Shanghaï 2009/Europe 2010 ?

Le cru 2009 du classement de Shanghaï est tombé en fin de semaine dernière. Le site ARWU (Academic ranking of World universities) le présente aux côtés de ses prédécesseurs et d’autres classements connexes.

Par ailleurs, l’Institut Thomas More « think thank indépendant » basé à Bruxelles réfléchit aux conditions d’un benchmarking européen réussi. Cet institut, qui « diffuse auprès des décideurs politiques et économiques et des médias internationaux des notes, des rapports, des recommandations et des études réalisés par les meilleurs spécialistes. […] à la fois un laboratoire d’idées et de propositions neuves et opératoires, un centre de recherches et d’expertise, un relais d’influence » a publié sa « note de benchmarking n° 4« , intitulée: Vers quel classement européen des universités ? Etude comparative du classement  de Shanghai et des autres classements internationaux.

A lire également, un entretien avec Yves Gingras au sujet de ces classement sur le site de SLU.



Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. Sylvain Piron dit :

    Pour être plus précis, la note en question place en exergue une citation de Valérie Pécresse et cite le fameux livre « Témoignage » de Nicolas Sarkozy dans sa première note de bas de page. L’indépendance est donc garantie.
    L’analyse a le mérite d’aller au bout des options ultra-libérales de l’Institut Thomas More. Elle pose la question sous l’angle de la façon par laquelle un futur classement européen pourra ou non s’imposer lui même sur marché des classements internationaux. Il faut, nous dit-on, « Oser entrer dans la bataille des rankings ». La première condition est de cesser de s’interroger sur l’utilité des classements. Vouloir encore combattre cette « mode » (le mot est employé entre guillemets) serait « un combat d’arrière-garde ». Preuve en est que « 61% des présidents d’universités et des grandes écoles souhaitent améliorer leur place dans le classement de Shanghai et 83% ont déjà pris des mesures concrètes pour améliorer leur rang ». On notera au passage que 22% des présidents auraient pris des mesures en ce sens sans se soucier de progresser dans le classement. Mais comme aucune indication n’est fournie sur l’origine de ces chiffres, il n’y a pas lieu de s’interroger sur leur cohérence. Il faut prendre ce nouvel appel à la magie du chiffre pour ce qu’il est, une simple affirmation de la puissance de la grande vague idéologique qui va tout submerger. Inutile de resister, l’analyse critique doit céder la place au benchmarking.
    Raison de plus pour continuer à y réfléchir si nous voulons rester dignes de notre fonction d’universitaire.

  2. Sylvain Piron dit :

    J’oubliais de préciser la citation de Valérie Pécresse placée en exergue, qui est remarquablement révélatrice : « L’Europe des universités ne se fera pas sans des établissements d’excellence. La bataille mondiale de l’intelligence a d’ores et déjà commencé et le fameux classement de Shanghai, aussi critiquable soit-il, le montre sans discussion possible. » Désolé, Valérie, la discussion est toujours possible, et c’est justement le propre de l’excellence universitaire.

  3. Rachel dit :

    Valérie Pécresse a aussi déclaré « le problème du classement de Shanghai, c’est son existence ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *