Un rapport de l’Académie des sciences

L’Académie des sciences a remis le 8 juillet à Valérie Pécresse un rapport sur « L’évaluation individuelle des chercheurs et des enseignants-chercheurs en sciences exactes et expérimentales » dont on ne peut qu’espérer qu’il soit suivi d’effets. Certes, bien des points peuvent être discutés (ainsi, je regrette que le rapport décrive trop peu quelles pourraient être les conséquences de l’évaluation, même s’il ouvre quelques pistes intéressantes en termes de réorientation et récuse les solutions gouvernementales du type « faire enseigner plus les mauvais chercheurs »), mais l’Académie est très ferme dans son appel à des évaluations faites par les pairs, avant tout sur la base de la lecture des travaux et réjouissante sur d’autres questions trop rarement évoquées : en vrac, rembourser les déplacements des candidats, limiter les évaluations approfondies aux étapes clés de la carrière, demander aux candidats d’envoyer quelques articles et aux membres de jury de s’engager à en lire au moins deux… Des pistes sérieuses pour l’évaluation de l’enseignement sont aussi proposées. Enfin, les annexes du rapport proposent une analyse très précise des limites et effets pervers de la bibliométrie. Bien que le rapport affirme s’en tenir aux « sciences exactes et expérimentales », à peu près tout ce qui y est dit me semble s’appliquer en SHS… malheureusement, je doute que l’Académie des sciences morales et politiques s’apprête à proposer des recommandations de la même qualité.

C’est l’occasion de mentionner la présence en ligne de diapositives, souvent assez lisibles en elles-mêmes, et de captations vidéo d’un colloque tenu à l’Académie en 2007 sur « Évolution des publications scientifiques – Le regard des chercheurs » (après les sessions du haut de la page sur les archives ouvertes et revues électroniques, les dernières sessions portaient sur l’évaluation). Je recommande tout particulièrement, sur la bibliométrie, les exposés de Marc Bonneville & Nicole Haeffner-Cavaillon (qui pointe indirectement, comme souvent dans ce domaine, le fait qu’il y a plusieurs manières d’être « grand », qu’un seul indice ne peut de toute façon pas capturer…), Etienne Ghys (sur les mathématiques, soulignant le temps qu’il faut pour que les articles soient cités) et Henk F. Moed (très riche en exemples). À noter aussi des présentations plutôt intéressantes et nuancées par un chercheur de Shanghai, Nian Cai Liu, et par une représentante des bases Thomson, Nancy Bayers, de ce que disent et ne disent pas les indicateurs produits par leurs institutions.


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *