L’évaluation dans Le Débat

Le numéro de septembre-octobre 2009 du Débat consacre un dossier aux questions universitaires. On y trouve notamment deux excellents articles sur notre thème.

Pierre Joliot, dans « L’évaluation ou la découverte »,  s’apppuie sur sa longue carrière pour critiquer aussi fortement le pilotage de la recherche (« La recherche fondamentale est, par essence, impossible à programmer » et il est donc nécessaire de maintenir un effort de recherche dans tous les domaines sans en sacrifier un seul) que l’évaluation fondée sur le nombre de publications qui privilégie la rentabilité à court terme. (« En réalité, les domaines reconnus comme prioritaires sont proches de leur maturité et parfois déjà sur leur déclin. Les vrais domaines d’avenir sont ceux qui ne sont pas encore reconnus par la communauté scientifique et encore moins par les décideurs »).

Laurent Ségalat propose un parallèle éclairant : « Science et finance: mêmes symptômes, mêmes dangers? » Sa dénonciation de la course à la publication dans les revues prestigieuses s’appuie sur un article remarquable paru en 2008 : Young NS, Ioannidis JPA, Al-Ubaydli O,  Why Current Publication Practices May Distort Science, PLoS Med 5(10) sur lequel il faudra revenir. En un mot, l’argument central est que la compétition pour publier des articles conduit à exagérer les conclusions positives de travaux souvent insignifiants voire faux.  « Ces articles sont à la science ce que les actifs toxiques sont à la finance mondiale. » La poursuite de buts à court terme conduit, comme sur les marchés financiers, à des comportements moutonniers, les chercheurs engagés dans le marché de la publication scientifique comme des traders.

En feuilletant la revue, il faut aussi lire attentivement l’analyse de Marcel Gauchet, « Vers une société de l’ignorance? », qui conclut une critique de l’autonomie promis par la LRU en revenant sur la question de l’évaluation, décrite comme  « une arme de destruction massive dans le domaine des humanités. L’évaluation telle qu’elle désormais conçue véhicule avec elle, en effet, un modèle de la connaissance où tout ce qui fait l’intérêt de la compréhension de l’homme, de la société et des productions culturelles est appelé à se dissoudre ».


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *