette réunion, non de me prononcer sur ce que Jean-François Dhainaut avait dit ou n’avait pas dit (puisque je n’y étais pas). J’ajoute que c’est un peu intentionnellement que j’ai mentionné le “droit de réponse”, car je suis toujours intriguée par les situations où l’on a deux versions opposées de ce qui s’est dit dans une réunion.

      • Eliane Daphy dit :

        Tout à fait d’accord. Cela ne change rien au fond de votre billet, et encore moins au combat que nous devons mener. Mais je tenais à rectifier, même si c’est très tardivement, cette attaque non-fondée. Ayant posée la question, j’avais été très attentive à la réponse. D’autant que ma question avait surpris Dhainaut, qui en me donnant la parole (deuxième après Alain Trautman) s’attendait à ce que je pose une question sur l’absence des IT, ou les archives ouvertes.
        Mes camarades et amies présentes à cette rencontre pourraient confirmer mon témoignage.

  5. Eliane Daphy dit :

    Je signale que la discrimination est particulièrement forte au Cnrs concernant les promotions des personnels ITA, en particulier au grade d’ingénieur de recherche. Double discrimination. Le bilan des promotions IT CNRS de 2010 démontrait clairement que pour obtenir une promotion en ingénieure de recherche, mieux valait 1) être un homme et 2) être jeune. «Vielle nana, pas bon pour les promos?», c’est ce que j’ai fait remarquer lors d’une rencontre OS/DRH (organisations syndicales/Direction des ressources humaines du Cnrs) – délégation comme membre du SNCS-FSU (Syndicat national des chercheurs scientifiques). La DRH en a bien volontiers convenu. Que faire ? Imposer des quotas ? Continuer à supporter les excuses piteuses de nos organismes et de nos collègues responsables de cette situation honteuse ?
    Eliane Daphy

    • Sophie Roux dit :

      Le billet ne parle effectivement pas des ITA : ce n’est pas que j’ignore leur existence, c’est que je n’avais pas de données — si vous en avez, merci de donner les références.
      Sur le côté vieux/jeunes, le rapport de Catherine Marry montre qu’une tendance qui nuit aux promotions des femmes de la section du CNRS examinée est la tendance à valoriser les “jeunes météores”, autrement les dossiers de candidats “brillants” et “rapides”. En effet, c’est parfois un peu difficile d’être brillante et rapide (autrement dit d’enchaîner les publications) dans les périodes de maternité.

  6. Eliane Daphy dit :

    Non pas ITA, mais IT (les “A” ont disparu depuis longtemps). On trouve des informations dans les “bilans sociaux” du CNRS. Les données récentes brutes sont en cours de traitement par le SNCS. Je ferai suivre dès que les résultats seront prêts. Sans doute pas très rapidement, car nous sommes peu nombreux (oui, aussi des camarades hommes) à travailler ce dossier, et le boulot ne manque pas en cette période !

  7. Didier Torny dit :

    Merci pour ce long billet qui m’amène à poser deux questions sur l’évaluation cognitive et politique du “problème masculin”.

    1/ Faut-il traiter de manière analytique le sexe comme une variable primordiale, parmi d’autres ou secondaire ?

    a/ les documents CNRS et certains travaux cités le traitent comme une variable primordiale qui est la visée de l’opération de connaissance, à travers par exemple les indices de parité ou les taux de passage sexués.

    b/ la travail de Bakouche et al, même s’il est centré sur les femmes, intègre des propriétés diverses (lieu de thèse, agrégation, production scientifique, thèses dirigés) et montre que certaines agissent “plus” (dans un modèle) que le sexe, pour certains groupes.

    c/ D’autres travaux vont plutôt insister sur l’origine sociale, scolaire… (combien de non normalien-nes sont admis au concours CR CNRS dans certaines sections ? combien de non-agrégés ?) et faire du sexe une variable secondaire.

    2/ Quels sont les objectifs politiques in fine ?

    a/ instaurer des formes légales ou pararéglementaires de parité ou de rapport entre sex ratio des candidats et des lauréats ?

    b/ Modifier les éléments pris en compte dans les candidateures pour limiter/annuler “l’avantage masculin” (Marry) ? Supprimer les critères “discriminants” ?

    c/ Faire en sorte que des femmes ayant exactement les même propriétés et dispositions que leurs collègues masculins (ce n’est pas n’importe quel homme qui devient DR1 ou DREx au CNRS ou directeur d’un gros labo) aient une carrière équivalente et reproduisent donc les critères d’admission ?

    • Sophie Roux dit :

      Merci des questions que vous posez, qui complètent utilement les documents que j’avais rassemblés.

      1) Les documents en question portent sur des disciplines diverses, et ont des objectifs intellectuels divers. Il me semble cependant qu’ils convergent pour montrer que le sexe est une variable significative, en ce sens que, ceteris paribus et statistiquement, on constate des écarts significatifs entre la carrière des hommes et la carrière des femmes.

      Affirmer cela, ce n’est cependant pas exclure que :
      — il y ait d’autres variables. Par exemple, l’origine sociale (que vous mentionnez) et la couleur de peau (moi qui ne suis pas sociologue, mon intérêt pour ces questions vient souvent de constats bien naïfs, et en l’occurrence je me suis souvent dit que ma discipline, la philosophie, était une discipline de petits blancs ;-)).
      — il y ait des variables plus significatives. Par exemple, vous mentionnez les concours, qui tiennent comme chacun sait une place excessivement lourde dans le système français. Je remarque cependant qu’il y a à cet égard une différence significative entre “être normalien.ne.”, “être agrégé.e.” d’une part, et “être une femme” d’autre part : les premières propriétés sont au nombre des critères d’excellence reconnus (que ce soit légitime ou non est une autre question) ; il n’a jamais été dit explicitement que c’était un critère de plus grande excellence d’être un homme que d’être une femme !

      Affirmer que le sexe est une variable significative, c’est donc simplement affirmer que cette variable se conjoint à d’autres variables. Je trouve en ce sens que je réponds à vos questions dans le paragraphe où j’écris :
      “Le rapport de Catherine Marry montre ainsi, en faisant place à des récits d’itinéraires et en présentant des éléments de comparaisons entre itinéraires féminins et itinéraires masculins qu’il y a des exceptions qui confirment la règle. Mais celles-ci mêmes sont instructives : les femmes qui font exception se trouvaient par ailleurs cumuler toutes sortes d’avantages : être bien nées (i.e. dans un milieu adéquat), sortir d’une grande école et plus généralement cumuler les signes de l’excellence universitaire, avoir un conjoint « compréhensif » ou « participant aux tâches ménagères », comme le disent pudiquement les magazines féminins, sans même entrevoir les présupposés qu’il y a derrière de telles expressions. Pour que la comparaison ne soit pas faussée, il faudrait comparer les itinéraires de ces femmes avec les itinéraires de leurs analogues sociaux masculins, autrement dit de ceux qui ont bénéficié des mêmes avantages — avoir une conjointe « compréhensive » ou « participant aux tâches ménagères » par exemple 😉 .”

      Explicitons : une fille d’universitaire (d’avocat, de médecin), normalienne, agrégée, docteur, mariée avec un haut fonctionnaire (normalien comme il se doit) s’en sortira en moyenne tout aussi bien, et peut-être mieux, qu’un fils d’employé, pas normalien, pas agrégé, juste docteur — mais quoi de la fille, pas normalienne, pas agrégée, juste docteur ?
      Je me demande aussi — mais cela, c’est à vous de me le dire, moi je ne suis pas sociologue — s’il n’y a pas un effet au sommet qui devrait avoir reçu un nom, i.e. qu’il y a moins de différence entre une fille d’universitaire (d’avocat, de médecin), normalienne, agrégée, docteur, et un fils d’universitaire (d’avocat, de médecin), normalien, agrégé, docteur qu’entre un fils d’employé, pas normalien, pas agrégé, juste docteur et une fille, pas normalienne, pas agrégée, juste docteur. (J’écris “au sommet”, mais on peut imaginer la même chose en bas de la pyramide, l’idée est en tout cas qu’aux extrêmes, les différenciations se tassent.)

      2) Si nous sommes d’accord jusque-là, je pense qu’on peut en effet poser la question politique — une question de justice sociale, pas de science, car, jusqu’à preuve du contraire, je ne fais pas partie de ceux qui pensent que la science produite par des femmes différerait fondamentalement et essentiellement de la science produite par des hommes …

      Toutes les solutions que vous évoquez posent des problèmes évidents :

      ad a) : si, en mathématiques, on se met du jour au lendemain à dire qu’on veut 33,33% de femmes profs (alors qu’il y en a 6,5% aujourd’hui), on s’expose au risque de recruter des moins bonnes (d’autant qu’on n’a même pas les 33,33% de MCF en maths), ce qui va revient à faire primer la justice sociale sur les normes spécifiquement académiques. Pourquoi pas ? Mais à ce moment-là, on s’engage dans une politique de la diversité, et
      — il faut se demander très vite jusqu’où on veut aller,
      — il ne faut pas seulement diversifier par du côte des femmes (voir 1). 

      ad b) : un peu le même genre de remarques. Selon les normes spécifiquement académiques, c’est bien d’être un météore à la Marry, ça ne va donc pas de soi académiquement de dire qu’on va se mettre à pénaliser les météores.

      c) : OK mais ça va prendre du temps.

      Ce sont les raisons pour lesquelles, pour ma part, je trouve tout à fait positives et importantes les “petites” suggestions que je faisais à la fin. Ce sont des actions positives qui sont à la portée de tous, qui ne mangent pas de pain et qui, pourtant, pourraient avoir des effets durables : c’est donc du tout gagnant.

      • Didier orny dit :

        Merci pour votre très longue réponse.
        Entièrement d’accord sur les “micro-initiatives”, en particulier pour la limitation de l’auto-censure.
        Je reste en désaccord sur la séparation entre les questions 1/ et 2/, la dimension politique (et institutionnelle) des travaux cités étant immédiate, même s’ils n’ont pas nécessairement une dimension militante.

        Je n’ai pas d’opinion tranchée sur la question d’une “science féminime” en toute généralité. En revanche, pour ce qui est de la sociologie des inégalités hommes-femmes ou plus généralement du genre, il y a clairement un biais sexué extrêmement fort – qu’on retrouve également dans les commentaires de votre billet :-).
        Ces questions sont traités en particulier dans un texte coécrit avec Patrick Trabal en 2006 :
        http://www.ivry.inra.fr/tsv/Publications/Textes-Publis/AFSTornyTrabal.pdf

        Pour revenir dans le passé, voici comment un démographe traitait la question de la féminisation de la profession en 1969. Je vous laisse trouver l’article sur Persée :

        “La nuptialité des femmes étudiées est donc très faible, comme si la disponibilité nécessaire à la poursuite d’une carrière avancée dans l’enseignement et à la conquête des grades requis pour cela, ne pouvait se trouver, s’agissant des femmes, que dans le célibat. Toutefois, cette interprétation ne saurait être exclusive; par exemple, on ne peut écarter l’hypothèse de dispositions psychologiques, particulières aux membres féminins de l’enseignement supérieur, les ayant rendus, de tout temps, peu enclins au mariage”

        • Sophie Roux dit :

          Quelques remarques au fil de votre réponse :

          — “Entièrement d’accord sur les « micro-initiatives », en particulier pour la limitation de l’auto-censure. »
          Si je comprends bien, vous êtes entièrement d’accord, en particulier pour le seul acte mentionné que, d’après votre prénom, il ne vous reviendra pas d’accomplir ?

          — “Je reste en désaccord sur la séparation entre les questions 1/ et 2/, la dimension politique (et institutionnelle) des travaux cités étant immédiate, même s’ils n’ont pas nécessairement une dimension militante. […] pour ce qui est de la sociologie des inégalités hommes-femmes ou plus généralement du genre, il y a clairement un biais sexué extrêmement fort.”
          La séparation était celle de vos questions pourtant ! Il me paraît naturel quant à moi de séparer les faits et les conclusions qu’on en tire éventuellement en matière pratique (sachant par ex. qu’il faudra pondérer par d’autres faits). Je trouve par ailleurs les formules “dimension politique (et institutionnelle)” et “biais sexué” ambiguës, en ce sens qu’elles peuvent se rapporter à deux choses différentes :
          i) le fait que l’intérêt pour une question soit liée à une préoccupation sociale, provienne d’une demande politique, soit le résultat d’une demande institutionnelle,
          ii) le fait que cet intérêt conduise à un biais, au sens où les manières d’établir les questionnaires etc. seraient biaisées.

          Pour votre article, dont j’ai lu seulement le début, j’en trouve le principe intéressant, d’autant que je regrette (pour ce que j’en sais, c’est-à-dire pas grand chose) que la sociologie se détourne des questions de classes sociales traditionnelles, à mon avis très actuelles, pour privilégier ce qu’on appelle dans les journaux des questions de société (qui fait tourner la machine à laver ? qui fréquente les sex-shops ? etc.)

          Quant à la citation que vous donnez, je ne sais pas si c’est du lard ou du cochon, mais je me permettrai une remarque politique et institutionnelle. La France a été un des pays où il était possible d’être mère et EC, et cela parce qu’il a été possible que des femmes soient recrutées sur des postes stables entre 30 et 40 ans en moyenne —  la comparaison avec l’Allemagne est instructive à cet égard. Combien y avait-il de femmes en postes stables quand votre démographe a écrit ces lignes immortelles ? Et, question subsidiaire : si la précarisation des jeunes chercheurs continue de s’amplifier, quelles en seront les conséquences pour les femmes ?

          • Didier Torny dit :

            Sur le lien entre les questions “scientifiques” et “politiques”, je m’appuie simplement sur les travaux cités. Ils interrogent la trajectoire des femmes dans des institutions précises (EHESS, CNRS) alors même que ces institutions semblent voir cette question comme un “problème à traiter”. Et donc qu’ils nourrissent de facto, et assez directement, une réflexion institutionnelle qui vise à modifier l’état des lieux. Et cela me semblent bien relever du double sens, cognitif et politique, de votre titre “Mais qu’est-ce qu’elles veulent ?”.

            Je vous laisse juger du sens de la citation en lisant le très court article de Pressat paru dans Population en 1969 http://j.mp/hmU8mk, qui posait précisément la question du maintien du “plafond de plomb”.

            Quant aux “micro-initiatives”, je ne concluais pas de votre billet qu’il était interdit aux collègues masculins de soutenir la lutte contre l'”auto-censure féminime” ou qu’eux-mêmes soient attentifs à ne pas reproduire les mêmes schèmes.

  8. Céline M. dit :

    Je me permets d’ajouter à vos propos une petite anecdote éclairante.
    Je suis allocataire monitrice et j’ai assisté à une formation, donnée par une femme, sur le CV et les candidatures dans le cadre de l’université. Nous avons longuement débattu pour savoir s’il fallait indiquer sur le C.V. sa situation matrimoniale et le nombre d’enfants que l’on élevait. La formatrice était d’accord avec les autres femmes de l’assemblée (les hommes s’étant peu exprimé sur la question) pour dire qu’il ne devait pas y avoir de discrimination à l’embauche en fonction du nombre d’enfants et qu’on pouvait tout à fait se passer de cette mention.
    Cependant, un peu plus tard dans la discussion elle disait très clairement que l’université n’avait aucun intérêt à recruter des femmes comme maitres de conférence : celles qui avaient des enfants réclameraient du temps pour s’en occuper, surtout qu’il est bien connu que les enfants sont toujours malades ; celles qui n’avaient pas encore d’enfant allaient profiter de leur nouvelle situation pour en faire (horloge biologique oblige) et donc passer leur temps en congé maternité.
    Sachant que ma fille est née deux mois après mon inscription en thèse, je vous laisse imaginer mes sentiments en entendant ce genre de discours.

    • Sophie Roux dit :

      Alors, préparez-vous à la chose suivante. Lorsque vous serez auditionnée sur des postes en province, on vous demandera si vous allez vous installer dans la ville de X. Cette question est tout à fait légitime, car il faut bien faire tourner les départements, et, dans les SHS au moins, le syndrome de ce qu’on appelait le turbo-prof est fort. Mais elle est très difficile à entendre de la même manière en tant que mère (j’écrivais “lafâme reste lafâme” dans le billet, on pourrait ajouter “lamèèère reste la mèrèèère”) et en tant que père (parce qu’il est entendu et naturel qu’un père peut être un turbo-prof). Autrement dit, la question est posée de manière neutre, mais, dans un contexte social plus général, elle ne peut pas être entendue de manière neutre.

      Cela dit, il ne faut pas exagérer. Je n’ai jamais entendu un collègue dire (ou même penser tout haut, car j’ai parfois l’impression d’avoir des oreilles pour cela) qu’on ne pouvait pas recruter Mme Machin parce qu’elle avait ou pouvait avoir des enfants ! En revanche, ce qui peut arriver, c’est ce que m’écrit un correspondant, et que je reprends tel quel :

      “En CS j’ai vu plusieurs fois deux candidats profs, M. Truc et Mme Machin, être dans un mouchoir de poche. Deux fois au moins à ce moment-là il s’est trouvé quelqu’un (un M. Bidule, forcément, si peu nombreuses étaient les femmes dans la commission) pour dire que M. Truc avait quand même plus d’envergure scientifique que Mme Machin. Vrai ou pas, c’était difficile à dire. Et d’abord qu’est-ce qui faisait parler M. Bidule, une opinion exclusivement scientifique ou son machisme inconscient ?
      Je crois qu’il faut déplacer la question. Est-ce que ce serait une catastrophe pour le département de recruter Mme Machin ? Certainement pas. Alors, faisons un chouïa d’affirmative action et recrutons Mme Machin, qui est au moins quasiment aussi bonne que M. Truc.”

      • Sylvain Piron dit :

        Je dirais même plus, un peu de negative action de la part des mâles dominants ne ferait pas de mal non plus. Penser parfois à refuser les positions de pouvoir ou de prestige qu’on vous offre, pour laisser la place à des collègues femmes, ce serait aussi un réflexe à prendre.

      • Sophie Roux dit :

        Comme nous avons toujours affaire à des incrédules (non, mais tu exagères pas un peu là quand même… Ce n’est quand même pas comme ça que ça se passe. Il y a quand même de vraies raisons. Il ne faut quand même pas exagérer !), je mets ici pour mémoire un fait brut, que je reprends à un article de Catherine Goldstein, “Une créativité spécifique des femmes en mathématiques?” Questions à une question”. Catherine Goldstein elle-même reprend ce fait à un rapport de l’AMS, Notices of the American Mathematical Society, Special Issue on Women in Mathematics, 1991.

        360 mathématiciens (180 femmes et 180 hommes) ont été chargés de noter un article dont l’auteur était tantôt désigné comme John M.K., tantôt comme Joan M. K. Je rappelle qu’il s’agit de mathématiques, bien dures et bien pures.
        Les notes les plus hautes étant les moins bonnes, cela donne :
        — Si le rapport est fait par un homme, John obtient 1,9 et Joan 3.
        — Si le rapport est fait par une femme, John obtient 2,3 et Joan 3.

        Comme l’écrit Catherine, le résultat parle de lui-même. En effet :
        — les hommes comme les femmes notent mieux l’article supposé être écrit par un homme.
        — les hommes notent encore mieux que les femmes l’article supposé être écrit par un homme.

        Rapporté à la question des commissions de spécialistes évoquée par mon correspondant, cela donne clairement : l’inconscient machiste existe, je l’ai rencontré, et même chiffré. A performances égales, l’homme passera, non la femme. Surtout dans une commission de spécialistes composée majoritairement d’hommes, mais vraisemblablement aussi dans une commission de spécialistes où quelques femmes surnagent.

  9. Liora Israël dit :

    Chers tou-te-s,
    Mettez en relation le texte du colloque et le sexe des interventants, et puis riez (ou pleurez) un bon coup !

    « L’injustice sociale – intégration, exclusion, domination. Quelles voies
    pour la critique ? »

    29/30 mars 2011. ENS Paris, Salle Dussane.

    Colloque interdisciplinaire organisé par le département de philosophie de
    l’ENS de Paris (CIRPHLES) en collaboration avec le département de
    philosophie de l’université Goethe Francfort.

    Mardi 29/03/2011

    9.00 : Ouverture du colloque par le directeur du département de
    philosophie de l’ENS, Claude Debru

    Président de la séance : Axel Honneth

    9.30 : Étienne Balibar : Justice et égalité: un dilemme politique?

    10.45 : Robert Castel : Le droit social : garant de justice sociale

    12.00 : Pause

    Président de la séance : Jacques-Olivier Bégot

    13.30 : Pierre-Noël Giraud : Globalisation et inégalités économiques

    14.45 : Bertrand Ogilvie : L’exclusion n’est-elle qu’une injustice ?

    16.00 : Pause

    Président de la séance : Jean-Claude Monod

    16.30 : Bruno Karsenti : Reconnaissance et identification

    17.45 : Alain Ehrenberg : La notion de pathologie sociale : un exercice de
    clarification.

    19.00 : Fin de la journée

    Mercredi 30/03/2011

    Président de la séance : Étienne Balibar

    9.30 : Luc Boltanski : Inégalités et classes sociales. Quelles entités
    pour quelles sociologies ?

    10.45 : Axel Honneth : The texture of justice

    12.30 : fin du colloque

    Responsables scientifiques : Jacques-Olivier Bégot (Université Paris
    Diderot-Paris 7), Julia Christ (Université de Francfort/Paris
    IV-Sorbonne), Jean-Claude Monod (CNRS/ENS, Archives Husserl), Florian
    Nicodème (ENS/Université Bordeaux 3)

    Contact : christ@phare.normalesup.org

    Lieu : ENS de Paris, Salle Dussane, RER Luxembourg.

    • Sophie Roux dit :

      La venue d’Axel Honneth en France semble attirer ce genre de contradictions : j’en mets un autre exemple ci-dessous, ne serait-ce que pour montrer que tout ne se passe pas sur la scène parisienne et faire de la publicité à des collègues que j’apprécie…

      Pour, sinon me faire tout à fait l’avocate du diable, du moins essayer d’aller plus loin, je poserai les questions suivantes :

      1) L’absence de femmes est-elle plus anormale dans un colloque sur la justice sociale que dans un colloque sur Bion le rhéteur, sur la méthode ergodique de Linnik, ou sur les chevaliers-paysans du lac de Paladru ? Pourquoi ?

      2) Comment s’articulent des théories sociales et des pratiques sociales, en l’occurrence militantes ? Je veux dire que :
      — l’univers académique s’est en grande partie constitué comme un espace théorique : jusqu’où sommes-nous prêt(e)s à changer cela ?
      — si nous nous engageons dans un changement de ce genre, est-ce la question des femmes qu’il faut faire passer en premier ?

      Je vous rassure cependant… je pense effectivement que, dans ces deux colloques, une pincée d’action positive n’aurait pas fait de mal, et je l’ai d’ailleurs signalé à un organisateur de celui de Lyon 😉

      =================================================

      PHILOSOPHIE SOCIALE ET SCIENCES SOCIALES
      ENS de Lyon, 24-25/03/2011

      Colloque international organisé par le Cerphi (UMR 5037) avec le concours de PLC (Grenoble 2), CRHI (Sophia-Antipolis), Triangle (UMR 5206) et KAL (ENS Lyon)

      Jeudi 24 mars
      Matinée : Quelques rapports entre philosophie sociale et sciences sociales
      10 h 15 – Ouverture du colloque
      10 h 30 – Éric Dufour (Grenoble 2): Histoires et définitions de la
      philosophie sociale
      11 h 30 – Emmanuel Renault (Ens Lyon): La philosophie sociale avec et
      sans les sciences sociales

      Après-midi : La philosophie sociale vue des sciences sociales
      Présidence : Jérôme Maucourant (Saint-Etienne)
      14 h – Claude Gautier (Montpellier 3): Philosophie sociale ou théorie
      sociale ?
      15 h – Olivier Voirol (Lausanne/Francfort): La critique et l’enquête
      16 h 30 – Bernard Lahire (Ens Lyon): Les craintes légitimes des sciences
      sociales envers la philosophie sociale
      17 h 30 – Discussion générale

      Vendredi 25 mars
      Matinée : Philosophie politique, ontologie sociale et théorie sociale
      Présidence : Estelle Ferrarèse (Strasbourg)
      9 h – Franck Fischbach (Nice) : La haine philosophique du social et les
      sciences sociales
      10 h – Italo Testa (Parme) : L’ontologie de la société fausse.
      Philosophie et théorie sociale
      11 h 30 – Yves Sintomer (Paris) : Philosophie politique et sciences
      sociales : l’exemple des théories de la démocratie délibérative

      Après-midi : Travail, marché, capitalisme
      Présidence : Marlène Jouan (Grenoble 2)
      14 h – Jean-Philippe Deranty (Sydney) : La philosophie sociale entre
      sociologie et psychologie sociale : le cas du travail
      15 h – Stéphane Haber (Nanterre) : Critique des systèmes et théorie du
      capitalisme
      16 h 30 – Axel Honneth (Francfort, New-York): Market and Morality. An
      Alternative Analysis of Capitalism
      17 h 30 – Discussion générale et clôture du colloque

      Responsables scientifiques : Eric Dufour (PLC, Grenoble 2), Franck
      Fischbach (CRHI, Nice Sophia Antipolis), Emmanuel Renault (Cerphi, UMR
      5032)
      Contact : emmanuel.renault@ens-lyon.fr
      Lieu : ENS de Lyon, Site Descartes, M° Debourg ; jeudi 24: Amphithéâtre
      ; vendredi 25 : Salle F 08

  10. Liora Israël dit :

    Oui, je pense que l’absence des femmes, quand on parle de critique sociale (et la critique féministe?), d’exclusion et de rapports de domination est particulièrement stupéfiante.. Mais effectivement on peut aussi noter que ce sont aussi tous des hommes blancs de plus de 45 ans (voire même plus de 60 ans pour un grand nombre d’entre eux dans le cas parisien…)
    PS : À Lyon il y a au moins deux femmes qui “président”… !

    • Eliane Daphy dit :

      Il n’y a pas que dans la recherche et l’université. Les élections cantonales, avec leurs grandes manœuvres – sénatoriales en vue – nous fournissent l’occasion d’actualiser une très vieille blague féministe des années soixante-dix : «quelle est le féminin de candidat?». Réponse «Suppléante». On pourrait décliner ce modèle -invariant?- dans notre milieu : “quelle est le féminin de directeur de recherche ou de directeur de laboratoire?”.
      Ceci-dit, de magnifiques programmes scientifiques 100% vieux mâles hétéros blancs, nous en recevons 50 par jour dans nos messageries. Parce qu’on a besoin de rire, on notera que le héros scientifique en question est souvent en couple avec une jeunesse, avec un effet tout à fait hilarant qui consiste à ce qu’au fur et à mesure où les grands hommes prennent de l’âge, leurs compagnes sont de plus en plus jeunes.
      Ceci-dit (bis), une question me taraude. En SHS, nous sommes les champions du nombre de doctorants par directeurs de thèses : les meilleurs directeurs approchent des 100 doctorants. Certes, le fichier des thèses -où les informations sont librement consultables- est cruel, qui conserve dans ses données les doctorants en rade, mais il n’empêche. Je fais l’hypothèse que la pratique des femmes est différente dans la direction des thèses ; comme je l’ai entendu dire récemment par un collègue mandarin, commentant l’absence de chances de Untelle de promouvoir DR1 : «elle n’a quasi pas de doctorants, elle les materne trop, elle passe son temps à lire leurs textes, à les corriger, à leur donner des références bibliographiques… C’est un vrai gâchis”.

  11. Nous souhaiterions signaler que “les actes d’une journée Les femmes à l’université” sont ceux de deux associations, l’ANEF et EFiGiES.
    Ces actes sont en ligne sur le site EFiGiES, avec l’aimable autorisation de l’ANEF qui s’était chargée de leur rédaction.
    Nous apprécierions donc que l’origine de ce document soit cité, et que le lien URL soit celui du site EFiGiES, et non le dossier “file” de ce carnet, en accord avec la politique des crédits d’Hypothèses.

    Nous serions de notre côtés ravi-e-s de faire un lien vers ces billets sur la place des femmes à l’université, qui sont très intéressants.

  1. 8 mai 2012

    […] Voir plus généralement un billet, et les commentaires associés : http://evaluation.hypotheses.org/1242 […]

  2. 4 juin 2019

    […] contre les biais qui favorisent les hommes, contre ce que j’avais appelé le fonctionnement « clubbish » de l’université et de la recherche, en désignant par là un ensemble de phénomènes […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.