Le management contre le management

Nous parlons de l’évaluation gestionnaire et managériale sur ce carnet de recherches, mais il semble que les gestionnaires et les managers ne pensent pas beaucoup de bien de cette évaluation-là.

Je relève en effet sur le blog de Christophe Benavent (via le blog de Pierre Dubois), une lettre qui rappellera, à beaucoup d’entre nous, l’appel Journals under threat. Voilà comment la lettre en question est introduite : « Twenty-six editors from a variety of business disciplines recently sent the following letter to Deans of all AACSB Business Schools about the use of citation impact factors in judging the quality of individual articles and of journals. »


Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Jiip dit :

    Autrement dit, vous découvrez le (vrai) management par opposition avec le « management » fantasmé par les chercheurs.
    Il n’est pas étonnant que des chercheurs en management critiquent certaines dérives de l’évaluation bibliométrique. Ce sont des chercheurs en sciences humaines et sociales comme les autres, conscients des excès dénoncés ici.
    Imaginez seulement le plaisir que peuvent ressentir des enseignants-chercheurs en management à voir le nom de leur discipline être utilisée comme « gros mot » par ceux qui en ignorent tout, mais s’en servent pour stigmatiser des pratiques qu’ils condamnent.
    Le management est la conduite de toute action collective. Et, évidemment, il y a de bonnes pratiques et de mauvaises. La discipline universitaire appelée en France « Sciences de Gestion » consiste à expliquer et améliorer ces pratiques. Le « management » en tant que discipline n’est responsable de rien. Seuls ceux qui adoptent un certain type de management sont responsables de quelque chose. Tout comme la Science Politique ne peut être tenue responsable des choix politiques de tel ou tel responsable politique.

  2. Sophie Roux dit :

    Merci de votre commentaire.

    Nous serions heureux — vraiment — que des collègues en sciences de gestion nous proposent des billets analysant les transformations de l’université, en particulier en ce qu’elles impliquent la problématique de l’évaluation, avec les compétences qui sont les leurs. Nous faisons de notre mieux, avec les compétences qui sont les nôtres, mais nous avons toujours publié les billets substantiels qui nous étaient envoyés.

    Je suis bien consciente aussi qu’il doit y avoir des collègues en sciences de gestion qui critiquent les réformes en cours. Malgré tout, je me dis que le sentiment de stigmatisation dont vous nous faites part est le revers du flirt avec le monde de l’entreprise que bien des collègues en sciences de gestion pratiquent. Est-il complètement faux selon vous que le type d’évaluation qui est mise en place dans la recherche et l’enseignement vient du monde de l’entreprise ?

    Bref : faites-nous un billet pour faire le point, et nous dire en quoi il y a aussi dans les sciences de gestion de quoi adopter un point de vue critique, nous serons ravis de le publier !

    • Claire Lemercier dit :

      Chère Sophie,
      Je me permets de commenter ton commentaire pour dire quelle joie j’ai eu à lire la lettre que tu commentes à l’origine, le commentaire de Jiip, et ton premier paragraphe – tout cela confirmant ce que j’ai pas mal vu en côtoyant tant des collègues de gestion (ou d’histoire des entreprises) que des gens travaillant en entreprise.

      En effet, d’une part, ils sont loin d’être tous des vilains méchants comme certaines blanches mains un peu méprisantes de SHS aimeraient le croire.

      D’autre part, et pour répondre en partie à ta dernière question, vu de moi qui connais tout cela un peu, mais moins bien que les véritables spécialistes de l’entreprise d’aujourd’hui : s’il est vrai et évident que les réformes actuelles de la recherche et de l’enseignement (et du secteur public en général) sont faites au nom d’une référence au monde de l’entreprise, il est très largement faux qu’elles en constituent une importation directe.

      Par exemple, et maints commentateurs de la PES ou des primes aux recteurs, etc., l’ont dit (dont des managers, des DRH, etc.), il est reconnu depuis Mathusalem que si on fait une prime « au mérite », on ne décide pas à l’avance du % de gens qui seront reconnus méritants. Il me semble important de ne pas entrer dans le piège qui nous est tendu en assimilant les réformes qui sont proposées ou mises en oeuvre à une réalité de l’entreprise.

      Ce sont avant tout des réformes éminemment politiques, c’est une politique qu’on peut combattre (y compris en disant que la référence à l’entreprise ne doit pas être l’alpha et l’oméga de toute argumentation) ; cela n’implique pas pour autant de taper en général sur les entreprises, les gens qui y travaillent et ceux qui s’y intéressent. Je ne pense pas que ce soit exactement ce que tu aies voulu faire dans la fin de ta réponse, mais je sais que certaines personnes concernées l’ont lue ainsi.

      Quant aux références en sciences de gestion, je sais qu’il y en a moult qui ont un point de vue critique (y compris dans leurs versions les plus appliquées, pour connaître des gens qui ont suivi des formations RH), mais je ne suis pas assez spécialiste pour commencer un pointage raisonné. En revanche,
      – je recommande une fois encore virtuellement un papier de Cédric Lomba et Sophie Pochic qui doit être mis en ligne prochainement (je complèterai la référence…), qui raconte au bénéfice des chercheurs la mise en place des instruments d’évaluation standardisés dans les entreprises et la façon dont les gens (ouvriers et ingénieurs notamment) y ont réagi. Ce qui permet une vision plus subtile de la supposée « importation »
      – il y a toute une littérature en sociologie et en science politique sur le New Public Management, qui décortique à la fois ses liens rhétoriques avec le monde de l’entreprise et la réalité plus complexe de « l’importation ».

      • Roux dit :

        Rien à ajouter, sinon des excuses si certains ont lu la fin de ma réponse comme procédant de l’intention de « taper en général sur les entreprises, les gens qui y travaillent et ceux qui s’y intéressent ». Tout d’abord parce que, s’il m’arrive de taper, ce n’est ni sur les gens — il y a des « gentils » et des « méchants » un peu partout — ni « en général » — les choses sont toujours compliquées !
        De cet échange émerge selon moi la nécessité que quelqu’un de compétent fasse une synthèse (ou simplement une première bibliographie) sur le statut des références aux pratiques de l’entreprise dans les réformes de l’université, en particulier en ce qui concerne l’évaluation.
        Peut-être peux-tu suggérer cela, Claire, à ceux qui m’ont attribué de drôles d’intention ?

  3. Claire Lemercier dit :

    C’est loin de répondre complètement à Sophie, mais voici un petit morceau, parce que je viens justement d’avoir l’information. Philip Scranton, professor of history of industry and technology à Rutgers University, directeur de la revue Enterprise & Society [et très intéressant selon moi], interviendra mercredi 2 mars à 11 h dans le séminaire de Patrick Fridenson dans les nouveaux locaux de l’EHESS, salle 1. Il y présentera ses recherches sur l’histoire des projets industriels et de la gestion par projet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *