Et en sciences dures ?

Les débats sur l’évaluation en SHS prennent souvent pour référence la situation « dans les sciences dures », en tenant pour acquis qu’elles recourent abondamment à l’évaluation quantitative, aux listes de revues ou encore à la bibliométrie, et en concluant, selon les cas, qu’il faut donc s’en inspirer, ou au contraire ne pas faire comme elles, au nom d’une différence intrinsèque entre pratiques de recherche.

Or l’usage en effet répandu de différents indicateurs bibliométriques dans d’autres disciplines suscite des réactions de plus en plus critiques. Sylvestre Huet, qui suit la recherche à Libération, en a donné un bon panorama ici à l’occasion d’un éditorial paru dans la revue Science et critiquant en particulier les mauvais usages du facteur d’impact. Il renvoie en particulier à une étude très précise et très critique élaborée par plusieurs associations internationales de mathématiques. Eric Matzner-Lober, pour Sauvons la recherche, a fourni un court résumé en français de cette étude.

Suite à la demande faite par la direction du partenariat du CNRS aux unités évaluées en 2008 de remplir une fiche bibliométrique détaillée, le conseil scientifique du département MPPU (math et physique) du CNRS a publié une recommandation insistant en particulier sur la question des usages de ces indicateurs. Le laboratoire d’informatique de l’ENS a produit une lettre très informée insistant notamment sur les effets pervers de la bibliométrie sur les stratégies des revues et chercheurs.

On trouve également des prises de positions du côté des informaticiens commencer par celle des informaticiens de l’INRIA.

Si certains aspects de la bibliométrie posent peut-être des questions spécifiques aux SHS, il peut donc être intéressant de regarder ce qu’ont tiré de leur expérience nos collègues des « sciences dures »…


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *