Usages et perceptions de la bibliométrie

Un intéressant article de Nature – même si pour le coup, les spécialistes des sondages pourront tiquer sur leur façon de mesurer, dans le début de l’article – déjà signalé ici par Emmanuelle lors de sa parution. Implicitement, cela ne parle que de sciences dites dures (principalement de sciences de la vie), mais justement, il est intéressant de voir à quel point le paysage en leur sein est varié…

Où il est question, donc, des perceptions des chercheurs quant aux usages de la bibliométrie – ils pensent qu’on s’en sert beaucoup, notamment pour les recrutements sur des postes de débutants – et à leur effet – ils pensent qu’il est facile de s’y adapter, donc de « tricher », mais aussi qu’elle influence déjà leurs comportements de recherche. Et des déclarations de ceux qui décident sur les recrutements, financements, etc., qui affirment ne pas tant prendre en compte que cela les indicateurs chiffrés : en fait, cela dépend des pays, et on voit bien que certaines parties de l’Europe et de l’Asie sont en pointe de ce côté, tandis que les États-Unis, pour le meilleur et pour le pire, en restent largement aux lettres de recommandation.

Tout cela donne beaucoup à penser, y compris dans des détails comme le poids déclaré des « performances » d’enseignement sur les décisions. Je retiendrai notamment l’absurdité absolue d’un usage de la bibliométrie pour l’entrée dans la carrière, à un moment où la citation ne peut relever que de l’aléa (enfin, sauf si l’entrée de la carrière est déplacée 10 ans après la thèse…) et où il n’est quand même pas bien difficile de lire les productions des candidats. À peu près tous les promoteurs de la bibliométrie déconseillent d’ailleurs de l’utiliser pour cela.  Et pourtant, c’est bien sur cette étape que se focalise largement l’article…

Cela vaut la peine aussi de lire le détail des résultats du questionnaire, mais surtout de ses questions. De quoi réfléchir sur les multiples manières d’être grand-e en recherche, ou simplement d’être recrutable ; et sur celles qu’on met en œuvre dans nos propres comités de sélection. Je suis sûre qu’il y en a auxquelles vous n’aviez pas pensé, et pourtant… Publier dans un blog ? Placer ses articles dans des archives ouvertes ? (ils sont là, même s’ils sont parmi les moins importants) Avoir des étudiants qui se sont bien placés ? Bien s’entendre avec ses collègues ? …
Last but not least, Nature propose un point aussi agréable à lire qu’inhabituellement précis sur l’histoire de la bibliométrie et le foisonnement actuel des mesures (dont les scores de téléchargement et – enfin – des vraies mesures inspirées par l’analyse de réseaux, mais encore peu utilisées apparemment, qui visent à intégrer des questions sur ceux qui citent et pas seulement sur le nombre brut de citations). En tout cas, ce qui est sûr, c’est que la recherche en bibliométrie fleurit ! Un rappel utile parmi d’autres : aux origines de la bibliométrie, il y a une interrogation sur les circonstances qui fondent la productivité scientifique. Comme si avoir une bonne bibliothèque sous la main, par exemple, pouvait aider à mieux publier ou mieux être cité. Quels rêveurs, ces précurseurs…


Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Enro dit :

    Bonjour Claire,

    « aux origines de la bibliométrie, il y a une interrogation sur les circonstances qui fondent la productivité scientifique »

    tu peux détailler et/ou donner des références pour ce point ? Dans mon souvenir on trouve à l’origine de la bibliométrie des préoccupations 1) de bibliothéconomie (comment caractériser la production scientifique pour rationnaliser la gestion d’une bibliothèque, cf. Bradford), 2) d’aide à la recherche (cf. Garfield et la création du SCI) et 3) d’étude du processus scientifique (cf. de Solla Price).

  2. Claire Lemercier dit :

    Bonjour Enro,
    Pour ce que j’en sais, ton souvenir est tout à fait juste – et ta question est donc bien légitime…
    En fait, Nature parle, dans l’article que je cite en dernier lieu, d’un psychologue américain des années 1900, James McKeen Cattell. Ce qui m’a intéressée, c’est que Nature ouvre l’article en disant en gros que les scientifiques se sont toujours mesurés (métaphoriquement) les uns aux autres, mais qu’à un moment, quelqu’un a eu l’idée de mesurer littéralement ; mais appuie cela d’une citation du susdit qui écrit « It is surely time for scientific men to apply scientific method to determine the circumstances that promote or hinder the advancement of science, » ce qui, de mon point de vue, n’est pas tout à fait la même chose. D’où mon paragraphe plaidant pour que la bibliométrie ne serve pas uniquement l’évaluation comparée des personnes (ou des labos) mais serve aussi à réfléchir aux causes de ces différences, y compris les plus matérielles. C’était donc un peu un excursus personnel, mais il me semble que dans la biblio/scientométrie, plutôt de ta branche 3), donc, voire 2), cette démarche existe.
    A part ça, l’exemple de Nature me paraît de toute façon un peu tiré par les cheveux, sans que je connaisse ce psychologue, puisqu’il semble avoir « seulement » compilé des classements réalisés par des pairs, et non pas fait de la bibliométrie à la manière dont on l’entend habituellement. Un exemple peut-être d’usage rhétorique de l’histoire, ou comment chercher l’ancêtre le plus ancien possible…

  3. Enro dit :

    OK, je te suis bien. Finalement, ce psychologue semble faire du 2 (compiler les classements comme Garfield cataloguait les bibliographies, et mettre tout ça « en réseau ») et prétend du 3 (trouver des lois qui gouvernent l’avancement de la science et le processus de recherche). « Nature » y voit encore autre chose pour les raisons que tu donnes. Décidément !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *